Candy, ma suite

La petite fête à la maison Pony était terminée depuis quelques temps déjà. Candy était retourné à Lakewood avec Albert. La jeune fille était allongée sur son lit en repensant à tout ce qu'elle avait découvert ! En une journée, elle avait appris qu'Albert était son Oncle William ET son prince des collines. Mais alors, toutes ses années ou elle avait aimée son prince, avait elle aimée Albert ? Et aujourd'hui, Est-ce qu'elle aimait Albert ?

« J'ai essayée de paraître heureuse d'apprendre que Terry était retourné avec Suzanne, mais Dieu sait que ça m'as fait mal… Je lui ai promis d'être heureuse, mais comment je vais pouvoir faire ? Sans lui…Mais lui a Suzanne… Comme je regrette de lui avoir laissé sans me battre… juste par pitié… j'ai mal… Je m'en veux… »

C'est sur ces pensées que la jeune fille s'endormis, les larmes coulant doucement sur ces joues. Encore une fois, il était là pour peupler ses rêves…

Albert, lui, était inquiet pour sa petite protégée… Il voyait bien qu'elle souffrait, mais elle ne voulait absolument pas le montrer…

« Elle pense encore aux autres avant elle… Et ça lui brise le cœur… Ma petite Candy, ton bon cœur finira par te perdre…Je suis tellement inquiet... »

En effet, le jeune homme voyait bien que, malgré tous les efforts que Candy faisait pour rester forte, elle faiblissait… Il était en train de rejoindre sa chambre quand il entendit des pleures résonner de derrière la chambre de la jeune fille… Albert se surprit à penser à se qui aurait pu arriver si Anthony était toujours en vie.

« De toute évidence, elle ne pleurerait pas…Elle serait plus forte… Elle aurait eu moins d'épreuve à vivre… »

Il pouvait entendre d'ici Anthony le réprimander de ne rien faire, d'avoir renvoyer Terry auprès de Suzanne sans le laisser parler à Candy… Oh oui, il le savait maintenant, ça avait été une belle erreur… Maintenant, il allait devoir prendre les choses en mains !

Cette nuit là, Albert se promit que plus jamais Candice Neige André ne serait triste. Oui, la rupture avec Terry sera sa dernière peine ! Il allait trouver le moyen de lui rendre le sourire. Mais tout d'abord, il allait devoir mettre les choses au clair avec les Legrand et la grande tante Elroy, car, après tout, eux aussi avaient beaucoup fait souffrir Candy.

Le lendemain matin, le réveil fut difficile pour eux deux.

Lorsque Albert vit Candy arriver pour le petit-déjeuner, il vit qu'il n'y avait aucune trace des larmes qu'elle avait versée pendant la nuit, il lui sourit :

- Ah, Candy ! Tu as bien dormis ?

- Oui, très bien… Répondit-elle sans grandes convictions.

- La grande tante Elroy et les Legrand devraient arriver dans 2 heures environs, je vais mettre les choses au clair tout de suite…

- Oh… D'accord ! Merci Albert… Euh… je dois t'appeler Albert ou Grand oncle William ?

- Je propose Albert… Il y a bien assez de gens qui vont m'appeler grand oncle William… Je vais avoir besoin de toi pour m'aider à me souvenir que j'ai, un jour, été Albert… Juste Albert ! Lui dit-il avec un sourire en coin.

- Très bien…Mais la tante Elroy ne va rien dire ?

- Ne t'en fait pas, après tout, je suis ton père maintenant, donc, c'est à moi de décider comment tu m'appelles. Et comme je n'ai pas vraiment envie que tu m'appelles papa… Ca me vieillira bien trop ! Je suis encore jeune moi !

En disant ceci, Albert avait sourit et tout deux avaient rigolés. Lorsqu'ils furent calmés, ils virent George qui venait d'entrer :

- Monsieur, Madame Elroy vient d'arrivé, elle dit devoir discuter avec vous de divers sujets important avant que vous n'invitiez Mademoiselle Candy et les Legrand à entrer. Elle ne semble pas savoir que vous avez déjà rencontré et discuter avec Mademoiselle Candy !

