Disclamer : Les personnages de Kenshin le Vagabond ne m'appartiennent pas, il appartiennent à Nobuhiro Watsuki.

Les yeux rouges

Chapitre 1 Le rouge

Rouge.

Rouge comme des fleurs de sang,

Comme la vie qui s'en va.

Rouge de désespoir.

Adieu.

Un océan m'engloutit, me tire vers le bas.

Une marée, qui sommeille en moi, me prend par le cou et m'étouffe.

Je manque d'air.

Rouge.

Les bouches qui m'ont souillées, m'ont aussi laissées des plaies.

Mon corps me fait souffrir, j'ai mal.

J'ai le mal de la vie.

Je ferme les yeux et je vois rouge.

Mon cerveau en est peinturé, je ne peux fuir le rouge.

Ma maison, mon refuge.

Ma vie qui passe et qui bascule.

J'ouvre les yeux.

Rouge.

Il n'y a plus que cela.

Tout me file entre les doigts,

d'abord mon corps, puis ma vie.

Je suis sèche et vide,

Tel un désert aride.

Je veux partir loin :

Loin des hommes, loin des mains qui me touchent et m'agrippe.

Un jour, j'ai crû à l'amour.

Celui avec un cœur rouge.

Celui qui fait du bien et qui fait mal.

Celui qui dure toujours, mais juste dans la tête.

Celui qui est plein de tendresse.

Celui auquel je n'ai pas droit.

Celui qui est absent et qui me blesse.

La bougie est encore allumé.

Elle m'hypnotise.

La flamme danse seule dans la nuit.

Elle sourit.

Elle me rend malade.

Elle est pleine de lumière et d'espoir.

L'espoir m'a déserté et la flamme me rend malade.

Elle me nargue.

Elle éclaire mon chemin alors que je me suis égarée.

Je veux l'éteindre, ne plus la voir, faire face au vide.

J'étire mon bras mollement, je n'ai plus beaucoup de force.

Je ne sens plus mes doigts.

Je dois fermer la lumière, c'est devenu impératif.

Vite, je chavire.

Ma main accroche un petit pot.

Il tombe lentement.

Sa chute est longue, elle emplit mon esprit.

Le silence l'accompagne.

Le pot prend de la vitesse, sa chute accélère.

Je retiens mon souffle.

La vie n'a plus de sens.

Et puis le choc, le contact avec le sol, avec la réalité et un bruit percutant.

Le pot se brise déversant sa contenu.