Titre : T'as pas le droit de mourir

Auteur : Iroko

Disclamer : Je retiens jamais à qui ils sont. Pas à moi en tout cas et c'est bien dommage.

Résumé : J'vais pas faire un résumé pour un truc aussi court. Bon, déclaration tardive, ça vous va ?

T'as pas le droit de mourir

Ils avaient gagné. Au prix de grands sacrifices, mais ils avaient gagné. Encore un pas de plus vers la victoire finale. Mais quand le sacrifice est trop grand, vaincre ne signifie plus rien. Et nos quatre pilotes étaient effondrés par la perte de leur compagnon. Alors que les équipes de secours rapatriaient les blessés, quatre gundams restaient figés sur le champ de bataille, autour des débris d'un cinquième. Ils n'arrivaient pas à réaliser qu'ils ne le reverraient plus. Ils n'avaient pas envie d'accepter cette réalité. Et l'un d'eux moins encore que les autres.

- DUOOOOOOOOOOOOOOOOO !

La vision d'Heero, bondissant hors de son gundam pour fouiller les décombres en hurlant des suppliques, les tira de leur prostration. Ils ne pouvaient croire ce qu'ils voyaient. Heero, le perfect soldier, impassible, insensible, qui ne connaissait pas et ne voyait pas l'intérêt de connaître ce qu'étaient les sentiments, était en train de s'agiter comme s'il était désespéré, en pleurant toutes les larmes de son corps. Trowa et Wufei n'en croyaient pas leurs yeux. Et Quatre… Quatre s'était évanoui en ressentant les émotions d'Heero. Nul n'osait s'approcher du pilote 01 qui semblait être devenu fou.

- T'es pas mort Duo. T'as pas le droit. Tu peux pas me laisser seul. Pas après tout ce que tu as fait pour me rendre humain. Tu vas pas partir alors que tu as gagné. Je peux pas vivre sans toi. Tu m'as redonné un cœur, mais c'est à toi qu'il appartient. Je t'en prie Duo, me laisse pas seul. Je t'aime. Je sais ce que ça te fait de me voir m'autodétruire maintenant. Promis je ne le ferai plus. Et je ne resterai plus tout le temps sur mon laptop. Je ferai des efforts mais ne meurs pas. Je ferai tout ce que tu voudras, même envoyer balader J, mais ne meurs pas. Je t'aime.

- Moi aussi mais ménage mes pauvres oreilles.

- DUO !

- aïe.

Heero se précipita vers l'endroit d'où était sortie la faible voix du shinigami. Et c'est un Duo bien vivant, mais très amoché, qu'il dégagea et serra dans ses bras.

- Euh… Heero, c'est pas que j'aime pas être dans tes bras, mais j'ai vraiment besoin de soins et les réductions de fractures maison c'est pas ma tasse de thé. Y'a plus sympas comme caresses.

- Gomen, Duo-kun.

Et c'est un Heero tout souriant qui emmena Duo se faire soigner.

Quelques temps après tout était rentré dans l'ordre, si ce n'est qu'en dehors des missions, Heero se comportait comme un adolescent normal, à la grande joie de tous. De tous ? Il semblerait que Wufei regrette un peu le soldat adulte et professionnel. Mais bon comprenez-le, il semblerait que l'humour shinigamien soit contagieux. Le bon côté des choses c'est qu'avec deux personnes à courser il faisait deux fois plus de sport. Mais c'est éprouvant. Surtout pour les nerfs. Et comment voulez-vous qu'il puisse méditer en paix quand des bruits suspects sortent de la chambre Yuy-Maxwell ? D'autant plus qu'ils semblaient en avoir décidé deux autres vu que les mêmes bruits retentissaient dans une autre chambre.

Pourvu que la guerre se termine bientôt, que je puisse avoir mon chez-moi et être enfin au calme, pria le chinois.

- Eh les gars j'ai eu une super idée ! Si on s'achetait une grande maison pour vivre tous ensemble à la fin de la guerre ?

OWARI