Titre : J'achète ton amour

Auteur : Kary-chan

Traductrice : Shali Maxwell.

Couple : 1x2 et 3x4 entre autre...

Disclaimer: Les jolis petits personnages de cette histoire appartiennent à la Sunrise. Et l'histoire en elle-même (de cette fic) appartient à Kary-chan.

Genre : AU, Lemon, OOC, Slash yaoï, donc ceux qui ne supportent pas les relations entre hommes, passez votre chemin.

Présence d'un lemon dans ce chapitre

o...o...o...o...o

J'adresse un grand merci pour vos reviews à marnie02 ; kalymerho ; Nass ; elodiedalton ; shuichi ; oOoO Black siri OoOoO ; x-Shinigami-x ; Catirella ; ilham ; ElangelCaido et princessMimiko.

o...o...o...o...o

J'achète ton amour

Chapitre 27.

J'aime ce que je vois et ce que tu dissimules

J'aime ce que tu montres ou insinue

J'aime ce que tu fais ou imagine

Je t'aime dans ce qui est étranger et ce qui est mien

Il était étonné par cette saveur !... ces lèvres... il ne pouvait pas cesser de les embrasser... de serrer son corps dans ses bras tandis qu'il le conduisant vers le lit... il ne pouvait pas l'éviter... il avait besoin de le sentir près de lui... il était avec son Heero bon sang !... son époux !... il ne pouvait plus continuer à agir comme s'il était un simple inconnu... c'était l'homme qu'il aimait !...

Mais alors quelque chose se passa... le corps de Heero se tendit et il sentit qu'il le repoussait avec force. « - Laisse-moi !... tu es un homme... ! » cria Heero en regardant avec quelque chose s'apparentant à de la rancœur Duo. Il essuya ses lèvres avec le dos de sa main. « - Jamais je ne ferais ça avec un homme... » Mais ce qui le préoccupait plus c'était qu'en vérité il avait apprécié ce petit moment... « - Jamais je ne tomberais amoureux d'un homme ! »

« - Ah… » Dit Duo en fermant les yeux et détournant un peu la tête... « - Ca suffit ! Je suis fatigué Heero ... Je suis fatigué ! Je refuse de te perdre une seconde fois ! Je refuse de continuer à attendre comme un idiot dans cet endroit, attendant que tu te rappelles de moi... souviens-toi bon sang !... » Dit-il en se mordant la lèvre inférieure, tandis que des larmes coulaient déjà sur ses joues... « - Pourquoi est-ce que tu mets tant de temps !... Est-ce parce que tu ne veux pas te souvenir de moi ?... » Voulait-il vraiment l'oublier ?..

Et j'aime ce que tu dis, ce qui te fait taire

J'aime tes souvenirs, tes manques de mémoire

J'aime ton parfum, tes fragrances

J'aime tes baisers et la distance

Heero était triste et surpris... il ne restait plus rien de la colère qu'il ressentait à cause des baisers volés... il pleurait... ce garçon pleurait pour lui... il ouvrit les yeux... il avait déjà fait pleurer Duo avant... n'est-ce pas ?... il porta une main à son front... oui... mais il l'avait aussi fait sourire... mais pourquoi... ? Les images étaient tellement brouillées...

« - Souviens-toi de moi ! » Cria Duo, attirant de nouveau son attention sur lui.

J'aime ce tu es et ce que tu peux

J'aime ce que tu affirmes, ce que tu nies

J'aime ce que tu dis, ce que tu penses

Je t'aime dans ce que tu mesures et ce que tu pèses

« - Ou au moins... au moins... est-ce que tu te rappelles de Di ?... » Demanda-t-il tandis qu'il prenait sa natte en main et la détachait, dispersant ses cheveux dans son dos et ses épaules. « - Te rappelles-tu d'elle ?... parce que si c'est ainsi... je te jure que je redeviendrais elle... seulement pour toi... seulement... seulement pour être à nouveau avec toi... et que tu m'aimes de nouveau... » Il sentit que Heero s'approchait de lui, il pensait qu'il allait le rejeter et sortir de la chambre... sûrement Heero le traiterait-il de fou n'ayant rien compris de ce qu'il lui criait...

"Tu es mien... tu le seras toujours..."

"Tu es mon petit trésor..."

"Je te veux, je t'aime, je t'adore !"

Des échos du passé résonnaient dans sa tête, des images défilaient une par une accompagnant ces échos, finalement cette obscurité se dissipa, finalement cette voix qui l'appelait toujours, et qui maintenant lui faisait face : Duo...

« - Ce n'est pas nécessaire... parce que j'aime seulement Duo... » Répondit Heero tandis qu'il l'embrassait « - Je t'aime seulement toi... »

« - Heero ?... » Duo se recula un peu pour regarder les yeux de Heero, qui maintenant le regardait avec une lueur de joie dans les yeux.

« - J'aime seulement mon Duo... » Dit-il en s'approchant de lui donner un baiser... un baiser qui commença avec tendresse pour devenir ensuite plus passionné, plus empressé, plus désespéré... rempli d'amour...

Finalement... finalement... ils étaient de nouveau ensemble…

Et j'aime ce que tu recueilles, ce que tu laisses

J'aime ta joie et tes tristesses

Je t'aime dans le corps et dans l'âme

Je t'aime dans tes moments de crise et dans tes moments calmes

Ils restèrent enlacés, Heero reposant sa tête contre l'épaule de Duo, respirant le parfum de ses cheveux qui n'avait en rien changé, il serra contre lui ce petit corps qu'il adorait tant, il était tout simplement heureux et en même temps tranquillisé par l'essence de Duo... en l'ayant dans ses bras, en le sentant de nouveau contre lui, parce qu'en fait, aucun n'avait cessé d'appartenir à l'autre.

Son corps sanglotait encore entre ses bras, ses mains se saisissaient à sa chemise, même s'il était là, il avait l'impression qu'il allait partir, ou qu'il réveillerait se réveillerait d'un rêve. Mais la chaleur que lui transmettait le corps de Heero lui disait le contraire, ce n'était pas un rêve, il était avec lui.

« - Doucement Duo... calme-toi... » Lui disait Heero de cette voix calme et pleine d'amour, avec la voix qu'il avait toujours consacré à lui.

« - Heero... » Fit Duo, prononçant son nom dans un soupir. « - J'ai pensé sérieusement que je t'avais perdu de nouveau, que c'était le destin qui faisait en sorte que nous ne soyons jamais ensemble. »

Le jeune homme aux yeux cobalt sentit Duo serrait un peu plus fort son corps, et il lui rendit son étreinte lui aussi. « - Je suis ici... je suis revenu... » Parce que finalement cette obscurité était une chose du passé...

J'aime ce que tu demandes et ce que tu donnes

J'aime tes caresses, tes offenses

J'aime tes moments et qui sont éternel

Je t'aime dans ton ciel et dans ton enfer

Il prit son visage entre ses deux mains, lui faisant comprendre qu'il était là... qu'il serait toujours avec lui, il approcha son visage, et bientôt il sentit les lèvres douce de Duo contre les siennes, il l'embrassa doucement...

Ses mains descendirent dans son cou, caressant ses épaules pour ensuite placer à nouveau une main sur la joue de Duo, tandis que sa sœur commençait à déboutonner la chemise du joli garçon pour ensuite la laisser tomber au sol, caressant ses épaules en faisant de légers cercles avec ses mains, parcourant ses bras de cette même façon jusqu'à prendre ses mains et les enlacé aux siennes, il pouvait sentir de Duo frissonner sous ses attentions.

