Au royaume voisin, dans le château de Fukue, une femme magnifique était assise auprès de son époux mourant. C'était Yumi, la reine de Fukue, qui était au chevet du roi Shishio. Le roi était malade depuis bien longtemps et tous sentaient que la fin était proche. Un autre homme était dans la pièce, le prince du Fukue. Il avait des yeux turquoise comme l'eau de la mer sur une plage de sable blanc et des cheveux aussi blancs que la neige au sommet des montagnes vierges. Ce soir, il était très agité.

— Ces idiots veulent la guerre, mon père, c'est évident. Ils rassemblent leurs hommes et envoient des patrouilles près de la frontière. Ils sont sur le qui-vive, mais bientôt, ils frapperont. Mon père, la situation est grave. Vous devez réagir!

— Uruse, baka! Enishi, tu sais que ton père est malade. Malheureusement, la seule personne qui peut sauver ton père est celle qui possède les herbes de Shinijojiu.

— Mais nous avons déjà détruit la famille Takana sans rien trouver, je doute de l'existence de ce remède, mère.

— En fait, mon fils, il reste encore une Takani qui vit et qui respire en ce monde, Mégumi Takani. Mais elle réside au château d'Edo.

— Père, mère, dit Enishi en s'agenouillant, donnez-moi le contrôle de l'armée et je vous jure que je trouverai cette Mégumi et que je reviendrai avec les herbes.

Enishi fut interrompu par un serviteur qui cogna à la porte. L'esclave demanda à voir Enishi. Le prince suivit le pauvre homme qui s'arrêta devant une porte fermée. Enishi l'ouvrit et sourit en découvrant l'identité de son visiteur.

— Maître, j'ai d'urgentes nouvelles à vous transmettre.

— Parle, je t'écoute.

— Un homme vient d'être nommé garde du roi au château d'Edo. Je n'avais jamais vu cet homme auparavant.

— De quoi a-t-il l'air? questionna le prince.

— Il a les cheveux roux, il porte un atroce gi rose et il a une cicatrice en forme de croix sur une joue.

— Battosaï, grommela Enishi.

— En vérité maître, cet homme se fait appeler Kenshin.

Enishi resta silencieux un instant et puis il reprit.

— Nous nous occuperons de cette nuisance en même temps que les autres. Pour l'instant, je t'ordonne de retourner à Edo et de me transmettre le plus d'informations possible sur Mégumi Takani. Je désire également être au courant des évènements de la cour royale. Après une courte pause, Enishi ajouta d'un ton mystérieux :

— Je leur prépare une surprise de mon cru.