Le Temps des Roses

Docteur Gribouille

Pleurer, lui reste t-il– 2006

Un doux soleil d'automne traverse les branches nues des arbres, et baigne de sa lumière dorée le parc, au chemin bordée de hauts arbustes impeccablement taillés.

Assise sur un banc en bois, elle regarde devant elle, sans accorder la moindre importance au monde qui l'entoure.

Son regard bleu azur se perd dans un océan de souvenirs. Un fin sourire se dessine sur ses lèvres pâles.

Que la vie parait longue lorsque l'on ne possède plus rien ! Elle-même n'existe presque plus. Son nom, son rang, son prestige ont été effacer d'un simple coup de baguette. Elle a été obliger de fuir, emportant avec elle des bribes de mémoires d'un passé oublié.

Seule et abandonnée de tous, elle est le trait d'union entre un monde magique aux valeurs ancestrale, que l'on s'efforçait autrefois de cacher aux yeux des moldus. Elle est le témoin privilégié d'un monde en ruine et de sa reconstruction. Elle a connu les heures de gloire et les heures sombres, les familles déchirées par une Terreur sans nom. Elle est la chroniqueuse du malheur et d'espoirs déçus.

Aujourd'hui, elle est orpheline, veuve et mère inconsolable. Elle ne reconnaît plus le monde qu'elle a côtoyé auparavant. Elle a préféré fuir, plutôt que d'affronter le regard des autres. De toute façon, aurait-elle eut le courage de se battre une dernière fois ? Elle est fatiguée. Elle voudrait dormir, pour toujours. Fermer les yeux, ne plus rien voir, ne plus rien entendre.

Narcissa, c'est une destinée effroyable et grandiose, l'ange funèbre des temps révolus.

Où sont les roses ? Où sont les rires ? Où sont les danses ?

Elle se souvient de cette belle enfant aux cheveux d'or et aux yeux mutins, qui vivait sans se soucier du lendemain. Elle était aimée, en ce temps là.

Son âme de femme fatiguée est habitée du spleen de Baudelaire. Le silence l'apaise.

Les années trompent la mémoire, embellissent le passé.

"Madame Malefoy ?"

Elle sursaute et descend de son petit nuage. Elle tourne la tête en direction de la voix, et réprime une grimace.

"Madame Malefoy ! Il faut rentrer maintenant…Vous allez prendre froid sinon."

Narcissa Malefoy pousse un soupir, attrape sa canne et se lève tant bien que mal. L'infirmière lui adresse un sourire chaleureux et lui tend son bras.

Ensemble, elles marchent dans l'allée où les feuilles des arbres jonchent le sol.

Où sont passés les roses de sa jeunesse ? Elles sont mortes, fanés à jamais…

Fin


Quelle étrange chose que le mot « fin » ! Ai-je vraiment terminé cette histoire ? Apparemment oui. Je crois qu'il n'y a pas besoin d'ajouter autre chose dans cet fic, l'essentiel y est.

Je voudrais remercier, une fois de plus, Owlie Wood, Leo la vanille, Amano Ai, Lily, Marina, Erylis, Habby, KloOnah et sans oublier ceux qui m'ont simplement lu de m'avoir soutenu durant ces 3 semaines. Un million de bisous pour vous !

A bientôt pour une autre histoire, elle sera sans doute plus joyeuse que celle-ci, je vous le promets !

Encore merci et gros bisous !

Docteur Gribouille