Heero le coucha sur le lit, caressant son corps, et l'étreignant collant leurs corps l'un contre l'autre le plus possible... il avait été loin de lui durant tant de temps... et maintenant qu'il n'était plus une chimère et un souvenir, c'était une nécessité de l'avoir près de lui... fondant sa peau avec la sienne le plus possible...

Et j'aime ce que tu aimes, je t'aime

Je t'aime d'un amour sans double bord

Je t'aime et je ne pourrais pas ne pas t'aimer

Je sais que toi, tu aimes la même chose

Ses doigts caressaient chaque détail du visage de Duo, caressant ses joues pour ensuite aller caresser doucement ses lèvres, il se perdit dans ses beaux yeux violets qui les avaient envoutés la première fois qu'il les avaient vus.

Ses lèvres se posèrent sur les siennes après qu'il ait retirait ses doigts, goutant la douce saveur de Duo, tandis que ses mains descendaient sur la peau douce de l'abdomen du jeune garçon, ses lèvres descendirent dans son cou, embrassant son épaule, embrassant sa poitrine et parcourant à nouveau le chemin du retour vers ses lèvres. Ses mains soucieuses de sentir sous lui le corps complètement nu de Duo, déboutonnèrent le pantalon, et l'enleva ainsi que les autres vêtements qui le gênait encore, puis ses mains caressèrent la peau des épaules, la peau de ses hanches et de ses jambes.

« - Je t'aime… » Susurra Duo en le regardant, et son regard reflétait ses mots... les mots n'étaient pas nécessaires car une seule caresse ou un seule regard pouvait dire autant, Heero lui sourit avant de lui déposer un autre baiser sur ses douces lèvres.

Sans cesser de l'embrasser, ses mains descendirent lentement sur ses hanches, parcourant ses cuisses jusqu'à l'entre-jambe, et prenant entre ses mains le membre de Duo et de le masturber alors que sa langue parcourant chaque recoin de la bouche chaude de son aimé.

Le garçon aux yeux violets entreprit alors d'enlever sans rapidité la chemise de Heero, redécouvrant le corps de son époux, ce dernier était enchanté par les caresses de ses douces mains, et sentait des frissons très agréables lui traverser le corps quand les doigts de Duo se mirent à caresser son dos.

Duo déposait des petits baisers dans son cou et mordillait aussi son oreille, l'érection de Heero devenait gênante dans son pantalon, c'est pourquoi il le retira rapidement avant de se replacer sur Duo, complètement nu, il sentait la peau de Duo contre la sienne, et retrouvait des sensations longtemps oubliées.

La main qui continuait à masturber son aimé abandonna sa tâche pour descendre vers l'entrée intime de son amant, Duo poussa un petit gémissement en sentant le doigt de Heero entrer en lui, le préparant doucement, un second rejoignit rapidement le premier et les gémissements de Duo devinrent plus bruyant, certains était étouffés par la bouche de Heero qui l'embrassait.

Quand l'entrée de Duo fut suffisamment préparée par ses doigts, les jambes du natté entourèrent la taille de son amant, et ce dernier fit pénétrer doucement la pointe de son membre en lui, évitant de blesser Duo.

Le silence de la chambre n'existait pas, parce qu'on entendait de légers gémissements provenir des deux amants, bien que les gémissements de Duo témoignaient un peu de sa douleur, en sentant que Heero n'était pas vraiment en lui.

Quand Heero fut totalement en lui, il patienta quelques secondes afin qu'il s'habitue, il couvrit le visage de Duo de petits baisers, lui disant qu'il l'aimait et plein d'autres mots d'amour, Duo poussa un soupira et indiqua à Heero de commencer à bouger, et ce dernier s'exécuta, ses hanches se déplaçait en un rythme plaisant pour tous les deux, tandis que sa main continuait à masturber le jeune garçon aux yeux violets.

Sa main fut bientôt aspergé d'un liquide blanchâtre qui fut accompagné par un gémissement de Duo, et il arriva lui aussi à sa limite en relâchant sa semence en Duo, Heero s'écroula sur lui, faisant attention à ne pas trop l'écraser, et il regarda ses yeux, et le sourire qu'arborait le garçon aux yeux améthystes...

Et j'aime ce que tu aimes, je t'aime

Je t'aime d'un amour sincère en t'offrant le mien

Je t'aime avec fierté

Parce que je suis né de ton amour

« - Je t'aime... » Dirent les deux amants en même temps avant d'officialiser cette déclaration d'amour par un baiser...

Le corps humide de Duo resta contre celui de Heero, qui continuait à jouir de la sensation de sa peau nue contre celle de Duo, sa main caressait ses longs cheveux, comme il l'avait fait tant de fois depuis la toute première nuit qu'ils avaient dormi ensemble...

« - Heero.. » Appela Duo après quelques minutes de silence.

« - Oui... ? »

« - C'est le tien… » Lui fit le jeune garçon en lui tendant la main et laissant tomber un anneau de mariage.

« - Oui, ça l'est… » Dit-il en prenant l'anneau. « - Et il démontre que tu es mien... » Dit-il d'une voix douce.

« - hey... ne dis pas cela. » Répondit Duo, quelque peu fâché en relevant la tête pour regarder Heero. « - Je n'aime pas que tu me nommes co... » Mais fut réduit au silence par le doigt de Heero qui se posa sur ses lèvres tandis qu'il souriait.

« - Et il démontre aussi que je suis tien... et je le serai toujours... » Et il l'embrassa très tendrement.

/8888888888888888888888888/

Il avait reçu la lettre de Quatre qui lui disait qu'il voulait l'aider... il sourit de toute ses dents, cela était beaucoup mieux que ce à quoi il s'attendait, il marchait rapidement dans les rue, il savait que c'était dangereux de marcher dans Sahuatoba, surtout avec cette enquêtrice et Milliardo, parce qu'il connaissait bien son ami, il savait qu'il était probable qu'ils aient déjà découvert la vérité... mais qu'ils réussissent à l'attrapé... c'était une chose différente...

Il frappa à la porte de la grande maison, et rapidement on lui ouvrit et on le conduisit dans le bureau du patron, là Quatre l'attendait déjà, lisant des documents et ne leva les yeux que quand il entendit la porte se fermer.

« - Tu n'as pas tardé à arriver… » Dit le jeune avocat en refermant la chemise contenant les papiers qu'il consultait.

« - Les affaires ne doivent jamais se faire attendre. » Répondit Treize en souriant largement tandis qu'il surveillait tout les gestes de Quatre qui indiquerait que tout cela était un piège, il y avait pensé, si Milliardo était au courant de sa culpabilité, c'était très probable que Winner le sache aussi, mais il paraissait assez tranquille et agissait comme le Quatre qu'il connaissait, il ne paraissait pas en colère, ni autre expression qui aurait pu le trahir.

« - Oui, je crois que tu as raison… » Répondit-il en se levant de son siège. C'était vrai, Quatre maintenait un visage neutre et calme, mais ses mains se serraient fortement en un poing, et ses jointures en devenaient blanches.

Il s'approcha lentement de Treize, tandis que ce dernier voulait mettre les mains sur l'héritage dès que possible. « - Et ou... où sont les papiers que je dois signer ? »

« - Avant cela nous devons mettre des choses au clair, Treize. » Dit-il en se plaçant devant lui, arborant toujours un sourire faussement calme, le cœur au bord des lèvres tellement il battait fort... là en face de lui, se trouvait l'être répugnant qui avait ôté la vie à Dorothy... sa respiration commença à s'accélérer... et d'un geste rapide et brusque que Treize ne vit pas, il le prit par le col de sa chemise pour l'approcher avec fureur de lui. « - Et la première chose dont nous allons parler, c'est ce que tu as fais à Dorothy, salopard ! » Cria-t-il alors qu'il lançait son poing dans le visage de Treize alors qu'il le tenait toujours par sa chemise.

