Voilà la fic suivante, avec quelque chose qui devrait plaire au fans royai, et ... autre chose qui plaira moins. La suite d'Un Royaume en héritage. Bonne lecture !
Roy regarda Riza revenir pour la troisième fois de la journée des toilettes. La jeune femme était prises de nausées subites depuis le matin même.

" Je vais faire venir un médecin." décida le brun.

" Mais non oh ! Ce n'est que la première fois que ça m'arrive, c'est sûrement passager." protesta Riza.

Elle alla dans la salle de bain et se rinça consciensieusement la bouche. Puis elle revint auprès de son mari. Il prit son visage entre ses mains.

" Je m'inquiète pour toi tu sais." dit-il.

" Voui j'avais remarqué. Je ne m'en plains pas, mais évite d'en faire trop, hm ?"

Elle l'embrassa brièvement, et se blottit contre lui. Le brun la garda serrée contre lui un long moment.

" Tu n'as pas un entraînement par hasard ?" demanda Riza.

" Ah oui, faut que j'y aille ou je vais avoir droit à un sermon."

Il déposa un baiser sur le front de Riza, saisit une épée qu'il ceignit à sa taille et sortit de la chambre. Roy se rendait dans le jardin, pour son entraînement quotidien avec Aurilis, la déesse cosmique du royaume. Voilà à présent près d'un an que Mustang s'était fait couronner roi du Lanadriann. Il était né sur ces terres, mais avait été forcé de s'exiler à quelques mois, à cause de la traîtrise du cousin de son père. Ce dernier avait en effet pactisé avec l'empereur du Drachma pour prendre le pouvoir.

Un couple de proches du roi Erwan et de la reine Cassandra s'étaient échappé jusqu'en Amestris, où Roy avait grandi. Bien plus tard, la petite soeur d'Aurilis était venu le chercher pour le ramener chez lui. Aidé par la Triade, groupe de divinités du pays, il avait reconquis une partie de son royaume et son trône. Depuis, la vie des Lanadriannais s'améliorait chaque jour. Le jeune roi arriva dans un coin du domaine où la déesse devait l'attendre.

Quelque fois elle l'attaquait par surprise, à l'épée elle aussi. Roy préféra donc dégainer. Mais la dangereuse divinité, maîtresse de la lumière et des ténèbres, ne lui sauterait pas dessus aujourd'hui. La grande brune s'entraînait en effet au lancer de couteau. Deux d'entre eux allèrent d'ailleurs se planter dans une cible.

" Eh bien ! Tu es à l'heure." dit-elle avant de se tourner.

Les yeux aussi noirs que ceux de son protégé, Aurilis était séduisante. D'autant plus qu'elle arborait une tenue qui ne cachait absolument rien de ses formes : un soutien-gorge noir, puis une jupe fendue très haut sur les cuisses, avec une ceinture en V dorée, et des talons qui mettaient ses jambes interminables en valeur.

" C'est bien toi qui m'a dit que la ponctualité était la politesse des rois, non ?" sourit Roy.

Il était plus petit qu'elle d'une tête. Aurilis afficha un fin sourire, et agita un instant sa longue queue rouge sang agrémentée d'une large lame recourbée, suffisamment grande pour trancher une tête.

" Il était temps que tu t'en souviens, jeune roi."

" Mouais."

" Comment va Riza ?" interrogea Aurilis en faisant revenir les couteaux entièrement en métal.

" Pas trop bien, elle a vomi trois fois aujourd'hui. Tu pourrais peut-être découvrir ce qu'elle a." répondit Roy en rengainant son épée.

Jamais aucun roi n'avait demandé la guérison d'un de ses proches. Mais du fait qu'Aurilis aie aidé Roy à retrouver sa place, elle avait plus d'affinités avec lui.

" Ne t'inquiètes pas pour elle. Le temps règlera tout ça." sourit-elle.

Roy haussa les sourcils. Le temps ? Avant qu'il ne puisse demander des précisions, elle lui passa un couteau.

" Allez, montre-moi ce que tu sais faire."

L'alchimiste fit tourner la lame entre ses doigts, avant de la lancer en plein coeur de la cible. Aurilis eut un hochement de tête satisfait. Roy enchaîna plusieurs lancers, tous proches du centre. La déesse cosmique en prit un, et se tourna vers lui. L'intention était claire. Roy en saisit un lui aussi, et eut tout juste le temps de bloquer le coup de lame d'Aurilis.

Il esquivait de temps à autre, puis ripostait. Du fait de son entraînement journalier, Roy avait beaucoup gagné en adresse. Seulement ... comme la déesse incarnait la guerrière suprême, celle qu'on ne peut pas vaincre, il n'obtenait jamais la victoire. Mais ça lui permettait d'avoir le meilleur niveau qui soit. La lame de Roy jaillit de ses mains. Aurilis lui bloqua un bras dans le dos, et lui plaqua son couteau sous la gorge.

