Disclaimer : Le monde entier de Harry Potter appartient à la grande JKR. Je suis par contre propriétaire du scénario et ne fais qu'exploiter ces personnes à des fins pas forcément honnêtes.

Résumé : Univers alternatif. Que se passe-t-il lorsqu'un beau lycéen, Harry Potter, n'a pas le choix et doit passer son été chez les parents d'un ami très proche, Drago Malefoy ? Slash, ce sera essentiellement un LM/HP, avec un peu de DM/HP du moins pour l'instant.

Note : Oui, je sais pour les lecteurs qui me connaissent et ont déjà pris le temps de lire mes fics, j'en ai déjà deux autres, sachez juste que je ne les abandonne pas mais que je diversifie mon activité, je me jette dans l'univers alternatif. En effet, dans l'univers magique, j'ai dû mal à imaginer un LM/HP mais bizarrement cette histoire m'est venue alors tout de suite en tête… Et j'espère qu'elle vous plaira…

A ma bêta préférée...

Chapitre 1 : L'arrivée…

Comme chaque matin, Lucius était installé à son bureau privé, le seul endroit du Manoir où il était sûr que personne n'oserait le déranger, il fumait encore. Winky, la jeune domestique, venait de lui apporter une tasse de thé fumant et l'avait déposée comme tous les jours, avec le courrier, sur un coin du bureau. Et comme d'habitude, elle referma la porte alors qu'elle n'avait même pas adressé la parole à son employeur.

Lucius poussa un lourd soupir d'ennui, il essayait de s'échapper de ce bureau en regardant par la grande baie vitrée qui donnait sur le parc. Malheureusement, pour lui, rien n'y faisait, il s'ennuyait fermement et profondément et n'attendait qu'une seule chose la fin de la journée.

Il prit dans ses mains, le courrier. Il passa rapidement en revue les différentes enveloppes. De toute manière, c'était toujours la même chose des pseudos amis qui profitaient de lui et surtout de sa place dans la chambre des Lords. Ainsi par exemple, le Baron Nott lui demandait une grande faveur, il voulait organiser une chasse à courre dans son Manoir du Sussex alors que cela lui était formellement interdit. Rien d'intéressant, rien, strictement rien. Non, ce n'est pas vrai. Il sourit quand il vit au milieu de ce tas de lettres ineptes une petite enveloppe. Il n'arrivait pas à le croire et pourtant le tampon de Poudlard apposé le lui prouvait, son fils lui écrivait. C'était très rare, non plus que rare, c'était exceptionnel. Comme le souhaitait Narcissa, son fils unique, Drago avait été envoyé dans un pensionnat au fin fond de l'Ecosse, là où Lucius, sa femme et leurs parents avant avaient passé toutes leurs années d'études. Drago semblait heureux là-bas, il n'avait ainsi pas à supporter les crises de sa mère. Il venait juste d'avoir dix-sept ans et l'année prochaine serait sa dernière année loin de lui et surtout loin du monde civilisé. En effet, le système éducatif n'avait pas changé depuis des décennies, il était très strict. De ce pensionnat sortait l'élite de la Nation et on les faisait vivre dans des conditions que Lucius jugeait plus que déplorable, mais comme disaient tous ces 'amis', c'est la tradition qui veut ça. L'électricité n'était utilisée qu'en cas d'extrême urgence, le plus souvent le château de Poudlard était éclairé aux bougies, le téléphone était proscrit mais heureusement les châtiments corporels avaient été interdits peu de temps avant l'entrée de Drago à Poudlard.

Lucius ne comprit pas pourquoi il était aussi fébrile quand il décacheta l'enveloppe.

Mon très cher Père,

J'espère que vous allez bien. Ma vie à Poudlard est des plus agréables, je me plais toujours autant ici même si je sais que vous n'avez jamais apprécié cet endroit. Je vous écris cette lettre car j'ai une requête à vous faire. Vous vous en doutez si je le fais, c'est que ceci me tient très à cœur car je n'aime pas vous demander quoi que ce soit. J'espère sincèrement que vous y accéderez.

Un ami à moi, Harry Potter, je suppose que vous avez déjà entendu parler au moins de ses parents James et Lily Potter, n'a plus de foyer pour cet été. Sa famille d'accueil vient de lui annoncer par une lettre des plus atroces qu'ils avaient décidé de partir tout l'été au Maroc et qu'ils n'avaient aucune intention de l'emmener avec eux. Il se retrouve sans rien et n'a aucune idée de qui pourrait l'accueillir. Je me suis dit que peut-être vous accepteriez qu'il reste chez nous durant les vacances. Je sais bien que je vous demande une grande faveur mais Harry n'a vraiment aucune autre possibilité. Si vous êtes d'accord, nous arriverons en gare de King Cross dans quinze jours, le 30 juin à 19 heures.