Ce dernier se contenta de sourire ironiquement. « - Pourquoi m'accuses-tu ? »

« - Je l'ai vu malheureux... j'ai trouvé la note que tu lui as envoyée ! »

« - Et as-tu pensé que cette note était pour que nous nous voyons pour autre chose... et une autre personne a ensuite profité qu'elle était dans le motel pour lui faire... cela ? » Sa voix était moqueuse et ironique.

« - Ne joue pas les innocents Treize ! » Répondit Quatre alors qu'il acculait Treize contre un mur. « - Tu sais bien que nous connaissons tous quel catégorie de personne tu es... »

Treize éclata de rire, et profitant de la distraction de Quatre, il échangea leurs positions, maintenant c'était lui qui accolait Quatre contre le mur, il était évident qu'il était plus fort que le blond, et tout ce temps il avait joui de la colère de l'avocat, donc tout ceci était un piège, comme il l'avait soupçonné... mais pas de la police, mais de lui... beaucoup mieux pour lui de cette façon... après avoir tué Quatre, il prendrait tous les papiers en rapport avec l'héritage Yuy... « - J'admets que Dorothy était une femme très belle, mais elle n'était pas faite pour être avec un homme comme toi... tu n'as jamais pensé qu'elle cherchait peut-être un véritable homme... parce que finalement... » Il le regarda de haut, et souriant avec moquerie. « - Ne t'es-tu pas tourné vers l'ami de Yuy ?... »

« - La… La ferme. » Lui ordonna Quatre, Treize le maintenait collé à la paroi avec une main tandis qu'avec l'autre lui maintenait la tête. « - Dorothy n'était pas ainsi... »

Quatre serrait les dents et bien qu'il essayait de se défaire de la prise de Treize, c'était impossible, son corps tremblait, pas de peur, mais de colère, d'impuissance... ce maudit démon était se moquait de lui... se moquait de sa douleur.

« - Ca ne me surprend pas que tu es changé de bord... » Dit-il en haussant un sourcil. « - En voyant le "délicat" mari que tu étais… » Avec le doigt, il parcourut la joue de Quatre. « - Ca ne me surprend pas du tout... surtout de la part d'un ami de mon frère... » Le doigt descendit, et s'arrêta sur son cou que Treize empoigna finalement et commença à serrer.

Il jouissait de voir ces yeux couleur bleus le regarder avec fureur... « - C'est amusant... Dorothy avait le même regard avant de mourir... » Susurra-t-il d'une voix qui indiquait que l'aîné Maxwell jouissait complètement de voir la même expression...

Le jeune blond se contenta de fermer les yeux devant le commentaire de Treize, plus par impuissance que par peur, il était résigné... ne pourrait-il pas dire au revoir à Trowa, à Mariana ?... Ne reverrait-il plus jamais ses yeux verts ?... et qu'arrivera-t-il à son amour s'il le quittait ?

/8888888888888888888888888/

Une main caressait les cheveux de Duo, une manie qu'il avait (et c'était tellement bizarre de rappeler de comment cela avait commencé... bizarre, mais satisfaisant), et Duo sourit, c'était tellement irréel d'être de nouveau dans les bras de Heero.

Heero sourit à son tour, il caressait avec l'autre main les lèvres de Duo, et il le sentit sourire, il n'avait pas besoin de lui demander pourquoi il souriait, puisque les raisons étaient plus qu'évidentes, cette nuit ils s'étaient de nouveau liés l'un à l'autre après des mois de séparation, de cauchemar et d'incertitude.

« - Que ferons-nous maintenant, Heero ? » demanda Duo en se relevant sur un coude, le silence qui avait régné quelques minutes auparavant venait d'être brisé par sa voix et par le son des draps et des couvertures en déplaçant son corps.

« - Rentrer… » Répondit sans vraiment le penser Heero, oh oui, il devait rentrer pour faire payer à celui qui était à l'origine de tous ses mois de séparation de Duo...

« - Oh... » Il n'était pas très heureux à l'idée de retourner à Guadiana tout simplement parce que cela signifiait qu'ELLE devrait aussi revenir... Heero remarqua que quelque chose n'allait pas en entendant le timbre de voix que Duo avait utilisé pour répondre, c'est pourquoi il lui caressa la joue.

« - J'ai pensé... que peut-être ensuite nous pourrions acheter une maison dans cette ville... où tu pourrais être Duo... Et seulement Duo... » Dit-il simplement, il prit le bras du garçon pour l'allonger contre lui. « - Qu'en penses-tu ? »

« - Sérieusement ?... » Demanda-t-il en se collant contre Heero, revenir dans leur ville d'origine était une torture pour lui... et l'idée de Heero lui paraissait tellement tentante.

« - Sérieusement... » Lui répondit-il en l'embrassant dans les cheveux et en entourant de ses bras son petit corps dans une étreinte chaude. Il devait rentrer... pour envoyer Treize finir sa vie en prison pour avoir essayé de le tuer... parce qu'il s'en rappelait aussi... le sourire ironique et victorieux de ce dernier... une bête... parce que sincèrement Heero n'avait aucun autre mot pour le décrire... c'était seulement une bête intéressait par sa survie et qui attaquait sa propre famille... il ne se préoccupait seulement que de lui-même...

/8888888888888888888888888/

« - Bonjour Monsieur Barton » Salua la domestique qui lui ouvrit la porte, Trowa répondit à la salutation par une inclination de tête alors qu'il enlevait son manteau.

« - Ou est Monsieur Winner ? »

« - Ah, il est occupé avec un client dans son bureau, Monsieur. » Répondit la jeune fille en prenant le vêtement du jeune homme. « - C'est Monsieur Maxwell, il me semble. » Termina-t-elle tandis qu'elle s'éloignait pour aller accrocher le manteau.

Trowa fut étonné par cela, Treize ?... que faisait-il là... ? Bon, sûrement qu'il venait par parler de l'héritage de son ami... « Maudit parasite » Pensa-t-il tandis que ses poings se fermaient de rage et qu'il marchait vers le bureau, il ne pensait pas que Quatre soit tracassé s'il interrompait une visite comme celle-là.

Mais au moment où il ouvrit la porte, sa main se porta presque automatique à son pistolet qu'il gardait toujours sur lui... « - TREIZE LÂCHE-LE ! » Ordonna-t-il sans se demander pourquoi il osait attaquer ainsi Quatre, le visage du blond montrait déjà de légers signes d'inconscience, il poserait les questions ensuite.

L'aîné des Maxwell fut effrayé devant l'interruption inattendue du "petit-ami" de cet avocat, cela ruinait ses plans, et en outre... « - Bien sûr... comme tout paysan vil que tu es, tu portes une arme... »

Trowa haussa un sourcil devant le commentaire de Treize. « - Exact... on ne jamais sur quel animal dangereux on peut tomber… » Déclara Trowa en marchant vers lui sans séparer son doigt de la gâchette. « - Maintenant lâche Quatre, maudit animal... »

« - Tu le veux ?... attrape-le » Fit Treize sans se départir de son sourire et en lançant Quatre vers Trowa, ce dernier le reçut dans ses bras mais avec la vitesse du mouvement il lâcha son arme sans le vouloir et un coup de feu retentit, il ne vit pas où l'arme se glissa, sous un meuble où autre, ni si la balle avait atteint sa cible, mais Treize, comme le rat qu'il était, profita de ce moment d'inattention pour s'enfuir loin de la maison.

« - Quatre... » Appela Trowa en touchant sa joue, le visage du blond était encore tiède... c'était bon signe...

