Pour la mission d'Harry, ce sera expliquer dans le chapitre suivant. Merci pour la review ca fait toujours plaisir:D


Chapitre 4: Du côté de l'ordre…

Albus Dumbledore était assit derrière son bureau en train de remplir de la paperasse, qu'est-ce qu'il ne donnerait pas pour avoir un système qui faisait tout à sa place. Bien que la magie soit très pratique, il fallait écrire toutes les lettres à la main et cela lui prenait un temps fou. Bien sûr, une fois écrites elles pouvaient être multipliées, mais la première devait toujours être faite à la main.

Mais le bruit d'un appareil qui s'occupait de la protection de la maison d'Harry s'enclencha. Quelqu'un avait utilisé un impardonnable et bientôt, un hibou ministériel allait arriver. Mais ce n'est pas ce qui inquiétait le plus Dumbledore. En effet, un autre appareil venait de lui montrer que la protection de la mère d'Harry venait de tomber.

Comment les mangemorts avaient-ils fait pour passer au travers de cette protection? Dumbledore avait peur pour Harry car celui-ci n'était pas vraiment dans son assiette depuis la mort de Sirius. Albus se sentait tout de même un peu coupable et pas pour la première fois, se demanda si ses choix étaient vraiment les bons. Mais il balaya ses doutes en se rappelant qu'il faisait cela pour le plus grand bien.

Mais assez pensé, il fallait vite se déplacer, il envoya un signal à tous les membres de l'ordre. Pour cela, il avait mis au point un système de bagues ensorcelées qui changeaient de couleurs. Chaque couleur avait sa signification et il avait envoyée la noire, cela voulait dire qu'un grave événement s'était produit et qu'ils devaient tous se réunir au QG.

Lui-même parti grâce à la poudre de cheminette qui fonctionnait dans son bureau moyennant un mot de passe. Il arriva au 12, square Grimmault et une grande partie des membres de l'ordre était déjà présente.

«Bien, je vois qu'un grand nombre d'entre vous est déjà là. Alors Alastor, Kingsley, Lupin et Tonks, vous venez avec moi les autres vous restez ici en attendant d'avoir de nouvelles informations»

«Mais que ce passe-t-il Albus, aller où?» avait demandé Lupin avec un regard inquiet.

«Nous allons chez Harry, un impardonnable a été lancé et la protection est tombée.» Sans attendre, Albus sortit et transplana chez Harry, coupant court à toute réplique éventuelle. Les autres le suivirent sans tarder et n'eurent donc pas le temps d'entendre le cri angoissé de Molly Wesley.

Les cinq sorciers arrivèrent devant Privet Drive juste à temps pour voir trois rayons verts être lancés. Ils se précipitèrent à l'intérieur et avec effroi, ils virent Harry être prit part portoloin. Mais ils n'eurent pas le temps d'y penser que les 5mangemorts présents, sûrement les tueurs de la famille d'Harry. C'était donc à eux qu'étaient destinés les rayons verts.

«Endoloris»Lança un mangemort mais il fut stupéfixé par un Lupin très en colère. Et celui-ci, sans même prendre le temps de respirer, lança deux autres stupéfix, mais ils furent contrés par un mangemort présent.

Albus ne perdit pas de temps et rentra dans la bagarre, ainsi que Tonks, Alastor et Kingsley. Les mangemorts se rendirent compte qu'ils ne feraient pas le poids et pendant que trois d'entre eux se protégeaient des sorts des membres de l'ordre, le quatrième s'occupa de ranimé le cinquième et ils sortirent sans demander leur reste par la porte de derrière.

L'ordre, frustré de cet échec, se mit à inspecter la maison. Kingsley parti interroger Mme Figg, mais revint penaud, celle-ci s'était encore cassé un pied en tombant sur un de ses chats, et elle était restée enfermée dans sa chambre, par conséquent, elle n'avait rien vu ni entendu.

Dumbledore s'occupa de l'hibou ministériel, Harry avait sûrement été enlevé par des mangemorts, et après l'épisode dans le département des mystères, le ministère consentit Dumbledore à s'occuper de tout et à laver Harry de toutes charges possibles.

