Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Avant-Propos:

Ceci une fic très...spéciale.

En fait, au début j'avais des pistes pour faire une fic sur les frères Dumbledore, qui se sont ensuite élargies à la période de troubles qui entoure la Première Chute de Voldemort. Finalement, j'ai préféré ne pas rester sur les deux Dumbledore, parce que ça me paraissait trop ardu et j'ai pu lire des passages de fic qui me suffisent sur ce point-là, en attendant que JKR précise tout ça si elle le fait un jour.
Puis l'idée m'est venue d'utiliser le genre du song-fic, les one-shot qui tournent autour des paroles d'une chanson.

Sauf que j'avais déjà prévu plusieurs chapitres, et donc j'ai envisagé de faire chaque chapitre sur le concept d'une songfic.

Mais, je me suis demandée si j'avais le droit de recopier directement comme ça des paroles que je n'avais pas inventées... Et la Charte de (où je publie en premier) interdit en effet de recopier des paroles de chanson, ce qui a le mérite de respecter les droits d'auteur.
Mais on ne me fait pas lâcher une idée si facilement ! J'ai donc contourné le problème en choisissant de traduire en français des chansons en anglais qui m'inspiraient pour construire mes chapitres.

Cela m'a obligé à éliminer des chansons françaises qui auraient parfois mieux convenu à la situation, mais cela m'a aussi permit, grâce à mes traductions très librement adaptées, d'essayer d'orienter les paroles vers la scène qui m'intéressait.

Le résultat n'est donc pas exactement une sonfic, mais plutôt une medley-fic, si on peut dire… Totalement expérimentale, c'est une fic "d'ambiance", assez sombre dans l'ensemble, et peut-être déroutante.


Remerciements: à Wanderin (/u/984670/), ma relectrice préférée.

Disclaimer: L'univers et les personnages appartiennent à JK Rowling.

Ce Slow Glorieux est accompagné des paroles traduites et très librement adaptées de la chanson "Dreaming", du groupe Pow Wow.


1 : Ouverture : Glorious Slow

"Karkaroff prit une profonde inspiration.
– Il y avait Antonin Dolohov, dit-il. Je… je l'ai vu s'acharner sur d'innombrables Moldus et sur des… des opposants au Seigneur des Ténèbres.
– Et vous l'avez aidé dans sa besogne, murmura Maugrey.
– Nous avons déjà arrêté Dolohov, dit Croupton. Il a été capturé peu après vous."

Tome 4, chapitre 30 (La Pensine)

"Il faut vraiment vouloir la souffrance de l'autre, Potter!

– J'ai été et je reste la plus loyale servante du Maître des Ténèbres. C'est lui qui m'a appris à maîtriser les forces du Mal et je connais des sortilèges d'une telle puissance que tu ne seras jamais de taille à rivaliser avec moi, pauvre petit bonhomme…"

Tome 5, chapitre 36 (Le seul qu'il ait jamais craint)


.

Autour de moi, la bataille fait rage, mais nous sommes bien évidemment en position de force. C'est fou ce que ces idiots sont maladroits, ça en est pitoyable. Oh, ils s'acharnent, bien sûr, comme tous les autres.
Il se croient héroïques, ces minables. Pauvres taches !
Ils ne se rendent même pas compte qu'ils sont une souillure à la magie, ces amoureux de moldus, Sang-de-Bourbe et autres Cracmols…
Mais je suis confiante, un jour ou l'autre ils seront tous rayés de la carte jusqu'au dernier ; et c'est bien tout ce qu'ils méritent.

Non mais regardez-les, ces moins que rien ! Celui-ci hurle comme un goret, et elle, là, se bidonne comme une dératée. Aucune résistance, à peine quelques Doloris et ils perdent tous leurs moyens ! Et ça se prétend être des sorciers, ça ? Ha ! Laissez-moi rire!

Notre Maître est invincible, il sait ce qu'il fait, et j'aurai bientôt la satisfaction de vivre dans un monde beaucoup plus sain.

Pour l'heure, mes comparses ont terminé et transplanent sans plus attendre au lieu de la mission suivante. Ils connaissent mes goûts, ils me laissent toujours faire les finitions, j'adore ça.

Le dernier dégénéré de la maisonnée me contemple en haletant, les yeux écarquillés et la bouche ouverte, tout hébété. Je l'observe froidement sans bouger, et le voilà qui se met à balbutier. Il bave et agite les mâchoires comme une carpe sortie de l'eau, c'est répugnant. Il baragouine un charabia que lui-même ne comprend même pas, à coup sûr.

Eh, qu'est-ce que tu crois, gros nase ? Que je vais te laisser la vie sauve ? Regarde bien, je vais me montrer encore plus charitable que ça : je vais abréger tes souffrances !

