Le secret

Arthur et Guenièvre sont dans leur lit. La Reine brode, le Roi lit un parchemin. Elle se tourne vers son époux :

— Vous avez une nouvelle maîtresse ?

— Euh… non, pourquoi ?

— Ben ce matin, j'ai croisé plusieurs de vos maîtresses et elles m'ont toutes demandé si vous en aviez une nouvelle parce qu'elles ne vous voient plus depuis quelques temps. Et ça fait plusieurs nuits que vous ne passez pas avec moi, alors je me suis dit que vous aviez sûrement une nouvelle maîtresse.

— Non non, je n'en ai pas… répond Arthur, l'air embarrassé.

La Reine reporte son attention sur sa broderie, le Roi sur son parchemin. Au bout d'un moment, elle repose son ouvrage :

— Mais vous étiez où alors ? Si vous n'étiez pas avec une nouvelle maîtresse ?

Le Roi réfléchit un long moment avant de répondre :

— J'étais en mission secrète.

— Oh… tout seul ?

— Euh… non… avec Lancelot.

— Oh. Mais pourquoi vous partez la nuit ?

— Je vous ai dit que ce sont des missions secrètes. C'est quand même plus discret si je m'absente la nuit qu'en pleine journée !

— Et vous avez ramené des objets magiques ?

Arthur s'énerve :

— Depuis quand ça vous intéresse ce que je ramène de mes missions ? Elles sont secrètes, je vous dis ! Je n'aurais déjà pas du vous en parler alors arrêtez de me poser des questions, vous m'agacez à la fin !

Guenièvre se tait et replonge le nez dans sa broderie. Le Roi range son parchemin et s'allonge en tournant le dos à son épouse.

Le lendemain soir, Arthur rejoint Lancelot dans une caverne sombre.

— Je crois qu'il va falloir qu'on espace nos « missions », soupire le Roi.

— Pourquoi ?

— Ma femme commence à me poser des questions… et mes maîtresses se demandent ce qui se passe. J'ai pas envie qu'elles viennent nous pourrir la vie.

— On devrait peut-être le dire à tout le monde ?

— Vous avez bu trop de vin ou quoi, Lancelot ? Il est hors de question que ça se sache ! Il en va de notre honneur ! Si vous vous foutez du vôtre, c'est votre problème, mais moi, le mien, j'y tiens !

— Sire, je suis sûr que les gens ne se moqueront pas.

Arthur s'éloigne du chevalier et le foudroie du regard.

— Vous avez vraiment perdu la tête ! Allez, venez, il faut qu'on se dépêche pour avoir fini avant l'aube.

Les deux hommes s'enfoncent dans la caverne. Une silhouette encapuchonnée apparaît à l'entrée et les suit. Quelques secondes plus tard, une voix de femme s'exclame :

— Oh que c'est mignon !

Le Roi et la Reine sont à nouveau ensemble dans leur lit. Arthur, les bras croisés, est contrarié. Guenièvre, tout sourire, se tourne vers lui :

— Vous savez, vous étiez vraiment très mignons tous les deux !

— Oh vous, ça va !

— Ben quoi ? C'était adorable…

— Fermez-la ! A cause de vous, tout le monde va le savoir maintenant !

— Je ne vois pas quel mal…

— Vous ne voyez pas ? Vous ne voyez jamais rien de toutes façons !

— Mais…

— Vous croyez vraiment que mes sujets vont continuer à me respecter s'il apprennent que je passe mes nuits avec Lancelot à nourrir des bébés chiens orphelins ?

Fondu au noir

La Reine répond :

— N'empêche que c'était très mignon !

Fin.

Sketch terminé le 11/10/2006.