Comme une envie de vous faire partager ce petit texte que j'ai écrit il y a peu de tems et qui reflète extraordinairement bien mes sentiments du moment… Je l'ai bien sur adapté à notre contexte mais je pense que certaines personnes pourraient s'y identifier avec facilité… Ce n'est pas du tout le même genre que d'habitude, vous vous en rendrez compte…

Bien entendu, je continue l'écriture de mes deux fics : 'Souvenirs' et 'Argh ! J'ai encore parlé tout fort' mais un petit break s'imposait donc ne perdez pas patience, la suite arrivera bientôt :D (Bande d'impatients !)


Des souvenirs,

Des morceaux de vie,

Des bouts d'existence,

Ephémères.

Comment exprimer ma peine en ce jour ?

Comment te faire partager la douleur incommensurable de mon cœur ?

De mon esprit ?

De toute mon âme ?

Le temps ne semble pas vouloir être clément avec moi puisqu'il me fait souffrir chaque jour un peu plus, sans répit. Le vieil adage est un menteur : le temps ne soigne pas les blessures, il ne les atténue pas… Elles semblent s'effacer mais c'est pour mieux revenir, simplement.

Et, chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde, je pense à toi. Toi qui m'as abandonnée lâchement, sans raison, sans explication, sans un au-revoir. Toi qui avais tant fait pour moi, toi pour qui j'aurai pu déplacer des montagnes, toi que j'aimais à en mourir…

Pourquoi tout s'est arrêté d'un seul coup ? Pourquoi plus rien ne nous rassemble ? Pourquoi n'y a-t'il plus le moindre lien entre nous ? Pour répondre à ces questions fondamentales, je me cherche des réponses, j'invente des mensonges… Des petits, des gros. A moi-même, aux autres. Pour mieux m'endormir le soir. Pour me rassurer. Pour éviter de tomber. Pour survivre. Pour oublier, pour T'oublier…

Ton départ ne m'a rien fait.

Tu regrettes ton geste.

Tu vas revenir.

Tu ne me manques pas.

Je suis forte.

Je ne pleure jamais.

Je ne t'aime plus.

Je peux en aimer un autre…

Mais la réalité, cette réalité si sombre me rattrape et me fait sombrer dans le néant, le désespoir, chaque jour un peu plus profondément. Survivre à ton souvenir me semble impossible, comme une épreuve insurmontable, comme gravir une montagne immense, comme nager au plus profond des abîmes… Alors explique-moi comment y arriver, pour enfin retrouver la paix. Pour que mon cœur continue à aimer, qu'il puisse renaître de ses cendres ; qu'il cicatrise, qu'il répare tous les morceaux que tu as écrasés sans pitié. Je t'aime encore et je ne sais comment te détester…

Pour toi, la question ne se pose pas, ne se pose plus. Tu en aimes une autre, surement plus belle, plus intelligente, plus… que moi ! Ce n'est pas la première fois que l'on me remplace mais peut-être une des seules fois où ça me fait aussi mal ; où, même après dix mois, je souffre encore de ton acte, de ce vide que tu as laissé en moi ce jour-là. Un seul mot parvient à franchir mes lèvres lorsque ton image envahit mon esprit : pourquoi ?

Je voudrais tant avoir la même indifférence, la même force et le même cœur de pierre que toi ; mais je ne suis pas comme ça. Je ne peux contrôler mon cœur, mon esprit n'ayant aucune prise sur ce dernier qui obtient toujours ce qu'il veut. Le pire, c'est qu'au tout début de notre histoire, je voulais juste me venger de toi, de ce que tu m'avais fait subir auparavant. Jamais je n'aurai pu imaginer tomber amoureuse et que finalement, ce soit toi qui obtienne ce que tu cherchais : me voir souffrir…

Tu as réussi, réussi à me laisser comme une ombre après ton passage dévastateur, comme une pauvre flamme éteinte qui souffre de l'absence de son foyer… Et, alors que la douleur semble avoir atteint son paroxysme, le lendemain me donne tort puisque je souffre encore un peu plus. Foutue descente aux enfers…

Alors que je regarde avec une mélancolie grandissante les étoiles, elles me semblent soudain dénuées d'intérêt puisque c'est toute ton image qui envahit mon esprit et l'accapare en entier. Comment retrouver les joies les plus simples alors que tu assombris tout ?

Certains pensent que le contraire de l'amour est la haine… Non, ce n'est pas la haine mais l'indifférence… Oui, car rien n'est pire que le moment où je te croise, l'instant où nos regards s'accrochent. Un étau me broie le cœur tandis que tu sembles si loin, indifférent au naufrage qui se déroule sous tes yeux. Tu ne veux simplement pas le voir ; tu te fais aveugle pour un temps, pour soulager ta conscience…

Et, alors qu'une fois de plus je te rencontre et que tu me lances un regard si froid, si glacial qu'il me fige toute entière, je ne peux que murmurer : « Reviens-moi Drago. Je t'en supplie, ramène la vie dans mon cœur, ravive la flamme de mon amour et ne me laisse plus avec ce manque de toi, cette irrépressible envie de te frapper et de t'aimer à la fois… » Mon cœur s'émiette à chaque mot et les larmes, ces éclats d'étoiles, coulent librement sur mes joues. Colère. Tristesse. Incompréhension. Souffrance infinie, éternelle.

Ce que je ne saurais jamais, c'est que l'homme de toutes mes pensées chuchota en retour, avec un éclair de douleur éclatant dans le regard : « Je t'aime tellement Hermione… Tu ne le sauras jamais mais, en partant, je t'ai seulement sauvé la vie… Pardonne-moi… »


Déjà, merci d'avoir lu, simplement.

Juste en passant, une petite review exprimant votre avis serait la bienvenue :P

Une suite ?...

Nouni