The Whole World Is Against Me

Auteur: Jedi-Band (Australienne)

Traductrice: Flick-Flack

Résumé: TRADUCTION. Avoir un enfant hors mariage est interdit dans la communauté sorcière, mais ça, Harry ne le savait pas, donc il se doit d'élever sa fille tout en se prostituant dans Londres. (Grossesse masculine, Slash, prostitution)

Disclaimer: Rien n'est à moi, tout est à JK Rowling et l'histoire appartient à Jedi-Band. Je n'ai que la traduction dont j'ai obtenu l'accord auprès de l'auteur.

Me revoici avec une toute nouvelle traduction ! J'espère qu'elle vous plaira, c'est d'un genre complètement différent de ce que j'ai l'habitude de traduire, mais c'est bien de temps en temps de changer… Donc faites attention, cette fiction est rated M donc ça peut choquer certains.

Cette fiction m'a beaucoup touchée lorsque je l'ai lue, vous saurez pourquoi au fil des chapitres. Ils seront relativement courts mais très riche. La fiction n'est toujours pas finie, mais elle contient déjà 22 chapitres.

Je n'abandonne jamais mes traductions ! Lorsque je décide d'en commencer une je la finis ! Pas d'inquiétude tant que l'auteur publie, je traduis.

Bonne lecture

Chapitre 1 : Lone Figure

Une triste silhouette descendait tant bien que de mal l'une des nombreuses ruelles de Londres. Dans ses bras se trouvait un tout petit bébé d'à peine quelques mois. Il utilisait son corps pour protéger l'enfant de la pluie et du vent glacial de l'hiver anglais, sans même se soucier d'attraper froid en retour.

Il s'arrêta devant une petite porte au bout de la ruelle et frappa. Quelques minutes plus tard la porte s'ouvrit, révélant une vieille dame inamicale.

« Tu es en retard ! » Claqua-t-elle, le tirant à l'intérieur.

« Désolé Madame. Je… »

« Oh tais-toi, donne moi ce gamin et va travailler. » La femme attrapa la petite fille de ses bras et lui jeta une serviette.

Il accrocha rapidement son manteau au crochet près de la porte et alla se sécher avant de rejoindre la pièce principale de la maison close. Tout le bâtiment tombait en ruines pourtant aucuns des clients ne semblaient s'en préoccuper. Tout ce qu'ils les intéressaient c'étaient qu'il y ait tout plein de putains disposés à faire n'importe quoi au lit pour un bon prix.

Si quelqu'un lui avait dit un an auparavant qu'il finirait pute dans les ruelles malfamées de Londres, il n'aurait pas pu s'empêcher de leur rire au nez, accompagné par toutes les personnes suffisamment proches qui auraient pu entendre la scène.

Il avait été le garçon-qui-a-survécu. Le sauveur du Monde Sorcier, tout le monde voulait être comme lui, à part lui-même. Il avait détesté les personnes qui le fixaient et chuchotaient sur son passage, les nouvelles les plus récentes de sa vie qui faisaient les gros titres de Sorcière Hebdo chaque semaine.

Il avait pourtant pensé qu'après avoir vaincu Voldemort il aurait été tranquille, qu'il aurait été capable de vivre une vie normale, avec ses amis. Mais là encore jamais rien ne se passe comme prévu lorsque vous êtes Harry Potter.

Harry avait passé ses années scolaires à se battre contre Voldemort, faisant tout pour protéger ses amis. Lors de sa sixième année, il avait finalement réussit à vaincre Voldemort et avait passé la moitié d'une année à courir après les derniers Mangemorts restants pour les mettre à Azkaban. Il lui avait fallu six autres mois pour remettre en ordre les morceaux brisés de sa vie. Il y avait eu des énormes funérailles pour toutes les personnes qui avaient péris lors de la bataille finale contre Voldemort et ses partisans. Harry avait alors espéré pouvoir s'installer avec son petit-ami. Il s'était bien trompé sur toute la ligne.

Ce fut lors de sa septième année, pendant Noël, il était parti passer ses vacances-là chez les Weasleys dans l'espoir d'avoir un digne Noël entouré de ses amis et de leurs familles. Il avait alors commencé à vomir chaque matin et comme il devenait de plus en plus inquiet, Mr Weasley l'avait emmené à l'hôpital St. Mangouste. Après avoir subit quelques tests les médecins lui annoncèrent qu'il était enceint. Il ne savait pas que cela était possible, après tout, il était un homme. Mais pas de doute, il était bien enceint.

