Je voudrais avant tout vous remerciez de tout mon coeur pour m'avoir soutenu et reviewé fidelement durant toute cette fic... Ce fut long et je dois bien avoué que cela me fait quelque chose de la terminer...En fait, cela fait un peu moins d'un an que je suis deçu... J'en reviens pas. Et je suis comblée quand je vois qu'elle a vraiment bien été appréciée...

Alors, surtout, profitez de l'épilogue pour sécher les larmes du dernier chapitre. Et laissez-moi plein plein plein de jolies reviews...LOL. MERCI mille fois a tous!!


Harry peina à ouvrir les yeux. Il ne voulait pas vraiment se lever, il ne voulait pas vraiment s'habiller et il ne voulait certainement pas y aller. Ho non. Il ne voulait voir encore une fois cette sinistre tombe. Il se souvenait bien de ses pensées d'enfant quand il avait vu le corps de son ami desendre dans le trou tout noir. Il avait sangloté dans les robes de sa mère et son père, faible et fatigué par la récente bataille, avait serrer fortement son épaule. Il soupira lourdement et se tourna sur sa gauche dans le large lit. Il contempla un moment le visage fin de sa futur femme. Le mariage était prévu pour dans deux mois et sa futur belle-mère s'y voyait déja. Un sourire s'esquissa sur ses lèvres à cette pensée. Il leva sa main et la passa délicatement sur la joue rouge et parsemée de tâche de rousseur de sa femme. La concernée ouvrit un oeil, puis les deux, avant de lui faire un large sourire.

-Bien dormi, chéri? Demanda-t-elle d'une voix ensommeillée.

-Pas vraiment. Répondit-il avec une petite moue.

Elle le regarda un moment avant de se pencher vers lui et de l'embrasser.

-Ca va aller, tu va voir... Merlin! Jura-t-elle en voyant l'heure clignoter furieusement sur le petit réveil. Harry! On va encore être en retard!

-Un peu plus ou un peu moins... Lança-t-il d'un air coquin en se jetant sur elle tandis qu'elle tentait de réprimer un fou rire.

-On doit vraiment y aller, Harry! Rouspeta-t-elle en le repoussant doucement. Dray' va encore râler! Et je suis sur que ton filleul doit être préssé de te voir!

-Ha c'est vrai! Je lui ait promis une conversation entre homme! Se lamenta Harry. Pourquoi est-ce que j'ai fait ça, Gin, pourquoi?

-Parce que ce gamin peut obtenir n'importe quoi de toi! Voilà pourquoi!

-Ho bien sur, mais Mademoiselle n'est pas en reste avec Lorena... Siffla-t-il avant de s'étouffer dans le coussin que venait de lui envoyer sa femme.

-Habille-toi, au lieu de parler! Ils doivent déja tous être au château!

Harry ne bougea pas d'un pouce alors que sa femme se levait. Il détailla ses courbes avec un large sourire béat et s'arrêta sur son ventre bien arrondi. Parce que, oui, un heureux évenement était à prévoir...Dans trois mois, il serait l'heureux paternel d'un garçon. Alexander Drago Potter. Du nom de son parrain. Harry se souvenait bien de sa surprise quand Ginny lui avait appris et il se souvenait aussi de l'angoisse de la jeune fille. C'est cela qui l'avait décidé à sortir la bague qu'il gardait dans sa poche depuis près de 5 mois et de demander Ginny en mariage. Ce fut long et ardus avant qu'elle ne comprenne qu'il ne le faisait pas par obligation mais bel et bien par amour sincère...

Quand il reçut un énième regard, promesse de mille et une torture, il se leva enfin et se dirigea vers la salle de bain. Il était plutôt grand et bien bâtti, le quidditch aidant, il avait dévellopé une fine musculature bien utile dans son métier d'auror. Il avait gardé des cheveux court et ébourriffés, des yeux verts pétillant de malice et, à son grand désespoir, une bouille de gamin pré-pubère. Même la fine barbe qui recouvrait ses joues ne le faisait pas paraître son âge, c'est à dire 24 ans. Désesperant.