Mais ce qui inquiétait le plus Albus, c'était que Voldemort ne tue Harry, en même temps, maintenant qu'il l'avait entre ses mains, il prendrait tout son temps pour le torturer et ainsi se venger. En tout cas, si jamais Harry mourrait, son corps serait sûrement montré publiquement. Pour l'instant, l'ordre devait se concentrer pour le retrouver.

Se rendant compte qu'il n'y avait rien d'utile dans la maison, ils partirent et retournèrent au QG. Dumbledore voulait également parler à Severus, leur espion. Mais malheureusement celui-ci n'était pas présent. Mais ce qui l'inquiétait le plus, c'est qu'il n'avait manifestement pas été mis au courant de l'enlèvement. Si Severus perdait la confiance du Lord, cela pourrait s'avérer très mauvais pour eux, mais surtout pour lui. Il ne donnait pas cher de sa vie dans ce cas là.


«Alors que s'est-il passé?», a peine arrivés et ils furent assaillis de questions de Molly. On pouvait voir qu'elle n'y tenait plus, son visage ravagé par l'inquiétude. Mais à la vue de leurs mines déconfites qui ne présageaient rien de bon, elle fondit en larmes, imaginant le pire des scénarios.

«Harry…?» Sa phrase resta en suspense, mais tous comprirent ce qu'elle voulait dire.

«Ne vous inquiétez pas, il n'est pas mort, pas encore du moins» Dumbledore avait dit cela tout naturellement, comme s'il parlait de la pluie et du beau temps, ce qui n'eut comme effet que de mettre en colère Molly Weasley. Ce qui n'était évidemment pas son but et il regretta amèrement son choix de tournure de phrase.

«Pas encore? Pas encore!!, vous rigolez, comment pouvez-vous être si calme, c'est d'Harry dont il s'agit, Harry, Oh mon Dieu...» Et aussi vite qu'elle était passée de la tristesse à la colère, elle refondit en larmes. Arthur vint la consolé en posant une main chaleureuse sur ses épaules, et finalement en la prenant dans ses bras.

«Que voulez-vous dire, que s'est-il passé Albus?» Arthur contenait bien mieux ses émotions, mais on pouvait deviner par le tremblement de sa voix qu'il était tout aussi ébranlé que sa femme.

«Et bien, il semblerait que les mangemorts aient réussis à capturer Harry et ils ont également tués sa tante, son oncle et son cousin. Quand nous sommes arrivés, Harry n'était déjà plus là, il n'y avait que 5mangemorts mais ils ont tous réussis à prendre la fuite.» Il avait l'air de s'en vouloir de ne pas avoir pu en retenir ne serait-ce qu'un, mais il avait été étonné que les mangemorts se serrent les coudes, d'habitude, ils se moquaient de ce qu'il pouvait arriver aux autres, du moment que leur propre vie soi protégée. Peut-être que Voldemort les avaient menacés de doloris si l'un d'eux se faisaient capturer.

«Qu'allons nous faire?» Cette fois-ci c'était Lupin qui avait prit la parole, on pouvait voir par son air, qu'il valait mieux ne pas le contredire, la colère émanait de lui se mêlant à son coté de loup-garou, un air dangereux sur son visage assurait qu'une fois les coupables trouvés, ceux-ci n'allaient pas survivre très longtemps.

«Pour le moment, il faudra établir une liste des endroits possibles où pourrait se trouver Harry, et j'ai le sentiment qu'il se trouve là où se trouve Voldemort. Une fois la liste établie, par équipe de deux, on ira surveiller les demeures, pour essayer de récolter le plus d'informations possibles. Je pense que Voldemort va vouloir garder Harry vivant le plus longtemps possible pour se venger, en tout cas, tant que nous n'avons pas de nouvelles, cela voudra dire qu'il est toujours vivant. Je parlerai également avec Severus quand il rentrera.»

Tout le monde l'avait écouté, et quand il parla de vengeance, tout le monde eu un petit frisson d'horreur, sauf Maugrey, qui restait impassible.

