Demain dans ta vie…

Pensez : Candy, Terry et le reste de la bande à notre époque actuelle…

Chapitre 1

« Entre ciel et terre »

- Vous voulez quelque chose, Melle André ? demanda l'hôtesse de l'air

- Un jus de fruit s'il vous plait, répondit Melle André

L'hôtesse lui donna une bouteille de jus de fruit avec un petit verre en plastique.

- Merci, dit-elle

- De rien, répondit l'hôtesse de l'air.

Candice Neige André était assise en première classe dans un Boeing 747 qui l'amenait à Londres. L'avion venait de décoller et devait faire escale à New York. Elle obéissait presque à contrecœur aux ordres de l'Oncle William. Mais elle devait lui obéir, car, après tout, il avait eu la bonté de l'adopter. Elle avait été abandonnée bébé devant la porte de la Maison Pony, un orphelinat dans le Michigan. Sa meilleure amie, Annie trouvée le même jour qu'elle, avait été adoptée par les Brighton à l'age de six ans. Elle avait vécu sans sa meilleure amie pendant toutes ces années. A l'age de 13 ans, elle fut engagée comme demoiselle de compagnie dans la famille Legrand pour leurs deux enfants Daniel et Eliza ; à l'origine, ensuite elle était devenue une bonne, une fille d'écurie… Mais grâce à son amitié avec les cousins des enfants Legrand qui habitaient à proximité, elle avait été adoptée par l'Oncle William. Anthony, Alistair et Archibald étaient tous sous son charme, mais elle était sous le charme d'Anthony. Elle était amoureuse de lui et lui était amoureux d'elle. Ils avaient des projets, aller à l'école ensemble, faire leur vie ensemble. Ils étaient allés à une fête foraine et ils avaient vu une diseuse de bonne aventure qui avait dit à Candy, qu'elle aurait une belle vie, mais qui serait pleine d'embûches… A Anthony, elle lui avait dit qu'il avait également une belle vie, mais il y avait un nuage noir et son visage s'était assombrit en disant ça. Elle s'était ensuite rachetée en disant qu'ils auraient tous les deux une belle vie ensemble…. Ils étaient partis heureux. Mais peu de temps après, quand Candy eut été adoptée par l'Oncle William, Anthony était parti en voiture lui acheter un cadeau. Sur le chemin de retour, il avait fait un accident mortel et il était mort sur le coup. Le jour qui aurait du être un des plus beau de sa vie était devenu le plus triste de son existence. La grande tante Elroy était furieuse contre Candy. Anthony était allé lui acheter un cadeau, et il était mort. C'était donc la faute de Candy ! Pourquoi William l'avait-elle adoptée ? Elle n'apportait que malheur dans leur famille. Les autres jeunes avaient été envoyés à Londres à l'internat à l'Académie St. Paul. Candy était retournée à la Maison Pony pleurer sur les épaules de ses deux mamans, Mlle Pony et Sœur Maria. Ensuite Georges, l'assistant de l'Oncle William, était venu la chercher peu après Noël pour l'envoyer à Londres, rejoindre les autres. Voilà, elle avait prit l'avion à l'aéroport de Chicago à destination de Londres.

Elle était à la fenêtre et dormait pendant l'escale à New York. Elle se réveilla quand l'avion était au milieu de l'Atlantique. Elle se demandait d'abord où elle était. Elle ouvrit doucement les yeux et vit un visage qui lui semblait familier…

« Anthony, murmura-t-elle ».

Mais en regardant de plus près, elle vit que ce n'était pas lui, mais un jeune homme qui pleurait en silence. Il avait l'air tellement triste. Il essuya ses larmes.

- Est-ce que ça va ? Demanda Candy, tu as besoin de quelque chose ?

Le jeune homme sursauta un peu, confus, d'avoir été attrapé en train de pleurer.

- Non, merci ! Dit-il sèchement

- Ok, dit Candy, je voulais t'aider…. C'est tout ! Pas besoin d'être aussi sec !