Enfin, il était prêt et Ginny l'attendait avec impatience en bas, devant la cheminée.

-J'arrive, j'arrive... Marmonna-t-il en prenant dans sa main une poignée de pourdre de cheminette. Il détestait la poudre de cheminette. Vas-y, je passerai après... Lança-t-il à Ginny avec une petite grimace.

La concernée leva les yeux au ciel tout en prenant une poignée de poudre de cheminette à son tour. Elle se plaça dans l'âtre, énnonça sa destination et disparut dans des flammes vertes. Grognant et maugréant contre l'innoportun qui avait créé ce stupide moyen de transport, Harry fit de même.

Il atterit dans la salle des professeurs de l'école de magie où sa meilleure amie, Hermione Granger, le regardait séverement.

-Vous êtes en retard! Le sermonna-t-elle.

-Je sais, Mi'... Répondit-il simplement en regardant qui était déja présent dans la petite salle.

-Harry! Cria une voix excitée.

Un garçon d'une quinzaine d'année courait vers lui et le gratifia d'une accolade amicale. Le garçon en question avait des cheveux noir profond et des yeux de même couleur. Il était plutôt grand pour son âge et Harry savait qu'il avait plutôt tendance à détester sa grande taille. Il avait un sourire malicieux sur ses lèvres pleines et ses yeux pétillaient de telle sortes qu'on aurait pu facilement croire que ceux-ci étaient plus clairs.

-Gabriel, comment ça va? Lança-t-il en serrant le garçon dans ses bras. Où sont tes parents?

-P'pa est sortit pour parler d'homme à homme avec Neville. Tu le connais quand il s'agit de sa fille... Lança Gabriel avec un sourire moqueur sur les lèvres. Tu aurais vu la tête de Nev' quand P'pa lui a dit qu'il voulait lui parler! Rigola-t-il.

-C'est que ton père peut vraiment avoir l'air menaçant quand il s'y met!

-Sur! Approuva vivement Gabriel. Et m'am est en train de parler avec ta mère...Dis, à propos de tu-sais-quoi... Souffla doucement le garçon, prenant une moue gênée.

-Merlin, Gab! Laisses-moi le temps de dire bonjour à tout le monde, tu veux...

-Bien sur, bien sur... D'ailleurs Dray te cherche depuis tout à l'heure... Il avait l'air furax!

-Je sais... Tiqua Harry... Il déteste que je sois en retard... Il est d'une ponctualité, lui...

-Oui! Et alors?! Tonna une voix derrière eux.

-Dray! Lança joyeusement Harry en prenantcelui qu'il considérait comme son frère dans ses bras.

-Harry, nous devons parler! Grogna le blond d'une voix renfrognée.

-Bon, je crois que vais vous laisser... Je dois surveiller Murtagh et Andy...S'excusa Gabriel avant de filer.

Harry détailla son ami. Drago était un peu plus petit que lui et il avait définitivement un visage plus carré que le sien. Lui, il faisait son âge, malgré l'absence de barbe et malgré sa peau pâle, presque laiteuse. Il avait des cheveux d'un blond presque blanc qu'il avait rataché en catogan et des yeux d'un gris métalisé étincellant de ruse et d'espieglerie. Harry, Drago et Ron avait été, si je puis dire, les maraudeurs de leur époque. Toujours dans les mauvais coups. Accompagnés inlassablement d'Hermione et parfois de Neville qui avait toujours de bonnes idées à leur proposer.

-Qu'est-ce qu'il se passe, Dray? Demanda sérieusement Harry.

-Nous devons parler de ta soeur. Grogna l'autre.

-D'Eline? Qu'est qu'elle a encore fait?

