Ainsi s'achève la Grande Epopée de l'Alliance Interdite ! Je remercie tous les fidèles lecteurs qui ont lu et reviewé pendant toute sa parution, je remercie également tous les lecteurs tout simplement !

J'espère que cette fin vous plaira, et peut-être que j'aurai grand plaisir à vous retrouver sur une nouvelle fiction (d'ici que je trouve de nouvelles idées...). Longue Vie au Fandom Français de Zelda !

Bref, je vous souhaite à toutes et à tous une bonne lecture ainsi qu'une bonne continuation !


Chapitre 30 / Epilogue

Il se sentait bercé entre deux mondes. Conforté dans un océan de noirceur et de ténèbres chaleureuses, balloté avec douceur dans une dimension où il n'était plus un Elfe, ni le Héros du Temps, ni la réincarnation d'une déesse oubliée. Il était une simple existence, se suffisant à elle-même, et avec une conscience pour réaliser cette accomplissement.
Pourtant, quelque chose le tira du néant. Il se sentit progressivement happé vers une autre réalité. Vers le réveil.

Quand il rouvrit les yeux, Link était assis dans une vaste prairie d'herbe verte qui se courbait en vagues exquises sous une délicate brise d'été. C'était toujours ainsi qu'il avait imaginé l'Au-Delà depuis sa visite sur la lune pervertie par le Masque de Majora. Au loin, au sommet d'une colline ensoleillée, un arbre centenaire tendait ses branches avec aise vers un ciel d'azur absolu.
- Alors je suis mort... ? s'interrogea-t-il à voix haute.
La brise s'accentua à peine. Il frissonna et tira sur sa peau les plis de sa tunique verte. Puis, il se leva, et marcha avec lenteur vers l'arbre, humant avec délectation les parfums printaniers qui se dégageait des toutes petites fleurs fragiles qui parsemaient le gazon. Quelques gazouillis d'oiseau rendaient le tableau idyllique. Pourtant, l'univers entier semblait teinté d'un voile de soie léger. Comme s'il s'agissait d'un simple rêve...
Au pied de l'arbre, assises entre les racines entremêlées, trois jeunes femmes discutaient à voix basse. Link n'eut aucun problème pour les reconnaître. Il s'agissait des déesses créatrices. Elles s'étaient tues et l'invitèrent silencieusement à les rejoindre. Timidement, il leur obéit. Nayru lui adressa un sourire chaleureux et réconfortant, Farore lui fit un signe de la main tandis que Din se contenta d'un clin d'oeil malicieux. Cette dernière lui recommanda le silence.
Après quelques secondes de silence brisées par les chants aériens des rossignols, une silhouette aussi légère et svelte qu'une plume se matérialisa à quelques mètres d'eux. Aussi blanche qu'un ange, la petite fille aux yeux clairs rit doucement, Link eut la sensation d'entendre un carillon céleste. Il reconnut aussitôt la nouvelle venue : Athathiel. Elle les rejoignit et s'assit en face de l'Elfe, ses longs cheveux blonds l'auréolant de lumière.
Nayru s'inclina respectueusement devant elle.
- Sois la bienvenue, Athathiel. Nous t'attendions. Nous devons maintenant déterminer le sort du monde des mortels et...
- Que s'est-il passé ? demanda soudainement Link.
Din lui lança un regard courroucé. Il n'avait manifestement aucun droit de regard sur la situation et aurait dû se contenter d'être invité parmi elles, ce qui n'était pas un honneur négligeable.. Elle allait le réprimander quand sa soeur, Farore, posa une main appaisante sur son bras tanné.
- Il a le droit de savoir, Din.
La déesse de la Force acquiesça avec mécontentement. Farore eut un sourire tolérant pour l'impatience de sa soeur.
- Quand vous avez ouvert la Porte du Néant sur Lodonor, celle-ci a eut le temps de se débarrasser de son enveloppe mortelle pour lancer un terrible et dernier sortilège avant d'être happée par le miroir. Son coup a frappé le Lac Hylia et a perturbé l'ordre naturel des choses. Poussées par le sortilège, les eaux ont englouti Hyrule. Beaucoup sont morts. Le monde que tu connais est désormais composé d'îles disparates qui ne sont que les vestiges de l'Hyrule d'autrefois.
Link sentit une boule douloureuse se coincer dans sa gorge. Alors leur sacrifice n'avait servi à rien ! Au contraire ! Les choses étaient encore pire qu'auparavant ! Une fois irrépressible lui écrasa la poitrine et il se sentit s'étouffer. Puis, la main d'Athathiel se posa sur la sienne, et il lui sembla respirer mieux. Il ne savait pas quand elle avait changé de place pour venir s'asseoir à côté de lui. Elle lui sourit tendrement.
- Ne sois pas désolé, enfant de la forêt, souffla-t-elle. Nous sommes ici pour déterminer ce que nous pouvons faire pour sauver Hyrule. Le sortilège de Lodonor ne peut être annulé, mais nous pouvons faire revenir d'entre les morts ceux morts à cause de cet enchantement. La population d'Hyrule connaîtrait une nouvelle naissance.
- Mais... mais ceux que Lodonor a tué ? Les Kokiris ? Saria ? Zelda ? balbutia l'Elfe.
- Saria a été protégée grâce à son pouvoir de Gardienne des Bois et de Sage de la Forêt, révéla Farore. De même, Zelda est sauve. Nous avons d'ores et déjà redonné vie au Grand Arbre Mojo. Quant aux Kokiris, nous avons conservés leurs âmes et nous leur avons donné nouvelles apparences. Ils sont maintenant les Kogorus, enfants des arbres et des sources de l'Île aux Forêts.
- Nous avons donné aux Zoras des ailes, et de poissons, ils sont devenus oiseaux. L'Île du Dragon, ancien Mont du Péril, est leur nouvelle demeure, continua Din.
- Et les Gorons ? interrogea Link.
- Peu d'entre eux ont survécu, et nous n'avons pas pu les sauver. Les rares survivants seront, j'en ai peur, condamnés à errer d'île en île, au bon gré des vents.
- Et tous les autres ? s'impatienta le Héros du Temps.
- Beaucoup ont pu atteindre les hauteurs quand les eaux ont englouti Hyrule, raconta à son tour la déesse de la Sagesse. Ils se sont établis sur différentes îles, le temps choisira ou non de les sauver. Les Gérudos ne sont pas nombreuses malheureusement.
Un silence lourd de significations retomba sur le petit groupe. Les branches de l'arbre bruissèrent dans la brise. Les oiseaux gazouillèrent de plus belle. Link songeait à tous ses amis, à toutes les années qu'il avait passé à arpenter la plaine d'Hyrule, à voyager entre les contrées de ce royaume prospère et aux multiples visages. Ce temps était terminé. L'océan né de Lodonor règnerait à présent en maître incontesté.
Link désirait savoir autre chose, car son mentor brillait par son absence, mais il n'osait poser la question qui le taraudait. Quelque chose lui soufflait que les déesses n'allaient pas tarder à lui donner la réponse qu'il désirait. Pourtant, plus que jamais, il se sentait seul. Le lien qui le liait à Ganondorf s'était évanoui, ne laissant qu'un vide sinistre. C'était comme si une partie de lui lui avait été enlevé.
Din comprit son interrogation muette.
- Ganondorf, et Nybalkiusdee par la même occasion, sont repartis. Le monde doit renaître. La lutte doit reprendre. Ainsi s'achève ce que nous seules connaîtront comme l'Alliance Interdite, dit-elle avec douceur.
- Que décidons-nous alors, mes soeurs ? demanda Nayru.
Les déesses se consultèrent du regard. Elles acquiescèrent enfin, comme si en moins d'une seconde elles avaient discuté des heures. Link se sentit curieusement étourdi.
- Ainsi vivra le Nouveau Monde, où les nouveaux dieux seront ceux du Vent et de l'Océan. Nous quittons notre monde, mes soeurs, conclut Din. Nous laisserons derrière nous les éternels fragments de la Triforce, mais également trois Perles qui réunies en des places consacrées ouvriront la porte du Monde Englouti. Hyrule sera de cette manière, sauvegardée. L'Epée de Légende sera enfermée dans les souterrains du Château. L'histoire recommencera.
Elle se tourna ensuite vers Link, avec un sourire amusé.
- Tu iras sur l'Île de l'Aurore. L'île d'un jour qui prend naissance, l'île d'une nouvelle vie. Tu transmettras à tes enfants ton histoire, pour que personne n'oublie la légende du Héros.
Les couleurs de la colline et de l'arbre devinrent floues et se mélangèrent. Link avait l'impression de devenir aveugle. Le seul point fixe qui demeura fut la blancheur éclatante d'Athathiel, qui bientôt sembla se dissoudre dans son corps même.

