Je ne me sers que des personnages de Largo Winch mais j'ai pris une grande liberté dans la suite des événements. La saison un mais Joy quitte l'Intel quand Largo lui indique la porte, c'est donc un vigile qui trouvera la mort dans le hangar à Montréal.

_____________________________________________________

- « Largo tu ne peux pas refuser cette protection »

- « écoute Simon j'ai déjà deux gorilles qui me suivent à longueur de temps dans tous mes déplacements… Franchement des fois je me demande si tout cela en vaut vraiment la peine…

En disant cela Largo était vraiment découragé, après l'attentat dont il avait fait l'objet en compagnie de sa dernière petite amie en date et son ami Simon, Sullivan avait décidé de recourir aux services d'un groupe de gardes du corps afin d'assurer la sécurité de tous les membres du conseil.

Avachi sur son fauteuil Largo regardait droit devant lui, perdu dans ses sombres pensées, auparavant il n'avait qu'un seul garde du corps, une femme d'une redoutable efficacité elle s'appelait Joy Arden, il l'avait renvoyée sur les conseils de Diana…..

Diana….il avait encore mal lorsqu'il pensait à elle, mais le temps atténuait tout, malgré tout il avait veillé à ce que Jack soit bien placé dans une famille aimante et douce, par contre il ne savait pas qui était cette famille.

Le silence régnait dans le penthouse lorsque le bip de la porte indiqua que quelqu'un composait le code afin d'accéder au penthouse. La porte s'ouvrit laissant le passage à Georgi Kerenski l'informaticien de Largo et accessoirement garde du corps dans certaines situations particulières.

- « nous avons un problème Largo. »

- « pitié pas toi aussi, ce matin le conseil m'a carrément lessivé avec les nouvelles mesures de sécurité, la tour est devenue selon eux un camp retranché, nos partenaires trouvent les mesures de sécurité humiliantes pour eux.»

- « cela risque de durer….le type est assez doué pour avoir réussi à créer une brèche dans la sécurité de la Winch Bank en Thaïlande, si le mouchard installé n'avait pas fait son boulot il aurait réussi à détourner pas mal d'argent… d'ailleurs avant de partir il a laissé un petit mémo pour toi. »

Kerenski contourna le bureau et vint se placer devant le portable posé sur le bureau Simon le rejoignit aussi.

« bonjour Monsieur Winch j'espère que vous appréciez votre séjour dans votre tour de verre, car vous allez y rester un long moment avant que je ne me décide à vous porter le coup de grâce et vous tuer comme un chien errant, vous et les membres de votre éminent big board.»

- « où est le problème, tu peux le tracer et trouver où il se cache ? »

- « impossible, il s'est servi du système de notre filiale asiatique pour son boulot, donc pas moyen de tracer quoi que ce soit. Donc tu devras te passer de mes services et te trouver des gardes du corps, moi je me concentre sur notre Hacker. »

- « les gardes du corps sont déjà là…

Largo n'avait pas l'air très enthousiasmé lorsqu'il disait cela et il le fut encore moins lorsque son ange gardien se dessina devant la porte, ce dernier portait un costume sombre qui ressemblait à celui de Charly son chauffeur.

- « Bonjour Monsieur Winch je suis Tarek et voici Harmond votre second garde du corps… nous sommes à votre disposition…

Largo ne prit pas la peine de répondre, d'ailleurs il n'en eut pas l'opportunité puisque Gabriella s'encadra sur le pas de la porte pour lui demander de se préparer à son prochain rendez-vous.

Pesamment, Largo quitta son imposant bureau pour aller se préparer pendant que Simon quittait le penthouse en direction du bunker, en traversant le hall il crut reconnaître Joy qui accompagnait Cardignac à son rendez vous à l'extérieur de la tour.

La jeune femme en question portait un tailleur couleur grenat avec une paire de basket blanche fine, elle portait à la main un attaché case et une légère bosse déformait son habit.

