Remaniement par me! Naaan! Sans déconner!

Quand je relis tout ce que j'ai pondu, je me dis: Lili, t'es une grande malade! Oo.. Sans dèc! Y en a des taaas personnages!

Mais certains disparaitrons… paix à leurs âmes!

Amen!

Donc voici le remaniement: les personnages épurés, l'intrigue plus ciblée, certains évènements mieux adaptés…. Enfin j'espère. xD

Bonne lecture quand même…. (ajoutons, bon courage parce que là, il en faut!mdr!-)

Prologue. :

Parce que je t'aime, la vérité passera enfin le temps et la douleur….

Harry écouta distraitement Hermione commander Ron sur la manœuvre à employer pour finir son devoir de potions. Il soupira en regardant dehors. Depuis une semaine, il était Square Grimaud mais s'il avait pu, il n'y serait jamais revenu. Cette maison lui rappelait trop de souvenirs douloureux. Il se leva en silence et se dirigea vers la chambre de Sirius. Une fois à l'intérieur, il ferma la porte à triple tour et se laissa tomber sur le lit. Plus les jours passaient et plus l'odeur de son parrain disparaissait. Cette simple pensée lui tira les larmes aux yeux.

Ajouté à cela les innombrables nuits qui se succédaient où son sommeil était peuplé de cauchemars étranges, Harry craqua: les larmes se mirent à couler le long de ses joues et des sanglots bloquèrent sa gorge jusqu'à ce qu'il les expulse.

De longues nuits où des hurlements se succédaient jusqu'à remplir sa tête même en pleine journée. Et ce manque affreux de quelque chose ou de quelqu'un. Au départ, il avait pensé qu'il s'agissait de la mort de Sirius qui avait produit un vide en lui mais quand il y regardait de plus près, il sentait un trou datant d'avant la mort de Sirius. Bien avant! Un trou qui l'avait fait pleuré dans son couffin sous l'escalier.

Un trou qui l'avait rongé et qui l'avait poussé à se mêler à une famille immense de rouquin pas toujours très futés mais tellement familiaux.

Un hibou finit par toquer à la fenêtre de la chambre, Harry se leva en essuyant ses joues humides et le laissa entrer puis retira l'enveloppe à sa patte droite.

Il la décacheta, une sorte de brume sortit de l'enveloppe dévoilant un homme grand, musclé, aux cheveux demi longs noirs et aux yeux bleus nuits.

« Sirius! » S'exclama Harry dont le cœur s'affolait.

L'apparition sourit.

« Pas exactement! Je suis juste un message enregistré grâce à la magie noire. (il leva les yeux au ciel) qui aurait cru que je me servirais des sorts de ma vieille mère allumée, un jour?! Si James me voyait, il me tuerait et me ressusciterait un bon millier de fois pour me punir. Enfin bon (il posa un doux regard sur le jeune homme qui ne comprenait rien). Ne me regarde pas comme ça! C'est un sort compliqué mais efficace. Oh bien sur! C'est de la magie noire mais je ne voyais pas trop comment te parler sinon… »

« Tu es mort! » S'étrangla Harry les larmes à nouveau aux portes de ses yeux verts ternis.

« Sans aucun doute, Prongsy! ( Ce simple surnom assura Harry qu'il s'agissait bien de son parrain) sinon je ne te parlerais pas de ce que je vais te dévoiler par lettre. (Le regard de Sirius se fit douloureux et honteux à la fois) Harry, tu sais que je n'ai jamais voulu te faire de mal, que j'ai toujours voulu agir au mieux pour toi n'est-ce pas?!»

Harry fronça les sourcils. Cette fois, son cœur battait la chamade mais d'appréhension et non plus d'espoir de ne pas avoir un sort devant lui mais bel et bien son cher Sniffle.

« Dumbledore me surveillait de trop près! (Harry retint sa respiration sans vraiment s'en rendre compte) L'histoire que je vais te raconter va te sembler complètement hallucinante. Tu vas même croire que Servillus a raison: je suis fou. (Sirius posa son regard bleu dans celui de son filleul) Je ne suis pas fou et Remus autant que Servillus pourront te le confirmer après que tu m'aies écouté attentivement. (Sirius grogna en voyant le sourcil levé d'Harry) Ouais, Servillus connait l'histoire et il pourra t'aider! Heureusement que c'est un sort sinon je crois que je me nettoierais la bouche au savon jusqu'à m'arracher la langue! Beurk! »

Sirius fit mine de vomir ce qui provoqua l'hilarité chez Harry et fit redescendre la tension. Même s'il ne la sentait en réalité. Après tout, il n'était qu'une projection des mots et des pensés couchées par son lui vivant.