Avec toute mon affection, votre fils adoré Drago Malefoy.

P.S. Si vous acceptez, pourriez-vous prévenir Mère, je n'ai pas osé lui envoyer de lettre pour l'avertir de la situation.

Lucius reposa la lettre de son fils, Drago avait demandé d'héberger durant les vacances scolaires un ami. Cette idée mit un certain temps à faire son chemin en effet Lucius savait que sa femme n'accepterait jamais et que cette situation risquait à terme de perturber un peu plus Narcissa. Pourtant, au final, l'idée d'accueillir le dernier Potter fils du légendaire James Potter, ancien directeur général de la plus grande compagnie aérienne et qui était décédé avec sa femme une quinzaine d'année plus tôt dans des circonstances très mystérieuses lui plut et puis lui qui se plaignait depuis très longtemps d'un ennui mortel aurait enfin l'occasion de croiser au moins une nouvelle personne durant cet été.

Lucius prit sa plus belle plume et rédigea de suite la réponse à son fils.

Drago,

Je viens de recevoir ta lettre et je suis ravi d'héberger pour les vacances d'été ton ami. J'espère par contre qu'il ne s'ennuiera pas trop dans notre Manoir. Ne t'inquiète pas pour ta mère, je suis sûr que tout se passera très bien.

Sache Drago que pour accueillir ton ami, j'irai personnellement à la gare le 30 juin.

J'espère que tout se passera bien pour cette fin d'année scolaire et que comme l'année dernière, tu auras les félicitations du jury.

Avec tout mon amour, ton très cher Père, Lucius Malefoy.

Aussitôt après avoir fini de rédiger cette lettre, il appela par l'interphone son secrétaire personnel. Le jeune homme d'une trentaine d'années pénétra d'un pas prudent dans le bureau de son patron. En effet, il n'est jamais bon signe que Mr Malefoy le fasse appeler de si bonne heure.

« Bonjour, Monsieur.

- Dobby, il faut absolument que cette lettre parte aujourd'hui, c'est très important, mon fils attend une réponse de ma part.

- Bien, Monsieur, je vais faire le nécessaire pour que Mr Malefoy reçoive sa lettre demain matin.

- Bien. Ce sera tout pour le moment. »

Dobby ne se fit pas répéter deux fois cet ordre et quitta la pièce à grandes enjambées. Lucius ne comprendrait jamais ce jeune homme, il semblait pétrifié dès qu'il pénétrait dans le bureau pourtant il ne lui semblait pas lui avoir parlé aussi durement que cela sauf peut-être à deux ou trois occasions.

Maintenant restait le plus dur, prévenir sa femme qu'un étranger passera deux mois ici. Il se dirigea vers le Grand Salon espérant la trouver en forme. Malheureusement, pour lui, il ne trouva que Winky qui nettoyait la pièce. A son entrée, il vit bien l'air perplexe de la domestique.

« Winky, savez-vous où est Madame ? Il faut que je lui parle, c'est très urgent…

- Madame est encore couchée dans sa chambre, elle ne se lève pas avant dix heures du matin d'habitude, vous savez.

- Très bien, je ne peux pas attendre, je préfère aller la voir maintenant.

- Comme Monsieur voudra. »

Lucius se dirigea donc vers la chambre de sa femme, pièce où il ne s'était presque plus rendu depuis ces cinq dernières années. En effet, il ne voulait pas attendre, le matin était le seul moment de la journée où elle n'était plus totalement sous l'effet des antidépresseurs et des anxiolytiques et c'était donc le seul moment où l'on pouvait tenir une conversation cohérente avec elle. Il frappa fermement à la porte mais fidèle à son habitude, Narcissa fit comme si elle n'entendait rien.

« Chérie, c'est moi. Je dois vous entretenir d'un problème, c'est très urgent.

- Repassez plus tard. Je n'ai pas la force de m'entretenir avec vous.

- C'est à propos de Drago… »

Lucius venait de prononcer le mot magique, le mot qui permettait à sa femme de réagir encore un peu.

