Me revoilà ! Pardon pour le retard, mais avec ce site qui bugue ... enfin vous savez ce que c'est. Et donc, voilà ma n ouvelle fic ! Dites mwa si ça vous plaît.

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Amestris, 2000 ans plus tôt.

Dans le sous-sol d'une maison se déroulait une étrange expérience. Le genre qui ne fallait surtout pas faire si l'on tenait à rester intact. Le genre qui était en fait une monumentale erreur en temps ordinaire était tentée dans cette maison. Mais cette fois, c'était encore pire. Cette expérience-là allait avoir un résultat plus que catastrophique, du moins pour ceux qui la connaîtrait. Mais allons voir de quoi il s'agit. Entrons d'abord dans la maison. En bois, comme un petit chalet. L'intérieur était simple, et malgré tout accueillant. Des parchemin encombraient la table de la salle à manger, des parchemins sur l'alchimie. Un poêle dans un coin du salon distillait un peu de chaleur, en ce froid mois de décembre. Une porte située au fond d'un couloir s'illuminait brièvement, avant que rais de lumière ne s'en échappent un long moment. C'est là qu'un pauvre fou réalisait son expérience maudite.

" Ah ... il ouvre les yeux ..." dit un homme devant une table.

Autour de lui, il y avait sept lit, où dormaient sept personnes. Dormaient était un bien grand mot. Disons plutôt qu'elles dormaient du sommeil qu'on dit éternel.

Dans un coin du sous-sol se trouvaient un grand bocal rempli de pierres rouges. L'alchimiste alla s'asseoir à côté. Cette transmutation avait été épuisante, elle lui avait nécessité tellement d'énergie. Mais grâce à son statut, il n'avait subi aucun dommage. Car il possédait toute la force qu'il fallait pour s'en protéger, ce qu'aucun autre alchimiste n'avait. En fait, il était le premier à y être parvenu, après sept cents ans d'existence. Le résultat dépassait toutes ses espérances. Il avait tellement de pouvoir que c'en était effrayant. Maintenant qu'il en avait l'habitude, il trouvait ça grisant. Un peu trop même.

Son expérience se redressa, et le regarda. C'était un homme, avec de longs cheveux d'un noir lustré, et des yeux d'un beau violet à la pupille en fente. Sur son front était dessiné un cercle d'ourobouros, avec une petite différence, à la place de l'étoile se trouvait la lettre oméga.

" Où suis-je ? Qui suis-je ?" demanda-t-il.

" Tu es chez moi, c'est moi qui t'ai donné la vie. Quant à ce que tu es, c'est tout simple : un homonculus. Un être humain artificiel." répondit son créateur.

" Un humain artificiel ? Je ne suis donc qu'une copie ?"

" Tu es mieux qu'un humain normal. Et ... mieux qu'un homonculus ordinaire. Si tant est que ce mot s'applique à ce genre de créature." reprit l'alchimiste en faisant un large mouvement du bras.

L'homonculus tourna la tête pour voir ce qu'il désignait. Il vit les sept lits, et leurs occupants qui semblaient être en train de fondre. C'était bien le cas, et il ne resta plus sur les matelats de larges tâches brunes.

" C'étaient des homonculus eux aussi ?" demanda-t-il.

" Oui. Sept péchés capitaux qui ont servi à ta création. Les capturer n'a pas été trop difficile. Tu es la réunion de ces sept péchés. A ce titre je t'apellerais ...voyons ... Darkness."

L'alchimiste se leva, et lui apporta le bocal de pierres rouges, qu'il ouvrit et lui donna.

" Tiens mange. Tu dois prendre des forces."

Darkness plongea une main dans le bocal et en retira une poignée de pierres qu'il regarda un instant dans sa main. Puis il prit l'une d'elles qu'il mit dans sa bouche. La saveur étrange se répandit dans sa bouche. C'était délicieux. Il engloutit ensuite les autres pierres, et piocha à nouveau dans le bocal en affamé. L' alchimiste sourit, et le laissa se nourrir. Il remonta se préparer à manger. Lui aussi avait faim. Un peu plus tard, il entendit Darkness monter. L'homonculus avait une brassière et un short noirs. Autour de ses biceps et de ses cuisses étaient dessinés une ligne rouge, autour de laquelle se trouvaient des boucles pointues de la même couleur ( Ndla : la même marque que sur le bras de Scar ).