Dumbledore lança donc le départ de la recherche et tous se mirent au travail.


Au bout de quelques heures, et après un bon repas préparé par Molly Weasley, qui disait qu'il fallait avoir un ventre bien remplit pour pouvoir être au meilleur de ses capacités et donc avoir plus de chance de retrouver Harry, Ils étaient arrivés à une liste d'une dizaine de demeures. Les groupes s'étaient formés et c'est ainsi que Tonks et Lupin allèrent surveiller la maison des Malfoy, Maugrey et Mondigus (Il fallait garder un œil sur cet énergumène avait tonné Maugrey) allèrent surveiller la maison des Lestranges, Kingsley et Arthur allèrent du coté du dernier repère connu lors de la dernière guerre et Molly, accompagnée de Mcgonnagall (pour l'empêcher de faire des choses stupides avait-elle dit) allèrent voir du coté des Rosiers, et leur tâche consistait à observer pendant deux jours tout ce qui se passait autour, si les protections étaient plus élevées ou pas.

Dumbledore quant à lui retourna à Poudlard pour vérifier avec ses instruments s'il n'y avait rien de nouveau et pour attendre que Rogue ne revienne.


C'est ainsi que pendant deux jours, qui ne furent pas très concluant malheureusement, l'ordre tâcha de retrouver Harry. Mais ils durent se rendre à l'évidence que Voldemort s'était surpassé au niveau de la protection. Et il n'y avait toujours aucunes nouvelles de Rogue, ce qui inquiétait pas mal de gens.

Certaines personnes pensaient qu'il avait de nouveau retourné sa manche et était à nouveau sous les ordres du Lord Noir, mais d'autres comme Dumbledore, pensaient qu'il s'était fait capturer et était soit mort, soit en train de se faire torturer.

Mais bien vite, et vue le manque d'informations pour retrouver Harry, il n'y avait plus qu'un petit groupe qui s'occupait de cela. Ce groupe était composé de Lupin, Tonks, et Kingsley. Tous les autres devaient s'occuper d'affaires assez urgentes. Voldemort étant maintenant à découvert, ne se gênait plus pour attaquer moldus et sorciers compris. Un grand nombre d'élèves avaient ainsi perdus leurs parents, certains élèves étaient morts eux-mêmes. Et tout le monde attendait la rentrée avec impatience car Poudlard était synonyme de protection dans la tête de bien des gens.

Mais ce qui posait aussi un grand problème à Dumbledore, c'était miss Granger et monsieur Weasley. En effet, ceux-ci n'arrêtaient pas de le bombarder de questions dès qu'ils le voyaient au QG. Ils voulaient savoir l'avancement de la recherche et ne se laissaient pas facilement convaincre qu'ils ne pouvaient rien faire et qu'on faisait tout pour le retrouver au plus vite.

C'était assez touchant de voir à quel point ils tenaient à Harry, mais cela devenait assez encombrant. Heureusement que Molly Weasley était là pour les tenir à l'écart et leur rappeler qu'il fallait étudier. Même Hermione en avait oublier de faire ses devoirs quand elle avait entendue qu'Harry avait disparu et que sa famille avait été tuée par des mangemorts.

Ils étaient tous deux arrivés il y a peu a Grimmault Place, et maintenant passaient leur temps à essayer d'écouter des conversations sans se faire repérer, souvent aidés par Ginny, qui au lieu de se laisser abattre par cet événement, faisait tout pour montrer qu'elle était forte. Elle étudiait sans relâcher, pour un jour arriver à faire manger leurs baguettes à ces saletés de mangemorts, comme elle aimait si bien le dire.

Elle avait beaucoup grandit depuis l'évènement dans le département des mystères, et depuis, elle ne cessait de faire sa fière même si malgré tout, elle était très triste et touchée par la disparition d'Harry.

En tout cas, elle était devenue très amie avec Hermione, au grand dam de Ron, qui ne supportait par leurs conversations, trop féminines à son goût.