Son visage était aussi fermé que celui de Cardignac, tous les deux fendaient la foule du hall d'un pas ferme et décidé, au dehors un chauffeur attendait au pied d'une grosse Mercedes.

Sans plus tarder ils s'y engouffrèrent et la voiture démarra.

C'est en se posant des questions que Simon franchit la porte de l'antre de Kerenski.

- « dis Kerenski tu connais le nombre de gardes du corps recrutés par Sullivan pour assurer la sécurité des requins du conseil ? »

Sans quitter son écran des yeux Kerenski répondit

- « douze gardes du corps et six chauffeurs pourquoi ? »

- « j'ai cru reconnaître Joy parmi eux. »

- « c'est Joy, il y a deux autre femmes dans ce groupe, mais Joy est la seule à travailler en solo. »

- « et elle n'est pas passée nous dire bonjour. »

Simon paraissait blessé par le désintérêt de celle qu'il considérait comme son amie si ce n'est une sœur de cœur bien que ses sentiments n'aient pas toujours été fraternels.

- « arrête, avant de t'emballer, elle est passée ce matin en arrivant, nous avons parlé un moment ensemble, elle semblait au courant de ce qui s'était passé à la tour depuis son renvoi, nous avons mis les choses au clair puis elle m'a chargé de te dire qu'elle essaiera de passer te voir ce soir à la fin de son service… elle t'appellera avant de passer.»

Ces derniers mots apaisèrent le suisse qui même s'il donnait l'impression que rien ne pouvait avoir prise sur lui était tout de même touché par tout ce qui provenait de ceux qu'il considérait comme sa famille.

Pourtant Joy n'avait plus donné signe de vie depuis ce jour funeste où Largo lui avait montré la porte, pas un mot ou une explication, elle était passée au bunker avait récupéré ses affaires puis était partie. Les trois hommes avaient fait la paix entre eux mais Joy avait refusé de leur parler à nouveau seul Kerenski avait trouvé grâce à ses yeux, il était le seul à avoir eu droit à une explication, malgré tout ce qu'il avait pu lui promettre Simon n'avait jamais su ce que les deux anciens ennemis s'était dits.

Malgré les refus de Joy répétés de lui adresser la parole Simon avait tout de même réussi à lui parler un soir, c'était il y a de cela deux mois, Joy revenait de l'hôpital, elle avait été blessée en protégeant une sommité de la politique.

Simon attendait au bas des marches de son immeuble, prés de lui se tenait une adolescente et celui qu'il supposait être son petit ami.

- « regarde Brad, c'est elle. »

- « qui elle ? Ah ! Tu veux parler de la bodygard de Winch. »

- « ex, elle travaille maintenant pour une grosse boîte de sécurité. »

- « comment tu sais tout ça toi. »

- « un soir, j'avais perdu mes clés de la maison et mes parents ne rentraient pas avant quelques heures, elle est arrivée et est rentrée dans son appartement depuis trois ans qu'elle vit dans l'immeuble, elle n'a jamais parlé à personne, par contre après le cambriolage dont ont été victimes les voisins, elle s'est occupée de l'achat du nouveau système de sécurité, puis on n'a plus entendu parler d'elle. »

- « ah bon ! Elle a l'air ennuyeuse comme la pluie cette fille. »

- « au contraire elle est gentille, je ne sais pas pourquoi elle est ressortie deux heures plus tard, et m'a trouvée sur le pas de la porte. Elle m'a fait rentrer chez elle, c'était vide, aucune photo rien qui puisse prouver qu'elle vivait dans cet appartement si ce n'est une photo d'elle et de trois hommes, j'y ai reconnu Winch et son meilleur pote puis un autre homme. Elle avait l'air heureuse sur cette photo…puis il y a de cela trois mois elle a changé, alors qu'elle commençait à devenir une vrai jeune fille, quelque chose s'est passée la lueur dans son regard s'est éteinte. »

- « arrête tu lis trop de romans, une femme capable de tuer de sang froid n'a pas de sentiments, tu ferais mieux de rester loin d'elle. »

Joy était parvenue à leur hauteur et à la lumière du lustre suspendu dans le hall ils purent tous voir son extrême pâleur.

