Une histoire à deux.

COUPLE I : KERENSKI ET HELEN

ELLE

Je le connais depuis un an, la première fois que je l'ai rencontré c'était lors d'un séminaire organisé sur le lancement d'une nouvelle offre informatique destinée à des applications très pointues dans la sécurité mais elle avait des applications militaires.

L'assistance se composait principalement de membres de corps d'armée et des responsables de quelques groupes ayant les moyens financiers nécessaires à l'acquisition de ce type de software et hardware. Il tranchait parmi l'assistance, je me souviens que ce jour là il portait un pantalon noir et un Tee-shirt gris, je n'ai pas pu décrire ce que j'ai ressenti quand je l'ai vu, c'est confus dans ma tête mais ce qui avait prédominé c'est le sentiment que quelque chose avait irrémédiablement changé dans mon petit monde tranquille. Tout en lui est massif et impressionnant, son regard glacial qui vous transperce et semble mettre à nue tout ce que je pouvais chercher à cacher et sa stature, même aux côtés de ces soldats de formations qui semble toujours aux garde à vous.

A la fin de la journée de présentation il vint me voir et m'invita à prendre un verre, je ne sais pas comment je me retrouvai dans ce bar de Manhattan à boire et manger en sa compagnie, j'avais toute son attention soudain son regard accrocha celui de quelqu'un, je me retournai et la vit, brune pas très grande, 1m 75 peut-être, un regard aussi expressif qu'une porte de prison et derrière elle deux hommes, je n'ai pas eu le temps de les reconnaître, puisque déjà elle faisait demi-tour et entraînait ses compagnons, tout ce qui me parvint fut un « eh » du brun qui l'accompagnait, le blond se contenta de la suivre.

Georgi décrocha son portable et dit merci. Je sus alors qu'il la connaissait. J'oubliais aussitôt cette femme, puisque son attention se concentra sur moi à nouveau, ce fut le début de notre histoire si je peux qualifier ce que je vis avec lui d'histoire.

Ce n'est pas quelqu'un de prolixe en parole mais c'est un compagnon agréable chaque moment passé avec lui est un pur enchantement pour moi.

Deux mois ont passé depuis notre rencontre, son groupe a acheté notre nouvelle offre, ce n'est qu'à ce moment là que j'appris qu'il travaillait pour le groupe W.

Notre compagnie s'occupe normalement de livrer et d'installer le matériel et de former le personnel qui y travaillera, mais pour eux cela ne se passa pas comme cela, il se présenta un jour aux portes de XENOTECH dans un fourgon spécial il était accompagné de cette femme, elle était aussi brune qu'il était blond, et aussi glaciale que lui.

Je ne l'avais pas reconnue mais l'ingénieur et les deux gardes qui m'accompagnaient si, Joy Arden, la garde du corps de Largo Winch l'homme le plus riche de la planète, le playboy aux milles conquêtes.

En présence des autres Georgi se montra discret mais lorsqu'ils se retirèrent, et que seule Joy demeura il m'embrassa enfin et se tourna vers elle.

G : « Joy, je te présente Helen Kerr, chercheur chez XENOTECH. »

J : « ravie de faire votre connaissance, Kerenski c'est pas que je veux te presser mais je sens que Largo et Simon me prépare un mauvais coup. »

G : « arrête Largo est coincé dans la tour pour toute la journée. »

J : « peut être mais ils ont été trop calmes, pas de virée pas de blondasse au cerveau inversement proportionnel au tour de poitrine. »

G : « tu es jalouse…

J : « non…..NON je te dis alors arrête avec ça. »

Georgi avait un air qui laissait entendre qu'il n'était pas très convaincu. Mais il pressa un peu la cadence, je ne sais pas si elle a eu raison ou tort puisqu'il ne m'en parla pas par la suite.

Au fur et à mesure que le temps passe je me rendais compte que je ne savais pas beaucoup de chose concernant son passé et son job, il m'a bien dit qu'il travaillait à la tour du groupe W, et qu'il était informaticien lorsque je me suis étonné des mesures prises pour le transport et la présence de la garde du corps il me répondit c'est la procédure.

Je ne savais pas qu'être informaticien était dangereux, lors de notre première nuit ensemble (entre nous ce fut mémorable) je découvris que Georgi ne quittait jamais son arme.