Darkness était pieds nus, avec un bout de tissu noir autour des chevilles. Il se dirigea vers une fenêtre dont il tira le rideau. Son créateur termina son repas.

" Je voudrais que tu aille donner une petite leçon à un alchimiste du village. Il a osé me voler des pierres rouges." annonça-t-il.

" Tu me donne des ordres ?" demanda Darkness, sans quitter le paysage des yeux.

" Bien sûr, je t'ai créé pour me servir. Et ça te fera l'occasion de tester tas capacités." répondit l'alchimiste.

" Bonne idée." répondit Darkness.

Il se tourna vers l'alchimiste, et tendit une main. Ses ongles s'allongèrent et allèrent transpercer son créateur à l'autre bout de la pièce.

" Mais je vais le faire à ma façon." reprit-il en retirant ses ongles.

Le corps de l'alchimiste tomba avec un bruit sourd. Darkness le regarda avec indifférence un instant, puis sortit. Les gens du village le regardèrent, choqué par sa tenue légère. L'homonculus n'y fit pas attention. Des miliciens vinrent pour l'arrêter, pour attentat à la pudeur. Darkness n'eut aunc mal à se débarrasser de ces humains, qu'il envoya valser comme des quilles. Les paysans décidèrent de s'en mêler eux aussi. Darkness se changea en colone d'eau et les noya tous.

" Ce n'est pas un humain !" s'exclama une femme.

" Bien vu !" ajouta Darkness avant de la transpercer.

D'autres miliciens arrivèrent en renfort. L'homonculus frappa alors ses mains l'une contre l'autre, bras tendus. Il en résultat une puissante onde de choc qui les tua tous et causa également de gros dommages aux habitations alentour. Pris de panique, les villageois s'enfuirent. Darkness décida d'aller les chercher dans leur maison. Il découvrit qu'il pouvait voir à travers les murs de bois. Il défonça une porte d'un coup de pied. Un hurlement retentit, puis plus rien.

Darkness sortit tranquillement. Un homme alla pour l'assommer avec un gros bâton. L'homonculus transmuta son bras en pointe et l'empala. Un autre arriva avec une fourche. Darkness pirouetta pour éviter les pics, et soudain mordit la fourche. Le manche fut cassé en deux. L'homonculus dévora le manche avant de faire même avec le paysan. Ensuite, il en noya trois autres et en transperça cinq de plus. Darkness produisit une nouvelle onde de choc qui détruisit plusieurs maisonnées. Le village fut pratiquement rasé. Les gens avaient été cherché l'Ultimate Alchemist chez lui. Même s'il le trouvait arrogant et plutôt dangereux à cause de sa force, il était le seul à pouvoir vaincre cette créature.

" Ca alors il est mort !" s'exclama le boucher.

" On dirait que ce démon l'a trouvé avant nous." ajouta un paysan.

" J'en suis pas sûr. J'ai comme un doute tout à coup." fit un artisan.

Il décida de fouiller la maison. Arrivé à la cave, il comprit tout : Darkness avait été créé par l'Ultimate Alchemist. Du coup, leur dernier espoir venait de voler en éclat. Durant des mois, Darkness sema la mort et la destruction dans nombre d'endroits. Son nom se répandit rapidement dans le pays, et il apportait la crainte. A tel point qu'on évitait de le prononcer. A la place on disait le démon, le fléau. Plusieurs alchimistes avaient tenté de le repousser, voire de le détruire mais aucun n'y était parvenu. Darkness était bien trop fort.

A un moment donné, même un homonculus s'était opposé à lui. Une certaine Greed. Selon elle, Darkness marchait sur ses plates-bandes, et elle allait le lui faire comprendre.

" T'es plutôt pas mal comme mec, mais là tu vois ce village il est à moi. Alors t'es gentil mais tu dégage de là en vitesse." dit-elle un soir.

" Tu es une homonculus ?" demanda Darkness.

" Ouais, et à en juger par le petit dessin sur ton front j'en déduis que toi aussi." répliqua Greed.

" Tu es la première comme moi que je rencontre. Ca m'ennuierais de te tuer, mais si tu m'y oblige ..."

" Je ne meurs pas facilement tu sais." reprit Greed.

" Moi non plus."

