Voilà la fin de toutes ces aventures. Ca me fait toujours aussi bizarre de clore une fic. Snifffff !! Ouuuuiiiin !

En espérant vous avoir contenté.

Rating NC-17 et LEMON !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Eh oui, j'ai pas oublié !


Quittant la route 80 à Auburn, le jeune homme prit la direction de Pollock Pines. Sam, lui, se réveilla à Placerville.
« Où va-t-on ?
- A Pollock Pines. J'ai envie de revoir des arbres, des vrais. J'en ai marre des cactus.
Le plus jeune sourit et se redressa sur la banquette. Il observa les alentours, le soleil déjà haut dans le ciel, et se retourna vers son frère.
- Dean ?
- Ouaip ?
- Je t'aime. »

o0o0o0o0o0o

Il y avait une odeur de pin. Les effluves boisées de la forêt d'Eldorado parvenaient jusque dans la salle de bains.
Dean se sécha rapidement les cheveux, noua sa serviette autour de sa taille, et sortit dans un nuage de vapeur. Instinctivement, il chercha lequel des deux lits son frère avait décidé de squatter.
Mais ce soir, fi de lit simple ! Au lieu de cela, Dean vit son frère allongé sur l'immense matelas qu'ils allaient partager, en train de bouquiner, dans le plus simple appareil. Sa glotte se bloqua et ses yeux s'écarquillèrent.
Puis une puissante impression de liberté s'empara de lui. Il était libre ! Il pouvait admirer son corps en toute impunité, rêver de ses formes sans honte... Le toucher sans se haïr. Il en frissonna.
Sam se retourna vers lui et le détailla d'un regard pétillant.
« Tu es magnifique, s'étrangla l'aîné.
Le jeune homme rougit et s'enfouit sous les draps. Dean s'approcha en souriant.
- Quoi, je te gêne ?
- C'est étrange de t'entendre dire ça.
- Tu aimes ? Demanda-t-il en se débarrassant de sa serviette et en le rejoignant.
- Je ne déteste pas. »
Son aîné se rapprocha et l'embrassa tendrement, avant de s'accouder pour le contempler. Etendu sur le dos, la tête enfouie dans l'oreiller, le torse à nu, il formait le plus beau des tableaux. Et ces yeux ! Dean se sentait grand à travers eux.
« Dean...
- Sam, on n'est pas pressé.
- Non, c'est... Je ne te mentirai plus jamais, Dean. Toute la vérité, rien que la vérité ?
Cette phrase, entre eux deux, après cette nuit, prenait vraiment tout son sens.
- D'accord, je te le promets.
- J'ai envie de toi, Dean.
Le regard du jeune homme se troubla. Il n'était pas sûr de savoir si c'était bien, pas sûr de savoir comment faire.
- J'ai confiance en toi. »
Mais Sam était là, qui essuyait ses larmes naissantes. Sam serait toujours là.
Et Dean se sentit poussé en arrière par une main douce. Son frère vint alors s'allonger doucement sur lui. D'une légère pression des lèvres, il l'invita à partager un baiser. Et ce baiser fut lent, passionné. L'aîné serra ce corps brûlant contre le sien, puis partit à sa découverte avec ses mains. Sam sourit, puis gémit soudain.
Leurs sexes venaient de se rencontrer.
Electrisé par ce contact, il se souleva sur une main et commença à couvrir de baisers le torse qui respirait paisiblement sous le sien. Il dessina la forme des pectoraux avec ses lèvres, et posa une main sur la cuisse de son frère. D'instinct, il sut comment caresser cette peau masculine, comment la faire frissonner. Et la pression qu'il ressentait contre son bas-ventre en était la plus belle preuve.
Il remonta alors vers le visage de Dean et le regarda. Profitant de ce répit, son vis-à-vis le renversa avec beaucoup de tendresse et l'embrassa à nouveau. Ses mouvements de hanches embrasèrent le plus jeune qui soupira doucement son prénom.
Cédant à une impulsion nouvelle, Dean abandonna ces lèvres délicieuses pour descendre vers le ventre de son frère. Il explora la courbe de ses fesses posées sur le lit, dessina l'os du bassin, passa une main légère sur son pubis...
Puis sa langue vint se poser sur les muqueuses, à la base de l'épieu de chair. Il remonta lentement, jouissant des râles qui s'échappaient de la gorge de Sam, et s'attarda un instant sur le frein, zone extrêmement sensible.