Foutu magie noire!

« Harry! (le jeune homme arrêta de rire et écouta attentivement son parrain sans poser de questions) Maintenant que je ne suis plus là, tu es en danger. En grand danger. Je sais que depuis ton arrivée dans le monde magique, tu as confiance en Dumbledore… »

« Il refuse que je vienne te sauver! Il ne m'a rien dit l'année dernière! » S'énerva Harry, protestant les paroles de son parrain.

« Dis-moi que tu n'as plus confiance! »

Harry ferma sa bouche et réfléchit. Depuis qu'il avait onze ans, Dumbledore était son mentor, son grand-père, son exemple, il l'avait aidé, pro… Non! Bien sur que non! Quand il s'était retrouvé devant Quirell et qu'il avait tenté de le dire au directeur, ce dernier ne l'avait pas cru. Et lors de sa deuxième année, ça avait été pareille. Fumseck l'avait aidé. Le Choixpeau l'avait aidé mais Dumbledore… Non! Quand Sirius était revenu et que son innocence avait été prouvé, Dumbledore avait étouffé son espoir de famille dans l'œuf en lui prétextant que personne ne croirait un enfant mais ces gens auraient pu le croire lui, le plus grand Sorcier du monde, le plus respecté. Et l'année dernière quand il voyait Voldemort dans ses pensés, Dumbledore l'avait confié à Rogue alors qu'il savait qu'ils ne pouvaient pas s'entendre et il n'avait rien fait pour arrêter le Bonbon Rose sous prétexte que le Ministère était derrière tout cela.

Mais Harry n'était pas d'accord. Partout où il allait au Ministère avec Arthur Weasley, Dumbledore était écouté, respecté et vu comme un très grand sorcier. Plus que le Ministre lui-même.

Il aurait pu.

La colère se fondit dans le cœur et le corps d'Harry aussi rapidement qu'un poison de mort.

Sirius posa une main légèrement transparente sur l'épaule du jeune homme qui sortit de ses pensés. Il remarqua, enfin, qu'il pleurait à nouveau. Cela l'agaça un peu plus.

« Je n'ai plus confiance. Il n'a pas cherché à t'aider. Ni à m'aider. J'ai toujours tout fait tout seul! » Assura le garçon d'une voix froide malgré ses tourments.

Sirius serra un peu son épaule avant de se reculer. Le sort était précaire et il ne fallait pas trop dépenser d'énergie magique placé en son centre.

« Je ne vais pas te raconter à nouveau comment se sont fondés les Maraudeurs, tu connais l'histoire de long en large et en travers (Harry opina de la tête) Nous faisions des blagues à tout va, tu le sais aussi mais… Mais un jour, l'un de nous est tombé amoureux de la seule personne au monde dont il ne fallait pas tomber amoureux: celle que tu crois être ta mère, Lily Evans. Son véritable nom est Lily Arianne Morgane Dumbledore. »

Un silence pesant tomba dans la pièce.

« Si c'est une blague, elle est de mauvais goût Sirius! » Déclara Harry les lèvres serrés en une moue colérique.

Sirius soupira, abattu.

« Tu crois que j'utiliserais la magie noire, qui provoque une dépendance irrémédiable rien qu'avec un sort mineur, pour te faire une blague alors que je suis mort? Que Dumbledore te mènera tout droit à la mort et que je ne peux rien y faire? »

Harry dû avouer que c'était illogique. Sirius aimait rigoler mais pas cruellement. Enfin.. Peut-être avec le professeur Rogue mais Harry devait avouer que l'homme le cherchait souvent.

Et puis, ça expliquait les soudaines fatigues et les tremblement que Harry avait vu chez son père avant le moment fatidique.