- Et bien elle va avoir une drôle de surprise ! Candy, tu veux bien nous rejoindre dans le petit salon dans 1 heure s'il te plaît ? Pendant ce temps, je vais lui expliquer mon amnésie et les soins que tu m'as donné, ensuite je commencerai à m'expliquer avec elle ! A tout à l'heure !

- Oui, à tout à l'heure Albert… Mais ne soit pas trop dur avec elle s'il te plaît…

- Ne t'en fait pas petite !

Il lui fit un dernier sourire et sortit de la salle à manger afin de rejoindre la grande tante. Il se devait de protéger « SA Candy ». Elle avait beaucoup souffert déjà à cause de cette famille et les préjugés de la grande tante ne l'aideraient pas. Il allait devoir tout lui raconter au sujet de son amnésie et des soins et de l'aide que Candy lui avaient apporté alors que tout le monde le prenait pour un espion, alors que personne ne lui faisait confiance. Il lui racontait aussi la réalité au sujet des mauvais coups de Daniel et Elisa… La grande tante semblait vieillir plus à chaque mot prononcé par Albert, il finit par lui dire :

- Lorsque j'ai informé Candy du fait que j'allais mettre les choses au points avec vous, elle m'a demander de ne pas être trop dur avec vous ma tante… Elle a le cœur au bon endroit… Et c'est un cœur ou tout le monde, même ceux qui l'ont fait souffrir, ont une place… Je me contenterais donc de cet avertissement ! Cependant, si jamais j'apprends que vous avez commis une autre injustice envers MA FILLE, je peux vous garantir que, je ne serais plus aussi clément ! Me suis-je fais comprendre ma tante ?

- Ou… Oui William ! Je ne me serais jamais douté… Elisa… Daniel… Voler… Mentir… J'ai besoin d'un verre d'eau !

- Tenez, je suis désolée d'avoir parlé aussi durement, mais vous vous deviez de comprendre la vérité ! Je sais que vous la tenez pour responsable de la mort de deux de vos neveux, mais elle n'a jamais envoyé Alistair à la guerre, au contraire, elle à tout fait pour l'en empêcher…

-Ne vous en faites pas William, vous m'avez ouvert les yeux… Je m'excuserais auprès de Candy dès que la réunion avec les Legrand sera terminée.

George choisit ce moment pour entrer en compagnie des Legrand. Lorsqu'ils virent que le grand oncle William était celui que Candy soignait, ils comprirent qu'ils étaient perdus… Toute la vérité allait éclatée…

L'heure suivant le petit déjeuné passa rapidement pour Candy qui avait décidée d'aller faire un petit tour dans la roseraie d'Anthony… Lorsqu'il fut pour elle l'heure d' rejoindre Albert dans le petit salon, elle se sentit nerveuse. Elle se leva donc et se rendit dans un salon du rez-de-chaussée dont la porte était ouverte. Elle pu voir que les Legrand étaient déjà à l'intérieur. Albert fit signe à Candy de venir s'asseoir à ses côtés. Les Legrand étaient pâle. La tante Elroy était, elle aussi pâle… Mais plus que de la peur, Candy comprit que cette soudaine pâleur était due au choc que les révélations d'Albert avaient certainement provoqué chez elle. La vérité avait dû être difficile à avaler pour elle.

Candy salua poliment tout le monde :

- Bonjour ma tante. Monsieur Legrand, madame Legrand, Elisa, Daniel.

Elle s'était inclinée poliment devant chaque personne avant de s'installer aux côtés d'Albert.

- Bonjours Candy.

Seul Monsieur Legrand et la tante Elroy avaient répondu à la jeune femme.