D'un ample mouvement théâtral, avec une lenteur calculée, je l'extermine avec emphase.
Alors, je ressens une fois de plus cet instant fugace et extraordinairement intense, ce sentiment d'être toute puissante ! Une reine, une reine impériale !

C'est exactement comme un rêve
Je sais précisément ce que tu veux dire,
Tu te sens comme une reine,
Une reine encore en pleine jeunesse

Mais, aussi rapidement que d'habitude, cette impression enivrante prend fin. En quelques coups de baguette rageurs, je désintègre les cadavres en petits tas de poussière perdus au milieu du formidable chaos. Je fais flotter la glorieuse Marque des Ténèbres dans le ciel sans étoiles, et je vérifie une dernière fois qu'on les a tous eus, qu'il n'y a pas eu de témoins encombrants. On ne sait jamais, mieux vaut deux fois qu'une.
Pas de doute, mission accomplie dans les règles de l'art.
Je transplane à mon tour, forte de la double satisfaction du devoir accompli et du travail bien fait.

¤§¤§¤§¤

Allons, Cissy, calme-toi. Tu le savais, pourtant, que les parents avaient arrangé ce mariage depuis longtemps. Ils t'ont accordé un sursis, mais maintenant que Dolohov s'est fait prendre… Et puis tu ne lui crachais pas dessus, le Lucius, quand tu étais à Poudlard… Oh oui, les années de libertinage sont finies, ma belle, et ton cœur est à Azkaban, je sais bien; mais il faut savoir s'accommoder.
Tu te complais dans le passé, arrête…

C'étaient les jours de fleurs,
Quand tout le monde t'aimait;
C'étaient tes jours de gloire,
Et le ciel était si bleu

Mais si les fleurs sont parties pour trop longtemps
Rien ne peut t'empêcher de chanter cette chanson

Oui, je me suis mariée avec Rodolphus, et alors? Je ne vois pas le rapport ! Un mariage d'amour ? C'est vrai, mais tu sais, c'était aussi pour leur couper l'herbe sous le pied, aux parents. J'ai presque trente ans, je ne pouvais vraiment pas attendre plus longtemps, ils auraient fini par s'en charger à ma place. Moi aussi, j'ai fait une croix sur ma vie de libertine… Mais je vais te dire une chose: si tu te débrouilles bien, ça ne t'empêche pas vraiment de continuer, pas vrai ? Et c'est bien aussi, d'en avoir un à toit toute seule, tu verras… Tu as encore de belles années devant toi, Cissy !
Tu m'écoutes ? Non, ne compare pas Antonin à Rodolphus. Lui, il n'est pas faible au point de se laisser attraper comme un bleu. Mais oui, Dolohov était doué, qu'est-ce que tu veux dire ?! Je ne le perdrai pas ! Pourquoi tu dis ça ?!
De toute façon, très bientôt il n'y aura plus de danger, nous aurons éliminé toute la vermine et le Ministère sera complètement infiltré ou corrompu… Quoi, Sirius ?! Cet immonde ingrat de traître à son sang n'osera jamais se retourner contre nous !

Tu en doutes ? Tu blasphèmes, ma chère ! Moi j'y crois ! Et Rodolphus ne se fera jamais arrêter, je te le dis !
Pas dans la réalité ? Pas encore, soit… Mais mon rêve se réalisera, Cissy !

Mon rêve, je veux juste me raccrocher à mon rêve,
Il n'y a pas d'autre solution, je crois:
Traverser l'océan de ma crainte;
C'est la vérité dans mon cœur

Alors pour l'instant range-toi à leur décision, deviens une respectable épouse, tu verras que tu ne perdras pas ton temps… Et le jour viendra où tu pourras avoir tes rendez-vous galants en toute discrétion ! Patience, ma belle !

Mais si tes amants sont partis pour trop longtemps
Rien ne peut t'empêcher de chanter cette chanson

Ce n'est qu'un incident de parcours, Cissy, relève-toi, la marche continue ! Nous avançons toujours, victorieux et glorieux aux côtés du Seigneur ! Nous ne connaîtrons pas d'autre déconvenue, je te le promets ! Plus rien ne nous arrêtera !

Mon rêve, je veux juste me raccrocher à mon rêve,
Il n'y a pas d'autre solution, je crois:
Traverser l'océan de ma peur;
C'est la vérité dans mon cœur

Oui, Narcissa, je te l'assure ! Notre cause est juste, nous purifierons le monde, sans que rien ne puisse nous arrêter !
Nous vaincrons ! Toujours Pur !

Il n'y a pas de nuages sur mon âme
Il n'y aura pas de tristes nuages
Aucune pluie ne tombera si je pleure
Et tu ne pleureras pas
C'est la vérité dans mon cœur