Genre : Weiter évidement !
PG : Je pense qu'il faut que je mette quand même un p'tit PG… Histoire de… alors heu bas disons PG16… Meuuuh bon…
P'tit note : Merci à ma pitchoune Kaileena, a ma voisine Shepweir et a ma même longueur d'onde Fifie.

Relaxation

Sam, dans la cuisine, était en train de sortir des cookies du four. Elle ne pouvait s'empêcher de rire en voyant Elizabeth, devant son ordinateur, en train de travailler.

Elizabeth, faussement choqué : Quoi ?

Sam, l'air boudeur : Ce n'est pas vraiment comme cela que j'imaginais notre week-end de « relaxation ».

Elizabeth lâcha alors l'écran des yeux pour se retourner vers l'ouverture du mur qui donnait sur la cuisine.

Elizabeth : Tu imaginais un week-end comme dans le film « Emmanuelle » ?
Sam, après un rictus : Ton idée du romantisme se limite vraiment à cela Elizabeth ?

Sam mit le dernier cookie qui était encore dans le four dans une assiette, l'a prit et alla dans le salon rejoindre Elizabeth.
Arrivée à la hauteur de la jeune femme brune, Sam ferma l'ordinateur portable d'un seul geste, posa l'assiette de cookies à côté de celui-ci et s'assit sur les genoux d'Elizabeth.

Sam, avec un large sourire : J'ignorais que l'âge de la retraire avait baissé à ce point…

Elizabeth posa sa main droite dans le dos de Sam et commença à la masser légèrement.

Elizabeth, levant le sourcil, avec un sourire charmeur : Mon cœur… Je te propose un week-end dans le genre « Titanic » si tu veux, le mois prochain, quand nous serons sur Atlantis.
Sam : Hmmm… D'accord j'accepte.

Sam lui fit un grand sourire et posa ses yeux dans les siens. Elizabeth, toujours en train de masser le dos de sa compagne rapprocha furtivement son visage de celui de Sam. En voyant cela, Sam recula légèrement la tête : elle n'allait pas se faire avoir si facilement.

Sam : Tu ne crois pas que après m'avoir fait attendre pendant, elle regarde sa montre, 3 heures ! Je vais te laisser m'embrasser si facilement ?
Elizabeth, un peu déçu : J'aurais au moins tenté cela…

Sam lui sourit et détourna son regard d'Elizabeth pour se fixer sur l'assiette de cookies. Avec sa main droite, elle prit celui du dessus puis le cassa pour n'en avoir qu'un petit morceau. Puis, elle se retourna pour retrouver le regard d'Elizabeth.

Sam, avec amusement : Et bien je préfère te torturer un peu, mon ange.

A ce moment là, elle glissa le petit bout de cookie entre les lèvres d'Elizabeth qui ouvrit la bouche pour attraper celui-ci avec sa langue, effleurant les doigts de Sam au passage.

Elizabeth : Mon ange ?
Sam : Hmmm… Moui. Tu es mon ange venu des ailes de Pégase.
Elizabeth, souriant : Sam, tu sais que je suis né a Waco ?
Sam, riant et moqueuse : Waco ?
Elizabeth, faussement vexé : Dans le Texas…
Sam : Ohhh !

Elizabeth se lança alors une nouvelle fois. Pendant que Sam faisait semblant de penser à ce que pouvait ressembler la ville de Waco, Elizabeth recommença à rapprocher lentement son visage de celui de Sam. Mais celle-ci s'en aperçu et glissa sa main gauche au bon moment entre les deux visages pour finalement posé son index sur la bouche d'Elizabeth.

Sam : Tatata… Tu n'as pas encore été assez torturé.

Elizabeth fit la moue, mais profita de l'index de Sam qui était posé sur ses lèvres pour l'embrasser.
Sa main, toujours en train de masser le dos de Sam commence à descendre alors peu à peu. En le remarquant, Sam, d'un seul bon se remit debout.

Elizabeth, doucement et déçu : Hey !
Sam : Tu es vraiment désopilante tu sais ?
Elizabeth, amoureusement : Non, juste très amoureuse.
Sam : Amoureuse : oui… Mais tu as tout de même besoin d'une petite correction.