- Bien, maintenant que tout le monde est là, je vais mettre les choses au point : Je n'ai jamais décidé que Candy épouserait Daniel, elle m'a dit ne pas en avoir envie et ne pas l'aimer, donc, elle ne le fera pas. Je n'aime pas que l'on fasse des choses de se genre dans mon dos, surtout si l'ont y implique mon accord sans me l'avoir demandé! Candy n'aura pas besoin de mon accord le jour où elle décidera de se marier, mais il est absolument hors de questions qui quiconque n'ose l'y forcer de quelques manière que se soit ! Candy a eu la bonté de prendre soin de moi quand j'étais amnésique, elle m'a fait confiance et m'a offert son hospitalité et ses soins quand tout le monde voulait me mettre à la rue. Grâce à elle, j'ai pu retrouvé la mémoire et revenir au grand jour. Elle a beaucoup de cœur et je sais ce que toi, Elisa et toi, Daniel, lui avez fait subir pendant toutes ces années !

- De quoi parlez vous mon Oncle ? demanda Monsieur Legrand

- Monsieur Legrand, je dois vous informez que votre femme et vos enfants vous manipulent trop facilement. Pendant des années, ils ont tout fait pour faire souffrir Candy, qui avait déjà beaucoup souffert dans sa courte vie. Depuis qu'elle a mis les pieds chez vous, elle ne connait qu'insultes, mauvaises blagues, et coups bas de vos enfants. Ils ont toujours été odieux avec elle. Ils ont été jusqu'à l'accuser de vole, puis, plus tard, au collège, mentir et la piéger pour la faire renvoyer.

- Quoi… Mais je… Je vous assure que je n'en savais rien… je leur faisait confiance je…

- C'est facile de dire ça ! S'énerva Albert, mais il fut interrompu par la main de Candy sur la sienne :

- Albert je t'en pris, calme toi ! Nous vous croyons monsieur Legrand. Je pense que tout ceci c'est passé dans votre dos.

- Tu es bien trop gentille avec eux Candy après tout ce qu'ils t'ont fait…

- Il faut pardonner aux gens, ainsi, quand à notre tour nous aurons besoin de pardon, le seigneur nous l'accordera plus facilement…

- Tu dois avoir raison Candy… Monsieur Legrand, je vais punir vos enfants. Dans 1 semaine à lieu un grand bal ici même. Vous y êtes invité, avec votre femme. Daniel et Elisa ne viendront pas. Elisa va partir à l'université de Seattle et Daniel ira à celle de Dallas. Ils ne reviendront que dans 2 ans. A leur retour, je jugerais si oui ou non ils ont le droit de rester dans la famille André! Qu'ils n'oublient pas qu'à ce moment là, se sera à Candy de décider si elle leur pardonne ou pas !

Tout le monde comprit que cette décision était sans appel. Daniel tenta néanmoins une dernière fois :

- Candy, il faut que tu me croies, je t'aime vraiment… Il faut que tu me croies.

- Oh mais je te crois Daniel. Mais je suis désolée de te dire que rien ne se passera jamais entre nous. Au mieux, je veux bien essayer d'être ton amie… Mais rien de plus ! N'en soit pas étonné après tout se que ta sœur et toi m'avez fait subir pendant ou se temps ! Mais si tu m'écris, en amie, je te répondrais !

A ces paroles Daniel sourit et Elisa répliqua :

- Bien sûr que ce n'est pas possible entre vous, elle aime encore cet acteur !

- Cela suffit Elisa ! Quand vas-tu enfin apprendre à te taire et à respecter les autres ? Tu ne penses pas avoir fait assez de mal comme ça ! Vas immédiatement à la voiture !

Monsieur Legrand venait de la couper et, après s'être excuser une dernière fois auprès d'Albert et Candy, tous sortirent du petit salon. Albert vit que Candy faisait de gros effort pour ne pas pleuré a la mention du nom de l'homme qu'elle aimait encore… Il fut pris de colère, Elisa avait encore réussit à la faire souffrir…

Il fut interrompu dans ses pensées par la tante Elroy :

- Candy, je tenais à m'excuser auprès de toi d'avoir été aussi crédule… Je comprendrais que tu ne me pardonnes pas tout de suite, mais j'aimerais que tu me donnes une seconde chance…

- Ne vous en faites pas ma tante. Vous êtes toute pardonnée. Tout le monde à droit à une seconde chance.

