Pour le bonheur de Candy : suite

« - Annie a parfaitement raison, Candy a le droit au bonheur ! Et de toute façon, je n'ai jamais aimé cette Susanna ! Dit la mère de Terry

- Je suis content que vous approuviez mes décisions, mère ! » Intervint le jeune homme, une étincelle de malice dans le regard, un sourire moqueur accrocher aux lèvres comme s'il ne l'avait jamais quitter.

L'actrice était heureuse, cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus vu se sourire sur les lèvres de son fils…

Depuis la rupture d'avec Candy en fait !

Voici une raison de plus pour laquelle elle aimait Candy, la jeune femme était la seule qui arrivait à rendre le sourire à son fils, la seule qui arrive à la calmer, la seule contre qui son fils n'arrivait jamais à être en colère.

« Terry, Candy ! Nous ne vous avions pas vu sortir de la roseraie ! S'exclama Albert

- C'est ce que je vois ! Vous nous espionniez ! Ricana Candy.

- Mais bien sûr que non Candy voyons! Nous ne sommes pas comme ça ! Protesta Annie

- Nous ne faisions qu'observer les roses d'Anthony sous la lumière de la lune ! Argumenta Archie

- Comme c'est romantique ! Se moqua gentiment Candy.

- Dans ce cas, nous allons vous laissez observer les jolies roses ! Mademoiselle Tarzan tâches de son, m'accorderiez vous cette danse ? Dit Terry

- Avec plaisir ! » Lui répondit Candy en prenant le bras qu'il lui tendait.

« Ca fait plaisir de voir que Candy est à nouveau heureuse ! Fit remarquer Albert

- Oui, mais je m'en veux vraiment de ne pas avoir vu qu'elle n'allait pas bien… Je suis supposée être comme sa sœur et je n'ai rien vu, j'ai été aveugle ! Je me suis laissée bernée comme n'importe quel étranger ! Annie commença à pleurer en disant ça !

- Ne t'en fais pas Annie, tu n'es pas la seule qui n'ai rien vu… J'ai été aussi aveugle que toi sur se coup là ! Tenta de la réconforter Archie, qui semblait aussi abattu qu'elle.

- Vous n'avez pas à vous en vouloir les enfants… Candy à jouer la comédie comme une professionnelle… Je m'en suis rendu compte parce que je la voyais tous les jours à l'appartement, puis, quand je l'ai revu en tant que l'oncle William, j'ai remarqué que ses yeux n'avaient pas encore récupéré leur étincelle de joie… Mais vous ne devez pas vous en vouloir, si je n'avais pas vécu avec elle tous les jours, je n'aurais rien vu non plus… » Les rassura Albert.

Le petit groupe s'était tourné vers la piste de danse où tout le monde semblait absorbé par Candy et Terry, qui, eux, étaient dans leur petit monde à eux et ne se préoccupaient pas de ce qui les entouraient.

La soirée toute entière suivit le même schéma.

Le schéma du bonheur, de la joie, de la vie et de l'amour. Au court de la soirée, Monsieur Legrand vint trouver Candy afin de s'excuser une nouvelle fois du comportement de sa femme et de ses enfants. Il en profita pour remettre à Candy une lettre de Daniel dans laquelle se dernier s'excuser d'avoir tenter de la forcer au mariage.

Lorsque l'heure de rentrer chez soit arriva, il fut difficile pour Candy et Terry de se quitter, même s'ils savaient qu'ils allaient se revoir le lendemain pour trouver une solution « anti-Susanna ».

Cette nuit là, Albert n'entendit pas Candy pleurer dans sa chambre.


Voilà,

alors, je sais que c'est court,

Mais je n'ai pas trop le temps ces temps ci...

Il y aura une suite qui racontera comment ils règle le problème avec Susanna, mais plus tard.

J'espère quand même que ma fiction vous a plu!

Merci

Reviews?

Lorelei Candice Black