Mais bien vite, les vacances se terminèrent sans aucune nouvelles d'Harry. Les attaques s'étaient multipliées et tout le monde attendait la rentrée avec soulagement. Hermione, Ginny et Ron n'avaient même pas pu aller sur le chemin de traverse, jugé trop dangereux pas Molly Weasley.

Etrangement, il ne fallu pas longtemps à tout le monde pour se préparer, et il ne fallut pas plusieurs allers-retours. Une atmosphère pesante s'était doucement insinuée sans que personne ne la remarque, mais personne n'osait respirer trop fort, de peur de briser cet équilibre fragile de paix imaginaire.

C'est en arrivant sur le quai ¾ que tout le monde se rendit compte que c'était fini, ils étaient en guerre. Même les jumeaux ne firent aucune blague douteuse (pour le moment du moins) et c'est avec une démarche grave que les aurevoirs se firent et les promesses d'écrire le plus souvent possible. (Surtout de la part des adultes pour leur parler de l'avancement de la recherche.)

Ron et Hermione étaient préfets, mais ils avaient eu l'accord de Mcgonagall pour rester dans un compartiment avec Ginny. Celle-ci leur en fut reconnaissante, bien qu'elle ne supportait pas tellement la compagnie de son frêre.

«Vous pensez qu'on aura qui comme professeur de défense contre les forces du mal?» Demanda Hermione, qui avait l'air de s'intéresser à nouveau à ses études.

«Aucune idée, mais je ne pense pas que ce sera fameux vu la moyenne…» Ron répondit, en fait, il était sûr que ce serait catastrophique, un sentiment comme ca lui disait. Mais il ne fit pas part de cette information à Hermione.

«J'ai entendu dire que ce serait une envoyée du ministère, je ne comprends pas pourquoi Dumbledore à accepté d'ailleurs.» Ginny avait toujours des informations utiles sur tout et n'importe quoi, on ne savait pas trop d'où elle tenait ses sources, mais quasi toujours, elle tenait la vérité.

«Peut-être qu'il ne peut pas ne pas accepter, le ministère essaie de retrouver un peu de dignité depuis le fiasco de juin.» Bien qu'elle ai dit cela très naturellement, on pouvait voir dans son regard un peu de tristesse lorsqu'elle parla du fiasco. A chaque fois qu'une conversation était liée de prêt ou de loin à Harry, il y avait toujours un silence inconfortable qui suivait, malgré leurs efforts pour ne plus trop y penser. Se rendant compte que de toute manière ils ne pouvaient rien y faire.

«Ou peut-être qu'il veut s'emparer de poudlard, tout le monde sait que depuis que Voldemort est revenu que Fudge ne porte pas Dumbledore dans son cœur.»

«Mais c'est une perte de temps, Fudge devrait plutôt s'occuper de ce qu'il se passe dehors et pas ce qu'il se passe à l'intérieur!» Ron, avec son habituelle vue des choses répliqua avec force.

«Mais c'est en contrôlant la jeunesse que l'on contrôle le future» Dit sagement Hermione. «Si je ne me trompe pas, il y aura une mini-guerre à l'intérieur même de Poudlard, menée par les élèves. C'est maintenant qu'il faut choisir son camp, les plaisanteries entre maisons ne seront plus de simples blagues, cela sera bien plus sérieux que ca, avec une signification tout autre.»

«Il faudra être extrêmement prudent alors, et nous devrons nous entrainer et surtout rester sur nos gardes. Jje pense qu'il faut qu'on ouvre un club pour s'entrainer au combat.»

«Ginny, on ne peut pas faire ca!»

«Et pourquoi pas Ron? Ce n'est pas parce qu'Harry n'est pas là, qu'on ne peut pas se débrouillés seuls, on doit savoir se défendre par nous-mêmes! Je refuse de laisser les autres me protéger continuellement, je ne suis plus une petite fille! Je veux me battre, je veux me venger! Voldemort payera pour tout ce qu'il a fait, pour tout ce qu'il m'a fait!» Ginny avait élevée la voix, et on voyait bien qu'elle ne s'était pas totalement remise des événements de la chambre des secrets.

