Titre :Ma Mémoire

Auteur : ToMoYo FaNeL ou Tomochan (créature en voie de disparition, unique spécimen de son espèce... blablabla, je vous épargne le documentaire sur cet animal xD)

Disclamer : Naruto ne m'appartient pas, c'est une œuvre de Masashi Kishimoto

Genre : Romance, shonen-ai (sasunaru bien sûr), suspens

Rating :K+

Résumé : Sasuke est blessé pendant une mission et se réveille amnésique. Sakura, Naruto et Sasuke lui-même vont alors s'égarer dans le labyrinthe d'une mémoire incomplète.

Note importante : J'ai deux choses à clarifier. Premièrement, j'ai commencé cette fanfiction avant que ne commence l'anime de Naruto shippudenn, je n'en prends donc pas compte, à quelques détails près, mais au fil des chapitres, vous vous retrouverez sans mal. Ensuite, je sais que Sasuke peut vous paraître Out Of Character, mais en sachant qu'il a oublié tout ce qu'il a vécu jusqu'à maintenant, et que tout ça avait fait de lui le Sasuke que nous connaissons tous, il est normal qu'il ne soit pas aussi froid/distant/détestable/désagréable avec tout le monde/ bref Uchiwatesque qu'à son habitude. Son comportement s'expliquera par la suite de toute manière, ne vous en fait pas. Dernière chose : cette fanfiction est du point de vue de Sasuke la plupart du temps.

Blabla pour expliquer une chose : Alors la veille, j'avais relu une vieille fic Evangelion où Asuka perdait la mémoire et tombait amoureuse de Shinji et blabla (pour les fan du genre, vous avez peut-être reconnu la fic « An Amnesic Angel » d'Axel Terizaki) Je sais que l'idée n'est pas originale et que dans cette partie du site, il y a plein de fics sur ce thème. Désolée pour le cliché, je ferais en sorte que cette fanfiction ne démarque quand même.

oO° Bonne lecture °Oo

.oO°Oo.

Chapitre 1 : Amnésie

.oO°Oo.

« ATTENTION ! »

J'évite de justesse le kunai d'un adversaire avant de lui envoyer un shuriken qui lui tranche la gorge. Un second ennemi, étonnamment rapide malgré sa corpulence, me prend par derrière en m'emprisonnant contre son corps gras. Son étreinte me fait suffoquer. Je réfléchis à toute vitesse à la meilleure manière de lui échapper. Mais sans que j'aie le temps de mettre à exécution ma trouvaille, le tas de graisse qui m'étouffait tombe comme une masse sur le sol boueux. Avant de me replonger dans la bataille, je jette un œil au cadavre. Il a été étranglé.

« Alors, Sasuke ? Tu reprends ton souffle ? »

Mon regard dérive rapidement vers une forme orange au milieu d'un vrai champ de bataille. Sa fierté se lit dans son sourire. Je n'arrive pas à croire que cet idiot pense m'avoir sauvé la vie.

« Ne pense pas que je vais… »

Un autre ennemi se jette sur moi en hurlant, je recule et l'assomme lorsqu'il tombe à mes pieds.

« … Te remercier ! »

J'entends le rire bruyant de Naruto mais ne lui accorde pas la moindre attention. J'ai mieux à faire en ce moment. Entre deux adversaires, je le vois du coin de l'œil qui met à terre un de ses assaillants. Sans avoir le temps de souffler, il se voit contraint de dévier quatre ou cinq kunai dont il était cible et s'attaque à leur propriétaire.

« Je …

Il balance son pied dans le visage de l'ennemi, qui ne se laisse pas toucher, évitant le coup et jetant son poing vers Naruto.

« … n'en n'attendais… »

Il se baisse pour l'éviter et enchaîne en lui faisant un croche-pied si puissant qu'il doit lui avoir cassé la jambe. Son adversaire perd l'équilibre et tombe, le visage dans la fange, non sans hurler sa douleur.

« … pas moins de toi !

- Ca vous dérangerait… de vous concentrer sur le combat ? »

Ça c'est Sakura qui peine à se débarrasser d'un mercenaire, deux fois plus grand et six fois plus large qu'elle. Mais suite à deux ou trois techniques de transmutation et un coup de poing bien senti dans le ventre, elle prend le dessus. Le pauvre ne comprend pas ce qu'il se passe quand il se retrouve quatre mètres plus loin, un trou béant à l'estomac.