Sam, toujours en fixant Elizabeth dans les yeux, commença à retirer sont petit tablier. Une fois celui-ci retiré elle le posa sur la table puis se pencha afin de prendre la main droite d'Elizabeth dans la sienne. Elle l'obligea ainsi à se lever.

Sam, amusé : Hmmm… D'accord, maintenant tu vas fermer les yeux.
Elizabeth, suspicieuse : Et pourquoi je ferais cela ?
Sam : Parce que j'ai une surprise pour toi.
Elizabeth : Je déteste les surprises.
Sam : Désopilante… C'est bien ce que je disais…

Elizabeth haussa les épaules avec un petit air malicieux.

Sam : Très bien, que faut-il que je fasse pour que tu fermes les yeux alors ?

Elizabeth, telle une enfant, se mit à faire semblant de réfléchir, sachant pertinemment ce qu'elle voulait.

Elizabeth, timidement : Un p'tit bisou ?

Sam rigola.

Sam : J'en étais certaine ! Rien de tel qu'un « p'tit » bisou pour mettre la grande Elizabeth Weir à ses pieds.
Elizabeth, souriante : Mais pas un p'tit bisou de n'importe qui !
Sam, les yeux remplis d'amour : Dans ce cas, s'il ne te faut que cela…

Toujours la main liée à celle d'Elizabeth, Sam se rapprocha du visage de sa compagne, ferma les yeux pour lui déposer un simple mais idéal baiser.
Au contact de ses lèvres, Elizabeth à son tour ferma les yeux pour mieux apprécier le moment.
Comme prévu, le p'tit bisou fut… court. Sam, qui voulait rester dans sa stratégie de torture, décolla assez vite ses lèvres, laissant une Elizabeth un peu déçu.

Elizabeth, boudeuse : C'est tout ?
Sam : Tu m'as réclamé un « p'tit » bisou, n'est ce pas ?

Elizabeth fit alors la moue et regarda le sol en faisant semblant de pleurer.
Sam glissa alors sa main droite sous son menton pour lui faire relever la tête.

Sam : Tu es pire qu'une enfant tu sais ?

Sam soupira.

Sam : Maintenant que tu as eu ton « p'tit » bisou, tu veux bien fermer les yeux ?
Elizabeth, joueuse : D'accord.

Elle fit un grand sourire, et ferma très fort les yeux en plissant ses paupières, comme le ferait une enfant de 5 ans.
Sam resserra sa main autour de celle de sa compagne et commença à la faire marcher.
Mais au bout de 3 secondes, Elizabeth s'impatientait déjà…

Elisabeth, curieuse : Où est ce que l'on va ?
Sam, en souriant : Tu verras…
Elizabeth : Tu peux me le dire tu sais, je n'irais le répéter à personne.

Sam s'arrêta et regarda sa partenaire.

Sam : Pour une diplomate, je trouve que tu te plains beaucoup.

Elle recommence à marcher.

Sam : Je sais que tu aimes les surprises Liz, alors attends et tu verras.
Elizabeth, boudeuse : Je n'aime pas les surprises…
Sam : Je te promets que tu vas aimer mon ange.

Au bout de quelques secondes, Sam était arrivée là où elle le souhaitait.

Sam : Bien, voilà.

Elizabeth commença alors à ouvrir les yeux. La voyant faire, Sam posa la main aussitôt sur ceux-ci.

Sam : Hey ! Qui t'as permis d'ouvrir les yeux ?
Elizabeth : Tu as dis que nous étions arrivés non ?
Sam : Oui, nous le sommes, mais je ne t'ai jamais dit que tu pouvais ouvrir les yeux.
Elizabeth : Hmmm… Rappelle moi la chaîne de commandement ? Ce n'est pas toi qui devrais m'obéir ?
Sam : Non, ici, c'est moi le chef et c'est moi qui te donne des ordres.
Elizabeth, dans un murmure : Ohhhh… Je vois…

Sam attrapa Elizabeth pour la placer au bon endroit.

Sam : Très bien, assis toi maintenant.
Elizabeth : Et pourquoi je ferais cela ?
Sam : Tu vas recommencer comme tout à l'heure ?
Elizabeth : Hmmm oui ! Ca me plait assez.
Sam : Très bien, je veux que tu t'asseyes parce que moi, j'aimerais m'asseoir et qu'il n'y a pas assez de place pour deux ici.
Elizabeth : Très bien, très bien, je m'en voudrais que tu sois fatiguée d'être restée debout à cause de moi… Je capitule.