" Très bien. On va passer au combat à mains nues, et on finira par les épées." annonça-t-elle en le relâchant.

" Si tu le dis !" commenta Roy.

Elle le laissa se reposer, puis dégaina Lunaticaa, sa fameuse épée du chaos. Roy sortit Meriaden, cadeau de la déesse à son père, puis au fils. A l'instar de Lunaticaa, elle était en argent et possédait la particularité de ne jamais pouvoir être brisée. La brune se mit en position de combat. Les lames s'entrechoquèrent rapidement. Roy bondit, et évita de justesse un coup au visage. Aurilis bloqua son coup. Le combat dura un long moment, jusqu'à ce que la lame de la déesse ne vienne se loger sur la gorge du roi.

L'entraînement se termina deux heures plus tard. Roy rentra légèrement H.S, et s'écroula à plat ventre sur le grand lit de la chambre royale. Il roula sur le dos, et étendit ses bras en croix.

" Pfff ! J'ai une réunion dans une heure ... ça va m'achever." pensa-t-il les yeux en billes.

" Tu m'as l'air bien fatigué mon chéri. Repose-toi, je vais aller à la réunion à ta place." fit Riza en s'approchant.

Roy écarquilla les yeux. Sa chère et tendre sortait du bain visiblement, car elle ne portait qu'une serviette.

" Si tu reste comme ça, je vais vite me remettre en forme." dit-il avec un sourire appréciateur.

" Ca je m'en serais douté." fit-elle.

Riza alla se changer, puis se rendit dans la salle du conseil, où l'attendaient les conseillers. Ils ne furent pas du tout surpris de la voir. Riza avait l'habitude d'assister à ce genre de réunion, où elle soumettait des idées. Les conseillers se levèrent à son approche.

" Bonjour messieurs. Asseyez-vous." dit-elle.

Elle-même se posa en bout de table.


Pendant ce temps-là, le roi se prélassait dans son bain. La déesse n'y était pas allée de main-morte, comme toujours. Les yeux clos, il laissait flotter son esprit et vagabonder ses pensées.

" Pfffooouu ... je n'aurais jamais cru qu'être roi puisse être aussi épuisant. Mais bon, je vais pas me plaindre. J'ai quand même aidé beaucoup de gens. Je sais pas si ça suffira à racheter mes fautes ..." se dit-il.

A la simple évocation de ce mot, les images du massacre d'Ishbal lui revinrent en mémoire. Il fronça les sourcils, et plongea la tête sous l'eau. Sa nuque toucha le fonds. Roy commença à manquer d'air. Il attendit encore un peu, et remonta.

Le roi termina son bain, et sortit. Riza ne revint de la réunion qu'à l'heure du dîner. Pendant le repas avec les conseillers, elle fit un compte-rendu à son mari.

" Très bien, je te remerice mon amour." fit Roy à la fin de son récit.

" Mais de rien."

Quelque temps plus tard, le couple se coucha. Tard dans la nuit, un cercle bleuté se dessina sur un des murs de la chambre, face à Riza. Un individu encapuchonné en sortit. Il s'approcha du lit. Roy tenait sa femme serrée contre lui. Il faisait un rêve tout à fait ordinaire, quand soudain l'image se troubla. Kaïros, panthère noire géante et dieu cosmique, lui apparut.

" Ta reine est menacée, fils d'Erwan. Réveille-toi." dit-il.

" Riza ?" répondit Roy.

Aussitôt après il ouvrit les yeux. Il alluma la lumière, pour découvrir une espèce de moine avec sa femme dans les bras. Roy plongea la main sous son oreiller, pendant que l'autre se dirigeait vers un mur. Flame lança un couteau dans le mollet du visiteur. Ce dernier s'effondra, et Riza passa dans un cercle bleu.

" RIZA !" s'exclama Roy.

Il se leva, empoigna son épée qu'il sortit du fourreau et se jeta sur l'encapuchonné. Mais l'autre esquiva ses coups. Rendu furieux par l'attaque portée à la femme qui l'aimait, Roy ne ménageait pas ses coups. Le sang coula chez l'intrus. Ce dernier décida d'en finir. Roy fut brutalement projeté en arrière. Puis il ressentit une vive douleur dans la poitrine. Il découvrit un couteau profondément enfoncé. Sa vue se brouilla.

" Riza ..." murmura-t-il.

Les yeux onyx se fermèrent au moment où il rendit son dernier soupir. L'homme passa le cercle. Une nuée argentée se matérialisa au même moment. Kaïros de dirigea vers le mur, pendant que sa soeur d'âme et de sang se rendait auprès de Roy.

" Un passage temporel." fit le fauve géant.

" Reste à savoir de quelle époque il venait." dit Aurilis.

Elle ôta la lame du thorax du roi, et l'allongea. Une lumière d'or enveloppa Aurilis alors qu'elle fermait les yeux, et posait une main sur la blessure. Cette dernière cicatrisa.


" Mais où-suis je ?" demanda Roy.