Un homme, moins gros que les autres, sûrement le chef de ces mercenaires de seconde zone, s'avance vers moi. Sans attendre, je me mets en position de combat mais avant que je n'aie le temps d'analyser la situation, je sens son souffle sur ma nuque. Un ninja. Très rapide. La surprise est alors la pire faiblesse qu'il me reste. La dernière chose dont je suis conscient c'est mon mal de crâne et une voix qui crie mon nom… Mais elle est loin… Tellement loin…

« SASUKEEEEEE ! »

.oO°Oo.

Où suis-je ? Il fait si noir… J'ai froid… C'est ça… mourir ?..

« Tu es encore beaucoup trop faible, petit frère »

Itachi…

Non… Je ne peux pas mourir maintenant. Je dois venger ma famille ! Je dois…

Tuer.

Je dois…

Mais je… suis las…

J'essaie de bouger mais mon corps ne répond plus. En fait, je ne sens plus mes membres… J'essaie de crier à l'aide. Mais ma voix reste muette.

Il fait si froid… Je me sens si…

Seul.

Des images défilent devant mes yeux. Je me revois pendant ce combat. Avant la mission. Je revois leurs visages à mon retour de chez Orochimaru. Je repense mon plan. Je ressens les souffrances que j'ai endurées chez ce serpent. J'ai la même sensation que dans la Vallée de la Fin. Je vois le visage paisible de Naruto. Les souvenirs que nous avons en commun. Toutes ces années où j'étais aussi seul qu'en cet instant. Et comme victime du mangekyou sharingan, le massacre de ma famille repasse en boucle devant moi en sens inverse.

Je vois ma vie défiler…

Ma vie s'échapper…

Puis tout est…

Noir.

Un silence m'entoure. Un silence lourd et écrasant. Je me sens suffoquer dans ce silence. Je veux hurler pour le briser, mais aucun son ne sort de ma bouche. Je ne suis même plus sûr de l'avoir ouverte…

…Pourquoi est-ce que je veux tellement continuer ? A quoi bon les venger tous… je serais toujours seul…

Venger…

…Qui ?

Une masse chaude enveloppe ma main. Ce qui doit être ma main, car mon corps me semble immatériel. Cette chaleur me brûle la peau mais elle n'est pas douloureuse. J'ai à nouveau conscience de mes membres. Quelque chose trouble le silence mortel qui règne depuis je ne sais combien de temps. J'entends. Je ne comprends rien, ce n'est qu'un simple son mais j'entends… une voix ?

Je respire un nouveau souffle. Cet oxygène est presque douloureux lorsqu'il s'échoue dans mes poumons. Je réalise que j'avais arrêté de respirer.

La voix résonne à nouveau et à chaque écho, elle devient plus distincte. Ce qui me brûle la main se fait plus doux. Cette chaleur devient quelque chose à quoi m'accrocher. Je resserre mes doigts sur cette source de vie de peur qu'elle ne disparaisse. Le silence revient, mais je ne m'en sens plus écrasé. Plus les secondes s'écoulent, plus le noir disparaît. Une lumière aveuglante prend sa place.

Blanc.

J'entends une dernière fois mon nom. Cette voix est si chaleureuse… A qui est-elle ?

J'ai la migraine…

Je retrouve l'usage de la mienne. Un son s'échappe de ma gorge, un peu enrouée. Je ne sais pas ce que je viens de dire, peut-être que ce n'est qu'un gémissement de douleur.

La lumière est engloutie par la réalité. Je peux voir. Mes yeux sont ouverts.

Le plafond est blanc.

Une odeur que je déteste vient se nicher dans mes narines. Je hais cet endroit, mais je n'arrive pas à me souvenir pour quelle raison… je ne ressens que la douleur d'un souvenir lointain…

Reprenant lentement conscience de moi, de mon corps, de mes sens, je sens un courant d'air entre mes doigts. Où est cette chaleur ? Je balaie la pièce immaculée du regard. Personne… Je suis…

S… Seul. Fatalement…

Seul.

Un vide immense en moi. Comme une ancienne plaie rouverte. Elle saigne… juste là, dans ma poitrine. Peut-être que je me suis blessé ? Mais non, il n'y a rien. Aucune blessure. Mais je tremble de tous mes membres. Pris d'une panique inexpliquée.

Seul.