Les yeux bleus s'entrouvrirent, les mains du blond saisirent le vêtement de Trowa... « - Trowa... je l'ai senti... j'ai senti comme elle... cette peur... » Réussit-il prononcer avec difficulté et la voix rauque.

Le corps de Trowa eut un léger frémissement en entendant ces mots, il caressa les cheveux de Quatre en l'attirant un peu plus contre lui. « - sssh… tout va bien, Quatre... » Même si ce maudit Treize avait prit la fuite, Quatre allait bien...

Mais Quatre nia avec la tête. « - Non Trowa... cette peur de laisser l'être aimé, je l'ai ressenti... je n'ai pas craint pour ma vie... j'ai eu peur de te laisser... toi et Mariana... » Il ferma les yeux et soupira... « - Ca va te paraître étrange mais... maintenant que tu... sais ma dernière pensée... je suis plus... tranquille... »

Trowa se contenta de sourire et déposa un baiser sur le front de son amant. « - Quatre... pourquoi ce bâtard voulait-il te tuer... ? Pour l'héritage de Heero ? » Quatre secoua la tête.

« - C'est lui qui a tué Dorothy... je l'ai découvert dans une lettre qu'il avait envoyé à Dorothy et j'ai voulu m'en charger... » Il se mordit la lèvre inférieure et serra le poing.

« - Quatre... tu aurais dû le dire à Milliardo, et ne pas essayer de tout faire tout seul !... »

« - Mais ce démon ne mérite pas la prison, Trowa ! » Dit-il en serrant les dents « - Il mérite seulement de mourir !.. »

La réprobation de Trowa mourut dans sa gorge en percevant la douleur du blond à travers ses mots. « - Quatre... peut-être que dans ce monde il n'existe pas de punition suffisante pour t'avoir arraché une vie aussi précieuse pour toi… mais crois-moi que quand ça sera l'heure pour lui, il sera très bien jugé… » Dit-il d'une voix calme.

Le blond se contenta de soupirer et d'acquiescer. « - Et maintenant par ma faute, il s'est échappé... » Il avait donné une occasion à Treize de s'échapper et de se cacher... alors qu'il l'avait sur un plateau d'argent.

« - Ne t'en fait pas, nous informerons dès que possible Milliardo... en outre... peut-être qu'il est blessé.. » Dit-il, tandis qu'il cherchait des yeux sur le sol du bureau une trace de sang qu'il lui prouvait qu'il avait touché ce lâche... il trouva presqu'immédiatement, il y avait quelques gouttes de sang près de la porte et dans le couloir, mais ensuite il n'y avait plus rien, sans doute Treize avait arrêté l'hémorragie avec quelque chose.

Ce bâtard avait de la chance, mais ils l'attraperaient tôt ou tard...

/8888888888888888888888888/

Ce maudit Barton l'avait blessé avec son stupide tir perdu... il avait donc décidé de se rendre chez sa mère pour lui demander de l'argent et s'enfuir très loin d'ici définitivement... il se cacherait peut-être en Europe... il se tenait avec force l'épaule où coulait encore un peu de sang, mais pas suffisamment pour laisser des traces sur le sol quand il marchait.

Il entra dans la maison, tout paraissait tranquille, et c'était le mieux, et il se félicitait encore pour avoir décidé que maintenant il n'y aurait qu'un serviteur pour s'occuper de toute la maison, il n'y avait donc pas danger que quelqu'un le croise et lui demande pourquoi il avait le bras en sang.

Sa mère n'était pas dans le salon, ni dans le boudoir où elle avait pris l'habitude de toujours passer ses après-midi, il se dirigea donc vers l'escalier pour se rendre dans le bureau de son père.

Sa mère le conservait encore comme il l'était avant la mort de son père ; et la femme se trouvait là, dos à la porte et apparentement elle tenait quelque chose, il pouvait voir qu'elle sanglotait... pleurait-elle encore cet homme ?... c'était une chose que Treize devait admettre, sa mère avait réellement aimé son père, et ça lui avait fait mal de le perdre... pas seulement à cause du côté économique, comme Duo et lui l'avaient pensé... mais parce qu'elle... l'avait réellement aimé et ça l'étonnait.

Il entra dans la pièce. « - Mère. » Appela-t-il d'une voix douce qu'il utilisait toujours quand il allait demander quelque chose à sa mère, que se soit de l'argent ou pour lui cacher quelque chose, cette fois il lui demanderait les deux choses.

Le corps de la femme sursauta en entendant la voix soudaine de son fils, elle se tourna brusquement vers lui dans un sanglot, ses yeux étaient rouges à cause des larmes et ils reflétaient une étincelle de haine. « - Comment as-tu pu ! » Hurla-t-elle en se jetant sur lui. « - Comment as-tu pu, maudit démon !... Tu l'as tué... tu les as payé pour qu'ils assassinent ton père ! » Cria hystériquement la femme en frappant la poitrine de son aîné.

Treize ouvrit de grands yeux sous la surprise, c'était quelque chose que personne n'aurait dû apprendre... à moins que... les personnes qu'il avait contracté pour faire cela étaient venu pour réclamer davantage d'argent en échange de leur silence ou quelque chose de ce genre-là...

Tout avait été très facile... ils l'avaient attendu sur le bord de la route pour l'attaquer, faisant passer cela pour une attaque, et ils avaient fait en sorte de se cacher le visage au cas où son père survivrait à l'attaque... mais ça n'avait pas été le cas.

« - Mère… » Fit Treize en la prenant par les épaules, mais il avait abandonné sa voix calme, à présent, il utilisait un ton autoritaire...

« - Toi… C'est toi qui n'aurais jamais dû naître ! » Cria-t-elle, alors que ses larmes continuait à couler, des larmes de colère. « - Oh mon dieu… qu'ai-je fais… qu'ai-je fais à mon enfant...?... » Dit-elle en se détachant de Treize, l'expression de son visage changeant peu à peu.

Son fils se contenta de lui dire avec un éclat de rire ironique, après tout, pourquoi se préoccupait maintenant de la vie qu'elle avait fournie à Duo ?... « - Cela n'importe pas... il est mort… » Dit-il avec un sourire.

La femme s'appuya contre le bureau. « - Maudit sois-tu... c'est toi qui n'aurais jamais dû naître ! » S'écria-t-elle en se lançant à nouveau sur lui, seulement cette fois, elle avait dans sa main un coupe-papier qu'elle avait prit sur le bureau, et elle le planta brusquement dans la poitrine de son fils, Treize toussa un peu avant de tomber à genoux au sol, la douleur dans la poitrine était violente... mais il n'eut pas le temps d'analyser cette douleur puisque sa mère, avec la même expression démente sur le visage, le frappa au nouveau, lui faisant à nouveau ressentir cette douleur mais à une plus forte intensité... la femme était terrifiée... furieuse... et surtout repentie... Puis Treize ne bougea plus du tout... « - Tu n'aurais jamais dû naître démon... »

/8888888888888888888888888/

Ils allèrent au commissariat dès que le jeune avocat en fut capable et que les couleurs de son visage soient un peu revenues, ils devaient alerter Milliardo et Noin que Treize était le coupable.

Quand Trowa et Quatre arrivèrent devant le bureau de Milliardo ils croisèrent ce dernier et Noin qui en sortaient, les deux couples se firent face, chacun surpris de la pâleur de deux d'entre eux...

« - Treize… » Commença Trowa en tendant un papier, Noin fronçant les sourcils en prenant le papier et en le lisant, elle ne dit rien, se contentant seulement de regarder Quatre, et soupira, Dieu... Monsieur Winner avait voulu rendre justice lui-même, et cela avait seulement causé que…

« - Nous revenons de chez les Maxwell… » Leur dit-il, faisant un signe de les suivre, marchant avec rapidité. « - Et Madame Maxwell a perdu la tête en apprenant tout ceci et… » Étrangement la voix de Milliardo s'éteignit, comme si ça lui coûtait dire ça...