Il se trouvait dans un jardin magnifique, où il se sentait incroyablement bien. Le roi ne comprenait pas. Quelques secondes avant il était dans sa chambre. Roy sentit une présence dans son dos, et se retourna.

" Aurilis ? Où est-ce qu'on est ?" demanda-t-il.

" Dans l'au-delà. C'est là que vont les morts en principe." réondit la déesse.

Roy eut un choc en entendant ces mots. L'au-delà ... ça voulait donc dire qu'il était mort. Il se rappela la lame dans sa poitrine, et baissa la tête. Evidemment elle n'y était plus.

" Je suis mort ... mais c'est pas possible ! Riza a besoin de moi, je dois aller à son secours !" s'exclama-t-il.

" C'est pour ça que je vais te ramener." reprit Aurilis en tendant la main.

Roy nicha sa main dans la sienne. Il eut aussitôt l'impression de faire une chute vertigineuse. Son âme traversa le toit du palais, puis le plafonds de sa chambre avant de s'allonger dans son corps. Aurilis lui ouvrit la bouche et se pencha. Une fumée d'or sortit de la bouche de la déesse, droit dans celle de Roy. La seconde d'après il ouvrait grands les yeux en inspirant bruyamment.

" Te voilà de retour dans le monde des vivants." annonça la déesse.

La résurrection n'avait pris qu'une minute. Roy se redressa. Sa blessure avait disparu.

" Tu peux ramener les gens à la vie ?" interrogea-t-il.

" Bien sûr, ça fait partie de nos prérogatives. Mais nous le faisons très rarement, sache-le." répondit Kaïros.

Le brun se remit debout, et alla vers le mur où avait disparu sa femme. Il posa les mains dessus, essayant de comprendre ce qui s'était passé.

" D'où venait ce type ?" questionna-t-il en se tournant vers les dieux.

" Du passé. D'après les vibrations que j'ai ressenties, il vient du Moyen-Âge." répondit Kaïros en s'approchant.

Le félin arrivait à la moitié du bras de Roy. Le jeune homme le regarda.

" Mais qu'est-ce qu'un type du passé peut bien vouloir à Riza ?"

" Hmmm ... ça me rappelle une ancienne prophétie du quinzième siècle. Il faudra que je m'en souvienne, ça concernait le début de la lignée Mustang." répondit Aurilis.

" Elle n'a pas été faite par nous, autrement on s'en souviendrait. Le mieux serait d'aller voir la personne qui en est à l'origine." ajouta Kaïros.

" Oui. De plus si Riza est dans le passé, il nous faut y aller aussi. Roy, à quoi ressemblait cet individu ?" demanda Aurilis, bras croisés.

" Je ne sais pas trop, je n'ai pas vu son visage. En revanche j'ai vu qu'il portait un pendentif. Une espèce de scorpion sur un losange."

Aurilis écarquilla les yeux.

" Un serviteur d'Hatsui ... ça c'est vraiment mauvais." dit-elle.

" Je l'ai saigné par-ci par-là, mais rien d'extraodinaire. Chuis nul, j'ai été incapable de défendre la personne que j'aime le plus au monde." soupira Roy.

" Contre un magicien-alchimiste tu ne pouvais pas faire grand-chose mon petit." fit Kaïros.

" Un quoi ?"

" Pour voyager dans le temps, il faut un niveau élevé. Autrefois il existait un savoir mêlant magie et alchimie. D'ailleurs cette dernière en est très proche. Certains cercles permettent d'ouvrir les portes du temps." expliqua Aurilis.

" Ah d'accord. Et c'est qui Hastui ?"

" Un hanigan. Autrement dit un Banni, dans le sens où son âme a été bannie de l'au-delà agréable, et exilée aux enfers."

" Mais c'était qui ?" continua Roy.

" Un très puissant mage-alchimiste noir, qui maîtrisait les ténèbres mieux que n'importe quel mortel. Je me suis occupé de son cas quand il s'en est pris aux monarques du pays. C'est-à-dire le dernier roi de la dynastie Fallon, celle qui précédait la tienne." raconta Kaïros.

" Il avait une confrérie à ses ordres. Ils doivent vouloir le ramener dans ce monde. Enfin, dans leur époque." enchaîna Aurilis.

" Grâce à ma Riza visiblement. Je ne comprends pas encore pourquoi ni comment, mais je suppose que les réponses viendront en cours de route." reprit Roy.

" Exact. On part maintenant."

" Compris."

Roy attrapa son épée qu'il passa à sa taille. Aurilis tendit une main vers le mur. Son énergie ouvrit un passage temporel. Elle posa ensuite la paume de sa main sur le front de Roy.

" Quand on voyage dans le temps, il y a des précautions à prendre. Allez, on y va." dit-elle.

" J'annoncerais ton départ à Danny. Il s'occupera de tout en ton absence." fit le panthère noire.

" Entendu."

Le roi suivit Aurilis dans le passage, destination : le quinzième siècle, à l'avènement de la lignée Mustang.