Ma nouvelle fic...dsl pour la précédente, j'ai perdu l'inspiration ET les chapitres d'avance que j'avais écrit --". Dsl dsl dsl...Voici ma nouvelle fic pour vous consoler .

Disclaimer : Noël approche mais les perso de fma ne sont toujours pas à moi...seules Mélina et Ambre le sont

Couples : Roy/Riza, Al/Winry et en guest-star Ed/Mélina

Prologue(1) :

Edward courait à en perdre haleine dans les rues de Central à la recherche d'un camion frigorifique. Pas de doute c'était lui le meurtrier. Et son amie qui était avec lui. Enfin, il le trouva. Devant une boucherie.

A l'intérieur, il fut assommé par une femme. Lorsqu'il ouvrit les yeux, son automail avait disparu. Et Winry était à attachée non loin de là. Un rire dément se fit entendre. Edward regarda Barry le boucher avec haine. Cet enfoiré avait tué bon nombre de femmes, il n'allait pas le laisser s'en sortir comme ça.

Il réussit enfin à se dégager. Il se mit à courir à nouveau pour lui échapper et libérer la blonde. Alors qu'il allait le rattrapper, une lumière violacé apparut, et un de ses porcs suspendus lui tomba dessus. Ne cherchant pas d'où cette lueur pouvait provenir, Edward continua sa course.

Quelques instants plus tard, son frère était là, les militaires aussi. On lui avait donné une couverture. Quand il eût fini d'expliquer son point de vue à son frère, il leva la tête vers le ciel étoilé. Au sommet de l'un des immeubles, il aperçut une silhouette. Il sourit. Ce devait être cette personne qui l'avait aidé à échapper au boucher déglingué.

Prologue(2) :

Rose avançait dans les ruelles de la ville souterraine. Elle se souvenait encore des paroles du blond.

« Je le ramènerais, dussè-je y laisser la vie. »

Elle prit l'ascenseur, et attendit dans l'église qu'au moins l'un des deux frères ne remontent. Elle les attendit en compagnie de Fletcher et Russel, qui d'après ce qu'elle avait compris, avait accompagné Edward jusqu'ici.

Soudain, la porte de la cathédrale s'ouvrit à la volée, une jeune femme entra en trombe. Elle avança jusqu'au trois adolescents.

« Edward est en bas? »

« Oui. »

« Son frère est mort » ajouta Rose.

La jeune femme eut un regard paniqué, les bouscula sans ménagement et s'engouffra dans la ville souterraine. Elle avança le plus rapidement qu'elle le put.

Enfin, elle s'arrêta. Elle était là. Sous ses yeux. La fameuse ville qui avait disparu en une nuit. Elle l'admira quelques secondes, puis sortit de sa torpeur pour repartir à la recherche du blond. Ses pas étaient hésitants, sa respiration était empreinte d'inquiétude.

Elle s'arrêta devant un opéra. Ou bien était-ce un théâtre? Elle ne chercha pas plus loin et y pénétra. Ce qu'elle y vit la paralysa.

« Edward, qu'est-ce que tu fous!!! »

Le dénomé Edward se releva et la fixa intensément.

« Toi, qu'est-ce que tu fous là! »

« Je suis venue t'aider, mais apparemment tu t'en sors très bien tout seul! »

« Arrête de hurler! »

La voix de la jeune femme se fit plus calme.

« Une vie tuée n'en a jamais ramenée une autre. »

Le visage d'Edward se ferma. En quelques secondes, elle avait compris ce qu'il s'était passé, et ce qu'il s'apprêtait à faire.

« Je le ramènerai. »

Sa voix était ferme et n'admettait aucune objection.

« Sacrifier ta vie ne servira à rien Edward. »

« Il l'a bien fait lui! »

« Il avait la pierre! »

Edward baissa la tête vers le cercle qu'il avait tracé.

« Tu ne m'en empêchera pas, Mélina. »

Mélina pencha sa tête sur le côté. Ses yeux émeraude scrutèrent le regard d'or du jeune homme. Elle remit ses cheveux noirs en place derrière son épaule.

« Pourquoi ? Je sais bien que ton frère est très important pour toi, mais pense à nous. A moi, à Mustang, à tous les militaires qui sont finalement devenus tes amis, à Rose, Winry, tu penses à eux! Tu penses à la douleur que tu nous ferais subir en te sacrifiant? »

« Al était aussi important que moi pour eux. »

« Ed… »

« Tu sais aussi bien que moi la douleur qu'occasionne la perte d'un frère non? »

« Ed… »

« Je ne reviendrai pas sur ma décision. »

Encore ce ton catégorique. Quand comprendras-tu que je ne peux pas me passer de toi?

Mélina s'approcha d'Edward. Ses bras entourèrent son cou, leurs lèvres s'effleurèrent. Le blond posa ses mains sur la taile de la jeune femme ; ses lèvres quittèrent sa bouche pour s'aventurer dans son cou. Ses mains caressèrent longuement ses flancs. Un gémissement étouffé se fit entendre. Enhardi, Edward les fit tomber à même le sol et défit un à un les boutons du chemisier de Mélina.

« Qu'est-ce que tu fous? »

« Je veux…je veux pouvoir sentir ta chaleur une dernière fois. » répondit-il, la voix tremblante.

Et c'est goulûment qu'il s'attaqua à la gorge, puis à la poitrine de la brune. De faibles soupirs lui étaient arrachés, ce qui encourageait le jeune homme à poursuivre sa progression.

D'un coup, il se sentit basculer. A présent assise à califourchon sur lui, la jeune femme le déshabilla lentement et prit son membre tendu par le désir en bouche. Edward cria. C'était toujours aussi bon. Chaque fois, elle le surprenait, chaque fois, il s'étonnait de prendre autant de plaisir à être avec elle.

Enfin, il se libéra sans crier gare. Mélina se pencha au-dessus de lui. Ils s'embrassèrent fougueusement. La chaleur devenait étouffante. Ne pouvant tenir plus longtemps, Edward finit de déshabiller sa tendre amie, puis la pénétra en douceur. Leurs hanches désormais soudées entrèrent en action, jusqu'à ce qu'ils atteignent l'orgasme. Edward se libéra une seconde fois, Mélina planta ses ongles dans ses épaules dans un cri.

Ils se rhabillèrent. Edward avisa une larme qui venait de rouler sur la joue de la jeune brune. La séparation serait plus difficile qu'il ne l'aurait cru.

« Promets-moi que tu ne m'oublieras pas. »

« Promis. »

Edward baisa sa main, puis la lâcha à grands regrets. Il prit place dans le cercle, joignit ses mains, puis les posa sur le haut de son torse. Des éclairs bleus illuminèrent la pièce d'une lumière aveuglante.

Lorsqu'elle put à nouveau distinguer chaque recoin de la pièce, Mélina s'aperçut que son amant n'était plus là. A sa place se tenait un jeune garçon châtain, inconscient, à priori âgé de onze ans.

« Tu as réussi, Edward. »

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voilà, la fin des prologues...rewiews? J'ai toujours mon fidèle stock de chocolat

Ed: c'est du chantage

Mélina : ou de la corruption, question de point de vue

moi : tous les moyens sont bons pour avoir des rewiews!le pitit bouton violets là en bas un petit clic et voilà !