PETIT ANGE

Partie I

Protégé dans l'ombre

A votre intention : ceci est AU, autrement dit un univers alternatif. L'histoire se passe en 1989-1990 et les persos de la fic Harry Potter et les descendants d'Avalon seront présents.

Disclaimer : alors, les persos ne sont pas a moi, je ne touche aucunement de l'argent sur ce que j'écris donc, m'attaquez pas !


Chapitre 6

Celui qui aime se sentir aimer…

-20 Février, hôpital St James, chambre 387-

Harry se sentait bien mieux depuis qu'il n'avait plus ce tube dans sa gorge. Même si il avait encore du mal à parler, il écoutait les autres lui raconter tout ce qui pourrait le distraire. Mais plus que ça, il adorait être dans les bras de Sirius, son parrain. SON PARRAIN ! Emprisonné injustement. Il avait quelqu'un qui voulait de lui ! Ce fut un des plus beau cadeau qu'il n'avait jamais reçu. Mieux, LE plus beau cadeau. Et puis son parrain et Remus s'entendaient comme larrons en foire (dixit Draco). D'ailleurs Draco adorait son cousin au second degré, même s'il ne quittait jamais Severus. Les jumeaux avaient certain devoirs à accomplir et donc c'étaient absentés.

Les médecins étaient gentils, Harry avait aussi vu des avocats et Sirius lui a expliqué une centaine de fois que ce que les Dursley lui avaient fait n'était PAS normal. Un petit garçon n'avait pas à faire autant de corvée… une de temps en temps d'accord, une punition quand il y avait eu une bêtise d'accord… mais pas ce que ses relatifs lui avaient imposé.

Mais Harry s'en fichait. Il adorait être dans les bras de son parrain, parce qu'il était protégé et aimé. Le petit brun n'en demande pas plus. Sa quiétude fut brisée par l'arrivée de Lisah –sans Elyon- avec un vieillard –du point de vue d'un petit, un vieillard avait une branche d'âge assez étendue-. Il se présenta comme étant le directeur de l'école de magie Hogwart, Albus Dumbledore, là ou ses parents s'étaient rencontrés. Et la première chose qu'il fit, fut de s'excuser.

''Je suis désolé, Harry. Quand tes parents sont morts, la seule chose à laquelle je pensais était de t'envoyer dans un endroit sur. Je n'imaginai pas que le danger viendrait de l'intérieur de la maison. J'ai envoyé Severus et ses enfants pour me rassurer plus qu'autre chose. Je ne te demande pas de me pardonner, mais c'est vrai que je n'ai pas pensé à ton bonheur, juste à ta sécurité…

-Pourquoi est ce que c'est vous qui avez décidé ? Demanda brusquement le petit Harry.

-Dans le monde de tes parents, j'ai beaucoup de pouvoir. Ceux qui en avait après tes parents, et toi, sont aussi puissant politiquement. La seule façon de te protégé contre eux, c'était de te cacher là ou personne ne te chercherai, dans le monde Muggle. Mais Lily m'avait prévenu de la rancœur de sa sœur. Je n'y ai pas fait attention. Finalement ma trop grande confiance en l'humanité m'a finalement couté.''

Il s'écoula plusieurs minutes durant lesquelles Harry pesa le pour et le contre. Finalement, il répondit.

''Je peux vous pardonnez, mais je ne veux plus être séparé de Sirius. Je ne veux plus retourner chez les Dursley mais je crois que je vous comprends. La sécurité est importante. Mais maintenant que je ne peux plus y retourner, comment pouvez vous assurer cette sécurité ?

-On va trouver une solution. Aller, petit Harry, profites-en pour te reposer. Sirius, je me charge de tout ; maintenant que vous faites partie de Daimonia, les choses en sont simplifiées. Je mettrai aussi mon grain de sel dans le dossier Narcissa Malfoy. Mais je ne crois pas que Severus aura la garde, déjà que le ministère n'apprécie guère qu'il ait ses trois enfants en même temps. Je plaiderai en ta faveur, Sirius. Remus, les enfants.''