« - Elle a tué Treize... » Leur expliqua Noin avec tout le calme du monde. « - Je suppose que c'est vraiment ce que l'on peut appeler la justice divine... » Fit-elle une intonation de déception dans sa voix... elle avait été presque sur le point de l'arrêter et de clore cette affaire !...

« - Quoi ? » Demandèrent Quatre et Trowa en même temps, choqués par ses nouvelles..

« - Elle est devenue hystérique et c'est allé très loin... » Leur répondit Milliardo en omettant le commentaire de Noin, lui aussi était frustré par cela... la mort avait été une sortie trop facile ce pourquoi Treize devait payer, même si on considérait qu'il était mort des mains de la même personne qui lui avait accordé la vie...

« - Madame Maxwell a été interné dans un hôpital psychiatrique... Nous allons à présent faire les usages routiniers... enfin Milliardo va faire cela... en ce qui me concerne, l'enquête que l'on m'a assigné prend fin... » Dit-elle, serrant dans les mains le papier que lui avait donné Trowa.

« - Très bien Mademoiselle Noin... vous avez fait ce que vous avez pu pour cette affaire, et je dois dire que ce maudit Treize a eut ce qu'il méritait... » Dit Quatre, son regard était maintenu dans le vide... finalement... il pouvait être en paix sachant que le meurtrier de Dorothy était à présent mort.

/8888888888888888888888888/

« - Wow... cette histoire est digne d'un livre... » S'exclama Jésus en ébauchant un sourire en regardant Heero et Duo, ces derniers, avec aide d'Isabel avaient mis plus ou moins le docteur au courant de la situation entre eux. « - Dommage... il m'a gagné les faveurs de Duo… » Dit-il en secouant la tête et en prenant une mine déçue... ou du moins il essayait de la prendre...

Duo rougit sous le commentaire, se disant qu'il était fou de dire ça surtout en voyant le sourire de Heero à cet instant... ça serait mieux s'il ne souriait pas.

« - Oh, Heero, mon frère disait seulement cela pour plaisanter. » Essaya de le calmer la jeune fille en voyant le "sourire crispé" de Heero.

« - Oui… je plaisantais... » Fit Jésus sur un ton qui disait "je ne plaisantais pas entièrement..."

« - Il vaudrait mieux que tu laisse Duo de côté... » Dit Heero, voulant changer de sujet parce que vraiment cette imitation de sourire faisait plus peur qu'autre chose. « - J'aimerais que tu t'unisses à moi pour un projet qui consisterait à réunir des médecins afin de soigner les gens qui ne peuvent pas se permettre de payer un médecin et de leur fournir des médicaments... cette ville pourrait être un bon point de départ... »

« - Je me disais bien que tu serais un bon docteur... au moins cela explique pourquoi tu pouvais soigner avec efficacité.. » Jésus sourit sincèrement. « - Et ça me paraît être une excellente idée… si tu m'acceptes comme un de ces médecins... »

« - Bien sûr... parce que je compte sur ton aide pour trouver d'autres médecins... »

« - A vos ordres mon Général !.. » Lui répondit Jésus en imitant un salut militaire qui s'approchait un peu de ceux que faisait André.

Les jeunes hommes se sourirent comme pour pactiser le marché déjà mentionné, quand André entra dans la petite pièce, ses joues étaient teinté d'une couleur rose très pâle, presqu'imperceptible, seulement chez lui on le remarquait tout de suite tant s'était flagrant.

« - Eh... Isabel… » Fit-il après avoir salué les présents d'un léger mouvement de tête, dans sa tête il y avait des pensées plus importantes que demander pourquoi Heero et Duo avaient l'air tellement proches... il se pencherait là-dessus plus tard, mais pas aujourd'hui... son cœur battait tellement fort qu'il pouvait l'entendre bourdonner à ses oreilles, un de ses mains était un peu moite, et elle serrait avec force un papier, tandis que l'autre se dissimulait nerveuse dans la poche de son veston.

« - Oui ? » Fit la jeune fille en souriant, un peu inquiété par l'attitude du garçon.

« - Je... j'ai besoin de parler avec toi... » Ah, la voix semblait nerveuse aussi... la jeune fille fronça un peu les sourcils avant de se lever pour suivre André hors de la salle, à l'écart des autres.

« - Que t'arrive-t-il pour que tu sois aussi nerveux ?.. » Demanda-t-elle en souriant pour tranquilliser André.

Il se contenta de soupirer et se tourna vers elle. « - Ils m'ont appelé sur le front... » Dit-il directement en la regardant dans les yeux.

« - Ah… » Répondit la jeune fille alors que le sourire disparaissait de ses lèvres et elle se mit à trembler légèrement des pieds à la tête... « - Qu... quand dois-tu partir ?.. »

« - Au plus tard vendredi... mais... Isabel... je... » Sa main était toujours nerveusement caché dans sa poche. « - Je voudrais savoir si... tu m'attendras ?.. »

« - Ah ?... Bien sûr… Je suis ton amie, je t'attendrais tranquillement ici… » Répondit-elle en ébauchant à nouveau un sourire.

André sentit un frisson glacial lui parcourir le corps... « -... Je me référais à... » Il sortit finalement sa main de la poche, fermée en un poing, et la souleva face au visage de la jeune fille en ouvrant les doigts pour qu'elle puisse voir dans sa paume un joli anneau « - au fait que tu veuille te marier avec moi... » Ses joues devinrent un peu plus rouge. « - Je t'ai toujours aimé Isabel... et... si tu me dis oui... j'aurai une très grande raison pour revenir… » Mais il ne put finir sa phrase en sentant la jeune fille se jeter sur lui, entourant son cou avec ses bras en lui donnant un baiser sur la joue.

« - Evidemment que je t'attendrais... pour me marier avec toi... idiot… » André se contenta de répondre par un sourire, serrant encore plus Isabel contre lui... après tout, ça n'avait pas été aussi difficile d'admettre ses sentiments… et mieux que tout... ils étaient partagés... une partie de lui poussa un énorme soupir de soulagement tandis qu'il continuait à serrer dans ses bras la personne qu'il aimait tant.

/8888888888888888888888888/

Duo soupira d'approbation à mesure qu'ils approchaient de Sahuatoba, ils s'étaient d'abord rendus à Guadiana, et ils avaient causés un grand remue-ménage au Domaine, dans un sens favorable, parce que tous les employés étaient heureux de voir à nouveau leurs patrons en vie, et bien sûr, très désireux de savoir comment ils étaient revenus de la mort...

Après avoir donné plus ou moins une explication sur ce qu'il s'était passé (en omettant comme toujours des détails qu'ils n'avaient pas besoin de connaître) ils s'étaient ensuite rendus dans la ville d'origine de Duo, où ils avaient l'intention de contacter Trowa et Quatre, les deux garçons étaient indispensables s'ils voulaient commencer une nouvelle vie.

« - Allons... nous y serons dans pas longtemps.. » Fit Heero en prenant sa main.

« - Ce n'est pas cela... » En vérité... tout le monde l'avait cru mort (avec qui avaient-ils confondu son corps ? il ne savait pas) et cela voulait dire que sa famille aussi le considérerait mort... mais à présent... ils sauraient que ce n'est pas le cas... Voulait-il réellement se sortir de ses liens familiaux avec eux ?... Oui, et il savait que seul la mort serait la solution...