Ce mot est en moi. Il sonne sinistrement, telle une condamnation. J'ai mal à l'intérieur de ma poitrine, ma tête va exploser, je suffoque, je…

Un bruit.

La porte blanche s'est ouverte dans un grand bruit, mettant fin à cette obscure angoisse. Un jeune homme blond se précipite à l'intérieur de la chambre blanche, suivi d'une infirmière incertaine. Il lui jure qu'il ne ment pas, que quelqu'un a parlé. Lorsqu'elle pose un regard sur moi, elle ressort immédiatement de la pièce en disant chercher l'Hokage.

Je ne comprends pas…

Le blondinet me fixe comme si il n'était pas sûr que ce qu'il voyait fût réel. Il reste planté devant la porte que l'infirmière a laissée ouverte dans sa précipitation.

Il a un problème ? Pourquoi est-ce qu'il me regarde comme ça cet imbécile ?

« Hey, Usuratonkachi. Qu'est-ce que tu regardes ? »

Il est secoué d'un sursaut à l'entente de ma voix. Après quelques secondes, il prend un air détaché et s'approche de mon lit.

« Tu nous as fait peur ! T'es dans le coma depuis trois semaines ! Sakura-chan était terrifiée à l'idée de ne plus jamais voir le regard ténébreux de son Sasuke-kun ! »

Trois semaines ? Coma ? Encore ce vide. Quelque chose qui ne va pas. Sakura-chan ? Qu'est-ce que qu'il raconte ?

« On se connaît ? »

Le jeune homme se fige un moment en me dévisageant. Il éclate de rire, bien que ce soit un rire nerveux.

« Haha très drôle ! J'ai failli y croire ! Tu ne m'avais pas habitué à ce genre de blagues.

- De quoi tu parles ?

- Ok, le deuxième coup, j'ai pas volé à ton secours, mais ne m'en veux pas ! En plus, je pensais que tu refusais mon aide ? »

Mais de quoi parle-t-il ? Je comprends rien… j'ai un gros blanc dans ma tête… Et ma migraine qui ne s'arrange pas…

« Je comprends pas ce que tu racontes, je ne te connais pas. »

Il semble pensé que celui qui a une case en moins c'est moi. Entre nous il a l'air plus dingue que moi… Mais… C'est vrai que sa tête me dit quelque chose… Je porte la main à ma crane par réflexe, comme si ça pouvait faire disparaître la migraine. Par la même occasion, je réalise que je porte un bandage. J'ai beau cherché, je n'arrive pas à me rappeler comment et pourquoi il est là. Ni les raisons de ma présence ici. Dans cette chambre insupportablement blanche et atrocement odorante.

Le blondinet a l'air de sortir de sa léthargie. Il se penche sur moi et glisse sa main derrière ma nuque. Je suis sur le point de le repousser violemment quand son front touche le mien. Alors je n'en ai plus envie. Une chaleur familière se dégage de ces doigts, de son front. Cette chaleur se communique à ma peau. Mes yeux se ferment et je me laisse toucher. Cette proximité est rassurante. Elle est familière et apparait alors comme un repère. J'entends mon cœur qui bat contre mes tempes. Mon corps était froid. Je le réalise, à quel point ma peau est froide contre lui qui me brûle…

Qu'est ce qu'il m'arrive ?

« T'as pas de fièvre pourtant… t'es tout rouge. »

J'ouvre brusquement les yeux en entendant ces mots. Non, ce n'est pas tant ses paroles… cette voix… elle m'est familière… Ses yeux bleus… ils sont magnifiques… Je me laisse emporter par cette admiration innocente. Mon insistance le fait rougir à son tour. Il gigote à cause de son embarras pourtant il ne bouge pas. Son regard s'accroche à quelque chose. Son front est encore contre le mien. J'ai l'impression qu'il est encore plus proche qu'avant… et… il…

« Hem…Je constate que tu es réveillé. »

Le visage écarlate, il se redresse et s'éloigne du lit. En s'écartant, il me laisse apercevoir une femme. Elle a l'air jeune mais la sagesse transparaît dans son regard. Elle s'approche de moi en lisant un dossier et s'assoit sur la chaise à côté de mon lit.

« Hum, tu as subi un sacré choc. Le chef des mercenaires qui vous ont attaqués est un déserteur de Konoha. Tu as été victime d'une puissante technique… Ne t'en fais pas, il est mort et tu as l'air d'aller plutôt bien pour quelqu'un qui a frôlé la mort.