« A l'école, personne ne l'a jamais su. C'est Servillus et Malfoy qui nous l'ont fait savoir. Rogue était tombé sous le charme de Lily, elle se servait de lui quand elle devait se venger de quelqu'un. Rogue était très doué pour contrer les protections de Poudlard. Il faut au moins lui laisser ce mérite-là! »

Sirius soupira longuement.

«Imagine le choc que Remus et avons eu quand nous l'avons découvert. Malheureusement il était déjà trop tard, Lily avait mis la main sur James Potter, le meilleur élève que nous n'ayons jamais vu et surtout le meilleur espion de Lord Voldemort. »

Harry se leva d'un bond comme brûlé. Il secouait la tête nerveusement pour se convaincre d'un canular, d'une blague pourrie ou d'autre chose mais rien.

« Sirius, ce n'est pas drôle! » S'écria-t-il au bord de la crise de nerf.

« Harry, laisse-moi finir et après, tu iras voir Severus, d'accord! »

Severus? Harry tiqua à l'utilisation du prénom.

« Qui êtes-vous? Vous n'êtes pas mon parrain! »

« Ca suffit Harry! » Cria Sirius le rendant muet.

C'était la première fois qu'il haussait le ton pour parler à son filleul mais dès le départ, il avait su qu'il y serait obligé.

« Si le Vieux Fou n'avait pas été autant derrière moi, je te l'aurais dit de mon vivant mais je n'avais pas le choix. S'il avait cru un instant que tu étais au courant, il t'aurait tué d'une façon ou d'une autre. Pourquoi crois-tu qu'il t'a laissé dans tous ces dangers, démuni? »

Harry baissa les yeux.

« C'est un choc, je le sais. Il m'a fallu plus d'un an pour croire Rogue et Malfoy mais ils avaient raison. Lily se servait de James pour garder un visage de jeune femme de demi-sang moldu, bien sous tout rapport. Mais elle n'arrivait pas à avoir d'enfants. Nous ignorons pourquoi mais visiblement, c'était impossible pour elle. Et un beau jour, Dumbledore est arrivé avec un bébé dans les bras. Un beau petit garçon aux cheveux blonds et aux yeux gris. Molly portait une petite fille. Vous vous ressembliez comme deux gouttes d'eau. Je ne te raconte pas l'horreur que nous avons vécue quand nous nous sommes rendus compte qu'il avait kidnapper des jumeaux. Le pire a été de découvrir de qui étaient ces enfants…. De Narcissa et Lucius Malfoy. »

Harry ressemblait à un poisson hors de l'eau.

« Attends! Deux secondes! Ce bébé… Non! » Harry éclata d'un rire nerveux. « Non! Bien sur que non! »

Le visage fermé de son parrain l'arrêta de ses négations. Harry se mit à trembler comme une feuille.

« Ma cousine était enceinte de jumeaux, Harry. Elle avait appelé les deux enfants : Alira Melia Morgana Black Malfoy et Harry Valérien Nathaniel Black Malfoy.

Deux adorables enfants avec des cheveux blonds soyeux, des yeux magnifiques : la petite avait des yeux couleur gris or et le garçon couleur gris argent. Ils ne voulaient jamais être séparés sinon ils se mettaient à hurler comme pas possible et détruisaient le manoir à coups de magie pure. » Déclara Sirius d'un ton plus doux.

Il s'assit près de son filleul qui se recula subitement.

« C'est impossible! Je ressemble à James Potter, tu n'as jamais cessé de me le répéter. Lors du combat au Ministère, tu m'as même appelé James! Je ne sais pas ce que tu es mais tu n'es pas Sirius! » S'énerva Harry.

Le sort sous les traits de son parrain se pinça l'arrête du nez.

« Tu te souviens quand nous sommes sortis de la Cabane Hurlante sous le Saule Cogneur? Je t'ai demandé une chose avant de sortir… Veux-tu habiter avec moi? Tu t'en souviens? »

Harry secoua la tête négativement. Personne ne savait ce qu'ils s'étaient dit ce jour-là. Absolument personne.

« Harry, je ne te dis pas ça pour me moquer de toi! Je te le répète, va trouver Rogue après et demande lui! Ou même Remus… Mais laisse-moi aller jusqu'au bout! Le sort m'a demandé beaucoup de magie et j'ignore si j'arriverai au bout. »

Harry revint s'asseoir malgré ses doutes.