Sur ce, elle sortit son ordinateur portable et mis à envoyer des e-mails à Melle Pony et Sœur Maria, ainsi qu'à tous ces petits amis de l'orphelinat. Quand elle termina, elle s'attarda sur une photo qu'elle avait mise comme fond d'écran ; Anthony en train de sourire, elle ne verra plus jamais ces beaux yeux bleus et son beau sourire. Quand elle sentit les larmes lui venir aux yeux, elle ferma l'ordinateur sous la douleur. Comme il lui manquait ! Elle l'aimait tellement ! Elle ne savait pas que le jeune homme à côté d'elle avait vu ce qui se passait.

- Ton petit ami te manque ? Demanda-t-il

- De quoi je me mêle ? Dit Candy brusquement

- Ok, je mérite ça. Recommençons à zéro. Terrence Grandchester, dit-il en lui tendant la main droite, tu peux m'appeler Terry…

Candy, qui ne pouvait pas rester en colère très longtemps lui prit la main droite et elle dit en souriant.

- Enchantée Terry, Candice Neige André, tu peux m'appeler Candy

- Enchanté Candy . C'est ton petit ami sur la photo ? Il te manque ?

- Oui, il me manque terriblement, dit Candy, mais on peut changer de sujet ? C'est beaucoup trop douloureux de parler de lui.

- Tu l'aimes tellement ? Ok, je change de sujet, tu voyages seule ? J'aime tes taches de son…

Ce jeune homme sautait du coq à l'âne !

- Non, il y a l'assistant de mon oncle, Georges qui est en business classe… il m'accompagne à Londres. Et toi, tu voyages seul ?

- Tout seul, comme un grand…

- Ton accent indique que tu es britannique…

- Mon père est anglais et ma mère est américaine…

- C'est la veille du nouvel an, tu n'aurais pas voulu être avec tes parents ? Demanda-t-elle

- Dans un monde parfait, oui, mais…, dit-il

- …nous savons tous que ce monde est loin d'être parfait, termina Candy

Ils continuèrent à parler de tout et de rien. Ils avaient le choix de regarder des films, ayant chacun un écran individuel devant eux. Ils regardèrent un film qu'ils choisirent ensemble. « Roméo et Juliette de William Shakespear avec Leonardo di Caprio et Claire Danes. »

- J'ai toujours voulu voir ce film, dit Terry, je voulais voir comment ils ont transposé une des plus belles histoires d'amour au XX ième siècle

- Moi aussi, j'ai toujours été fascinée pas cette histoire d'amour impossible. Je me demande comment ils mettront les vers de Shakespear en anglais moderne…

- Je crois qu'ils ont laissé ça comme avant…

- Ah oui ? alors regardons…

Ils se mirent à regarder le film et Terry récitait le rôle de Roméo en murmurant. Ils avaient des écouteurs pour entendre le son, alors Candy remarqua qu'il récitait que lorsqu'elle se tourna pour le regarder. Une fois le film terminé, ils enlevèrent leurs écouteurs.

- Et alors ? demanda Candy

- Et bien, étant un fanatique de Roméo et Juliette, j'ai trouvé le film….

- Pas mal ?

- Oui, pas mal, dit-il en souriant, ils ont garde l'histoire et les vers presque intacts…

- Leonardo est très mignon, dit Candy

- Pour les filles, dit Terry

- Et pas pour les garçons ?

- Bof !

Candy sourit. Ils parlèrent un peu des acteurs, d'hollywood. Une hôtesse annonça quelques minutes avant minuit que le capitaine offrait une coupe de champagne à tous les passagers pour trinquer la nouvelle année. Les passagers de première classe eurent droit à un buffet chaud et froid de nourriture. A minuit moins une, le capitaine rejoignit les passagers de première classe pour le décompte. Tous les passagers étaient debout près du Capitaine. Candy était à coté de Terry. Tout le monde se mit à décompter, 10…..9…..8….7….6….5….4….3….2….1…. BONNE ANNEE !

