Titre : Juste pour vos yeux.

Auteur : Alhenorr (Bêta lectrice : Rieval).

Rating : K+

Résumé : GEN. Petit exercice de style. Une mission classique qui tourne au drame. Pour qui ?

Disclaimer : Dieu a dit de partager, donc …

Note : chères lectrices, j'ai deux semaines de vacances, donc j'en profite pour écrire. J'ai une super nouvelle, j'ai décroché mon premier contrat, je suis super contente ! Et je tenais à vous faire partager ma joie, donc voilà un p'tit truc qui vient de sortir de mon cerveau. Bonne lecture !

°o°°O°°o°

Prologue

°o°°O°°o°

Il peinait à garder les yeux ouverts. Presque incapable d'aligner deux pensées cohérentes. Il avait résisté, autant que possible. Ils auraient été fiers de lui, s'ils l'avaient su. Mais c'était trop tard, ils ne le sauraient jamais. Ils avaient décidé d'en finir avec lui.

Aujourd'hui.

Il savait que ce moment viendrait et honnêtement, il ne le craignait pas. Il n'avait plus peur. La mort était préférable à tout ce qu'il avait déjà subi. A toutes les tortures qu'ils lui avaient infligées, qu'ils pourraient encore inventer. Mais c'était la fin. La conversation qu'il avait surprise ce matin était claire.

Et en vérité, il s'en fichait. Il appelait la mort de ses vœux.

Il ne sentait plus ses jambes et moins encore ses mains. Ses mains … « Non, n'y pense pas, n'y pense pas, n'y pense pas ».

Les cordes entaillaient douloureusement ses poignets. S'il avait encore eu des sensations, il aurait senti le sang couler le long de ses bras et s'égoutter sur le sol.

Mais il était au-delà de la souffrance. Bien au-delà. Seule comptait désormais, la délivrance et elle ne tarderait plus maintenant.

Il regarda son bourreau approcher, s'efforçant de relever la tête, refusant de mourir ainsi. La tête basse.

Comme un lâche.

°o°°O°°o°

Ils observaient la scène de loin, le visage impassible, mais le cœur soulevé d'horreur.

Quatre jours. Quatre jours que l'homme attaché les bras en croix, entre deux poteaux, avait été enlevé. Quatre jours qui avaient suffit pour le rendre méconnaissable.

Ses compagnons ne retrouvaient rien de leur coéquipier et ami.

Celui qu'ils avaient du laisser derrière eux quatre jours plus tôt, lorsque les Invidiens les avaient ramenés de force à la Porte de étoiles.

Celui dont les yeux avaient luit de peur, lorsqu'ils s'étaient emparés de lui. Ecartant ses compagnons, impuissants, désarmés. Eux même menacés, parce qu'ils « osaient » s'entremettre avec « un démon ».

Celui qui avait finalement affronté la situation avec courage, les enjoignant à s'enfuir. Et à ramener du renfort.

Celui qui avait eu cette dernière phrase : « vous reviendrez ».

Mais ils n'avaient pas prévu que les invidiens se déplacent. Qu'ils quittent les abords de la porte. Et ils avaient perdu quatre jours. Quatre jours interminables pour eux.

Pour lui, plus encore.

°o°°O°°o°

A suivre …

Pour toute réclamation sur la longueur du chapitre et les conditions du « à suivre … », adressez vous à mon angélique bétalectrice adorée Rieval !

Note : je suis toujours un ange, non ?