« Dumbledore a vite appris leur existence et a vu là l'occasion rêver de posséder des enfants à la puissance extraordinaire. Fred et Georges étaient pareils, tu sais. Ils faisaient des choses qu'aucun bébé ne pouvait faire. Les jumeaux sorciers sont rares mais incroyablement puissants. C'est une aubaine dans une famille sorcière mais ça n'arrive, généralement, qu'aux familles de Sang-Pur! Je crois que Lily voulait tomber enceinte pour ça. Après tout, les Potter étaient une grande famille sorcière de Sang-Pure. Lily espérait sans doute des jumeaux. Dumbledore a réussi, comment je ne sais pas, à kidnapper les jumeaux Malfoy et les a amenés à Lily et James. »

Sirius s'arrêta visiblement éprouvé par ses révélations. Repenser à tout cela, lui coûtait beaucoup.

« James a fini par se rendre compte qu'il avait fait une bêtise et que sa femme n'était pas comme il pensait. Dumbledore ordonna à Rogue de préparer une potion de camouflage qui ferait rajeunir les enfants et qu'ils aient l'apparence de Lily et James. Mon meilleur ami tentait de se défaire du sort de mariage qu'ils avaient lancé lors de leur cérémonie d'union mais il ne trouvait rien. Remus et moi tentions de l'aider mais Narcissa me prenait beaucoup de temps. A la disparition de ses enfants, elle est tombée gravement malade, nous avons même cru qu'elle allait en mourir. »

« Je croyais que tu la détestais! »

Sirius fit un pauvre sourire à son filleul.

« Je devais faire croire à Dumbledore que j'étais de son côté, que j'avais retrouvé la raison et que je le croyais pour rester avec toi! Ca a toujours été primordial pour moi. Mais… je termine: Quelques mois plus tard, Voldemort est venu voir Lily et James. Son cher espion et bras droit ne répondait plus à ses appels. Ce que nous n'avions pas prévu c'est que Lily aurait donné une potion d'amour à James et qu'il serait sous son contrôle. A cause de ça, Voldemort tua James, élimina Lily et voulut reprendre les enfants mais Dumbledore intervint. Au lieu de rendre les enfants, il décida de les tuer mais le sort ricocha sur les jumeaux et toucha Voldemort. Excuse-moi l'expression mais c'était un manque de pot ce jour-là! »

Sirius fut heureux de voir un sourire amusé se dessiner sur les lèvres de son protégé.

« Dumbledore se croyait enfin à l'abri mais pour plus de sûreté, il chargea Molly d'envoyer Alira, ta sœur, dans une famille quelconque loin d'ici et te garda avec lui. Remus et moi t'avons cherché longtemps mais il refusait de nous dire où tu étais. »

Il prit Harry par les épaules.

« Je t'ai retrouvé chez les Dursley, j'ai vu ce qu'il faisait avec toi, bébé, mais avant que je ne puisse te reprendre, Dumbledore est arrivé et m'a accusé du meurtre de Lily et James. C'est comme ça que j'ai fini à Azkhaban. Je sais que c'est dur à avaler mais je te jure sur mon honneur et tout ce que j'ai de précieux qu'il ne s'agit pas d'une mauvaise blague, d'un canular ou d'un truc du même genre. Et si tu ne me crois pas, va trouver Remus ou Rogue et dis leur! Montre la lettre! Ils comprendront. Harry… N'abandonne pas la bataille. Ne te laisse pas faire. Tu as l'occasion rêver d'être enfin libre de tes choix, ne gâche pas cette chance. Je serai toujours de ton côté quel que soit ton choix mais j'espère simplement que tu auras enfin ouvert les yeux. Je sais que j'ai vraiment mal agi en te cachant cette vérité…. »

« Non, tu crois! » S'étrangla-t-il.

Sirius posa une nouvelle fois sa main sur son épaule pour la lui serrer.

« Je m'en excuse sincèrement! » Souffla le sort sous les traits de son parrain. « Mais je ne voyais pas trop comment t'annoncer cette nouvelle ou aller trouver ma cousine pour lui dire que son fils était le pire ennemi de son maître alors que son mari devait retourner auprès de lui pour protéger leur dernier fils. »

Les larmes coulaient en abondance sur le visage du plus jeune. Il n'en croyait pas un mot. C'était impossible n'est-ce pas ?