Tout le monde autour d'eux se faisait la bise sur les joues. Les couples s'embrassèrent sur les lèvres. Terry embrassa Candy sur les joues. Il aurait voulu l'embrasser sur les lèvres, mais… elle le prendrait sûrement très mal, comme elle avait un petit ami. Candy quant à elle, serra Terry contre elle.

Puis se rendant compte de ce qu'elle venait de faire, elle s'arrêta.

« Anthony pensa-t-elle »

- Oh excuse-moi, dit-elle en rougissant, je ne voulais pas…

- Non, c'est rien, dit Terry

Mais elle s'éloigna et se dirigea vers les toilettes. Elle entra dans la toilette qui était vacante et se mit de l'eau sur le visage. Que venait-elle de faire ? Elle avait serré un autre dans ses bras. Et Anthony ? Elle l'avait trahi ! Elle se mit à pleurer a chaudes larmes.

« Oh Anthony tu me manques tellement ! Se dit-elle. Pourquoi est-ce qu'il fallait que tu meurs ? Pourquoi n'étais-je pas dans la voiture avec toi ? C'est trop dur de vivre sans toi. »

Elle pleura pendant un temps. Ensuite ses yeux étaient rouges, elle attendit un peu que ses yeux s'éclaircissent. Quand son visage fut frais, elle sortit finalement de la toilette pour retourner à sa place. Terry se leva pour la laisser passer mais il y eut un trou d'air à ce moment précis et Candy trébucha pour atterrir dans les bras de Terry. Il sentit encore l'odeur de fraîcheur du parfum de ses cheveux ce qui le troubla pendant une seconde.

- Taches de son… je sais que tu me trouves irrésistible, mais…

- Excuse-moi, commença-t-elle… Oh toi ! dit-elle quand elle se rendit compte qu'il plaisantait, et je m'appelle Candy !

Elle alla s'asseoir à la fenêtre. Ce jeune homme la troublait. Quand elle était près de lui, elle se sentait bien. Et ce n'était pas arrivé depuis la mort d'Anthony. Mais avait-elle le droit de se sentir bien sans Anthony ? Elle avait l'impression de le trahir en se sentant bien avec un autre, si tôt après sa mort.

- Un Penny pour tes pensées… dit Terry

Candy sortit de sa rêverie.

- Tu pensais à lui n'est-ce pas ?

- Il me manque tellement….

Elle ne lui avait pas dit que Anthony était mort. Elle ne voulait pas l'accepter. Terry eut un pincement au cœur. Il se demandait pourquoi.

- Je vais te remonter le moral, dit-il.

Et il se mit à lui raconter des histoires drôles, à propos des tours qu'il jouait aux bonnes et même de ses aventures luxurieuses… Candy ne pouvait s'empêcher de rire, il avait réussi à lui remonter le moral. Elle prit son ordinateur portable, l'alluma et la photo d'Anthony apparut devant ses yeux. Terry regarda et sentit encore son cœur se serrer. Elle l'aimait tellement que, c'était sa photo qu'elle avait comme fond d'écran.

- Tu peux me donner ton adresse e-mail, on ne se reverra peut être plus, mais grâce à la technologie, on peut se tenir au courant de nos nouvelles de temps en temps

En disant ça, il sortit aussi son ordinateur portable, et l'alluma. Elle lui donna son adresse e-mail. Il lui envoya un message sur le champ qui disait ;

Salut, taches de son,

J'espère que tu verras ton petit ami bientôt, comme ça tu cesseras d'être triste. Tu es beaucoup plus jolie, lorsque tu ris que lorsque tu pleures.

Terry

Candy sentit son cœur bondir.

« Comme mon prince des collines comme Anthony… est-ce un signe de toi, mon cher Anthony ? Es-tu en train de me dire que la vie continue ? ».

Elle répondit au e-mail de Terry comme suit :

Cher Terry,

Merci infiniment de m'avoir tenu compagnie pendant ce voyage. J'ai passé du bon temps avec toi. Je sais que c'est parce que tu étais à coté de moi, mais tu n'étais pas obligé de le faire. Merci de m'avoir remonter le moral en ce moment difficile pour moi. J'espère te revoir un jour…

Bien à toi,

Candy

Ils sauvèrent leurs adresses respectives dans leur carnet d'adresse. Ils fermèrent et rangèrent leurs ordinateurs. Ils regardèrent encore un film ensemble et en discutèrent. C'était une nouvelle version de « La fiancée de papa » avec Lindsey Lohan.