- Je… »

Quelque chose ne va pas. Je ne m'en rappelle pas… Je sais que j'ai failli mourir mais… Je…

« Je ne me souviens de rien. »

La voix du blond accentue ma migraine mais je n'entends pas ce qu'il dit. Je m'en moque. J'ai juste… tellement peur… Je lève les yeux vers lui, par réflexe, parce qu'il avait réussi à calmer ma peur tout à l'heure. Ca ne fonctionne qu'à moitié, il a l'air encore plus terrifié que moi.

« C'est étrange, la technique qu'on a utilisé contre toi ne devait pas te rendre amnésique. »

Amnésique.

Le blond se jette sur moi, manquant de peu de faire tomber de sa chaise la femme qui doit certainement être mon docteur. C'est curieux, il a l'air si proche de moi. Il s'inquiète vraiment.

Pourtant je ne me rappelle pas de lui.

« Comment tu t'appelles ?

- Naruto, calme-toi ! »

Elle essaie de le faire reculer, de le calmer, mais il résiste, il garde son regard dans le mien, cherchant quelque chose ou quelqu'un à travers moi.

« Ton nom ?

- Je m'appelle… »

Mon nom… Je… m'appelle…

Vide.

Je ne sais plus… je n'arrive pas à dire mon nom.

Amnésique.

Je n'avais pas réalisé…

« Je… Qui suis-je ? »

Ma migraine est de plus en plus intolérable. J'ai l'impression qu'on vient de me casser quelque chose de très solide sur le crâne. Tout redevient noir autour de moi… la voix que j'entendais dans mon coma m'appelle…

J'ai le sentiment qu'elle n'arrêtera jamais…

.oO°Oo.

Seul.

J'ai froid et je suis… seul…

J'ai…

Noir.

Tout est noir et tellement… silencieux…

J'ai peur !

Qui suis-je ?

Une ombre. Une silhouette. Un homme avec un sabre.

Qui es-tu ?

Il m'ignore et s'éloigne. J'essaie de le rattraper mais mes jambes sont trop courtes. Mais j'ai trop peur. Mais il fait trop froid. Mais j'ai trop…

Peur.

Qui es-tu ?

Il tourne alors son visage vers moi mais avant que j'aie pu le voir, tout devient rouge et j'ai mal...

J'ai peur !

Rouge.

J'ai si peur et si mal.

Mais une lueur éclaire les ténèbres… Une voix lointaine et familière. La même qui m'appelait la dernière fois…

« …Qu'est-ce que tu fais là ?... »

Noir.

Non ! Ne… Reviens ! Il fait trop noir ! Ne me laisse pas seul !

Puis une main empoigne violemment ma tête. A travers ses doigts, je vois… je vois…

Rouge.

.oO°Oo.

Je me redresse en sursaut sur le lit, la respiration entrecoupée par les larmes. J'ai peur, je suis terrifié ! Mes mains tremblent, mon corps est secoué de petits spasmes. Mon cœur bat très vite, il cogne dans ma tête, j'ai mal. J'ai la nausée. J'ai peur !

« Qu'est ce qu'il t'arrive ? »

Je sursaute et en voyant le garçon de tout à l'heure, je recule à l'autre bout du lit. Je suis sur le point de tomber par terre. Une main me tire. Je me retrouve allongé sur lui.

« Sasuke ! Calme-toi ! »

Ce mot résonne dans ma tête, accentue ma migraine. Mais il m'est familier.

« Sa… Sasuke ? »

Je m'accroche à ses vêtements, je m'agrippe à lui pour ne pas sombrer. Le souffle me manque, ma respiration est rapide et bruyante. Je tremble de tous mes membres maintenant.

J'ai peur…

Le jeune homme a l'air de comprendre ma peur. Il me serre contre lui et pour une raison que j'ignore, je me sens un peu mieux.

« C'est ton nom.

- Sa… su… ke… »

Je le répète plusieurs fois pour ne pas l'oublier. Je ne veux pas oublier qui je suis. Ma respiration redevient peu à peu normale. Mes tremblements cessent. Je me rends compte que j'ai pleuré : mes joues sont poisseuses et mes yeux me piquent encore. Je renifle.