« Mais les Malfoy me détestent! » Déclara-t-il après un moment de silence.

« Ils détestent Harry Potter mais pas Harry Malfoy! Comme ils détestent Ali Weasley, la fille adoptive de Septimus Weasley et Cedrella Black, les parents d'Arthur. »

Harry ouvrit la bouche puis la referma, sous le choc.

« Mais je ne l'ai jamais vu chez les Weasley. »

« Bien entendu, il lui est interdit de quitter le manoir Weasley en Ecosse. Elle a suivi ses études avec des précepteurs et parfois, avec un membre de l'Ordre et encore… je ne crois pas que cette jeune fille ait connu le monde hors son land écossais. Ni même qu'elle sache qui est Harry Potter. Septimus et Cedrella sont un peu paranoïaque depuis que Molly leur a amené le bébé pour le protéger. Rogue lui-même a eu du mal à aller la voir alors que c'est son parrain! Ils vivent reclus de tout pour protéger leur précieux cadeau du ciel. Ce sont des gens formidables mais ma toute grand-tante adooore les enfants! » Ironisa Sirius en se souvenant de la dame qui venait lors des fêtes de fin d'années avec des tas de cadeaux moldus pour lui qu'elle lui refilait en cachette avant de partir.

Il l'avait toujours adoré mais l'avait aussi toujours vu comme une folle cinglée suicidaire et paranoïaque, développant une dépendance aux enfants effrayantes. Tout ce qui était humain, petit et gazouillant la faisait littéralement fondre.

Harry passa une main nerveuse dans ses cheveux. Il se leva mais Sirius le fit se rassoir à côté de lui.

« Harry, ta vie va changer si tu le désires. Tu sais au fond de toi que tout cela n'est pas un mensonge cruel de ma part. Tu l'as toujours su! »

Harry devait bien admettre que Sirius n'avait pas tord mais il ne pouvait pas encore l'avouer à haute voix.

C'était trop vif!

C'était trop, simplement!

« Et tu ressembles à James qui t'adorait. C'est grâce à lui si vous êtes vivants, quand il s'est rendu compte que la harpie voulait se débarrasser de vous parce que vous ne l'aimiez pas, il a refusé. Il s'est occupé de vous comme un père. Il vous adorait, surtout toi qui riait tout le temps. Tu es Harry James Potter, fils de James Potter, mon meilleur ami même si tu es du sang de Malfoy Senior-coincé-du-cul! » Grogna Sirius faisant rire, malgré lui, son filleul. « Quand je te vois, je vois James te tenant contre lui avec un sourire que personne n'avait réussi à recréer sur ses lèvres depuis qu'il avait tout découvert. Je revois James se faisant frapper par Remus en te mettant sur un ballet pour bébé de cinq ans alors que tu n'avais qu'un an. Tu nous as apporté beaucoup Harry et ta sœur aussi… mais elle s'était plus avec Servillus et Remus. »

Tout à coup, sa voix se fit légèrement aigue.

« Je n'ai plus de magie pour alimenter le sort. Harry, crois-moi, je voulais te protéger mais maintenant… A toi de décider. Je sais que tu feras le bon choix même si c'est dur! »

Sirius disparut. L'enveloppe tomba au sol en flottant dans les airs un petit instant. Harry resta assis sur son lit à regarder le bout de papier se poser délicatement sur la moquette noire trouée par endroit. Il ne ressentait plus rien qu'un grand vide. Ses pensés l'avaient fui. Ses sentiments aussi.

C'était très étrange.

Il n'avait pas envie de pleurer mais pas non plus de sauter de joie. Bouger lui semblait un effort surhumain. Il réussit juste à se coucher sur le dos et regarder le plafond tout aussi dépareillé que le sol. Il récapitula froidement les évènements:

Petit un, il était un Malfoy: c'était un problème en sachant que le fils Malfoy le haïssait - il n'était pas en reste, disons le- et que le père avait fini à Azkhaban quelques mois par sa bonne aide. C'était mal partie.

Petit deux, il avait une sœur jumelle adoptée - légalement ou pas, il n'en savait rien - par les grands-parents Weasley dont il avait vaguement entendu parler mais sans plus. A la limite, vu les explications de Sirius, ce point était jouable. Il aurait une sœur. Bon, il faudrait qu'ils apprennent à se connaître et peut-être qu'ils ne s'entendraient pas… ou peut-être que si! C'était à jouer!