Huit mois, c'est le temps qu'il a fallu avant qu'il ne me présente à sa famille, c'est ce qu'il m'a dit, j'ai cru qu'il allait me présenter à ses parents.

Enfin le grand soir, s'il savait comme je suis anxieuse, il passe me chercher à mon appartement, j'ai quitté tôt le bureau afin de me préparer, tiens la voiture ralentit, on pénètre dans un parking, tous les niveaux sont frappés d'un immense W, le dernier niveau le quatre sa voiture s'arrête tout autour de nous des voitures d'un luxe inouï, il se gare et vient m'ouvrir la porte.

Nous prenons l'ascenseur et arrivons au hall, je ne m'étais donc pas trompée nous sommes au groupe, je ne comprends toujours pas ce que nous faisons ici, mais tout en nous dirigeant vers la file d'ascenseur les gardes le saluent avec respect.

Il insère la carte et tape un code, et hop direction le soixante-deuxième étage, la porte s'ouvre et je le suis, il arrive devant une porte insère sa carte une nouvelle fois et compose un code avant de la pousser, et me voilà.

Il y a un homme assis à son bureau qui semble travailler prés de lui adossée à ce bureau Joy plus loin sur un fauteuil un petit brin est affalé à regarder un match de foot sur un écran géant.

- « c'est pas trop tôt on a failli attendre. »

- « Simon calme-toi. »

-« il a raison Simon, tu es effrayant quand tu t'y mets. »

- « Joy, tu es jalouse parce que je suis plus drôle et plus amusant que toi. »

J : « dans tes rêves mon petit Simon. »

S : « petit, c'est toi la petite. »

Amusé Largo suivait la dispute entre ses deux amis, il adorait voir Joy se mettre en colère, puis prenant en pitié Simon qui risquait gros il éclata de rire et enlaça Joy pour la calmer.

L : « Joy reconnais que tu manques un peu d'humour tout de même. »

G : « alors, la récréation est terminée. Helen permets moi de te présenter ma famille, Largo Winch mon patron, Simon le clown et Wonder Joy. »

Joy se contenta d'un regard noir et Simon se lança dans une longue diatribe pour se disculper de l'étiquette de clown que lui a collé Georgi.

Durant ce repas je découvris un autre Georgi, celui avec une famille, pourtant quand il me les a présentés il a dit mon patron donc ils sont tous collègues mais leur comportement n'est pas celui de collègues même proches.

La soirée fut agréable, il était minuit quand nous avons pris congé, Simon aussi. Nous avons laissé Largo et Joy seuls, il existe entre ces deux là une tension que je n'arrive pas à m'expliquer.

Mais tout n'est pas rose, souvent à l'improviste son téléphone sonne alors c'est la métamorphose totale, il devient froid coupant précis à la suite de cela il pouvait disparaître pendant des jours entiers, je sais que cela survient quand le groupe est en proie à des attaques terroristes, il est le moins exposé voilà une inquiétude de moins, mais Joy qui est la plus exposée bien que moins démonstratif je sais qu'à chaque blessure et chaque attente était une sorte de mise en stand by, les garçons arrêtaient de vivre, leur temps se passait dans les couloirs des hôpitaux et les salles d'attentes.

Je hais ces moments d'incertitudes, ces moments où tout ne tient qu'à un fil, depuis le dîner, j'ai appris à connaître un peu mieux Joy, c'est une femme étonnante, sa vie s'écoule entourée d'homme et d'armes à feux pourtant elle est d'une féminité ensorcelante, elle ne s'en rend peut être pas compte mais les hommes se retournent sur son passage, mais pour elle des fois j'ai l'impression que sa vie se résume à l'Intel Unit.

Fausse impression, il y a de cela quelques jours je l'ai entendue parler avec quelqu'un, je doute que quiconque soit au courant de cette histoire.

C'est dur de tenir avec ces menaces qui planent mais je ferais de mon mieux, même si au fond de moi je sais que Georgi ne se livrera jamais totalement à moi et qu'une part de son passé me sera toujours inaccessible.

Un an j'ai eu le temps de décider et j'ai décidé de faire front et de construire mon couple avec lui, un an c'est le délai qu'on s'est fixé ou plutôt qu'il a fixé afin de me laisser décider car selon ses propres mots plus tard il sera difficile de faire marche arrière.