Un profond sentiment d'inutilité s'était emparé d'elle et elle ne voulait plus jamais devoir compter sur quelqu'un d'autre. Encore moins Harry, lui aussi avait besoin d'être sauvé parfois. Ron ayant visiblement compris qu'il valait mieux ne pas contredire sa sœur sur le moment se tut. Mais n'avait pas l'air totalement convaincu.

Par contre Hermione regarda avec fierté Ginny et sourit.

«Je suis d'accord, on va ouvrir un club pour s'entrainer, toute personne qui le veut pourra nous rejoindre. Je vais devoir aller a la bibliothèque le plus vite possible pour prendre deux ou trois livres utiles. Et il faudra aussi trouver une salle…» Et elle ne parlait plus aux deux autres qui la regardaient avec amusement. Hermione restait Hermione, qu'importe la situation.

Au bout de quelques heures passées à jouer aux cartes, et à lire un livre pour Hermione, ils virent enfin Poudlard se dessiner au loin. Ron sortit pour laisser le temps aux deux filles de se changer et il revint pour enfiler sa robe de sorcier, nullement gêné par le fait qu'il soit entouré de filles, de tout façon il n'y avait rien à voir, il laissait ses habits en dessous.

Maintenant arrivés, ils reprirent leur rôle de préfets s'excusant auprès de Ginny, qui les laissa et partit rejoindre Luna et Neville, qui étaient devenus amis pendant les vacances, s'étant vu assez souvent.

Une fois dans la grande salle, Dumbledore prit la parole et tout le monde se tu.

«Bien, alors, cette année, je vais faire mon discours au début, avant la répartition. J'espère que les nouveaux venus ne m'en voudront pas de rester quelques minutes de plus debout. Je crois que vous êtes maintenant tous au courant que Lord Voldemort est revenu. Il va falloir être d'autant plus vigilant maintenant que les attaques se font plus nombreuses. Il faut se serrer les coudes et non pas se mettre des bâtons dans les roues. Oui, il y a quatre maisons dans Poudlard, mais nous somme une grande famille avant tout. Qu'importe la maison dans laquelle vous serez répartis, des liens ont été crées dans le train qui seront plus forts que les réputations des maisons si tous ensembles nous décidons de briser la glace.

Et j'ai aussi la tristesse de vous annoncer que le professeur Rogue ne pourra pas donner cours»Il y eu des tonnerres d'applaudissement de toutes les maisons sauf celle des Serpentards. «de potions pour le moment, pour des raisons personnelles, ainsi j'ai l'honneur de vous présenter votre nouveau professeur, le professeur Rett. Et La nouvelle professeur de défense contre les forces du mal…»

Mais il n'eut pas le temps de finir car une vieille femme à l'allure de crapaud l'interrompit et se leva. Sous les regards choqués de tout Poudlard, elle débita un discours ennuyeux à la limite du français et totalement incompréhensible pour la plupart.

Dumbledore la remercia et la salle fit quelques applaudissements pas du tout convaincus. Mais le crapaud, vivant dans son monde, était aux anges, s'imaginant être admirée par toutes ces petites têtes blondes. Le directeur reprit la parole et termina son discours.

«Maintenant avant de laisser la place au professeur Mcgonagall, je voudrais que l'on fasse une minute de silence pour toutes les victimes.»

Tout le monde se leva et fit une minute de silence. Après cela, le choixpeau chanta sa chanson, qui reprenait le même message que Dumbledore, et puis la répartition eu lieu.

Dumbledore souhaita à tous les élèves un bon appétit et les plats apparurent. Mais avant que quiconque n'ai eu le temps de se servirent, un grand bruit se fit entendre au dehors et les lumières s'éteignirent. Des cris provinrent des plus jeunes élèves, les préfets tentèrent tant bien que mal de rétablir l'ordre. Le directeur rétabli l'ordre d'un coup de baguette et envoya quelques professeurs voir ce qu'il se passait, pendant qu'il s'occupait de garder le calme dans la grande salle.