Ron quant à lui, semblait toujours préoccupé et Harry décida qu'il était temps de découvrir ce qui le tourmentait. Lors d'un dîner arrosé à la Bierabeurre un soir, il se pencha vers Ron :

-Qu'est-ce qui te tracasse comme ça Ron ? demanda-t-il soudainement.

-Moi ? Rien du tout, qu'est-ce qui te prend ? Répondit-il sur la défensive.

-Arrête, je t'ai observé et franchement tu n'as pas l'air dans ton assiette.

-Je vais très bien répondit-il avec un sourire forcé.

-Je ne crois pas. Tu fait semblant d'aller bien mais je te connais et t'es pas comme d'habitude, rétorqua Harry.

-Tudélires, ça va très bien, répondit-il en insistant sur les derniers mots.

-OK, me dit rien, je le saurai tôt ou tard de toute façon ! répondit Harry.

Ron fit semblant de ne rien entendre et but sa Bierabeurre d'une traite.

Les jours qui suivirent furent au-delà de l'imaginable dans le genre cauchemardesques pour Harry. Un soir, alors qu'il s'apprêtait à aller se coucher dans la chambre de Ron, il eu une vision qui le chamboula totalement. Ginny sortait de la salle de bain, elle était enveloppée d'une serviette qui cachait à peine le haut de ses jambes. Harry s'arrêta net, Ginny aussi ; ils se regardèrent un instant et Harry mis un petit moment avant de décoller ses yeux de la belle rousse. Il sentait son pouls battre à tout rompre, elle était très belle et il ne pouvait s'empêcher de la regarder beaucoup trop intensément.

Je suis désolée, finit-elle par dire, je pensais que tout le monde était couché, j'étais sous la douche et… enfin… bonne nuit Harry, dit-elle rougissant d'une manière à faire pâlir Ron de jalousie.

Elle passa à côté de lui et s'enfonça vers l'autre bout du couloir. Avant qu'elle n'ait disparu à l'angle du couloir, Harry l'appela :

-Ginny !

-Oui ? répondit-elle en se retournant.

-Tu es… tu es… enfin… tu es très jolie, dit Harry sentant la chaleur envahir son corps.

-Merci, répondit-elle rougissant encore plus, bonne nuit, fait de beaux rêves, dit-elle avant de s'engouffrer dans les escaliers.

Harry mis une bonne minute avant de se rappeler où il était et quelle était son intention avant de croiser Ginny, il se tapota les joues et reprit son chemin vers la chambre de Ron. Ca oui, de beaux rêves il allait en faire maintenant !

Harry alla se coucher en essayant en vain de chasser l'image de Ginny portant une seule serviette autour de son corps. Comme il l'avait prédit, son sommeil ne fut pas de tout repos, il s'était endormi après plusieurs heures durant lesquelles il avait testé toutes les positions possibles dans son lit. Ses rêves était très agité et comprenaient Ginny avec sa serviette, sans sa serviette… Harry était bien content que Ron ne lise pas ses pensées.

Mais le pire fut le réveil, lorsque Ron lui souhaita un bonjour pendant qu'il s'habillait du côté de son lit. Harry pris soin de remonter les couvertures sur son bas ventre qui se comportait de manière plus appropriée à son rêve qu'à la situation présente. Harry décida qu'une douche froide lui était indispensable et il se dirigea en direction de la salle de bain. Mais la encore, l'idée de savoir que Ginny avait été nue dans cette même douche la veille au soir n'aida pas Harry à se défaire de son rêve.

Lorsqu'il descendit prendre son petit déjeuner, il trouva la famille Weasley bien mouvementée, les derniers préparatifs du mariage de Bill et Fleur étaient on ne peut plus agités. Le mariage aurait lieu le lendemain et, à en croire Ms Weasley, rien n'était prêt.

Il passèrent donc la journée à préparer le jardin qui accueillerai la cérémonie le lendemain pendant que Fleur se pavanait en robe de mariée dans toute la maison hurlant à tue tête que ce serait le plus beau jour de sa vie. Il est évident que sa robe la seyait divinement bien et Harry pensa que, si une chose serait effectivement parfaite durant ce mariage, ce serait Fleur bien sur. La journée fut fatigante et les hurlements de Fleur n'accélérèrent pas le processus.

Ms Weasley avait préparé un festin pour le dîner, elle appelait ça « la répétition », et tous furent ravis de s'asseoir à table pour goûter ses merveilleuses tartes.

Bill était très nerveux, il jetait des regards furtifs à sa mère et n'arrêtai pas de se demander à voix haute si il avait bien pensé à réserver l'orchestre ou commandé la pièce montée. Fleur, quant à elle, essayait de le rassurer, elle caressait tendrement ses joues en lui murmurant des paroles qui, semble-t-il avaient le pouvoir de faire sourire Bill alors qu'il était au bord de la crise de nerfs. Ron qui était assis à côté de Bill se comporta étrangement lorsqu'il entendit ce que Fleur chuchota à Bill. Personne, hormis Harry, n'avait remarqué sa réaction, et personne, hormis Ron n'avait entendu les paroles de Fleur. Mais Harry éclata de rire en voyant Ron rougir jusqu'aux oreilles et s'excuser vaguement avant de fuir en direction des toilettes.