Mais je ne le veux pas j'ai trouvé l'homme qui fera mon bonheur, ce soir en compagnie des autres je vais le présenter à ma famille.

LUI

Un an, cela fait un an que je connais Helen à présent, 365 jours c'est beaucoup et peu à la fois. Aucune de mes liaisons n'a tenu la distance, comment le pourraient elles ? Quand elles ne me trahissent pas elles n'arrivent pas à supporter la vie qui est la mienne, journées de 24h des fois lorsque la commission se met de la partie, depuis Montréal et Diana agent de la commission c'est le calme plat depuis trois ou quatre mois, encore heureux j'ai pu me donner une chance avec Helen, mais c'était trop beau pour être vrai, les attaques ont repris qu'importe Helen semble s'accommoder de cette vie quelque peu chaotique (quel doux euphémisme).

La première fois fut lors de cette présentation, je m'y suis rendue sous prétexte d'acheter le produit en fait Del Ferril semble s'intéresser cette compagnie et souhaiterait l'intégrer au groupe W.

Ne me demandez pas comment je le sais, je le sais et puis c'est tout. Bref, à la fin de la journée de présentation, je l'ai invitée à manger, pour mon malheur Largo et Simon semblaient avoir entendu de ce nouveau bar eux aussi, mais à toute chose malheur est bon, Joy fut la première à pénétrer dans le lieu dés qu'elle me vit, elle comprit mon désir de discrétion. Je ne sais pas comment elle a fait mais elle a réussi à les entraîner vers un autre endroit.

Le lendemain j'appris par Simon que Joy les avait invités chez elle et qu'elle leur avait fait la cuisine. Un détail sa cuisine est très bonne, j'ai cru qu'elle me faisait marcher le jour où elle a laissé entendre qu'elle était bonne cuisinière, j'ai demandé à voir et rien à dire bonne cuisinière, une hôtesse parfaite et une amante fabuleuse. C'est de l'histoire ancienne, personne n'en a entendu parler elle et moi sommes doués pour la dissimulation mais l'un comme l'autre en gardons un bon souvenir.

Cela commença à ce moment précis, Joy était la seule au courant mais elle ne dit jamais un mot, le lendemain de cette soirée, elle me jeta un simple regard avant de se plonger dans son boulot.

Je fis mon rapport et fit la demande pour l'achat d'un appareil, pour des raisons évidentes il était hors de questions que XENOTECH fasse la livraison, je partis donc en compagnie de Joy récupérer le matériel. Je fis les présentations.

J'ai bien vu que les gardes reconnaissaient Joy mais Helen non jusqu'à ce que je dise son nom, c'est ce jour là qu'elle a su où je travaillais.

Je sais que c'est blessant pour elle, mais je garde encore en mémoire Marissa et sa trahison, est ce que je parviendrais un jour à oublier peu probable, je vis et compose avec mais j'en ai tiré l'enseignement nécessaire.

Huit longs mois de tâtonnement avant de la présenter à l'Intel, ma famille.

A notre entrée chacun était à sa place, Largo travaillant à son bureau avec l'aide de Joy, Simon affalé dans son fauteuil regardant une retransmission d'un match de coupe d'Europe. Il fut le premier à nous voir, et sans crier gare il se lança dans l'une de ces disputes dont il a le secret avec Joy. J'aime les voir comme ça. L'espace d'un soir nous arrivons à oublier la commission, le conseil et les menaces en tous genres, du haut de notre tour de verre nous redevenons des gens ordinaires avec nos petites histoires.

Mon regard a croisé celui de Joy, j'y ai lu un encouragement, je crois que c'est ce qui m'a le plus encouragé à persévérer, elle est celle qui comprend le mieux mes hésitations.

Assis à cette table je me fis une remarque, l'attachement que nous ressentons les uns envers les autres est réel, pourtant ce qui me relie moi aux deux autres c'est Joy, elle comprend réellement ce qui se passe en moi, si l'affection de Largo et Simon existe elle ne peut remplacer la compréhension, je crois bien que sans elle je me serais retrouvé isolé des deux autres, ils semblent venir d'un monde dans lequel je n'ai pas ma place.

Un an, c'est si vite passé, ce soir elle me présente sa famille, Largo et les autres m'accompagnent nous annoncerons officiellement mon mariage avec Helen Kerr.