Thème : 17, kHz (kilohertz, unité de mesure de fréquence)

Couple : Jack et Roy

Fandom : Kizuna

Disclamer : ces personnages ne m'appartiennent pas, ils sont à la très talentueuse Kazuma Kodaka, rendons à César ce qui appartient à César.

Régulier

Les cibles sortaient du hangar, où elles avaient sûrement conclu leur deal. Une réunion qui gênaient d'autres personnes, aussi devaient–elles disparaître… Personnellement, le fait qu'elles restent en vie ne dérangeait pas le moins du monde Jack, mais il fallait bien vivre, et si ça en arrangeait d'autres… Il fit donc taire son cœur pour se concentrer sur l'objectif. Pas question d'éprouver le moindre remord.

Lentement, il visualisa ses futures victimes. Elles prenaient leur temps pour se dire au revoir, tant mieux pour lui. Tout doucement, son cœur commença à ralentir…

Il appuya sur la détente…

Un battement de cœur…

Il rechargea l'arme pendant que les deux survivants prenaient peur.

Deuxième tir…

Un corps qui tombe.

Un battement de cœur…

Régulier. Pas de changement, pas de problème.

Le dernier homme voulut fuir mais Jack veillait.

Troisième coup de feu…

Un battement de cœur…

Régulier.

Les trois dealers étaient à terre et il rangea son arme. Tranquillement, sans s'affoler.

Il repartit d'où il était venu en faisant bien attention à ne laisser aucune trace. Pas besoin d'aider la police après tout.

Les rues étaient bondées cet après-midi là. Comme s'ils s'étaient tous donné rendez-vous pour le dissimuler dans un bain de foule. Pour l'entourer. Mais il continuait sa marche, imperturbable. Ses yeux fixaient un point invisible au loin. La foule ne réussissait pas à le distraire. Il les voyait encore tomber. Mais cela ne lui faisait ni chaud ni froid : son cœur était encore en phase avec les coups de feu. Régulier. Pas la peine de s'affoler.

Il arriva devant son immeuble et grimpa les escaliers, toujours mû par ce son sourd dans sa poitrine, comme un tempo grave.

Pendant un instant, il se dit que toute sa vie avait été rythmée par ce son lourd, si régulier. Si pesant.

Il rentra dans l'appartement et déposa les clés dans le vide-poche. Malgré la sérénité de l'endroit, son cœur continua sa cadence infernale, une marche vers la mort. Il était bloqué sur les coups de feu, invariablement. Toute sa vie devait-elle se résumer à cela ?

Il partit se faire chauffer de l'eau pour le café. Peut-être qu'un peu de caféine… ?

Un soupir dans son dos… Il se retourna vivement pour apercevoir Roy endormi sur le canapé, un livre à ses pieds.

Le miroir se brisa, la tension tomba et Jack esquissa un sourire.

Son Roy était là, alors tout allait bien.

Doucement, son cœur changea de rythme. Sa fréquence augmenta lentement, puis de plus en plus vite. Il battait de nouveau au tempo de la vie, et plus celle de la mort.

Parfois, il suffit d'un visage ami pour comprendre qu'on est en vie, et bien en vie. Juste un ami. Ou un amant.

Jack s'approcha et déposa un léger baiser sur le front de Roy, avant d'aller arrêter l'eau qui bouillait déjà. Il n'en avait plus besoin.