Harry avait une vague idée de ce que Fleur avait pu marmonné à Bill et il connaissait très bien Ron et ne s'étonna pas de le voir se lever de table. Ron revint s'asseoir à côté de Harry quelques minutes plus tard, Harry ne résista pas à la tentation de lui demander :

-Alors, t'as repris tes esprits mec ?

-Woa, Harry, franchement si t'avais entendu ce qu'elle lui a dit… répondit ce dernier qui semblait à présent plutôt rire de la situation.

-J'imagine bien… sourit Harry.

Ils mangèrent pendant plus de deux heures et Mr Weasley compta neuf bouteilles de Whisky Pur Feu vides sur la table, se demandant comment ils avaient fait pour boire autant.

Harry avait largement participé à cet exploit et avait la tête étrangement lourde, il avait chaud et se sentait vraiment très heureux. Il riait sans retenue aux blagues de Fred et Georges dont le sujet était aussi brûlant que le Whisky Pur Feu et attirait les regards désapprobateurs de Ms Weasley. Ron aussi semblait sous l'influence de la boisson, il fixait Hermione avec un regard avide. Elle semblait un peu gênée mais rougis à la fois. Harry les observa un moment se demandant si ils allaient enfin se décider à être honnêtes l'un envers l'autre. Harry avait longtemps craint de les voir se rapprocher ainsi mais il souhaitait aussi leur bonheur et le fait de se tourner autour sans arrêt les conduisait souvent à se fâcher, c'est donc Harry qui en faisait les frais.

La musique qui s'échappait de la radio était très entraînante et Harry eu un élan d'enthousiasme. Il se leva et invita Hermione à danser. Celle-ci accepta avec un grand sourire. Alors que tous les deux dansaient, Ron parlait avec Fleur de la France et de ses spécialités culinaires. Harry, avait l'impression qu'il faisait semblant d'être occupé car il avait un œil résolument fixé sur Hermione.

Harry souhaitais par ce geste inciter Ron à inviter Hermione ensuite, il serait peut-être moins gêné si il n'était pas le seul à danser avec elle.

-Ho Harry ! J'ignorais que tu dansais si bien, dit Hermione qui semblait très imbibée aussi.

-Merci Hermione ! Dit, ça en est ou avec Ron ?demanda-t-il.

-Quoi Ron ?dit-elle avec l'air plus alerte.

-Ho rien, je me disais que peut-être vous aviez avancé un peu tout les deux cet été pendant mon absence…

-Je ne vois pas de quoi tu parles Harry, ajouta-t-elle l'air faussement innocent.

-Ne me prend pas pour un idiot, moi je souhaite seulement votre bonheur ! Et maintenant que Lavande et Krum ne sont plus dans vos pattes, je pensais que peut-être vous vous étiez enfin décidés à vous parler sérieusement.

-En fait…commença-t-elle, en fait on a…

-Oui ? L'incita Harry

-On a pas parlé de tout ça mais je pense qu'il sait ce que je ressent pour lui parce qu'il est très étrange en ce moment, il me regarde bizarrement et très souvent.

-C'est donc ça ! Compris Harry en pensant immédiatement au comportement étrange de son ami depuis son arrivée.

-En fait, continua Hermione, j'ai un peu peur de lui parler à présent, et…un peu honte, dit-elle en rougissant. J'ai peur que ça ne soit plus comme avant. J'essaie de lui faire croire qu'il m'exaspère mais je ne pense pas être très convaincante.

-Ho Hermione, soit patiente, je crois que Ron à juste besoin d'un peu de temps…dit Harry, tiens le voila qui arrive justement ajouta-t-il à la vue de Ron qui se dirigeait vers eux le pas chancelant.

-Je pourrais t'emprunter ta cavalière Harry ? demanda-t-il sous le regard surpris d'Hermione.

Harry se retira et laissa sa place à Ron pensant que son plan avait fonctionné à merveille. Ron qui semblait déterminé à tenir debout malgré ses multiples pertes d'équilibre ne cessait de trébucher et de se rattraper sur Hermione qui avait de plus en plus de difficultés à soutenir son poids. Elle riait cependant car elle aussi était sous l'influence du fabuleux alcool.

La soirée se poursuivi avec le chocolat chaud de minuit, puis chacun rejoignit sa chambre pour un somme plus que mérité.

Harry aida Ron à monter les escaliers, le soutenant par la taille, celui-ci ne paraissait plus en état de marcher.

Content de sa soirée et euphorique grâce au Whisky, Harry n'arrêtait pas de sourire jusqu'à ce que Ginny s'approche de lui et Ron pour leur souhaiter bonne nuit.

Harry ne se rendit pas compte que Ginny s'approchait de sa joue et fut très surpris de sentir les lèvres de cette dernière sur sa peau. Il se figea, son corps fut parcouru d'un frisson et son euphorie s'évapora brusquement. Une fois dans son lit, son mal de tête s'intensifia mais il s'endormi en quelques secondes sous les ronflements sonores de Ron qui avait sombré avant même de se déshabiller.