Mais regrettablement, des nouvelles comme celles-là se répandaient rapidement... c'est à dire... la ville de Sahuatoba était grande, mais certains de ses habitants aimaient savoir tout de la vie des autres personnes... ainsi... si quelqu'un le voyait là, tout serait immédiatement su... puis il se mit à penser que s'était surprenant que son secret est été gardé durant tant d'années...

« - Alors qu'est-ce que c'est ?... »

« - C'est que... c'est un peu gênant d'être... à nouveau... elle... » Fit Duo en jouant nerveusement avec quelques mèches de ses cheveux, ça le dérangeait d'être à nouveau... Di.

Heero lui caressa la joue pour seule réponse... il s'approcha lentement de lui jusqu'à ce que ses lèvres soient près de son oreille. « - Mais je t'ai déjà dit... que j'aimais seulement Duo... Duo et son sourire... Duo et ses beaux yeux, Duo et son rire... » Dit en l'embrassant lentement. « - Duo et son cœur.. » Il lui sourit et lui déposa un baiser sur son front puis un autre sur ses lèvres.

Le garçon aux yeux violets sourit et acquiesça avec la tête, en se blottissant encore plus contre Heero, il ne se lasserait jamais de cela, de l'étreindre et de l'embrasser, ni de ses démonstrations d'affection et d'amour que son époux lui donnait.

Ils décidèrent que le mieux était d'aller à la maison de l'avocat, alors que le carrosse approchait, le cœur de Duo palpiter chaque fois plus vite... Quatre serait-il très surpris de les voir là... plus vivant que jamais ? Que dirait-il ? Que ferait-il ?... enfin bon, cela restait à le découvrir, le carrosse s'arrêta juste en face de la maison, Heero descendit et lui offrit sa main pour l'aider, ils savaient que devant des étrangers, ils devaient agir comme ils l'avaient toujours fait... en feignant que Duo était en réalité une femme.

« - Allons-y.. » Encouragea Heero tandis qu'ils montaient les escaliers, ils frappèrent à la porte et une seconde après la porte s'ouvrit et la domestique poussa un cri, ils ne surent jamais si ça avait été un cri de panique, de joie, de surprise ou les trois mélangée...

Évidemment ce cri attira tous ceux qui vivaient dans cette maison, y compris le propriétaire, et son hôte, et tout se passa très rapidement, y compris la réaction des employés de cette maison qui fut très semblable à celle des employés du Domaine...

« - Duo ! » S'exclama Quatre en s'approchant au garçon pour l'éteindre, c'était bizarre, il savait que Duo était en vie, mais le voir là... devant lui en souriant... c'était tellement... irréel... et fantastique… que son sourire s'agrandit encore plus, et il s'accentua encre plus en voyant la personne à côté de Duo... Heero... lui aussi il était vivant...

« - Vous allez tout nous raconter... » Leur dit Trowa une fois après qu'il ait salué Heero et Duo...

« - En fait... c'st une longue histoire.. » Fit Heero en souriant, ainsi les quatre jeunes hommes se dirigèrent vers le salon pour ce qui aller être un long récit...

/8888888888888888888888888/

Tout fut un peu difficile à assimiler... son frère était mort, sa mère était dans un centre psychiatrique... il ne regrettait pas la perte de Treize, et... peut-être que sa mère aurait dû être internée dans un lieu comme celui-ci depuis longtemps, mais même ainsi, il c'était difficile d'assimiler que ce qu'il avait appelé parfois "famille" était complètement fini...

Il suivit l'homme dans le sombre et étroit couloir, on entendait seulement le son de ses pas et celui des clés que l'homme avait accroché à sa ceinture. À un moment, l'homme s'arrêta, prit les clés et ouvrit une des portes, en faisant un geste à Duo pour qu'il entre.

Duo déglutit en se mit en marche, entrant dans la petite chambre, le corps d'une femme se trouvait dans le coin, difficile à repérer à cause du peu de lumière qui entrait par une très petite fenêtre... Il s'approcha de ce corps.

Il entendait qu'elle balbutiait quelque chose tandis qu'elle avait les bras replié contre sa poitrine et berçait quelque chose... « - Mère... » Fit Duo d'une petite voix, il ne voulait pas déranger la femme, celle-ci tourna la tête vers lui, le regardant... et ensuite elle sourit...

« - Viens voir Treize... vient voir ton petit frère... il est tellement joli... il ressemblera à ton père quand il grandira... et il aidera au Domaine... » Elle lui montra le tas de couvertures qu'elle tenait dans ses bras comme s'il s'agissait d'un bébé.

Duo sentit un nœud dans sa gorge, et déglutit difficilement avant de sourire un peu, ou du moins, il essayait de le faire... « - Il est... joli... maman... » Puis il se couvrit la bouche de sa main... ce nœud dans sa gorge l'empêchait d'en dire plus... ça n'allait pas... c'était elle qui lui avait donné la vie... elle ne lui avait démontré aucun amour maternel mais... il se pencha vers elle et la serra dans ses bras.

« - Oui... il est très joli... mon enfant… » La femme ignora l'étreinte de Duo et continua à bercer le "bébé".

A présent, la seule famille, indépendamment de Heero qui lui restait... c'était sa mère...

/8888888888888888888888888/

« - Je suis étonné Quatre.. » Commenta Heero après avoir vérifier les papiers que lui avait tendus le blond. « - Tu es réellement très compétent dans ton travail... » Quatre se contenta de sourire. « - Bien... Si tu aimes ton travail... c'est compréhensible... » Continua Heero.

Même s'ils ne voulaient pas le dire, les deux hommes étaient légèrement nerveux, Duo avait voulu aller visiter à sa mère seul... En raison de l'état de la santé de la femme, elle était internée dans ce centre et non en prison pour le meurtre de son aîné.

« - Si je ne l'aurais pas fait pour toi... Tout cet argent serait tombé entre les mains de Treize... »

« - Il vaut mieux ne pas penser à cela, et penser plutôt au futur… Je suis content de voir que ton projet de médecins pour les plus nécessiteux marche bien... »

Heero acquiesça. « - Et tout ça grâce à vous de nouveau... »

« - Vous irez vivre à Mapimí alors ?... » Demanda Trowa.

« - Il es probable que oui... c'est là-bas que Duo pourra être réellement lui-même... et pour son bien-être et son bonheur, c'est le mieux... »

« - Je suis d'accord » Répondit Quatre en souriant. « - Bien que vous serez loin de nous... »

« - Vous serez toujours les bienvenus quand nous emménagerons, mais nous avons encore du temps pour cela... » Mais en vérité, il comptait acheter une maison à Mapimi le plus rapidement possible.

/8888888888888888888888888/

Elle était sortit faire un tour en ville pour s'aérer l'esprit, et éviter de penser au fait qu'elle n'avait pas reçu de lettre de Wufei depuis longtemps... il pouvait y avoir beaucoup d'explications à cela... mais elle ne devait pas être préoccupé ou son bébé recevrait tous ces sentiments, elle caressa son ventre, il ne restait pas longtemps avant que le petit naisse.

Elle leva les yeux et vit un visage très connu sortir d'un bâtiment légèrement lugubre... elle hâta un peu le pas pour l'atteindre, elle ne pensait pas que se serait très prudent de crier son nom comme une folle au milieu de la rue, par chance, elle put l'atteindre avant qu'il monte dans une voiture.

« - Duo !.. » S'écria-t-elle à quelques mètres de lui, le jeune garçon se retourna, étonné d'entendre son nom et il fut surpris de se retrouver face à...