J'ai mal à la tête…

« Tsunade m'a demandé de te veiller… elle a dit qu'il était préférable de ne pas laisser un amnésique tout seul… »

Je me crispe. Il sent qu'il a fait une gaffe. Il essaye de se rattraper, il continue de parler. Je ne l'écoute pas… je me serre davantage contre lui. Je me sens mieux… quand un soupir de bien-être m'échappe, il se tait. J'ai la tête posée sur sa poitrine. J'entends les battements de son cœur. Ils sont si rapides. Ils deviennent une berceuse... Non… Je n'ai pas envie de dormir, je ne veux plus… il fait trop noir et trop froid quand je dors…

« Euh… Je… Moi c'est Naruto »

Usuratonkachi.

Pourquoi ce mot me vient naturellement à l'esprit ? C'est comme ça que je l'ai désigné quand il est entré dans ma chambre…

« Naruto… »

Je l'articule encore une fois. J'aime la façon dont ma langue caresse les syllabes.

« C'est ça. Nous faisons partie de la team 7, dirigée par Kakashi-sensei. Nous sommes des ninja de Konoha, le village caché du pays du feu. Il y a aussi Sakura-chan… elle est folle de toi. »

Sakura-chan. Il en a parlé tout à l'heure. Ça ne me dit rien. Mais lui non plus alors ça ne veut peut-être rien dire…

« Et…moi ?

- D'après ce que je sais, tu ne l'aimes pas comme ça… »

Depuis tout à l'heure il se force à murmurer. C'est cette voix que j'entendais dans mon coma. Un son doux et chaleureux. Je le serre un peu plus contre moi ce qui vaut un hoquet de surprise de sa part. Je sens que ce n'est pas habituel pour moi non plus, mais je ne peux pas m'en empêcher. Il est comme… mon point de départ.

« Et avec toi ?

- M…Moi ?

- Quelle est notre relation ?

- C'est dur à expliquer… C'est compliqué. On est rivaux et on a tendance à se lancer des piques mais au fond… je crois qu'on est… amis. »

En disant ça, un grand sourire s'est formé sur son visage.

Amis.

Je me redresse un peu, je repose mon menton sur un bras. Je le regarde avec des yeux avides d'en savoir davantage. J'ai envie de me rappeler de lui. Je voudrais savoir tout de nous. Il faut que je le sache.

« Je comprends pas, on se déteste mais… on s'apprécie malgré ça ? »

Je ne sais pas pourquoi il se met à rougir autant. Je le regarde d'un œil curieux. Un rire nerveux se fait entendre.

« On… Il y a une certaine complicité entre nous. On est aussi en constante compétition. Je crois que c'est ça l'amitié entre deux garçons. »

Je reste silencieux à le fixer. J'ai réussi à mettre de côté mes angoisses. Je… avec lui, je ne me sens plus seul…

« Tu n'as pas l'air sûr de toi…

- C'est… parce que tu es mon premier ami. Je ne suis pas habitué aux relations humaines… »

J'écarquille les yeux avant de les baisser en rougissant, embarrassé par son regard. Il le remarque et se racle la gorge. Il y a un moment de silence. Je repose ma tête sur sa poitrine en soupirant. Il n'est pas très à l'aise, je crois qu'il commence à trouver cette situation bizarre. Je ne veux pas l'embarrasser plus que ça… C'est à regret que je m'écarte jusqu'à l'autre bord du lit, en prenant soin de ne pas tomber cette fois. Je ramène mes genoux contre moi et y pose ma tête encore endolorie.

« Qu'est ce qu'il y a ?

- Je… J'ai senti que ça te gênait alors…

- C'est pas ça mais… Je n'ai pas l'habitude que tu sois… comme ça. »

Je lui adresse un regard curieux. Il rougit encore sans que je n'en comprenne la raison.

« D'habitude, tu es… froid, distant, impassible… et là, tu as l'air tellement… je sais pas, tu es… »

Il n'arrive pas à dire la fin de sa phrase. Curieux de connaître la suite, je l'encourage à continuer, me rapprochant de lui. Il soupire en détournant les yeux.

« Tu es mi…gnon… Enfin ! Je veux dire… ! »

Il essaye de trouver une excuse ou quelque chose quand il me voit rougir et cacher mon visage derrière mes cheveux. Je ne sais pas pourquoi ça me fait tant de choses qu'il me dise ça… Je ne suis pas une gamine, non plus ! Qu'est-ce qu'il m'arrive ?