- J'ai vu l'ancienne version avec Hayley Mills dit Candy

- Encore un remake ? Ils sont a court d'idées ou quoi ? Dit Terry

- Ça ne t'ennuie pas de regarder une autre comédie romantique ?

- Lorsqu'on est assis a coté d'une belle jeune fille, comment peut-on ne pas lui faire plaisir ?

Candy éclata de rire et Terry souriait. Le film commença et ils avaient les écouteurs aux oreilles. Le film commençait avec une chanson de Nat King Cole ; L-O-V-E. Candy aimait la chanson, et elle se mit a chanter et elle regarda Terry qui chantait aussi. Il la regarda et ils chantèrent jusqu'à la fin. Les hôtesses et les autres passagers les regardaient en souriant.

L is for the way you look at me, O is for the only one I see, V is very very extraordinary, E is even more than anyone that you adore and Love is all that I can give to you, Love is more than just a game for two, Two in love can make it , Take my heart yet please don't break it, Love was made for me and you. L is for the way you look at me, O is for the only one I see, V is very very extraordinary, E is even more than anyone that you adore and Love is all that I can give to you, Love is more than just a game for two, Two in love can make it, Take my heart yet please don't break it, Love was made for me and you. Love was made for me and you.

Love was made for me and you.

- Maintenant, a chaque fois que tu entendras cette chanson, tu penseras à notre duo et à l'étranger que tu a rencontré dans l'avion, dit Terry

- Toi aussi, tu penseras a la jeune fille aux taches de son qui t'a tenu compagnie…

Candy s'endormit pendant un moment avant l'atterrissage et elle avait la tête sur l'épaule de Terry. Ce dernier était ravi de l'avoir contre lui, il sentait la fraîcheur de ses cheveux. Il aimait être en sa compagnie, ce qui ne lui arrivait jamais avec des personnes qu'il venait de rencontrer. Mais cette jeune fille aux taches de son était différente… L'avion s'apprêtait à atterrir, mais il y avait de la turbulence à cause du mauvais temps. L'avion bougeait et Candy se réveilla, attacha sa ceinture et serra la main de Terry par inadvertance… Elle l'enleva aussitôt, mais il la reprit, pour la calmer. Une fois que l'avion toucha le sol, tous les passagers se mirent à applaudir. Une fois l'avion arrêté, les passagers s'arrangèrent pour descendre. Georges vint chercher Candy pour sortir de l'avion.

- Melle Candy, vous êtes prête ?

- Salut, Georges, oui je suis prête…

Puis se tournant vers Terry.

- Bon, aurevoir Terry. A un de ces jours…

- Aurevoir, Taches de son, à tout moment…

Elle s'éloigna avec Georges. Une fois les formalités terminées, elle sortit de l'aéroport de Londres et trouva Alistair et Archibald !

- Candy ! Dirent-ils, par ici !

- Ali, Archie ! Quelle joie de vous retrouver !

Ils se serrèrent dans les bras.

- Tu m'as manqué, dit Archie en la serrant fort

- Toi aussi, dit Candy, comment allez-vous ? Vraiment ?

- Tu veux dire sans notre « troisième mousquetaire ? » C'est dur, Candy très dur. Mais la vie continue, dit Ali

Ils se dirigèrent vers l'avant de l'aéroport où une limousine qui avait été envoyé par l'oncle William, les attendait. En entrant dans la voiture, Candy vit Terry de loin dans une voiture rouge en train de démarrer. Leurs regards se croisèrent… comme pour se dire aurevoir. Elle eut un sentiment de tristesse. Il allait lui manquer, après toutes ces heures passées à côté de lui dans l'avion… Elle avait aimé être en sa compagnie.

- Comment est l'internat ?