« - Hilde ! » Le visage de la jeune fille s'illumina un peu plus, et il était clair que son visage lumineux était dû à ses mois de grossesse... quand elle était partit du Domaine, il n'avait pas su où se trouvait la fille... sa mère lui avait seulement dit qu'elle était partit loin du Domaine de Guadiana pour chercher ses rêves... et il avait prié pour qu'elle les obtienne... « - Cela faisait longtemps.. » Dit-il avec un sourire tandis qu'il la prenait dans ses bras et lui déposait un baiser sur la joue.

« - Oui... je suis contente de vous voir.. » S'exclama-t-elle avec un sourire sincère.

« - Moi aussi je suis content de te voir, surtout que je n'ai pas eu de nouvelle de toi depuis cette fois... »

« - Oui... c'est parce que... » Elle se mordit la lèvre inférieure et jouait nerveusement avec ses doigts... Que dirait Duo si elle lui disait... qu'elle s'était marié avec Wufei ? C'est à dire... le garçon avait été autrefois amoureux de lui...

« - Tu n'as pas à te justifier parce que tu as voulu partir du Domaine... » La tranquillisa Duo en voyant la nervosité de la jeune fille.

« - Ah... et vous vous êtes réconcilié avec Monsieur Heero ?... » Demanda-t-elle.

« - Oui... » Lui répondit-il avec un sourire qui montrait le bonheur qu'il ressentait en étant avec Heero.

« - C'est bien ! J'étais inquiète que vous ne vous soyez pas réconcilié, parce qu'on remarquait qu'il vous aimait beaucoup... » Duo rougit au commentaire de Hilde... « - Vous l'aimez beaucoup vous aussi... n'est-ce pas ? » Demanda-t-elle pour se rassurer un peu, parce que même en sachant cela, elle continuait à avoir peur de la réaction de Duo.

« - Oui... » Répondit Duo.

De nouveau Hilde sourit. « - Et vous êtes heureux maintenant ? » Demanda-t-elle une nouvelle fois en posant une main sur son ventre pour le caresser, cette action ne passa pas inaperçue au jeune garçon.

« - Très heureux... » Fit-il en souriant largement. « - Et maintenant Mademoiselle dis-moi qui est le père de ce petit bébé ? » Dit-il en indiquant son ventre sans cesser de sourire, il avait l'impression que si Hilde lui posait autant de question c'était précisément pour éviter que lui il ne lui demande cela.

« - Wu... fei… » Répondit-elle en rougissant fortement et en regardant le sol.

Duo resta sans voix... pas parce qu'il était fâché, pas du tout au contraire, il était simplement... surpris ! Il ne lui serait jamais venu à l'esprit que Wufei et Hilde étaient mariés... et la question qui lui vint à l'esprit, fut : comment ?...

« - Tu m'accompagnes prendre un café ? » Demanda-t-il en lui souriant « - Nous avons beaucoup à nous dire, n'est-ce pas ? » On pouvait voir dans son sourire qu'il était heureux, il souhaitait le bonheur de Wufei, et le sien aussi maintenant...

Hilde regarda le sourire de Duo, et alors elle sut que tout allait bien, que le garçon se réjouissait pour eux... Elle soupira. « - Bien sûr que je vous accompagne... »

« - Hilde.. »

« - Oui ?... »

« - Tutoie-moi.. » Dit-il avec un petit rire.

/8888888888888888888888888/

En vérité, Heero n'était pas vraiment content quand il se coucha cette nuit-là, depuis que Duo avait à nouveau parlé de Wufei, même si c'était pour dire : « il s'est marié avec Hilde... » Car lui, il ne voulait plus jamais entendre ce nom-là... mais il s'était contrôlé... c'était un ancien soupirant de Duo... et Duo l'aimait lui maintenant et c'est tout ce qui importait... il s'était seulement contenter de faire son "sourire crispé" qu'il avait acquis après avoir passé tant de temps avec Jésus à Mapimí.

« - Et maintenant tout va pour le mieux... » Dit Duo alors qu'il soulevait les couvertures pour se coucher à côté de lui, et il se pencha vers lui. « -... Tu ne devrais pas être jaloux... » Dit-il amusé, avant de l'embrasser.

« - Qui est jaloux ? » Dit-il avec un air innocent, mais son "sourire crispé" le trahit à nouveau.

Duo se mit à rire, faisant sourire Heero à l'entente de son rire communicatif. « - Je vois bien que tu l'es... » Dit-il avant de déposer ses lèvres sur les siennes.

« - Hn. » Grogna Heero, étant découvert. Il l'embrassa avec force, comme pour lui dire avec ce baiser qu'il était seulement sien, et à personne d'autre... le message fut bien transmit car Duo continua à rire tandis qu'il s'approcher pour l'embrasser à nouveau, en lui murmurant contre ses lèvres : « - Je t'aime aussi. »

/8888888888888888888888888/

La fille était recroquevillée dans un coin de la pièce, assise à même le sol, avec un morceau de papier serré entre ses mains, et son visage était mouillé par ses larmes qui coulaient sans interruption de ses yeux bleus...

Elle porta les deux mains à sa bouche, quand au simple souvenir de son nom dans son esprit la firent encore plus pleurer... elle ne pouvait pas le croire, ce n'était pas vrai...

« - Wufei.. » Cria-t-elle dans un sanglot déchirant avant de se couvrir le visage avec les mains. « - Wufei, Wufei... » Répéta-t-elle, sa voix noyé par les larmes.

Elle poussa un fort soupir, sortant ses forces dieu sait où... elle devait le prévenir lui aussi... après tout... elle savait qu'il avait de l'affection pour lui... elle le voyait bien... de plus, Duo était le seul dans cette ville qui pourrait lui apportait un peu de réconfort...

Elle ferma les yeux en posant sa main sur son ventre arrondis, tandis que des larmes cristallines coulaient encore sur ses joue...

/8888888888888888888888888/

« - Hilde... quelque chose ne va pas ? » Demanda Duo en voyant le visage défait de la jeune fille quand il descendit dans le salon pour la recevoir, il était content de recevoir sa visite, mais en voyant il sut que quelque chose de mauvais était arrivé.

La jeune fille se jeta dans ses bras, le serrant très fort contre elle, comme pour trouver en lui, la force nécessaire pour dire quelques mots... « - Duo... Wufei... Wufei… » Sa voix se brissa tandis que de nouveaux sanglots apparaissaient... « - Il est mort ! » Pleura la jeune fille en serrant encore plus fort Duo.

A cette nouvelle, Duo eut l'impression de recevoir un seau d'eau froide... et rapidement, des larmes lui monta aux yeux tandis que son corps tremblait... Avait-il bien entendu ? « - Ma... mais.. »

« - Il était en première ligne... il... Wufei... » Il était évident que la jeune fille ne pouvait pas se calmer... Duo déglutit et la tenant toujours dans ses bras, la dirigea vers un des sofas pour ensuite lui donner un verre d'eau.

« - Calme-toi Hilde.. » Sa voix démontrait la tristesse qu'il ressentait, c'est que... Wufei... avait été pendant longtemps son seul soutien… le seul qui lui avait offert son affection, et lui aussi sentait cette affection envers lui... c'était pour cela qu'il avait souhaité son bonheur... « - Ce n'est pas bien pour ton bébé si tu es déshydraté... »

« - Je... Je sais... » Dit-elle au milieu de ses sanglots... « - mais... » il remarqua l'effort qu'elle faisait pour cesser de pleurer au moins pendant un moment... elle respira profondément et but un peu d'eau... elle avait longtemps pleuré... et elle sentait que sa douleur ne disparaissait pas, au contraire, elle avait l'impression qu'elle augmentait au cours des minutes. « - Mais y'a cette douleur que je ne peux pas... » Dit-elle en posant une main sur son ventre... Elle ressentait des douleurs au vendre depuis ce matin, et elles devenaient plus violente... elle se mordit la lèvre.