Elizabeth s'assit dans une sorte de chaise en bois. Elles étaient arrivées à l'extérieur de la maison.

Elizabeth : Je peux ouvrir les yeux maintenant ?

Sam s'assit en écartant les jambes sur les genoux d'Elizabeth pour se retrouver face à face avec son amante.

Sam : Oui, tu peux.

Elizabeth ouvrit les yeux et regarda autour d'elle.

Elizabeth, sarcastique : Oh ! Ton jardin ! C'est vrai que je ne l'avais jamais vu sous cet angle. Il a un petit côté charmant, surtout avec les roses là-bas dans le fond, qui font qu…

Sam qui n'avait pas envie d'en entendre plus, attrapa fougueusement les lèvres de Elizabeth et l'embrassa pendant quelques minutes.

Elizabeth, avec un grand sourire : Tu n'es pas très doué pour les longues tortures…
Sam, boudeuse : Je sais, mais ce qui te torture toi, me torture moi et j'avais surtout une folle envie de t'arrêter d'argumenter sur mon jardin ! Enfin maintenant que mon envie folle de t'embrasser est passée, je recommence ma torture.
Elizabeth : Et, elle consiste a quoi ?
Sam : Oh ! Tu vas le savoir très vite…

Sam commença alors à retirer le premier bouton de son chemisier, puis le second, puis le troisième… Elizabeth, attentive plus que jamais la regardait faire en souriant.
Une fois tous les boutons retirés, elle glissa lentement le vêtement sur ses épaules pour le laisser tomber dans l'herbe. Elizabeth approcha alors ces deux mains de Sam afin de les poser sur sa peau nu, mais la jolie blonde l'attrapa par les poignés pour replacer les mains d'Elizabeth très loin d'elle. Elizabeth venait de comprendre la torture qu'allait lui infliger sa partenaire.

Sam, coquine : Non, non, non… Pas touche ! Tu n'as le droit que de regarder.
Elizabeth, triste : Mais c'est horrible comme torture.
Sam, ravi : Je sais… Mais ne te plains pas… Je ne t'ai pas bandé les yeux.
Elizabeth : Et je t'en remercie.

Sam lâcha les poignés d'Elizabeth afin de continuer sa torture.
Elle commença à mettre ses mains sur son ventre et à caresser sa propre peau. Peu à peu elle remonta les mains pour arriver a hauteur de ses seins, encore emprisonnés dans le sous-vêtements. Elle commença à doucement les masser tout en regardant Elizabeth dans les yeux pendant que celle-ci était fixée sur les mains de sa partenaire. Dans cet élan de provocation, Elizabeth, plus ou moins volontairement, réavança ces mains vers Sam.
Une nouvelle fois Sam l'empêcha d'approcher.

Sam, coquine : Tu es une méchante fille aujourd'hui Elizabeth… Je t'ai déjà dit que c'était interdit.
Elizabeth : Je...

Mais elle ne continua pas. Sam venait de glisser ses mains dans son dos afin de dégrafer sous soutien-gorge. Elle remit alors ces mains sur ces deux seins, afin de faire tomber le vêtement le long de son ventre. Une fois ses deux seins nus, elle commença à les malaxer, puis à se pincer légèrement les deux tétons en poussant de légers râles de plaisir et de provocation.
Elle regardait Elizabeth, complètement dépitée de ne pouvoir la toucher à cet instant, de ne pouvoir la caresser elle-même…
Voyant que l'effet recherché fonctionnait parfaitement, Sam continua sa petite mascarade tout en souriant… Elle allait arriver a faire ce qu'elle voulait : rendre totalement folle la femme qu'elle aimait.

Elizabeth, dans un murmure : Tu es la pire des bourreaux.

Elizabeth releva les yeux pour regarder le visage de Sam qui affichait un grand sourire.