-Ce n'est plus possible! Tu dois absolument lui dire d'arrêter de me réveiller avec de l'eau glacée! Bouda Drago en tappant du pied comme un enfant.

-Merlin! Elle le fait encore? Pouffa Harry.

Pour toute réponse, il récut un grognement. Drago s'apprêtait à lui dire quelque chose mais une tornade aux cheveux roses sauta dans ses bras.

-Harry! Harry! Glapit la petite fille dans ses bras.

-Hey! Kiara... Comment ça va ma puce?

-Bien! Répondit-elle. Mais 'Dy m'ennuie.

-Ton frère t'ennuie? Répéta-t-il. C'est normal, Ki, les grand frère adorent ennuyer leur petite soeur. Tu pourra demander à Eline...Lança-t-il avec un petit sourire.

-Ouais... Murmura Dray... Mais on sait au final qui gagnait, hein, Ry'? Se moqua Drago.

-Kiara! Lança une voix féminine. Ho Harry! Ravi de te voir.

-Moi aussi, Dora...

Nymphadora sourit largement. Elle avait opté, en ce jour dédié aux morts de guerre, pour des cheveux argent et des yeux noirs. Malgré les couleurs plus que sobre, la femme rayonnait. La femme avait du batailler dure pour obtenir ce qu'elle avait toujours voulu: Remus. Et l'homme, qui discutait joyeusement avec sa filleule, rayonnait tout autant qu'elle. Ces dernières années avaient été pour lui, des années bénites. Il avait fondé une famille et était devenu père. Bien que rétissant au départ à cause la difference d'age et de sa condition, Harry avait su trouvé les morts pour le convaincre que leur amour était suffisament fort. Et Andy était né. Dora avait donné ce nom à son fils en mémoire de sa mère, tombée en ce funeste jour qui avait vu se dérouler la bataille finale. Durant ces deux grossesses, elle avait suivi une cure à base d'Aconit et le résultat était là: Aucun de ses enfants n'étaient un loup-garou. Kiara était juste nettement plus agressive et plus irritable le soir de la pleine lune... Tout au plus. Ils avaient cependant irrité tout deux du dons de leur mère. Ils étaient métamorphomages. Andy, de nature, ressemblait beaucoup à son père et changeait rarement ses cheveux et son regard miel d'origine pour autre chose. Kiara, elle, avait au départ des cheveux d'un brun très clair et des yeux bleu. Mais la petite prenait un malin plaisir à se modifier...

Harry rendit la petite à Dora et s'avança davantage dans la pièce. Il salua Neville, assez pâle depuis qu'il était revenu de son entrevue avec Sirius, et Ron qui sermonnait doucement sa fille, Lorena. La petite était aussi rousse que son père et avait les yeux chocolat d'Hermione. Elle était adorable et Ginny ne pouvait rien lui refuser. Il sentit que quelqu'un lui faisait une tappe amicale dans le dos et sourit largement quand il vit qu'il s'agissait de son père, son parrain et son oncle Remus.

-Toujours en retard, fils?! Lança James en boutade.

-C'est bon... J'ai pas vu l'heure passé... Maugréa-t-il.

-Comment ça va au boulot pour le moment? Demanda Sirius, une lueur curieuse dans les yeux.

Sirius s'était vraiment épanouit au cours de sa vie. Il était le père comblé de 3 enfants dont l'aîné envisageait déja l'avenir loin de lui avec Neville. Il était l'heureux époux d'une femme toujours sublime et pleine de surprise. Le parrain d'un garçon plein de ressource et prometteur dans son boulot. Mais malheureusement la bataille finale avait laissé des séquelles. Après qu'il ait été mordu par Greyback, et même si celui-ci n'était pas transformé, les autorités avaient tenu à l'écarter. Et ils avaient eu beau faire des pieds et des mains, la loi sur les morsures était claire. Les victimes ne pouvaient pas exercer de fonction public pour le bien de la population. Cela avait été un coup dur pour Sirius qui avait déja eu du mal à se remettre de la mort de Gabriel... Mais Evy avait été là pour le soutenir.