Les médecins l'avaient informé que s'il ne se mariait pas avant la naissance de son enfant, il lui faudrait soit avorter, soit le donner à l'adoption. Apparemment, il était interdit d'avoir un enfant né hors mariage dans le monde sorcier.

C'est pour cela que cette nuit-là il avait pris le Magicobus pour se rendre chez son petit-ami. Harry avait espéré trouver soutien de la part de celui-ci, mais au lieu de ça il lui avait donné 10 Gallions et lui avait ordonné de retourner à l'hôpital et d'avorter.

Après une bonne dispute, ils s'étaient séparés puis Harry était retourné au Terrier et s'était caché dans la chambre de Ron les quelques jours suivants.

Les Weasley avaient tout essayé pour le faire descendre, mais à chaque fois il refusait. Ils avaient fini par appeler Dumbledore lui demandant de parler à Harry.

Il pouvait encore se souvenir de leur conversation comme si c'était hier.

« Harry ? Est-ce que je peux enter ? » Demanda le vieux directeur depuis la porte d'entrée.

Harry l'ignora et continua de regarder les champs avoisinants par la fenêtre.

« Harry, il te faut en parler. Tu dois prendre une décision pour cet enfant. »

« Comment êtes-vous au courant pour mon enfant ? » Harry regardait Dumbledore avec étonnement.

« L'hôpital m'a envoyé un hiboux, dès que tu es parti. »

« Ils n'avait aucun droit de le faire, c'est mon problèmes »

« Non, Harry, tu es mineur et c'est mon problème et celui du Ministère. »

« J'en ai rien à foutre. C'est mon enfant et je ferai ce qu'il me plaira. » Claqua Harry, se retournant vers la fenêtre.

Dumbledore s'était alors approché de lui et l'avait fait se retourner pour lui faire face.

« Ne me parle pas sur ce ton. Soit tu avortes de cet enfant soit tu quitte le monde sorcier. C'est aussi simple que ça. »

Harry le fixa un moment, puis se leva.

« Très bien, comme vous voulez. »

Dumbledore soupira.

« Bien, je vais te prendre un rendez-vous à St Mangouste pour cette après-midi. »

Mais l'adolescent ne l'écoutait pas, il avait traversé la chambre et avait donné un coup de pied pour ouvrir sa malle. Il renversa celle-ci, faisant tomber toute ses affaires par terre, puis il saisit son album photos, un peu d'argent sorcier ainsi que sa clé de coffre à Gringott, quelques vêtements moldu, et fourra le tout dans un plus petit sac qu'il avait.

Il saisit ensuite sa baguette et la tendit au directeur.

« Allez-y prenez-là. Vous n'aurez plus jamais à faire à moi ou à mon enfant. » Lança Harry.

Puisque Dumbledore ne semblait pas réagir, il jeta la baguette à ses pieds et sortit en trombe de la maison. Ignorant les cris alarmés des Weasley tandis qu'il partait.

Il était à peine arrivé au Chemin de Traverse qu'il découvrit que le ministère lui avait fermé son compte, jusqu'à ce qu'il se débarrasse de son enfant.

Il était ainsi parti errer dans le Londres moldu, mendiant pour pouvoir manger.

Lors de son neuvième mois, le ministère était venu le chercher et l'avait emmené de force à St Mangouste par peur qu'il dévoile l'existence du monde sorcier aux moldus.

Une fois sa fille née, ils tentèrent de l'en séparer, mais une des infirmières d'origine moldu le prit en pitié et alla en douce récupérer la petite fille et l'aida à quitter l'hôpital.

C'était il y a une semaine ; il fut trouvé par un prostitué qui errait dans le coin et celui-ci l'emmena dans la maison close, où il travaillait à présent. Le propriétaire avait accepté de le laisser travailler aussi longtemps qu'il était capable de lui être rentable et sur ce, il devait lui donner 70 de ses gains de la nuit.

C'est ainsi que le jour il allait chercher de la nourriture et dormait dans un parc pas très loin, et que la nuit, il retournait à la maison close pour y travailler jusqu'au matin et pouvoir ainsi manger et nourrir sa fille.

888888

Petit sujet qui peut fâcher… le rythme de parution, normalement je ne mets pas énormément de temps à traduire, seulement pendant le début de janvier j'ai mes partiels donc je ne vais pas pouvoir me pencher sur mes traductions. A partir du 15 janvier : champs libre, je passerai donc la vitesse supérieure. Donc en résumé, comptez deux semaines d'intervalle.

Sinon n'oubliez pas le petit bouton en bas à gauche pour me laisser vos avis, pour que je puisse en informer l'auteur.

Passez de bonnes fêtes !!!