- Comme tous les internats du monde, strict, très strict, dit Archie

- On a au moins le droit d'avoir nos ordinateurs et téléphone cellulaire ? Demanda Candy

- Oui, Dieu merci. Mais pas de cellulaire en classe, dit Alistair

- Ça c'est normal, dit Candy, on ne voudrait pas être déranger par les sonneries pendant les cours.

- Tu as fait un bon voyage ? Demanda Archie

- Tu ne t'es pas trop ennuyée toute seule ? Demanda Alistair

- Je n'étais pas seule, j'ai rencontré un garçon…,dit Candy

- Oh…, dit Archie, avec un petit pincement au cœur

- C'était mon voisin de siège, il m'a tenu compagnie c'est tout. J'étais plutôt déprimée à cause d'Anthony. Il m'a remonté le moral…dit Candy

- Tant mieux, dit Archie

Mais il était un peu déçu, il aurait voulu être là pour elle et petit à petit lui déclarer sa flamme. Il était fou amoureux d'elle. Mais avant elle était la petite amie de son cousin, mais son cousin n'était plus, elle était donc libre…

Arrivés au collège, ils amenèrent les valises de Candy dans sa chambre. Quelques élèves qui étaient rentrés chez eux pour les vacances de Noël, se promenaient dans le dortoir. Ils rencontrèrent « l'adorable » Eliza Legrand et d'autres filles aussi « adorables » qu'elle. Elle toisa Candy et murmura quelques choses à ses amies qui éclatèrent de rire. Candy et ses nouveaux cousins, continuèrent leur chemin et leur bavardage comme si de rien n'était. La chambre de Candy était grande et spacieuse.

- Comme c'est grand ! Dit Candy je la partage avec quelqu'un ?

- Je ne crois pas, dit Archie, l'Oncle William a demandé que tu sois seule pour être plus tranquille

- Oh mais….j'aurai voulu avoir quelqu'un avec qui parler, dit Candy… enfin

- On doit y aller, on ne peut pas rester trop longtemps dans le dortoir des filles…

- Ok les gars, comme ça je vous vois demain ? Merci d'être venu me chercher, dit-elle en les serrant dans ses bras, à plus….

Candy arrangeait ses affaires. Il y avait déjà un ordinateur dans la chambre avec toute la panoplie. Elle utiliserait le portable pendant les cours… Elle avait un radio-cassette avec lecteur CD. Elle le mit sur une petite table près de son lit. La porte de la chambre était ouverte et une jeune fille un peu ronde avec des lunettes, apparut.

- Salut, je peux entrer ?

Candy se retourna et sourit.

- Salut, entre, je t'en prie, dit Candy

- Je m'appelle Patricia O'Brien, tu peux m'appeler, Patty

- Candice Neige André, tu peux m'appeler Candy, assieds-toi sur le lit

- Tu viens d'arriver… dit Patty en s'asseyant

- Oui, je viens de Chicago. Comment c'est ici ?

- Strict avec les religieuses, pas d'alcool, pas de cigarettes, pas de sexe…

Candy éclata de rire avec Patty.

- Et bien tout ça ne me dit rien qui vaille… je vais me sentir chez moi, plaisanta-t-elle

- Même le sexe ?

- Même le sexe !

- Tu ne l'as jamais fait ? Tu es si belle…

- Patty, tu l'as fait toi ?

- Non, mais je ne suis pas aussi belle que toi…

- Patty arrête de dire des sottises. Tu es aussi jolie que n'importe qui… Et puis il ne faut pas prendre les relations sexuelles à la légère, ce sont des choses très intimes et très personnelles, qui devraient être réservées pour l'être aimé…

Candy sortit la photo d'Anthony dans un cadre et la posa sur table de chevet de nuit.

- C'est ton petit copain ?

- Oui, dit Candy tristement

- Il est beau

- Oui, il était beau…

- Etait ?…Oh Candy, je suis désolée

- Accident de voiture… il y a deux mois. Anthony, il me manque tellement….

- La vie continue, ne t'en fais pas, tu en auras un autre…

- Tu as un petit copain ?