- « Mlle Arden. »

La jeune fille s'était précipitée vers Joy en voyant son état.

- « Mélanie, que fais tu dehors toute seule ? »

- « je suis sortie avec Brad et il me ramenait, mais et vous ? Vous êtes blessée ! »

- « ne t'inquiète pas j'ai l'habitude… Rentre à présent la rue n'est pas sûre. »

En disant cela la voix de Joy exprimait une lassitude et son regard un vide, Simon en fut étonné, il quitta l'ombre du porche pour aller vers elle.

- « salut Joy. »

En disant ces simples mots Simon se sentait gauche mais avait surtout l'impression de violer l'intimité de celle qu'il considérait comme une sœur, avec le recul il se rendait compte de ce que son comportement avait pu avoir de blessant pour elle mais pour Kerenski aussi. En réalité son comportement n'était pas le seul en cause mais celui de Largo aussi, avec Kerenski Simon savait ce que Joy éprouvait pour son meilleur ami.

En entendant cette voix et en voyant apparaître son propriétaire le visage de Joy qui exprimait jusque alors une palette d'émotion se vida tout aussi rapidement et redevint le masque inexpressif que Simon avait connu au début de leur collaboration à tous les quatre.

- « que me veux tu ? »

Sa voix était sèche.

- « te parler. »

- « je n'en ai ni le temps ni l'envie. »

- « cinq minutes, c'est tout ce que je te demande. »

- « cela ne servira à rien, tout a été dit, il y a de cela trois mois lorsque Largo m'a chassé comme une malpropre. »

- « mais je ne suis pas Largo. »

- « je sais ça Simon, mais je veux oublier, est ce que tu peux comprendre. »

Pendant ce bref échange Joy n'avait pas croisé le regard de Simon une seule fois, debout elle ne lui présentait que son dos, lui refusant également l'accès à chez elle.

Elle lui en voulait à lui aussi, pas autant qu'à Largo mais elle lui en voulait, lui aussi avait joué au patron, au chef de la sécurité c'est ce que dit sa carte de visite.

Elle leur avait ouvert l'une des portes de son âme mais personne à part Georgi n'avait compris ce que cela représentait réellement.

Silencieusement ils s'étaient installés dans son cœur et dans son âme, mais lui d'un geste de la main il avait tout broyé tout démoli.

Et elle, pauvre fille malheureuse, elle rassemblait tant bien que mal les morceaux brisés de son cœur.

- « je comprends, mais je veux avoir moi aussi une chance de m'expliquer, une chance de te demander pardon. »

Doucement, précautionneusement il s'approcha d'elle et mit une main sur son épaule, si elle ne se dégagea pas la tension qui l'habitait ne la quitta pas pour autant et elle ne vint pas chercher réconfort auprès de lui.

Tout aussi doucement il la tourna vers lui, son regard à lui exprimait la contrition tandis que le sien n'exprimait rien si ce n'est une pointe d'amertume.

- « pardonne lui il…..

- « non, Simon je ne veux rien savoir, c'est lui qui t'envoie…..non à ton regard je sais que ce n'est pas lui….

- « alors pardonne moi Joy j'ai perdu tout sens de la mesure, et je me suis trompé… j'ai vraiment cru que j'étais le chef de la sécurité, bien que je n'en ai pas toutes les compétences. »

- « arrête Simon, tu commences à faire du bon travail. »

- « alors tu me pardonnes. »

Il la force à croiser son regard. De son côté elle ne peut réprimer un sourire, alors sa main se lève et caresse son visage.

- « amis. »

En retour il déclara « ami » également et avant de rejoindre sa voiture il lui embrasse délicatement le front. Il savait qu'il ne fallait pas abuser de sa patience, il reviendra demain pour prendre de ses nouvelles.