Quand il se réveilla, il était allongé sur une plage de sable fin, entouré de crabes aussi rouges que de la lave. Le soleil perçait timidement l'horizon de rayons parme. L'Île de l'Aurore était composée de deux grandes et larges aiguilles de roches surmontées de bosquets et arpentés par des chemins rocailleux. Les deux structures ne manqueraient pas d'être reliées par des pontons de bois dans l'avenir, c'était certain. Quelques hyliens s'étaient réfugiés sur les minuscules plateaux et avaient déjà commencé à bâtir leurs futures demeures.
L'air sembla soudain vibrer. Link se retourna vivement, saisissant son épée accrochée à sa ceinture avant de remarquer que - mince alors ! - elle ne s'y trouvait plus.
Un portail d'une noirceur absolue se dessina au-dessus du sable. Ganondorf, vêtu d'une grande robe noire aux motifs tribaux or passé, apparut, un sourire moqueur aux lèvres.
- Salut gamin. Je venais te souhaiter bonne continuation.
Ils restèrent plusieurs minutes silencieux, se remmémorant tous les événements qui les avaient liés pendant toute la bataille qui les avait opposés à la terrible Lodonor. Link se contenta d'hocher la tête. Les mots ne suffiraient pas pour décrire ce qu'ils avaient partagé. Ca allait au-delà des simples paroles.
Link eut un sourire triste.
- Adieu Ganon. Je doute que nous revoyions dans cette vie.
- Sois assuré que tes descendants me connaîtront. Ce nouveau monde est une aubaine pour moi. Je réaliserai mon vieux rêve... Tu sais, conquérir le monde et tout le bazar...
Ils rirent de bon coeur. Le monde leur paraissait être une vaste masquarade prête à recommencer.
- Adieu fiston, reprit Ganondorf.
Il disparut de la même manière qu'il était venu.

Link se contenta de regarder l'aube.
Le temps était venu de renaître.

FIN


Nuitari Aquarius