Et Albus Dumbledore se retira sans attendre.

Harry s'endormi en sentant Paddy près de lui. Ouai, on est vraiment bien dans les bras des gens qu'on aime. Il vit a travers ses yeux à demis ouverts que Lisah faisait pareil dans le lit à côté du siens. Severus aussi est bien entouré…

.

-22 Février, Hôpital St James, chambre 387-

Aujourd'hui fut la visite des flics, ou plutôt du policier du nom de Jezabel Orson. En effet, il avait réussit à obtenir l'affaire en cachant ses intentions. Il apporta donc des nouvelles à ses connaissances, plus Sirius Black. Avec tout le tact dont il est pourvu, il réussit à arracher à Harry le comportement habituel de ses relatifs.

''Aussi loin que je me rappel, ils ne m'ont jamais appelé par mon prénom. Je n'avais pas le droit de parler, juste de répondre 'oui monsieur' voir certaines fois 'non monsieur', j'avais le droit à dix minutes dans la salle de bain par jour, dès fois un repas quand ils étaient de bonne humeur. Et quand monsieur buvait, c'était pire…il… je crois qu'il aimait me frapper. Dites, est ce que c'est normal d'avoir pour chambre un placard ?

-Oh, Harry, non ce n'est pas normal, c'est inhumain même, dit Jezabel.

-Hey, prongsy, quand tu viendras avec moi, tu auras une chambre à toi, décorée comme tu l'entends avec des jouets tout beau et des vêtements… énuméra Sirius. Tu auras trois repas par jour, plus un gouter et jamais, tu entends ? Jamais je ne lèverai la main sur toi, car ce n'est pas normal. Tout ce que tu vas avoir sera normal, okay mon cœur ?

-Mouai, je comprends. Et des câlins, j'en aurai le droit aussi ? Demanda le plus innocemment du monde Harry.

-Autant que tu veux, c'est sans restriction. Aller, je crois que c'est bon non ?

-Oui, j'ai tout ce qu'il me faut, plus les dossiers de l'hôpital. Aller bonhomme ! Soigne-toi bien ! Lança Jezabel Orson.''

Et l'ancien élève salua même son ancien professeur (en lui donnant un taloche car l'occasion ne vas plus jamais se présentée), embrassa les deux jumeaux et s'en alla.

Sirius ne quitta jamais le lit de son filleul ; il adorait lui parler de ses parents et répondre à ses questions sur la magie. Et en retour, Harry aimait être dans les bras de son parrain, il aimait se sentir aimer. Même les câlins des autres –Eli, Li', No', Dray et Remus- étaient attentionnés et plein d'amour. Le petit supplia un quelconque Dieu de le laisser la, car il s'y sentait à sa place.

Le docteur passa et lui dit que le 'processus de guérison est en avance et qu'il pourra bientôt sortir de l'hôpital' ce que le petit traduisit pas un bientôt guérit. Parce qu'il en avait marre de ne pas bouger de ce lit.

Il observa son parrain ; il était grand, très grand ! Il avait de longs cheveux noirs avec des reflets bleus et des yeux gris clairs. Son teint hésitait entre le cireux et le halé, surement le résultat de son emprisonnement. Et Harry adorait son sourire ou quand il posait les yeux sur lui ; un regard plein d'amour et d'attention. Il comprenait petit à petit que ce qui a été normal chez les Dursley, ne l'était pas chez Sirius. Et d'après ce qu'il avait compris, Draco aussi allait venir habiter avec eux. Il aimait bien Draco, il était gentil bien qu'un peu guindé et puis il parlait beaucoup. Mais il l'aimait bien.

Elijah pouvait faire peur, mais d'un autre côté, il était tendre quand il regardait les jumeaux et même lui certaines fois. Et puis, son air fragile le faisait passer pour quelqu'un de fragile. Erreur monumentale.