« Entrez ! »

Lucius pénétra alors dans la chambre. Les volets étaient ouverts et il faisait grand jour dans la pièce, il regarda attentivement le papier peint, les meubles, les bibelots. Il n'avait gardé aucun souvenir de cette pièce sauf peut-être les larmes de sa femme. En deux enjambées, il était en face du grand lit à baldaquin sur lequel se reposait sa femme. Le lourd rideau en velours bleu était tiré et Lucius dut le soulever avec un grognement de dédain.

« Ma chérie. Mais comment pouvez-vous rester aussi longtemps derrière cette chose abominable… Il fait grand jour vous devriez profiter de cette journée…

- Lucius, je vous en prie, nous n'allons pas encore recommencer cette conversation, vous savez bien que mes migraines m'obligent à rester au lit une grande partie de la journée.

- Je sais, je sais. J'ai à vous parler…

- Il n'est rien arrivé à Drago, j'espère.

- Non, ne vous en faites pas ma chérie, Drago va très bien.

- Mais alors de quoi vouliez-vous m'entretenir ?

- Je viens d'accepter qu'un de ses amis, Harry Potter vienne passer les vacances d'été, ici.

- Ici ? Mais Lucius, vous n'y pensez pas, il est hors de question qu'un inconnu vienne chez nous.

- Chérie, j'ai déjà accepté, sinon le jeune garçon risquait de se retrouver sans toit tout cet été. Il doit être de l'âge de Drago, ce n'était pas envisageable.

- Lucius, imaginez, un étranger…

- Ce n'est pas un étranger, c'est un ami de notre fils, et Drago semblait très inquiet pour Harry. Et si j'ai voulu vous prévenir de si bonne heure, c'est que je veux que vous vous fassiez à cette idée, rien ne me fera changer d'avis, nous accueillerons Harry Potter.

- Mais Lucius… »

L'homme quitta alors la pièce, il ne pouvait supporter d'entendre un peu plus les pleurs de sa femme. Il avait beau se raisonner et savoir que sa femme était malade, il avait de plus en plus de mal avec la situation et depuis quelques mois, il envisageait de la quitter définitivement. Il ne l'avait pas fait avant pour son fils mais Drago était presque majeur aujourd'hui et puis après tout, bientôt, son fils entrerait pour sa septième et dernière année à Poudlard et après il mènerait sa propre vie. Lucius retourna s'enfermer à nouveau son bureau, décidément, c'était bien l'endroit qu'il préférait du Manoir.

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Lucius attendait à la gare depuis trente minutes, il avait fumé cigarette sur cigarette pour faire passer le temps. Il savait parfaitement que le train ne devait arriver qu'à 19 heures mais il était tellement impatient. Il ne savait pas trop pourquoi mais il avait comme l'impression que cet événement allait représenter un changement dans sa vie, sa routine habituelle. Depuis l'annonce à sa femme de l'arrivée de Harry Potter chez eux, il ne l'avait presque plus vu, le médecin lui avait prescrit de nouveaux antidépresseurs, il lui avait aussi dit que de faire hospitaliser quelques jours sa femme en hôpital psychiatrique pourrait être une bonne solution. Peut-être que oui, mais pas en ce moment, généralement, Narcissa reprenait toujours un peu de force avec le retour de Drago.

La voix neutre des haut-parleurs annonça alors que le train en provenance d'Edimbourg allait entrer en gare en voie 9. Lucius se dirigea donc d'un pas assuré au quai, il entendit le bruit des roues freinant sur les rails. C'était le moment. Il repéra de suite son fils, il faut dire que son fils et lui était très reconnaissable avec leur grande taille et leur chevelure blonde presque blanche. Il s'avança lentement vers Drago qu'il n'avait pas vu depuis les fêtes de Noël, Lucius se fit la réflexion qu'il avait encore grandi, il devait le dépasser à présent et pourtant lui-même mesurait plus d'un mètre quatre-vingt.

C'est alors qu'il fit vraiment attention au jeune homme brun qui marchait aux côtés de son fils, il semblait avoir dû mal à traîner ses grosses valises derrière lui. Il paraissait vraiment fluet et petit par rapport à Drago.

Quand ils se rejoignirent, Drago serra affectueusement dans ses bras, son père qui ne le repoussa pas. Drago n'avait pu s'en empêcher alors qu'il savait que son père n'appréciait guère l'étalage de ses sentiments en public

« Père, bonjour. Je vous présente Harry Potter. »

Lucius se tourna alors vers l'autre jeune homme et lui tendit sa main.

« Harry, enchanté. »

A suivre…

(Si vous avez appréciez ce début et que vous avez le temps, une tite review, merci d'avance)