Disclaimer : Harry Potter, blabla, appartenir, blabla, J.K. Rowling, blablabla… (mais dites, est-ce que je ne pourrais pas avoir James ? Benh oui, il est mort, alors je demande. On ne sait jamais… Ou Zacharias. Il va sûrement mourir, lui aussi, et puis il sert plus à rien donc... Non ? Ah. Tant pis alors.)
Pairing : Seamus Finnigan + Zacharias Smith. Et SI c'est une pairing. Pire, c'est mon OTP.
Notes : Gniiiiih, fluff !
Pour : Les joueurs de Brèves de couloirs. (lien dans ma bio.)


Ultra Blue

Zacharias se balance. Jetant ses pieds en avant, l'un après l'autre, jamais en même temps. Il fait chaud, mais comme il brasse l'air, cela n'a plus d'importance. Avant, arrière, terre et ciel, tout finit par devenir confus. Les couleurs se mélangent, haut et bas se confondent. Où est la logique dans ce sable aux reflets bleus, ce ciel granulé de beige ?
Zacharias ferme les yeux et se concentre. Il isole les sons, le bruit du ballon qui rebondit, les cris des enfants jouant dans l'autre plaine de jeu, le vent qui souffle doucement, doucement.
La respiration de Seamus.
La balançoire ralentit peu à peu.
Bientôt, des pas foulent le sable, s'arrêtent, et ce sont deux bras qui enserrent Zacharias. Il sent son cœur battre plus fort, plus vite et, bien que la balançoire ne bouge plus, tout continue de tourner. Ses mains ne lâchent pas les cordes, au contraire elles s'y accrochent chaque seconde un peu plus. S'il s'écoutait, il serait déjà de retour au camp. Mais il n'a pas le courage de s'enfuir. Aussi se contente-t-il de murmurer.
– Je te déteste.
Seamus ne trouve rien à y redire, tout au plus resserre-t-il un peu sa prise.
– Je te déteste, Finnigan… Seamus. Lâche-moi.
– Non.
– S'il te plait.
Seamus niche sa tête sur l'épaule de Zacharias, souffle des mots qu'il ne comptait pas dire, sent l'autre se raidir à leur entente. Il ferme les yeux alors qu'un sourire étire ses lèvres. Le silence s'installe entre les deux garçons, tout juste rompu par les cris lointains des enfants.
– Retire-toi, finit par marmonner Zacharias. Je veux rentrer.
– Pourquoi ?
Pourquoi ? Pourquoi je veux rentrer ?
– Oui… Non. Pourquoi tu me détestes ?
Il pourrait énumérer des tas et des tas de raisons. Il pourrait dire que ça ne se fait pas, qu'il n'a pas le droit, qu'il ne l'aime pas. Les pensées se bousculent mais les lèvres de Seamus contre son cou lui en font perdre le fil. Il se raccroche à l'idée qui se remontre le plus souvent.
– Ce ne devrait pas être permis d'apprécier ça autant…
– Quelle mauvaise raison de me détester… souffle Seamus contre sa nuque.
Et si Zacharias veut y redire quelque chose, il finit simplement par abandonner. Il réfléchira une autre fois, lorsqu'il aura la tête plus au clair. Alors il se contente de tout lâcher, de poser ses mains sur les bras de Seamus, et de sourire.
– Continue…

Fin.