Lisah était un mystère. Harry savait qu'elle avait libéré son parrain d'une prison et grâce a ses relations l'avait fait soigner à Daimonia (et d'après Sirius, c'était un pays des plus charmant). Mais elle pouvait tromper tout le monde… une sacré comédienne. Et elle défendait farouchement son petit frère. Mais elle ne se détendait vraiment que dans les bras d'Elyon (un prince d'après Sirius, très beau mais très dans son monde). Ces deux là étaient faits pour être ensemble. Mais plus tard.

Noah était gentil, serviable, intelligent, et prenait soin des autres. Un vrai grand frère. En fait Harry se sentait comme le petit dernier, protégé et chéri. Noah, avait dans son regard un étincelle qui voulait dire qu'il comprenait et n'avait rien à dire. Il marchait beaucoup à l'intuition.

Et Remus ; peu importe la question qu'il se posait, il avait toujours la réponse. Il était aussi le seul à pouvoir remettre à sa place Sirius. Remus était gentil, la gentillesse coulait dans ses veines. C'est pour cela qu'Harry l'aimait beaucoup. En fait, dans cette minuscule pièce, des relations se mettaient en place : Draco adorait écouter Sirius raconter ses bêtises. Le petit blond montait sur le lit d'Harry et écoutait religieusement son cousin. Alors qu'Harry s'endormait, Draco lui écoutait jusqu'à la fin.

Sirius aimait discuter avec Harry et Draco, mais également avec Elijah. Son emprisonnement avait bousillé son optimisme et donc discuter avec un point de vue, disons, sombre lui faisait comprendre certaines choses… même si jamais il n'utiliserait la magie noire. Il appréciait également de parler avec Lisah –qui était d'ailleurs maintenant son supérieur hiérarchique- et Noah. Mais surtout il chérissait les discutions sans fin qu'il avait avec Remus. Bien sur, il faudra du temps pour pardonner chacun. Mais leur complicité était intacte. Et, par Merlin, il aimait Harry, et même Draco. Comme ses –hypothétiques- enfants. Finalement, la vie lui réservait encore des surprises.

.

-25 février, St James Hospital, chambre 387-

La scène était touchante pour l'infirmière Johnson : en effet sur le lit de droite était étendu immobile Severus Snape –toujours dans le coma- avec ses trois enfants autour de lui qui dormaient profondément. A gauche était étendu le petit Harry –qui avait tant souffert dans sa courte vie- avec Draco qui avait été posé à côté du petit brun. Le responsable –Sirius- dormait la tête posé sur le lit en tenant la main au petit Potter. Dans un fauteuil, entre les deux lits dormait Remus Lupin. L'infirmière ne comprenait pas tout ce qu'il s'était passé et ce qu'il se passe mais le sentiment de paix qui flottait dans la chambre était si flagrant qu'elle avait envie de protégé tout ce beau monde. Elle vérifia la tension du petit -5,9, pas mal- et de l'homme -7,5-. Bizarre…

Severus était dans du coton ; il ne sentait ni ses bras, ni ses jambes. Sa tête était lourde et il avait un poids sur la poitrine. Il ouvrit avec effort ses yeux pour tomber sur le visage d'une femme. En blanc. En plus il était dans un chambre blanche et il flottait une odeur d'hôpital. La dame appuya sur un bouton et réveilla des enfants. SES enfants. Par Merlin, mais qu'est ce qu'il s'était passé ? Il cligna des yeux et entendit un 'Papa !'. Il vit l'inquiétude dans les yeux de ses enfants chéris –même si jamais il ne le dira à haute voix-. Il vit de l'effervescence autour de lui pour déclarer finalement qu'il était sorti d'affaire.

Ils étaient marrants les médecins, sorti d'affaire. Niveau corporel peut être mais pour le reste…

''Monsieur Snape, vous m'entendez ? Demanda un médecin.

