Les Darths sifflant au-dessus d'eux, ils couraient. Pour leur survie. Lorne entendit le bruit caractéristique d un rayon, et poussa deux de ses hommes hors d'atteinte. Alors qu'il allait être pris dans le rayon, il se sentit heurter brusquement le sol. Plaqué par quelqu'un.

« Major ! Vous allez bien ? »
« Oui. Ne bougez pas. Je suis de l autre côté »

Il se retourna pour remercier son sauveur. « Je vous dois la vie. Que… » Il s'interrompit. Une jeune femme, assez jolie, avec une sorte d'armure, le regardait, tout en surveillant le ciel du coin de l'œil. Elle avait à la hanche une arme ressemblant à celle de Ronon

« Venez ! » lui dit-il. « Il faut rejoindre la porte »
« Je ne peux vous suivre. Je vous mettrai en danger. »
Lorne se remit à l'abri, intimant l'ordre à ses hommes de rester tranquilles.
« Pourquoi ça ? »
« Ils m'ont implanté un traceur… Ils me retrouveront »
« Comme Ronon… »fit le major à mi-voix.

A l'énoncé de ce nom, le cœur d'Héléa manqua un battement. Ronon ! Se pourrait-il qu'il soit vivant… La voix de l'homme la ramena à l'instant présent.

Lorne réfléchissait à toute vitesse. Il ne voulait pas faire courir de dangers à Atlantis, mais il lui répugnait de laisser seule cette jeune femme qui lui avait sauvé la vie.

« Ecoutez, nous avons un médecin, là d'où je viens, qui pourrait faire quelque chose contre votre petit souci »

Il activa sa radio, expliqua la situation à son sergent , et lui donna ses ordres. Puis les deux autres soldats filèrent vers la porte, l'activèrent et passèrent. Lorne compta dix secondes. Voilà, là ils doivent avoir réactivé le bouclier.

« Dr Weir ! »
« Oui, Major ? »
« Nous avons trouvé un autre Runner. C'est une jeune femme. Est-ce que Beckett pourrait… ? »
« Oui, mais vous ne pouvez passer la porte comme ça »
« Oui, Madame. Serait-il possible d'envoyer un Jumper occulté…et Beckett et McKay à bord ? »
« McKay n'est pas disponible. Zelenka ! »
« Comme vous voulez…. Mais faites vite ! »
« Major ! Revenez vous aussi. Nous reviendrons récupérer votre… nouvelle amie »
« Non Madame… »

Et il coupa sa radio.

Moins de dix minutes plus tard, alors Qu'ils continuaient à se cacher. Sa radio grésilla.

« Major »
« Oui sergent. »
« Dix mètres devant vous.. »
« Ok »

Il attrapa sans cérémonie le poignet valide de la jeune femme et courut se jeter dans le Jumper occulté , lequel décolla immédiatement avant de s'occulter.

Lorne reprit son souffle, avant de jeter un oeil à la ronde. Beckett les regardait tous les deux, l'air inquiet.

« Tout va bien sergent ? »
« Oui merci »

Beckett lui tendit une gourde avant d'aller s'agenouiller devant la jeune femme.

Héléa, elle, reprenait difficilement sa respiration. Une douleur dans les côtes, à chaque respiration un peu forte, l'obligeait à controler complètement son souffle.
Elle n'avait pas peur, mais était quand même un peu intimidée. Habituée à se débrouiller seule, elle ne comprenait pas que tous ces hommes aient risqué leurs vies pour la sauver elle.

« Mademoiselle ? Comment vous vous sentez-vous ? »
Elle grimaça .
« Bof. Je dois avoir des côtes cassées, mon poignet me fait un mal de chien, sinon tout va bien. Du moins tant que les Wraiths ne m'auront pas retrouvée. »
« On va remédier à ça. Vous permettez ? »

Il déboucla le plus délicatement qu'il put son arme, puis ses plastrons.
Etant donné qu'il n'y avait que des hommes, il se contenta de la palper par-dessus ses vetements. Elle ne put retenir un gémissement de douleur lorsqu'il approcha ses côtes blessées.

« Bon effectivement vous devez avoir des côtes cassées, ou au moins fêlées. Votre poignet, on verra plus tard. Le plus important , c'est ce traceur. Je vais vous donner un sédatif. »

Elle esquissa un geste de dénégation.

« Ca va vous faire extremement mal. »

Lorne s'approcha.
Elle le regarda.
Après tout, pourquoi l'attaquer alors qu'il avaient tout fait pour lui sauver la vie ?

Elle regarda le médecin et lui donna son accord .
Il lui fit une piqure, et elle sombra.

C'est tout pour ce premier chapitre... Oui je sasis c'est court, mais je préfré ça et en mettre le plus souvent possible.
A vos reviews