Coucou, pti rappel : je suis la meilleure amie de Kestrel, et j'ai reçu la permission de Zakai et de mon amie pour traduire les drabbles. Si j'ai bien compris, il n'y aura pas que du yaoi.

Ces drabbles sont classées M, c'est pas pour rien, donc si vous êtes choqués, vous aurez été prévenus, donc venez pas vous plaindre après.

Disclaimer : FMA n'est à moi, pas plus que les drabbles.

Bonne lecture !

Roy leva les yeux d'où il était assis alors que la porte de la salle d'études s'ouvrit et le major entra dans la pièce.

" Tu es ici," dit le plus jeune avec un mélange de satisfaction et d'amusement. « Le grand colonel Mustang ne se cache pas, n'est-ce pas ? »

Roy soupira, irrité. " Ferme-là, bon sang et casse-toi… Je suis pas d'humeur à discuter avec ton stupide cul maintenant."

Le commandant ferma la porte, alla là où était assis le Colonel et baissa les yeux sur lui. « Tu sais… Je ne lui en veux pas pour t'avoir giflé. Je veux dire, le petit a seulement quinze ans… »

" Je suis très bien conscient de l'âge d'Ed, major. » répondit Roy, irritablement. « Et si je ne me trompe pas, toi aussi, tu reluquais Fullmetal… »

Le plus jeune grogna et secoua la tête. « C'est différent. »

"Oh vraiment ? Peux-tu éclairer ma lanterne?"

« Premièrement, nous avons le même rang. Deuxièmement, il y a une moins grande différence d'âge. Troisièmement… je suis plus agréable à regarder que toi. » La dernière phrase avait été dite avec un sourire goguenard.

Roy se leva, fit face au commandant et croisa les bras. « Vraiment… ? et d'où tu tiens ça ? »

"J'ai huit ans de moins. J'ai une peau plus douce, je suis en meilleure forme… il y a assez de petits détails que je peux nommer. » Le commandant fit un large sourire. « Je suis même sûr d'avoir plus de résistance physique qu'un vieux garçon comme vous, et… » Mais l'homme n'eut jamais la chance de finir parce que, la minute suivante, il avait heurté violemment le mur.

"Vous voulez vérifier cette théorie… Major…" Roy souffla avant de se pencher pour caresser l'homme.

"Arrêtez ça !" haleta son double.

En ayant un petit rire, Roy dit : "Non… ça ne va pas. Tu dois le dire comme tu le pense. »

' Quoi!" s'exclama le plus jeune.

"Au moins essaye de bouger ou de m'écarter pour faire comme si tu ne voulais pas ça" dit Roy en souriant quand il sentit le sexe de l'autre alchimiste durcir sous son toucher.

Un rouge foncé envahit les joues du Major. « Je ne veux pas ça ! »

"Vraiment...? Alors arrête moi", le provoqua le colonel.

Son autre lui plus jeune déglutit difficilement et pressa ses mains sur le torse de Roy mais ne poussa pas. « Ben, demanda le colonel, qu'est-ce que tu attends ? » Comme l'autre homme ne bougeait pas, Roy s'approcha encore et pressa son corps contre celui du major, qui haleta et fuyait son regard, embarrassé. « Tu ne peux pas me mentir, major. Je te connais. Je sais que tu es toujours vierge, malgré ce que tu dis aux autres."

Roy regardait avec amusement la manière dont son double prit une teinte rouge encore plus foncée, mais, que ce soit parce que Roy savait qu'il était inexpérimenté, ou parce qu'il était au courant des mensonges qu'il avait dit, le colonel n'en savait rien.

" Je… je me réserve pour quelqu'un de spécial…" bégaya le major.

Ca n'arrivera pas…pensa Roy tristement. Ta première fois sera quelque putain ramassée à Ishbal juste après la première fois que tu aies à tuer quelqu'un…

Mais au lieu de dire ça, le colonel gloussa avec ruse, " Je ne suis pas assez spécial pour toi ? »

Le major ouvrit la bouche, mais la referma aussitôt après. Que pouvait-il dire ? S'il disait « non », ce serait une insulte envers lui-même. S'il disait « oui », alors ça donnerait l'autorisation à Roy de continuer.

Le colonel pressa ses lèvres contre celles du major et bougea ses hanches, marquant sa propre érection contre celle de son double. Après un moment, il se retira et chuchota : « Prend juste ça comme la meilleure séance de masturbation que tu auras jamais. »

Roy regardait comment son plus jeune lui-même prenait cette pensée avec des grands yeux. En souriant lubriquement, il défit le pantalon du jeune alchimiste et le laissa tomber sur le sol, puis passa les mains sur la hanche du major, entre les jambes de l'homme, puis sur le sexe du mâle.

Le major gémit et bougea ses hanches, mais Roy fit seulement un pas en arrière de manière à ce qu'il puisse avoir de l'air. Son double gémit de frustration, et le colonel sourit de satisfaction. Il aimait vraiment beaucoup ça.

Roy s'agenouilla et posa sa langue autour de la tête du pénis dressé de l'autre homme. Un halètement d'en haut lui dit tout ce qu'il avait besoin de savoir.

Il se laissa guider en avant alors que son jeune lui-même enfonçait son pénis dans sa bouche. Roy bougea ses lèvres et sa langue autour de l'érection du major. Au bout d'un moment, son jeune inexpérimenté lui-même gémissait fort en jouissant dans la bouche du colonel.

Après s'être assuré que le jeune homme avait fini, Roy cracha le sperme dans la poubelle à côté de la table, puis leva les yeux avec un grand sourire. Le major remontait fébrilement son pantalon. « Défonce mon cul! » dit le colonel avec méprise.

"Laisse moi une pause… C'était mon premier travail manuel, salaud." grogna le jeune homme, bien que l'effet en soit un peu diminué par le soupir dans les mots.

Roy flânait autour du major et dit avec un regard lubrique : "Je peux tenir bien plus longtemps que toi, j'ai plus d'expérience que toi, et je suis un sacré bon coup. Tu as seulement eu un petit aperçu de ce que je peux faire. »

Soudain, il y eut deux cris aigus, un fracas, puis une longue série d'injures.

Décidant qu'il était temps d'arrêter Ed de détruire la cuisine, Roy marcha vers la porte, l'ouvrit, puis regarda à nouveau son double et dit : « Souviens-toi, certaines choses ne s'améliorent qu'avec l'âge. »

Voilà, j'espère que ça vous a plus. Pensez à reviewer.