Epilogue.

Link revenait du Temple. En se jour de commémoration, les grandes artères étaient impraticables, trop de gens extérieur à la ville voulait allumer un cierge au Temple, à la mémoire de leur mort, aussi le jeune choisit-il de passer par une rue sombre, étroite et inconnus de beaucoup.

Mal lui en prit. Soudain, il sentit quelque derrière lui et avant de pouvoir faire le moindre geste, il fut ceinturé et une lame vint se poser sur sa gorge.

Qui qu'il soit, son agresseur était plus grand et musclé que l'adolescent.

As-tu peur de mourir ?demanda une voix chaude et velouté.

Link ne savait pas si les frisson qui parcourait sa colonne vertébral était réellement du à la peur, mais ne sachant pas se qui pourrait les provoquer sinon, il répondit dans un murmure :

Oui.

Tu sais ce qui pourrait sauver ta vie?

Je n'ai pas d'or.

Pauvre petit… Je vais faire couler ton sang, alors.

Pourquoi ?

J'aime le sang…

Après des minutes d'angoisse -Link était sur de voir ses derniers instants filer- la lame appuyé contre sa gorge disparue, tout comme le voleur.

Seul dans la ruelle, il entendit juste un rire moqueur.

Allonger sur un lit, chez Rauru, Link se souvenait. Sa première rencontre avec Ganondorf. Les sentiments si contradictoires qu'il avait ressenti.

-Retourner dans la ruelle ou ne pas y retourner ?

Cette question, après sa rencontre lui avait taraudé le crâne. Une véritable obsession. Il voulait savoir qui était le Voleur, mais il ne voulait pas mourir.

-Link ?

Zelda se tenait à l'entrer de la chambre.

-On y va, continua-t-elle.

Chassant chacun des souvenirs qui l'envahissaient, le jeune homme se leva, prit ses armes et suivit la princesse.

Accompagner de tous les Sages, ils se rendirent au château, et demandèrent audience au Roi.

-Ma fille, quelle joie de voir que vous aller bien. Ces quelques jours de fuite m'ont vraiment inquiété.

-" Quel hypocrite, y'a deux nuit il voulait ma mort, et celle d'Hyrule et là, il est tout content de me voir " pensa la jeune fille. Je me présente devant vous, car j'ai une requête à faire.

-Et quelle est-elle ?

-Je veux le trône d'Hyrule, tout de suite.

La surprise parcourue la foule de courtisant et des remarque tel que " quel audace " ou " quel insolence " se firent entendre.

-Ma fille, votre requête ne saurait être exaucé, il ne s'agit la que d'un caprice de jeune fille. Vous n'avez ni la carrure, ni le droit de monter sur le trône. Je régnerais jusqu'à ma mort.

-Sachez, père, que j'ai le soutient de tout les peuple d'Hyrule, et que de plus, si je n'ai pas se que je veux, je ferais en sorte que le peuple se révolte. Cela ne sera pas dur, des idées de Révolution trottent dans la tête de chacun.

La voix de Zelda était sure, voire menaçante, bien qu'intérieurement elle tremblait.

-Garde ! Arrêtez-là ! Elle a perdu l'esprit ! s'énerva le roi.

Mais les gardes se heurtèrent au Héros du Temps, ils avaient reconnus grâce à l'Epée, et alors que le combat s'intensifier, Zelda s'avança jusqu'au Roi son père.

-Jusqu'à votre mort, murmura-t-elle, en se penchant sur lui, les yeux ancrés dans les siens.

-Jusqu'à ma…

Le roi ne put finir sa phrase.

Zelda se retourna, et cria :

-Garde, veuillez cesser. Le Roi est mort.

Chacun des nobles se regardèrent. Que faire ? Puis, l'un d'entre eux dit :

-Le Roi est mort, vive la Reine.

-Le Roi est mort, vive la Reine ! reprirent les autres.

Zelda fut couronnée le mois suivant en grande pompe.

Link était dans la salle du trône, avec la nouvelle Reine.

-Que faire maintenant ? demanda-t-il.

-Hyrule s'effondre. Elle n'a nul besoin du Diable pour souffrir. Mon peuple meurt de faim, de pauvreté. Il faut que je face quelque chose.

-Hum, soupira le jeune homme en quittant la salle. Et moi, se dit-il tout bas, que vais-je faire ?

The end.


Voilà,

Je crois que y'a pas beaucoup de lecteur/lectrice, mais quant bien même, j'espère que cela vous à plus.

A+

BD.