« Tu… tu ressembles à un enfant perdu et… c'est … c'est ça qui est mignon… »

Je relève les yeux. Son ton était si chaleureux. Comme dans mon souvenir. Nos regards s'enchaînent. Je sens de plus en plus le rouge me monter aux joues mais je n'y fais pas attention. Il y a une atmosphère étrange qui s'installe. Je me sens juste bien. J'aimerais que ça dure toujours.

Mais ma prière n'est pas entendue. La porte s'ouvre lentement. Je me tourne pour connaître l'identité de celui qui a troublé ce moment. Une fille aux cheveux courts s'avance avec hésitation vers nous.

« Sasuke-kun ! J'ai appris que tu étais sorti de ton coma. Je suis tellement rassurée ! »

Elle tend une main vers moi.

Rouge.

Mon pouls s'accélère tandis qu'elle se rapproche de moi. La panique guette. Ce n'est qu'en sentant sa main sur mon bras que je la repousse brutalement et me cache derrière Naruto, seul rempare qu'il me reste en cet instant. Elle nous regarde tour à tour, les yeux comme des soucoupes.

« Sa…Sasuke-kun ?

- Tu as dû l'effrayer. »

La jeune femme lui lance un regard suspicieux qu'il ne parvient pas à soutenir.

« Comment ça se fait qu'il se colle à toi comme ça ?

- C'est… Euh…

- Parce que c'est mon ami Naruto ! »

Ses yeux se posent sur moi. J'ai l'impression qu'ils vont sortir de leurs orbites… ça me fait sourire mais pour ne pas qu'elle s'en aperçoive, je cache un peu mon visage dans la veste dudit ami. Ce qui accentue ma première impression. Et là, je le sens exploser : c'est l'éclat de rire. Naruto a la même tête qu'elle et ça ne m'aide pas à me calmer.

« Qu'est ce qui le fait rire ?

- Qu'est ce que j'en sais, moi ? »

La jeune femme se ressaisit et s'assoit sur le lit en me souriant. J'arrête de rire et elle note mon geste de recul. Je la sens vexée mais elle ne laisse rien paraître.

« Sasuke-kun ? N'aie pas peur, je suis dans la même équipe que toi, je suis ton amie aussi, comme Naruto. »

Je la regarde silencieusement, en restant derrière Naruto. Puis je me rappelle de notre conversation plus tôt.

« Tu es… Sakura-chan ?

- … Sa… Sakura…-chan ? »

Je crois qu'elle est aussi rouge qu'un visage peut l'être. Je ne comprends pas sa réaction. Comme si Naruto lisait dans mes pensées, il m'explique que je ne suis pas aussi familier avec elle d'habitude.

« Ah. Je ne m'en souviens pas… »

En voyant ma mine sombre, il se retourne vers moi, m'exposant au regard toujours gêné de notre amie. Il m'adresse un sourire rassurant, de ceux qui ne peuvent laisser personne indifférent. Je baisse la tête pour que mes cheveux cachent mon visage dans l'espoir qu'il ne se rende pas compte de mes soudaines rougeurs.

« Ne t'en fais pas ! Nous allons t'aider à retrouver la mémoire ! »

Je bafouille un merci, gêné par les battements rapides de mon cœur. Il m'adresse un autre sourire. J'ai l'impression qu'il est attendri par mes réactions, alors que plus tôt, il semblait déstabilisé à chaque fois que j'ouvrais la bouche… C'est comme si il venait de découvrir une toute autre personne, un inconnu dans le corps de son meilleur ami.

La porte s'ouvre à nouveau et nous nous retournons tous les trois vers celle que j'ai reconnue comme mon docteur.

« J'ai les résultats des examens approfondis de Sasuke. »

.oO°Oo.

Fin du chapitre 1

.oO°Oo.

En commençant à écrire cette fic, je me suis imaginé le Sasuke amnésique en partant de l'Asuka de l'autre fic (je m'en suis seulement inspiré, je n'ai pas non plus fait du copier collé hein) et… je n'arrêtais pas d'avoir cette image de Sasuke avec des noreilles de chaton –bave- vous savez, les images où il est tout petit et… KAWAI ! (Tomochan qui gagatise de plus en plus, c'est mauvais de lire trop de ficmarshmallow XD)

Laissez-moi une tite review, si le cœur vous en dit, que ça soit pour me dire à quel point vous avez aimé ou à quel point vous avez détesté ! n.n

Prochainement :

Chapitre 2

Souvenir Interdit