Le réveil fut douloureux, Harry avait encore rêvé de Ginny, de ses lèvres sur sa peau. Le Whisky qui l'avait empli de joie la veille semblait prendre sa revanche en battant très fortement à ses tempes. Cependant, il repris rapidement ses esprit, le mariage aurait lieu à dix heures et il ne lui restait qu'une heure pour se préparer. Il enfila sa robe de sorcier de bal après une longue douche brûlante et se sentit émerger à la première gorgée de café.

Harry n'avait pas remarqué la présence de Ginny dans la cuisine, assise près d'un grand chaudron. Ms Weasley déroulait les longs cheveux de Ginny de bigoudis, ils venaient former des boucles soyeuses dans son dos. Harry sursauta lorsqu'il entendit Hermione dire à Ginny qu'elle était très jolie. Il se retourna et la vit. Elle portait, tout comme Hermione, une longue robe en satin doré serré à la taille et légèrement décolleté, ses cheveux roux flamboyaient sous un rayon de soleil qui traversait la fenêtre. Harry eu du mal à articuler pour lui souhaiter le bonjour et préféra fuir dans les étages à la recherche de Ron. Ron était assis sur son lit, habillé l'air absent. Et Harry comprit que lui aussi avait vu Hermione et Ginny dans leurs belles robes.

Cependant, Harry fit preuve de courage durant toute la cérémonie, il ne regarda pas Ginny une seule fois, fermant les yeux lors de son passage de demoiselle d'honneur dans l'allée à côté de lui. Mais une fois Bill et Fleur marié, il ne pu plus ignorer Ginny car le plan de table avait décidé de les placer l'un à côté de l'autre. Elle lui sourit. Il ne répondit pas à son geste mais sentait ses entrailles taper les parois de son estomac.

-Harry ? Qu'est-ce que tu as ? Lui demanda-t-elle soucieuse.

-Je suis désolé Ginny mais je ne me sens pas très bien, le Whisky j'imagine, mentit Harry en détournant son regard d'elle. Elle avait compris.

-Ecoute, dit-elle, on peut quand même se parler, et tu pourrais au moins me regarder dans les yeux quand tu t'adresses à moi.

-Je ne peux pas, je suis désolé.

-Harry, reprit-elle d'une voix tendre, ne t'inquiètes pas pour moi, je préfère te parler en souffrant que de souffrir de ne pas te voir.

Il se tourna vers elle, sentant son cœur se serrer et ses mains trembler.

-Ginny, je suis désolé, mais dès que je te regarde, mes yeux refusent d'obéir, j'ai envie de te prendre dans mes bras, de t'embrasser et je ne contrôle plus rien. Il avait dit ça très vite en la regardant dans les yeux, exprimant ce qu'il ressentait au moment même.

Les yeux de Ginny s'emplirent de larmes ; elle prit la main de Harry qui sentit son corps se lever de sa chaise pour la suivre. Elle l'avait entraîné sur la partie du jardin ou les couples dansaient et se serra contre lui avant qu'il se soit rendu compte de la situation incontrôlables dans laquelle il s'était encore une fois mise. Puis, elle murmura à son oreille :

-Juste une danse, Voldemort n'est pas caché derrière un arbre ! Elle souriait.

Harry ne répondit pas, il savait qu'il avait perdu la partie et sentait ses mains se poser sur la taille de Ginny et sa tête se poser sur son épaule malgré lui. Ginny se rapprocha et Harry sentit son ventre se coller contre le sien, il s'en voulait tellement de ne pas avoir résisté.

Ils dansèrent un long moment et Harry en oublia presque sa résolution de mettre le plus d'écart physique possible entre Ginny et lui. Il laissa ses mais caresser son dos de haut en bas et la serra plus fort contre lui, il sentait son cœur battre à tout rompre sous sa poitrine collée à son torse. Puis, la musique s'arrêta et le bruit des conversations réveilla Harry brusquement.

Ils retournèrent s'asseoir mais se tenant toujours la main. Harry savait qu'il faisait une erreur.

-Ginny, on ne doit pas se laisser aller, lui dit-il.

-Ne t'inquiètes pas, c'est exceptionnel, répondit-elle.

Mais peut-être que Harry aurait du s'inquiéter.

Le mariage dura jusqu'à tard le soir et le repas français était succulent, Fleur et sa famille avait également ramené des alcools de leur pays et Harry s'enivra avec bonheur. Lui et Ginny étaient très enthousiastes et parvenaient à se parler normalement à nouveau, ils riaient très fort ensemble. La soirée s'acheva doucement et Harry se sentait réellement bien, pas seulement grâce à l'alcool (il se sentait clair) mais grâce à Ginny. Puis Ginny se leva soudainement.

-Que se passe-t-il ? demanda Harry.

-Rien, je vais juste chercher un gilet dans ma chambre, il est tard, le temps se rafraîchi, répondit-elle.

-Très bien, répondit Harry qui sentit une envie intense de la suivre en la regardant partir.