Petit trois, Voldemort et Dumbledore. Point majeur avec celui des Malfoy… ses… ouais, parents… Donc les deux Plus-Grands-Sorciers-de-Tous-Les-Temps-Je-Suis-Un-Con-Et-Je-Le-Fais-Savoir. Dumbledore était un manipulateur - ouais, ça il aurait pu le dire avant - Voldemort était… Ben il en savait rien mais le sorcier voulait le tuer. Résultat: pas bon! Pas bon!

Harry sentit poindre une migraine atroce. Il était dans la merde dans deux points sur trois. Ou peut-être les trois.

Il se demande un instant s'il pouvait se lancer un Avada tout de suite pour faire des économies de temps. Non?

Il grogna en se relevant. Il sortit de la pièce et tomba sur Rogue qui plongea ses onyx dans les siens. Il le dévisagea sans gêne un long moment.

« Comment va Alira? » Finit-il par demander.

Il se mordit la langue en se rendant compte de sa question débile. Il vit Rogue devenir pâle comme un mort. Ca aurait pu le faire jubiler si le Maître des Potions ne l'avait pas empoigné par le bras pour le propulser dans la chambre de Sirius.

Retour case départ mais cette fois, le sorcier en face de lui n'était pas un sort de magie noire ou quoi que cela ait pu être.

« Comment êtes-vous au courant, Po… » Rogue s'arrêta dans sa phrase, pesant le pour et le contre avant de dire: « Harry! »

Harry sentit sa mâchoire se fracasser sur le sol. Il s'obligea à refermer la bouche et à fusiller du regard son professeur.

« Sirius! »

« Saleté de clébard! » Grogna Rogue, ses yeux lançant des éclairs de haine. « Comment? »

Harry lui montra l'enveloppe.

« Magie noire! »

Rogue poussa un long soupire.

« Je vois. Que voulez-vous faire au juste? »

Harry ne sut quoi répondre. En posant sa question, il n'avait pas réfléchi.

« C'est vrai alors! »

Rogue haussa un sourcil, dubitatif qui se transforma en moue moqueuse.

« Douteriez-vous de votre clebs de parrain? »

Harry croisa ses bras sur son torse, fermé. Rogue ne fit, pour une fois, aucun commentaire.

« C'est vrai. Il vous a sans doute tout raconter alors je n'ajouterai rien mais… C'est la vérité, j'en suis sûr! Votre parrain était un chieur mais il savait où il devait être sérieux! »

Harry hocha la tête légèrement. C'était tout à fait exact, Sirius adorait emmerder le monde mais il savait quand il ne fallait pas rire et sur quel sujet il ne fallait pas aller. Jamais il ne se serait permis de rire sur une blague mettant en scène son filleul et une famille de Mangemorts…ou pas!

Enfin de compte, Harry était bien ignorant de tout. Mais ce n'était pas la première fois qu'il se retrouvait dans ce genre de situation. Enfin, si, bien sur. Ce n'était pas tout les jour qu'on lui annonçait qu'il était issus de la famille Malfoy et que tout ce en quoi il croyait était faux..

Presque faux!

Mais il avait atterri dans le monde sorcier ignorant, il avait été admis à Poudlard ignorant..Il allait s'en sortir.

« Je ne sais pas quoi faire! »

« Voir votre sœur peut-être? Dans un premier temps. Les Weasley sont morts ce matin, trop vieux sans doute ou alors on les a empoisonnés, les Aurors enquêtent. Je dois la faire venir à Poudlard alors autant en profiter… »

Harry était surpris du ton neutre que prenait Rogue mais il opina de la tête ne faisant pas confiance en sa voix pour parler.

C'était…

Son cœur battait la chamade d'appréhension et d'excitation. Un mélange qui lui donnait le tournis.

« Suivez moi! »

Harry suivit le Maître des Potions hors de la pièce, en silence. Il tremblait légèrement, les poings serrés mais tenait la distance avec son professeur. Ils transplantèrent hors du manoir Black.

A suivre…

Oui! Oui! Ca c'est du remaniement mais je préfère largement cette version ci! :D

Et vous?