- Merci beaucoup Candy… Je dois aller faire quelques achats pour la réception en l'honneur du retour de William qui aura lieu dans 1 semaine. Je serais très heureuse si tu acceptais de m'y accompagner. Ca me ferait un peu de compagnie et je pourrais apprendre à mieux te connaître.

- Avec plaisir ma tante !

Albert fut heureux d'avoir assister à une telle scène. Lorsqu'elles furent sortit, il se décida à écrire une lettre pour Terry. Il l'enverrait dans le courrier urgent, ainsi le jeune acteur pourrait l'avoir d'ici 2 jours… Et, s'il décide d'y répondre, il serait présent pour le bal…

Deux jours plus tard, à New York, un jeune homme d'une mauvaise humeur permanente ouvrait son courier. Il fut surprit d'y voir une lettre d'Albert… Il savait qu'il vivait avec Candy… Mais pourquoi lui écrivait il ? Il commença la lecture :

« Terry,

J'espère que tu vas mieux que lors de notre dernière rencontre.

Ma lettre va te surprendre, mais elle est nécessaire. J'espère seulement qu'il n'est pas trop tard pour toi…

En premier, je dois te révéler quelque chose que j'ai due apprendre à Candy il y a quelques jours : je suis le grand oncle William… Son tuteur… En effet, j'ai retrouvé la mémoire et j'étais partie afin de réorganiser mes affaires pour pouvoir revenir au grand jour et des évènements que je te raconterais plus tard ont précipité ma rencontre avec Candy.

Je sais que ça doit être difficile pour toi de lire cette lettre dans laquelle je te parle de Candy à presque chaque ligne, mais c'est parce que c'est à son sujet que je voulais t'écrire… J'ai fait une erreur lorsque je t'ai dit de rentrer à New York lors de notre dernière rencontre. Je ne voyais pas que Candy souffrait à se point…Elle essaie de ne rien laisser paraître, même Annie et les personnes de la maison Pony ne s'en sont pas rendu compte, mais elle est triste, elle souffre de votre séparation.

Candy a toujours été le genre de personne à s'occuper des autres avant de penser à elle et aujourd'hui elle en souffre, je le sens. Je sais que tu ne veux pas être avec Suzanne, et j'ai décidé de prendre en mains le bonheur de Candy. Tout comme moi, tu sais qu'elle ne trouvera se bonheur que dans tes bras !

Dans quelques jours, je donne une réception afin que le Grand Oncle William fasse sont apparition au grand jour… Je te joins un carton d'invitation.

Si tu viens, alors nous chercherons ensemble une solution pour Suzanne. Je préfère ne pas parler de cette lettre à Candy, je ne veux pas qu'elle souffre si tu décides de ne pas venir. Si tu viens, une chambre t'attendra.

Dans l'espoir de te voir bientôt parmis nous,

Ton ami,

Albert.

P.S : L'invitation est à ton nom, mais si ta mère, Eléonore Baker décidait de t'accompagner, j'en serais des plus heureux, (tout comme de nombreux autres invités !) »

Terry était comme hypnotisé par cette lettre. Il jeta un coup d'œil sur le carton d'invitation et se mit immédiatement à faire ses bagages. Il allait rejoindre Candy ! Albert était le grand oncle William et il avait demandé à Terry de venir ! Ils allaient trouver une solution pour qu'il ne soit pas obliger d'épouser Suzanne !

Pour la première fois depuis longtemps, c'est un Terry de très bonne humeur qui alla travaillé, sans oublier de dire à la troupe qu'il devait prendre quelques semaines de congé pour « raisons de santé ». Ils décidèrent donc que Terry resterait en congé jusqu'à la nouvelle pièce.

Suite 2 :