Un petit Os, un tout petit.


Le Ciel aurait du être bleu...

Elle aurait aimé que tout ceci ne soit qu'un rêve…

Un simple songe qui n'aurait pour seule conséquence qu'un léger goût d'amertume…

Une utopie d'une Nuit dans ses bras…

Et se réveiller, en s'apercevant qu'elle est seule, dans un lit bien trop grand pour une seule personne…

Seule mais peut-être soulagée.

Soulagée car elle sait que ce n'était pas la réalité. Que rien ne s'est passé.

Tes mains sur mon corps…

Dans la douche, l'eau coule et ne s'arrête pas mais elle ne s'en rend même pas compte. Les images défilent devant ses yeux.

Une gestuelle digne d'un ballet, une femme qui s'oublie dans les bras d'un homme. Qui se sent heureuse, enfin entière.

Assise à même le sol carrelé, l'eau la noie, se mélange à ses larmes.

Tes baisers dans mon cou…

Elle n'aurait pas du y croire.

Elle n'aurait pas du imaginer qu'il l'aimait, rien qu'un tout petit peu.

On l'avait pourtant prévenue.

La tendresse de tes gestes…

Plus tard, allongée dans son lit, elle pleure toujours. Pauvre ange déchu. Pauvre fleur abandonnée.

Recroquevillée dans une posture qu'elle juge protectrice, elle en vient à se détester car Lui, elle ne peut que l'aimer. Elle voudrait de toutes ses forces le haïr mais elle n'y parvient pas…

Il n'a pas prononcé de grands discours une fois le Soleil levé. Elle s'est réveillée, seule, mais pas dans son lit. Elle s'est réveillée, seule, mais avec Son odeur encore imprimée sur son corps, dans son cœur.

La douceur de tes caresses…

Elle l'a alors rejoint, Lui qui était assis près de la fenêtre, observant le ciel rouge écarlate. Il était encore plus beau, baigné dans la lumière de l'aube naissante. Ses cheveux blonds resplendissaient et ses yeux brillaient de mille feux.

Ses yeux qui se sont assombris lorsqu'elle s'est approchée doucement, de peur de briser cette vision. Il n'a pas fait un seul geste, n'a pas prononcé un seul mot. Il s'est contenté de lui tourner de nouveau le dos, les muscles tendus.

Tes yeux dans les miens…

A ce simple mouvement, elle a compris. Et le ciel qu'elle jugeait magnifique auparavant devint alors la métaphore de son cœur brisé, qui saignait, qui manquait de s'arrêter.

Une douleur effroyable envahit son cœur, paralysant sa main à quelques centimètres de son cou. Celui qu'elle avait caressé des heures ci peu de temps avant. Celui dans lequel elle s'était blottie avant de s'endormir, son cœur battant contre le sien, paisible.

Elle avait fui, cachant ses larmes, refoulant sa peine. Et, dans sa douche, les images ne cessent d'envahir son esprit, la submergeant comme une vague trop haute.

Le silence de la Nuit…

Elle veut que tout ceci s'arrête ou bien qu'on la réveille. Qu'elle se rende compte que ce n'était qu'un Rêve.

Mais ce qu'elle voudrait le plus au Monde en cet instant, c'est qu'un rayon de Soleil finisse de la réveiller et qu'en ouvrant les yeux, elle s'aperçoive qu'Il est toujours là, Sa main dans la Sienne, le regard étincelant.

Ton cœur battant sous ma main…


Voilà.

J'aimerai avoir votre avis.

Nouni