- Pas pour le moment, j'en avais un, on a rompu…

- Oh, je suis désolée…

- Non, ça va, c'était mutuel

- Le voyage jusqu'ici était plein de surprise. Mon voisin de siège était aussi un jeune garçon. Il m'a remonté le moral, je ne faisais que pleurer. Enfin, je crois que je ne le verrai plus… Mais j'ai son courriel….

- Tant mieux pour toi, c'est peut être ton futur petit ami…

- A moins qu'il soit dans cette école par miracle, je ne pense pas…

- On ne sait jamais. A propos, j'écris des articles pour le journal de l'école. Je suis l'éditrice en chef

- Wow ! Mais je n'ai jamais pensé écrire quelque chose pour le journal…

- Penses-y, on ne sait jamais, tu es peut être une journaliste en herbe…

- On verra, dit Candy en souriant…

Patty l'aida à ranger le reste de ses affaires dans la chambre, faire son lit et mettre les habits dans l'armoire. Dans l'armoire il y avait l'uniforme de l'école ; en plusieurs exemplaires, il y avait ; des jupes et pantalons gris, chemisiers blancs, pulls bleu foncé et blazers bleu foncé.

- Et bien tu es servie, dit Patty tu ne manque de rien… il y a même un carton avec tout le nécessaire pour l'école…

- Mon Oncle William voulait que je ne manque de rien.

- C'est le moins qu'on puisse dire ! Tu as même un petit frigo !

- Et il est rempli, dit Candy en l'ouvrant.

- Il te faut un horaire, je crois qu'il y a quelqu'un au bureau mais on peut y aller demain…

- Pourquoi pas maintenant ? C'est le jour de l'an et nous sommes à l'école

Candy et Patty sortirent de la chambre et elles se rendirent au bureau. Elles trouvèrent une des sœurs qui leur donna son horaire et le numéro de son casier avec un cadenas et sa combinaison.

- Ton casier est à côté mien, dit Patty

- Super ! Au moins je ne me sentirai pas trop perdue avec toi.

Elles entendirent l'adorable voix d'Eliza.

- Tiens, regardez ce que Patty nous ramène, la fille d'écurie !

- Eliza, dit Candy, toujours un plaisir de te voir. Tu es toujours aussi adorable… ce sont tes amies ? Bonjour, Candice Neige André, je suis la cousine d'Eliza… vous pouvez m'appeler Candy. A tout moment !

Avant qu'Eliza ait pu dire quoi que ce soit, Candy s'éloigna avec Patty. Eliza était furibonde.

- C'est ta cousine ? Demanda Louise une de ses amies

- Par adoption…dit Eliza

- C'est ta cousine, insista Louise, elle fait partie de ta famille, elle fait partie des héritiers…

- Ne m'en parle pas ! Fit Eliza. Anthony est mort à cause d'elle. Et ça je ne lui pardonnerai jamais… Elle va me le payer…

- Calme-toi Eliza, dit Brittany avec une autre amie, on pensera bien à quelque chose

Candy et Patty arrivèrent dans la salle de séjour où on regardait la télévision ou des cassettes vidéo. Il y avait des distributeurs de chips et de friandises et de boissons sucrées. Candy vit ses cousins, Alistair et Archibald.

- Candy, dit Archie

- Salut, dit Ali, salut Archie. Je vous présente Patricia O'Brien, Patty, ma nouvelle amie

- Salut, dit Alistair en souriant

- Patty, dit Archie

- Salut. Vous regardez un film ? Demanda Patty

- On n'a pas encore choisi, dit Archie

- On pensait à « L'Effaceur » avec Swarzenegger, dit Archie, mais je voulais voir « Roméo et Juliette de William Shakespeare » avec Di Caprio…

- Je l'ai vu dans l'avion, dit Candy

- Je croyais que tu avais de la compagnie, dit Archie

- On l'a regardé ensemble, dit Candy innocemment sans savoir qu'elle faisait mal à Archie

- Oh… dit Archie

- Alors, cherchons un film qui va plaire à tout le monde, dit Patty, Pourquoi pas « Où sont les hommes ? » ou « les collégiennes de Beverly Hills »

- Va pour les « les collégiennes … » dit Archie, on peut rire un peu

Les autres dans la salle furent d'accord. Ils regardaient le film et riaient seuls au début. Ensuite d'autres élèves se mirent à arriver dans la salle. Le groupe d'Eliza arriva et se mirent à parler très fort.