-Ouai, criez pas…, bredouilla le Maitre des potions.

-C'est pas mal… bon, les enfants, il faut laisser le temps à votre papa de se remettre, okay. Je repasserai dans quelques heures.

-Merci, dit Elijah d'une voix ensommeillée. –puis continua quand le médecin fut parti- tu nous as fais peur, père indigne !

-Eli, soit gentil, laisse-le récupérer. On l'engueulera plus tard ! Bonne nuit, dit Lisah en se réveillant quelque instants. ''

Noah n'intervint pas, continuant sa nuit impunément. Ils reprirent tous leur position en sachant que plus tard, leur père se réveillerait aussi.

Le premier à émerger fut Remus. Il s'étira doucement et se leva faire un tour dehors. Ce fut là que l'infirmière l'informa que Mr Snape s'était réveillé de son coma. Bonne nouvelle. Le lycan retourna illico dans la chambre de peur de voir s'affronter Sirius Black et Severus Snape. Quand il rentra dans la chambre, Draco venait de se réveiller : les cheveux ébouriffés et cette adorable moue. Harry aussi se réveilla, plus tranquillement : il bailla et dit bonjour à Draco. Remus s'avança et fit un bisou aux deux jeunes garçons. Il secoua son vieil ami -doucement- pour le réveiller. Voila, tout le monde avait son intention.

''Cette nuit, Severus est sorti de son coma, alors Sirius, ferme ta grande gueule, okay ? Parce ses enfants sont assez susceptibles alors, ferme là. Draco, je crois qu'il serait bien de lui faire un câlin… oui, je sais, les Malfoy ne font pas de câlin blablabla, mais il sera rassuré, okay ? –Deux hochements de tête-

-Et moi ? Demanda Harry.

-Soit comme d'habitude, il a déjà craqué pour toi, dit Remus en lui ébouriffant les cheveux. ''

L'homme aux cheveux châtains fut interrompu par une voix grave et cassé ''Lupin, je n'ai pas CRAQUÉ !

-Ah, il est en forme ! Lança Sirius. Salut Snape, content de te savoir en vie !

-Bla…Bla…BLACK ! Bredouilla le patriarche Snape.

-Lui-même et sorti de prison par ton adorable fille… et oui Snape, tu m'as manqué.

-Vous pouvez pas la fermer un peu ? Grogna Lisah. Ah que mon lit me manque… -elle ouvrit les yeux pour voir ceux de son père, elle sourit et Bam !- ça c'est pour nous avoir fait le peur de notre vie, crétin !

-Oh, c'est bon, vous êtes tout aussi inconscient ! Et puis…'' le sorcier ténébreux ne fini pas sa phrase qu'une tête blonde se jeta sur lui et le serra fort. Des souvenirs se formèrent dans sa tête … Narcissa morte, des vampires l'attaquant et la protection qui lui a sauvé la vie… alors il serra le corps tremblant de son filleul et dit comme mantra 'je suis désolé'.

''Il ne t'a pas quitté d'une semelle, dit Lupin. Depuis que tu es ici… il a dit qu'il avait perdu sa maman, alors qu'il n'allait pas abandonner son parrain. Il a une peur bleu de se retrouver chez son père… ne t'inquiète pas, Albus règle ça. Sinon, nous avons découvert que Sirius ici présent était innocent et ton adorable fille en a fait son conseiller. Du coup, il a recueilli Harry, qui comme tu le vois a été clairement maltraité par sa famille qui est actuellement en prison. Voilà, on a fait le tour, sinon, comment te sens-tu ?

-Embrouillé. Les Dursley sont en prison ? Lucius n'a pas la garde de son fils ? Black sorti de prison ? Lisah encore connerie ? Bordel, je dors je ne sais pas combien de temps et il se passe que des choses importantes ! Lança Severus.

-Mais oui papa, mais oui… au fait, ta mission a été annulée ! Dit Noah, donc tu reviens a ton poste chéri de professeur de potions à Hogwart !