« Dean, je t'en prie... » L'adjura-t-il
Pour seule réponse, il se redressa légèrement et enveloppa de sa bouche l'extrémité du membre tendu. Demeuré immobile quelques instants, il sentit le sang pulser contre ses lèvres, et fit alors jouer sa langue autour du gland. Sam laissa échapper un cri rauque et se tendit brusquement.
La torture ne faisait pourtant que commencer...
Dean commença un doux va-et-vient tout en venant poser ses mains sur le torse de son frère. Puis il appuya davantage, le massant de ses lèvres chaudes. Au bout de quelques minutes, il sentit une main tremblante se poser sur l'un de ses bras. Ses oreilles, quant à elles, savouraient chaque cri, chaque plainte.
Lorsqu'il commença à accélérer, Sam cru devenir fou. Rejetant la tête en arrière, il voulut lui dire d'arrêter, de ne pas prendre de risques, qu'il était trop prêt... Mais son frère savait ce qu'il faisait. Il continua de lui procurer du plaisir, même lorsqu'il le sentit se raidir, et ne se dégagea pas quand Sam abdiqua et s'abandonna à l'orgasme.
Dean voulait goûter à la saveur de son frère, jusqu'au bout.
Essoufflé, tremblant, Sam le ramena à lui et dévora ses lèvres avec fièvre. Puis il prit sa main droite et saisit quelques doigts entre ses dents, avant de venir les caresser de sa langue. Dean comprit le message.
« Tu es sûr que ça suffira ?
- Oui. J'ai trop envie de toi, tu comprends ? »
S'il comprenait ? Il se sentait sur le point d'exploser tant le désir l'avait envahi tout au long de ces préliminaires. Il chercha sa veste des yeux, pour y prendre le matériel adéquat, quand il sentit que Sam lui glissait quelque chose dans la main.
« Tu es vraiment prévoyant.
- Et toi, vraiment prévisible. » Sourit le cadet.
Pour se venger, Dean saisit la peau offerte de son cou et l'aspira doucement entre ses lèvres, de façon à laisser une jolie marque.
« Dean, tu exagère, tu... Huuuum ! ».
Il se sentait pénétré, mais sans douleur comme il le craignait. Rouvrant les yeux, il comprit. Dean le contempla avec amour, puis recommença lentement, avec deux, puis trois de ses doigts. Il pouvait savoir quand la douleur s'estompait: il n'y avait qu'à regarder ce visage d'ange qui se crispait et se détendait à nouveau.
Au bout de quelques minutes, Sam posa ses jambes de part et d'autres des hanches de son frère. Il le voulait, maintenant. Et il l'obtint. La douleur réapparut, s'amplifia, puis s'estompa. Dean prit ses marques, vint embrasser son cadet et essaya de ne pas devenir fou en sentant cette chaleur entourant son sexe. Puis il commença à se mouvoir.
Sam ne put s'empêcher de crier lorsqu'il heurta sa prostate pour la première fois. Inquiet, son frère s'arrêta, puis réalisa ce qui se passait. Il reprit alors ses mouvements, très doux d'abord, puis de plus en plus rapides, de plus en plus maîtrisés aussi. Il sentit les mains de son amant se poser sur ses fesses puis s'y crisper, et cela lui fit perdre le peu de contrôle qui restait. Les yeux plongés dans ceux de Sam, il referma ses doigts autour de l'érection qui avait repris sa forme contre lui, et la massa au rythme de ses pénétrations.
Soudain, Sam se raidit. Une seconde vague de jouissance, encore plus forte que la première, l'envahit tout entier. Dean sentit les muscles qui se contractèrent autour de son membre. Il eut un ultime coup de rein et se noya dans l'orgasme au son des gémissements de son frère.

Somnolant doucement, Dean caressa l'épaule de son frère, endormi contre lui. L'euphorie des premiers moments passées, son côté tordu et masochiste tentait de reprendre le dessus et faisait défiler devant ses yeux tous les risques et toutes les épreuves qui les attendaient à l'avenir.
Mais, étrangement, à chaque images répondait toujours une même pensée...

« Ca va aller. »


Goodbye sweeties !! Merci de m'avoir lue et à bientôt pour une nouvelle fanfic Sam/Dean !

Bisouuuuuuuuuuuuuuuuuus