- Encore là ? Dit-elle à Candy

- Je vais bien aussi Eliza et toi ? Dit Candy

- Anthony est mort par ta faute ! Dit Eliza

- C'était un accident, dit Archie, assez avec ça Eliza

- Nous savons tous que ça t'ennuie c'est le fait qu'il aimait Candy et pas toi, dit Ali, change de disque !

Un autre groupe de fille un peu snob était aussi dans la salle en train de regarder le film.

- Est-ce qu'on peut suivre le film ? Dit le chef du groupe, vos élucubrations ne nous intéressent pas ! Et la blonde ! Qui a tué ton petit ami stupide on s'en balance ! On veut regarder le film…

Candy était blessée d'entendre la mort d'Anthony dénigrée de la sorte. Et ça, elle ne le supportait pas ! Archie savait qu'elle était remontée.

- Candy, calme-toi…, dit-il

Mais elle ne l'écoutait pas.

- De quoi je me mêle ! Fit Candy en colère à la fille, qui te donne le droit de parler de lui ? Tu ne le connais pas ! Le sujet ne te concerne pas, ferme tes oreilles et ta bouche. C'est très impoli d'écouter les conversations des autres et encore plus impoli de parler de mal des morts surtout ceux qu'on ne connaît pas !

- Comment oses-tu me parler sur ce ton ? Tu sais qui je suis ? Dit la fille

- Je me fiche de qui tu es ! Tu n'as pas le droit de parler de mal de lui ! Sinon la prochaine fois, je ne m'arrêterai pas aux paroles…

- Mais…

- Je me suis bien fait comprendre ! Cria Candy

La fille resta silencieuse trop étonnée par la colère de Candy pour répondre, elle ne pouvait pas placer un mot ! Candy était tellement fâchée qu'elle quitta la salle pour retourner dans sa chambre. Elle claqua la porte derrière elle et éclata en sanglots. Allait-elle se remettre de la mort d'Anthony ?

« Tu me manques tellement dit-elle » en regardant dan sa photo.

Elle pleura pendant un moment. Elle décida de vérifier ses messages électroniques. Elle ouvrit le grand ordinateur et alla dans sa boîte pour vérifier ses messages. La page s'ouvrit sur le dernier message de Terry. Elle sourit. Elle avait plusieurs messages de ses petits amis de l 'orphelinat. Il y en avait aussi un de Terry qui disait :

Salut Taches de son,

J'espère que tu te portes bien. Tu m'as remercié de t'avoir tenu compagnie. Je dois aussi te remercier de m'avoir tenu compagnie. Je sais que tu as vu les larmes que j'essayais de cacher. Ta presence, ton rire m'ont remonté, à moi, le moral… On s'est mutuellement aidé. L'univers savait ce qu'il faisait en nous mettant ensemble dans cet avion… Merci infiniment,

J'attends de tes nouvelles

Terry

Candy sourit et se sentit beaucoup mieux, Etait-ce le courriel de Terry ? En tout cas, elle était contente. Elle répondit à Terry comme ceci :

Salut Roméo,

Tu m'as surnommée « Taches de son », je te surnomme « Roméo », car je t'ai vu réciter le rôle par cœur pendant qu'on regardait le film. Je suis aussi contente que l'univers nous ait mis ensemble pour ce voyage. Il y a une raison pour tout, dit-on. Peut-être que cette fois-là c'était pour que l'on puisse se réconforter mutuellement, mais je ne pense pas que le plan de l'univers soit aussi bref. Je suis sûre qu'il y aura encore beaucoup de surprise pour nous. Et j'ai hâte de découvrir ce qui nous attend dans les jours à venir.

A la prochaine,

Candy