-Ne t'inquiète pas, on a bidouillé toutes nos relations et tu vas nous garder tous les trois ! S'écria avec un grand sourire Lisah.

-Oh joie. ''

.

-17 Mars, tribunal central, salle d'audience trois-

Harry était une boule de nerfs. Il y avait eu beaucoup de changements en deux semaines. Tout d'abord, Sirius avait eu la garde officielle de Draco et la procédure d'adoption était en route. Bientôt il sera Draco Sirius Black. Remus continua a enseigné aux petits muggles de Privet Drive tout en épaulant efficacement Sirius dans son nouveau rôle de papa. Severus se remettait de son attaque et quand il avait appris que ses enfants l'avaient –ensemble- vengé, il avait donné le premier câlin familial. Et même si il se disputait souvent avec Sirius, il tolérait Remus. Et surtout, la condamnation d'exil des trois petits Snape avait été annulé.

Et pour finir, le procès des Dursley.

Le problème résidait dans la protection que Lily avait laissée à son enfant : une protection de sang qui ne concernait pas Vernon, mais Pétunia. Albus avait certifié que sans cette protection, la vie d'Harry serait encore plus en danger qu'elle ne l'est actuellement. Le directeur de l'école de magie avait trouvé un rituel qui renforçait le sacrifice de Lily mais pour cela, Harry devait résider pendant un mois complet chez Pétunia Evans. Pilule dur à avaler pour tout le monde. Mais aucun sortilège –elfiques, de magie blanche ou noire, ou même d'alchimie- ne pouvait avoir meilleur protection que celle de sang.

Le procès se déroulait assez rapidement : les témoins furent appelés et certains témoignages avaient encore plus effrayé le petit Harry. Sirius et Severus s'étaient retenu de ne pas attaquer Marjorie Dursley lors de son témoignage.

Le jugement fut sans appel : Vernon Dursley fut condamné à 20 ans de prison et un traitement psychiatrique anti colère. Dudley devait se faire suivre par un conseiller en éducation et un psychiatre. Quand à Pétunia, elle allait faire 3 mois de prison, un suivit psychiatrique également. Elle demanda le divorce et son discourt sur comment son mariage avait dérapée était tordant pour Severus.

Après le procès qui dura 3 jours, Sirius se vit accorder la garde d'Harry et lui promis, yeux dans les yeux, qu'il ne sera plus jamais seul.

''Maintenant, aujourd'hui tu as une famille qui t'aime. Draco va rester avec moi et Severus ne sera pas loin avec ses enfants. Et je promets de t'aimer, même si tu fais des bêtises, même si tu boudes parce que tu mérites une famille. Parce que tu es un petit ange tombé du ciel…''

Fin de la première partie 'Protégé dans l'ombre'.

PETIT ANGE continue dans la seconde partie : 'Avoir une famille'


Yoru : voilà, la première partie s'achève. La seconde sera plus longue je pense, avec les progrès d'Harry dans sa nouvelle famille, les jumeaux qui devrons s'adapter à la vie avec une figure paternelle, à Sirius qui va devoir élever deux enfants pas comme les autres. Avec Remus, bien évidemment. A Elijah qui va devoir supporter ses petits frère et sœur.

Et vous aller voir ce beau petit groupe, dans le monde de la magie puisque les parties suivantes se dérouleront à Hogwart, Grimmaut Square, Galaë's Manor et au royaume de Daimonia. Si jamais la fin semble bâclée, c'est que je n'y connais rien en jargon juridique alors plutôt que d'écrire des conneries, j'ai préféré survolé. Voilà, j'espère que ça vous a plus et à la prochaine ! Bisous et merci de laisser une review parce que : 1- ça motive ;

2- une critique est toujours la bienvenue.

3- j'adore ça…

Et joyeux noël et bonne année ! Quelle vous soit propice a tout ce que vous entreprenez !