Elle attaqua la première, et se heurta au bouclier de son semblable. Darkness répliqua en la frappant rudement, et Greed fit un vol plané. Mais elle retomba sur ses pieds. Les gens de leur côtés, observait le combat planqués dans leur maison. Il espérait sincèrement que Greed allait l'emporter, même s'ils ne l'aimaient pas beaucoup. Il valait mieux elle que Darkness. Soudain, l'homonculus de l'avidité se mit à hurler. Son semblable venait de lui arracher l'estomac, et le vidait des pierres rouges qu'il contenait. Privée de son moyen de régénération, Greed succomba à l'onde de choc de Darkness.

" Oh non ! " fit un villageois.

" Vite ne restons pas là, il va nous tuer !" dit un autre.

Ce fut la débandade, juste avant qu'une onde de choc de la part de Darkness ne balaie les maisons autour de lui. L'homonculus envoya une grosse vague d'eau raser d'autres bâtiments, poursuivant sa marche destructrice. Il y eut bien sûr des alchimistes pour lui barrer la route, mais Darkness déblaya rapidement son chemin. Au sommet de l'état, on n'en menait pas large. En deux ans, Darkness avait rasé des dizaines de villages, et tué des centaines de personnes.

Le roi d'Amestris décida alors d'envoyer son armée s'occuper de cette créature. Aux grands maux les grands remèdes. Un bataillon partit donc pour le dernier endroit où l'homonculus des ténèbres avait été aperçu. Ce dernier les vit arriver, et afficha un sourire :

" Tout ça pour moi ? Je suis flatté." dit-il.

Darkness décida que pour une fois, il ne les attaquerait pas de front. Il avait une bien meilleure idée : les décimer de l'intérieur. L'homonculus captura un soldat chargé de quelques courses dans un village, et prit son apparence. Ensuite, il se rendit au campement des soldats du roi. Petit à petit, Darkness décima une bonne vingtaine d'entre eux, et dévorait les corps pour le faire disparaître. A chaque fois il prenait l'apparence de l'un d'entre eux. Mais le chef du bataillon commençait à comprendre son manège.

" J'ai bien peur que ce fléau ne soit parmi nous. Ca expliquerait toutes ces disparitions." dit-il à ses subordonnés.

Il lança aussitôt une recherche, avec le signalement de Darkness. Hélas, comme de dernier changeait de tête comme de chemise, c'est vraiment le cas de le dire, il était impossible pour le bataillon de le repérer. Ce fut la panique au sein du bataillon : tout le monde accusait tout le monde, et les soldats continuaient à disparaître les uns après les autres.

Le roi fut bientôt informé de l'échec de son bataillon, avec une grande surprise il faut bien le dire. Si même ça n'était pas venu à bout de cette créature, qui le pourrait ? Le roi envoya bien un autre régiment, qui ne résista pas non plus à l'onde de choc de l'homonculus, ni à ses ongles acérés et tout le reste. Darkness semblait tout bonnement invincible. Trois ans passèrent. Cela faisait donc à présent cinq années que l'homonculus faisait régner la terreur dans le royaume d' Amestris. Et puis un jour ...

" Le grand moment est arrivé. Vous allez devoir combattre un ennemi dont vous n'avez pas idée de la puissance, bien que l'on vous aie bassiné avec ça pendant quatre ans. Vous représentez l'élite des alchimistes nationaux, c'est donc à vous de combattre ce fléau." clamait un homme qui passait et repassait devant vingt personnes alignées.

Face à l'échec que connaissaient les forces armées, le roi avait décidé quatre ans plus tôt de former vingt alchimistes pour combattre l'homonculus. Une formation intensive avec des élèves triés sur le volet. Le dernier espoir d'une nation terrorisée. Les vingt alchimistes furent donc envoyés à Darkness. Il était bien sûr hors de question de l'attaquer de face. Ce serait la mort assurée, et ils ne pouvaient pas se le permettre. Les alchimistes prirent donc l'homonculus par surprise, sur un vaste cercle de transmutation. Darkness parvint à le briser.

Les alchimistes furent donc contraints de se battre. Mais rien ne semblait pouvoir atteindre l'homonculus.

" On a plus qu'un seul choix : il faut qu'on l'enferme. Unissons notre alchimie c'est notre unique chance ! " dit l'un d'eux.

Tous se rendirent à cet argument. Tous l'attaquèrent simultanément. Darkness se retrouva donc momentanément hors course. Les alchimistes unirent encore leur force, pour créer une prison capable de garder ce fléau. Entièrement en métal. Ensuite, ils enterrèrent l'épais cube qui contenait le plus terrible des homonculus. Et prièrent pour que jamais plus il ne refasse surface.