Sam, satisfaite : Je sais mon ange…

En plus de cela, depuis quelques secondes, Sam avant commencé à bouger légèrement les fesses sur les genoux de sa partenaire. Elle faisait une sorte de mouvement d'avant en arrière, se rapprochant très près parfois du corps d'Elizabeth.
Celle-ci en était excitée que d'avantage. Elle sentait le nœud de plaisir dans son ventre qui grandissait de plus en plus. Sam lâcha alors son sein droit pour mettre son index sur la bouche d'Elizabeth.
La jeune diplomate n'hésita pas une seule seconde, ouvrit la bouche et lécha langoureusement le doigt de sa partenaire. Tout d'abord jouant avec sa langue, elle fini par mettre entièrement le doigt dans bouche afin de le sucer. C'était alors autour de Sam de sentir ses entrailles se retourner. Elle décida que s'en était trop, retira son doigt de la bouche de Elizabeth et agrippa ses lèvres pour l'embrasser langoureusement. Les deux femmes jouaient mutuellement avec leurs langues.
C'est à ce moment là que Sam aurait voulu que Elizabeth lui désobéisse, mais celle-ci rentra dans le jeu de sa partenaire, et malgré qu'elle en avait plus qu'envie, fit le plus grand effort possible pour laisser ses mains loin du corps de Sam.

Sam, murmurant a son oreille : Je t'ordonne de me désobéir.

Elle lui lécha alors l'oreille puis joua avec sa langue sur le lobe.

Elizabeth : Je suis désolé, mais j'ai trop peur de vous désobéir madame la chef.

Sam, qui ne s'attendait pas du tout a cela, se releva et regarda Elizabeth avec un grand sourire.

Sam : Ah oui ? Tu veux jouer a cela ? Hmmm…. Dans ce cas…

Sam tout en augmentant le mouvement de ses jambes sur les cuisses d'Elizabeth, glissa ses mains sous le tee-shirt de celle-ci puis le fit remonter. Elizabeth leva les bras et le tee-shirt vola dans les airs afin de rejoindre le rosier non loin de la.
Sam sourit devant le corps si frêle de sa partenaire… Elle prit quelques secondes pour la regarder et pour comprendre la chance qu'elle avait à l'instant présent. Elle posa légèrement ses doigts sur la peau d'Elizabeth et frôla ainsi tout son torse. Elle finit assez vite par aller dans son dos afin de relâcher les deux seins tant adorés de sa maîtresse.
Après un geste des plus adroits pour retirer les deux agrafes, Sam fit glisser le sous vêtement et le jeta pour qu'il rejoigne quand à lui les marguerittes. Elle prit alors possession de ces deux seins en les entourant chaudement avec ses mains, s'amusant à les malaxer assez fortement. Elle descendit ensuite sa tête afin d'atteindre le téton gauche d'Elizabeth avec sa langue. Au début, un jeu infernal commença entre le téton de la brune et la langue de la blonde, puis petit à petit, Sam mordilla le téton durci par l'excitation. Elizabeth ne put retenir un long et grave râle de plaisir. S'en était trop, elle ne pouvait plus résister.
D'un coup, elle attrapa la tête de Sam, toujours très attentionné sur son seins et l'embrassa plus que passionnément.
A la fin du baiser, les deux femmes, les yeux fermés, légèrement essoufflées restèrent quelques secondes front contre front. C'est Elizabeth la première qui bougea, afin de mettre sa bouche près de l'oreille de Sam.

Elizabeth, murmurant : Je t'aime Sam… Si tu savais à quel point je t'aime…

Comme pour lui prouver, ses lèvres se posèrent sur celles de Sam pour déposer un simple baiser qui signifiait tout ce qu'elle pouvait ressentir.
Ce fut alors au tour de Sam d'ouvrir les yeux la première. Elle attendit que Elizabeth les ouvre a sont tour afin de la regarder droit dans les yeux.

Sam, toujours en murmurant : Je crois que je le sais Elizabeth.

Elle lui déposa et bref baiser sur la bouche en continuant de la regarder dans les yeux.

Sam : Je t'aime…

Elles s'embrassèrent alors dans un magnifique élan de passion. Les mains de Sam commencèrent à glisser le long du dos d'Elizabeth et à se glisser dans son jean pour retirer doucement les boutons pendant que les mains d'Elizabeth restaient sur la poitrine de sa compagne, goûtant ainsi le moment qu'elle s'était elle-même interdit de savourer il y a quelques minutes de cela.

Suite ou pas suite... A vous de me le dire : pour ma part j'ai déjà quelques idées lol...