« - Hilde... mais... tu es en train d'accoucher.. » S'écria Duo avec surprise en se levant du siège, et il savait que paniquait dans ces moments-là n'était pas une bonne chose, mais il ne savait pas du tout quoi faire... mais heureusement... « - Heero ! » Cria-t-il en sortant en courant de la pièce pour se diriger vers la chambre où se trouvait son époux.

Quinze minutes plus tard, Hilde était installée dans une des chambres de la maison pour son accouchement, et évidemment Heero l'assistait...

L'atmosphère de cette chambre était bizarre... on sentait la tristesse de savoir la perte d'un être cher et la joie de savoir qu'un autre arriverait... les petits cris de douleur de Hilde remplissaient la chambre, au moins elle ne criait pas sur Heero comme Dorothy l'avait fait dans le passé...

Duo attendait dehors... sa frayeur du sang étant toujours présente, et il savait qu'il ne serait qu'une gêne s'il aidait à l'intérieur...

« - Hilde… » Fit lentement Heero, tandis qu'il s'approchait du visage de la jeune fille. « - il y a un problème... ton bébé se présente sans problème... mais... tu n'as pas les forces nécessaire pour résister à cela.. » Dit-il clairement. « - Si tu veux que ton bébé naisse, tu pourrais... »

La jeune fille le surveille, ses yeux remplis d'une mélancolie inexplicable. « - Je veux qu'il naisse... »

« - Mais... ne soit pas idiote... si tu vis tu pourras en avoir d'autre... » Mais il fut arrêté par Hilde.

« - Non... c'est le bébé de Wufei, le fruit de notre amour... parce que je l'ai aimé... je veux qu'il naisse... en outre... je... sans lui... je ne pourrais pas... »

« - Hilde.. »

« - S'il vous plaît Monsieur Heero... je veux que le bébé naisse... coute que coute... » Sa voix était très faible, comme si les bras de la mort l'entourait déjà...

Heero secoua la tête lentement en regardant fixement la jeune fille. « - Es-tu sûre de ta décision ?... »

Elle hocha positivement la tête.

« - Bien.. » même si Hilde était sûre de la décision qu'elle avait prise, Heero lui ne l'était pas... il essaierait à tout prix de sauver les deux... même si quelque chose en lui, lui disait que cela était demander un miracle.

« - Monsieur Heero... ? » L'appela-t-elle une fois de plus...

« - Oui ?.. »

La jeune fille lui fit signe avec la main pour qu'il s'approche un peu, et dans la confidence de cette chambre, lui murmura quelque chose à l'oreille... bien... Heero était sûr d'une chose… il n'aimait pas les décisions de cette fille...

Seulement il accepta la demande de la fille en lui souriant fugacement...

/8888888888888888888888888/

Après environ une heure et demie d'attente, les pleurs sonores d'un bébé retentit dans la maison, Duo se dirigea alors vers la chambre, il avait attendu dans le salon avec Quatre qui était arrivé peu après.

Il montait quand Heero sortait, avec le bébé dans les bras, les manches couvertes de sang...

« - Pourquoi n'as-tu pas laissé le bébé avec Hilde ? » Demanda Duo étonné en terminant de monter les marches qu'il lui restait tandis que Heero secouait négativement la tête...

« - L'accouchement de Hilde a été difficile... il y a eu des complications Duo et.. » Mais Duo n'attendit pas davantage d'explication, il entra rapide dans la chambre, la jeune fille reposait dans le lit, les yeux fermés et une espèce de sourire aux lèvres.

« - Duo… »

« - Elle ne peut pas être... » De nouveau, il ressentit ce sentiment que son corps tremblait... il sentit également Heero placé le bébé dans ses bras.

« - Avant de... rendre l'âme... » Dit-il d'une voix sérieuse, mais en le consolant du regard. « - Elle nous a demandé d'être d'excellents parents... que tous les deux nous en prenions bien soin... elle... elle a voulu mourir Duo... elle voulait aller rejoindre... son époux... » Il regardait Duo d'un air inquiet, qui semblait s'évanouir à tout moment au milieu de la chambre...

Duo baissa le regard en sentant la tiédeur émaner du petit corps qui s'était endormi dans ses bras... « - Nous ? » Fit-il après avoir attendu que le nœud dans sa gorge disparaisse, Heero répondit avec un silencieux "oui"...

Les larmes se mirent à couler silencieusement de ses yeux violets... il sentit la main de Heero se poser doucement sur son épaule... pour le réconforter un peu...

/8888888888888888888888888/

« - Gabriel, Mariana... Venez goûter !... » Cria Duo en sortant dans le jardin de ce qui était à présent sa maison à Mapimi; Quatre et Trowa étaient venus leur rendre visite pour fêter le sixième anniversaire du petit Gabriel...

Une petite fille aux cheveux blonds et aux yeux bleus arriva en riant, suivit par un petit garçon à la peau clair, aux cheveux noirs et yeux bleus... Ce dernier se jeta dans les jambes de Duo tandis que Mariana continuait son chemin.

« - Ah, tu es vraiment espiègle quand ta cousine et tes oncles viennent hein ? » S'exclama le natté en le prenant dans les bras pour l'emmener dans la maison.

En réponse, le garçon lui déposa un baiser sur la joue. « - C'est amusant de jouer avec elle, papa. »

Ils se dirigèrent ensuite dans le salon, Mariana était dans les bras de Quatre tandis que Trowa lui caressait affectueusement la tête.

« - Chaque fois que je les vois, ils changent.. » Fit Isabel qui était aux côtés d'André, la jeune femme portant un bébé dans les bras.

« - Oui… chaque jour passe très vite.. » Constata Heero qui revenait de la cuisine avec un gâteau à la crème et aux fraises, désert favori de ses deux trésors... Duo et Gabriel...

Ça avait été bizarre... cet enfant était le fils biologique de Wufei... mais... il était aussi le fils de cette jeune fille qui avait préféré mourir pour que le fruit de son amour puisse vivre... pour cela, il respectait beaucoup cette femme… mais... c'était eux qui l'avait élevé... et il n'échangerait jamais ces six années qu'ils avaient vécus comme une famille depuis qu'ils étaient à Mapimí...

Duo non plus ne le ferait pas... il prit Gabriel contre lui et lui caressa ses fins cheveux noirs... « - En plus, quand on le voit... on croirait qu'il ressemble à son papa Heero... » Dit-il en souriant et en regardant son époux.

« - Quand je serais grande je ressemblerais à papa Trowa » S'exclama alors Mariana en levant une petite main pour que tout le monde la regarde, un peu jalouse que l'attention de tout le monde soit pour son cousin, tous les adultes rigolèrent devant le commentaire de la petite fille...

Ni Duo ni Heero ne changerait une chose de leurs passés, parce que si les choses n'auraient pas été ainsi, ils ne se seraient jamais connus... si Di n'aurait pas existé... Heero ne serait pas tombé amoureux de Duo… quoi que... peut-être... que sans l'existence de Di... les yeux de Heero auraient quand même croisés les yeux de Duo... et la même étincelle aurait jaillit en lui...

Mais c'est une chose que seul le destin sait...

Owari...

Et voilà, cette traduction se termine ici... et c'est donc avec une once de tristesse que je vais vous abandonner là.

Mais je reviendrais dans deux semaines avec une nouvelle fic GW qui sera l'adaption d'un certain manga Yaoi, mais chut... je n'en dirais pas plus.

En attendant, je remercie tous ceux qui ont suivi cette traduction depuis le début, qu'ils soient anonymes ou non, et j'espère qu'ils ont autant aimé cette merveilleuse histoire que moi-même.

Bisous à tous

Hissha