"Candles"

Link contemplait la flamme de la bougie, un petit sourire hésitant sur ses lèvres. Il adorait les bougies... elles avaient une si douce lumière, et elles faisaient dancer les ombres, les tordant et les contorsionnant jusqu'à ce que vous ne puissiez plus voir où l'une commençait et où se terminait l'autre.

Son sourire s'agrandit, et il souffla doucement, faisant vaciller la petite flamme et rebondir sur l'Epée de Légende, créant des flaques de lumières sur le mur. Les idées de Link s'égarèrent au sujet de Sheik, et sourit alors qu'il songeait à quel point la bougie ressemblait au Sheikah.

Sheil était mystérieux, juste comme la flamme. Il vacillait dans et hors de la vie de Link comme la bougie, capable de disparaître à n'importe quel moment.

Sheik était la chaleur, et Link adorait se pelotonner contre son corps chaud lorsque les nuits étaient froides. Quand le vent hurlait il était à l'aise et à l'abri dans les bras de Sheik, dans un total contentement.

Sheik était le savoir, et il banissait la peur de l'inconnu lorsqu'il était là, comme la lumière banit l'obscurité avançant à tâtons.

Sheik était le réconfort, et quand Link pensait qu'il avait échoué, quand il était blessé et seul... Il hurlerait sa peur et sa colère, et Sheik le retiendrait, et il s'abîmerait, hypnotisé, dans ces orbes écarlates. Elles retiendraient obstinément son regard jusqu'à ce qu'il soit calme à nouveau.

Sheik était calme ; celui qui apparaîtrait de nulle part et un toucher, un sourire, un geste, ferait savoir à Link qu'il était heureux de le voir.

Sheik était la joie, un plaisir vacillant dans le monde des ténèbres dans lequel il était obligé de combattre. Un bref sourire ou acquiescement de Sheik et Link avait l'impression qu'il allait exploser de joie.

Sheik était un aimant ; Link était attiré vers lui, tout comme il avait toujours été atiré par les bougies enflammées, presque avec un plaisir puéril.

Link sentit une main s'enrouler autour de sa taille, et une voix basse ronronner à son oreille.

"Un rubis contre tes pensées Héros ?"

Link sourit et répondit sans se retourner "J'étais juste en train de penser que toi et la bougie êtes tellement semblables."

Un nez se blottit dans sa chevelure, inspirant son parfum. "C'est une pensée bien étrange"

"Je sais... mais je ne peux pas m'en empêcher... Je t'aime Sheik. Tellement. Je commençais à penser que tu ne viendrais pas."

Des baisers papillonnèrent sur sa nuque. "Tu sais que je ne t'abandonnerai jamais de cette façon Héros"

Link se retourna brusquement, serrant Sheik dans une étroite étreinte. Le Sheikah écarta les cheveux de Link de ses yeux et le contempla, ses yeux écarlates étincelants d'amour.

Aucun mot n'avait besoin d'être échangé, le Sheikah et le Héros n'ayant pas besoin d'échanger des sons aussi maladroits pour dire quoi que ce soit. De doux toucher et de brefs regards leur disaient tout ce qu'ils avaient besoin de savoir.

Sheik sourit doucement et éteignit la bougie d'un souffle avant qu'il n'entoure le Héros de ses bras à son tour, si étroitement que vous n'auriez pu dire où l'un s'achevait et où commençait l'autre.

Tout comme les ombres.