Mais il n'y avait pas que lui qui ne s'était pas remis. Severus en avait largement bavé aussi. Sa jambe avait pu être totalement guérie. Mais pas son bras. Le brûlure était trop sévère et les soins n'avaient pas été assez rapide. Son bras était inutilisable. Cela avait été un coup dur pour le maître des potions. Car justement, il ne pouvait plus préparer de potions. Et il s'agissait de son bras droit. Il ne pouvait plus tenir sa baguette. Une prothèse avait été posée mais cela était bien peu comparé à ce qu'il avait perdu. Mais là encore, Cissa avait été là et il avait tenu pour Drago, dont il s'était vraiment rapproché. Il était devenu presque un père pour le garçon.

-La routine Sirius...Des ensorceleurs du dimanche qui se croit malin et des délinquants croyant encore aux vieilles idées.

-Fait attention à ces gens, Harry, on ne sait jamais. Souffla Remus.

-Ne t'inquiète pas Rem... Je fais toujours gaffe...Le rassura-t-il.

-Nous allons bientôt y aller les enfants...Lança une voix érraillée. C'était Dumbledore.

Le vieux sorcier faisait enfin sa âge et il était clair pour tout le monde que le grand sorcier blanc n'allait pas tarder à retourner auprès de ses ancêtres. Il avait toujours son éternel barbe bien qu'elle soit aujourd'hui d'un blanc presque immaculé et son regard bleu brillait toujours dérrière ses lunettes en demi-lune. De nouvelles rides étaient apparue sur son visage déja buriné, son dos s'était doucement courbé et sa voix avait faibli. Il était maintenant un veil homme qui souffrait de ses articulations. Et il semblait plus que prêt à acceuillir un nouveau grand voyage.

Harry lui sourit doucement en opinant, pourtant son sourire devait être figé car Drago, à ses côtés comme toujours, serrait doucement son épaule.

-Ca va aller, tu va voir...

-Ginny m'a dit la même chose. Commenta-t-il distraitement.

-C'est parce qu'elle est maligne. Souligna le blond en le tirant vers la sortie.

Jame semblait perdu dans ses pensées et son visage refletait une profonde tristesse. Sirius et Remus exprimaient la même douleur et tout trois avançaient lentement vers la sortie de la pièce et du château.

Deux enfants d'une huitaine d'année les dépassèrent à vive allure en riant aux éclats et un éclair de colère passa dans les iris de Sirius.

-Murtgah! Revient ici! Siffla-t-il.

-Andy! Calme-toi et viens près de moi! Ordonna Remus.

Les deux garçons eurant l'air gêné et revinrent près de leur père respectif tout en saluant Harry et Drago d'un large sourire. Sirius s'abaissa à la hauteur de son fils et le regarda dans les yeux. L'enfant était le sosie parfait de son père. De long cheveux noir couraient dans son cou et deux bleu azur brillait de ruse et de malice.

-Combien de fois je te l'ai déja dit, Murtagh...C'est un jour de deuil national... Respectes un peu les morts! Tonna-t-il d'une voix dure et l'enfant se ratatina sur lui-même.

-On voulait juste jouer... Argumenta Andy mais Remus le fit taire d'un regard.

-Cela vaut aussi pour toi, Andy. Ce n'est pas un jeu. Des gens sont mort pour que justement vous puissez vous amusez comme cela. Respectez cela et souvenez-vous d'eux.

-On les connaît même pas! Réplique Andy avec défi.

-Ta grand-mère en faisait partie, Andy. N'oublie pas cela. Lui répondit simplement son père en se redressant.

Le petit cortège reprit et Harry se dit que tout compte fait, on demandait à des enfants de respecter des gens qu'il ne connaissait pas, qui s'étaient sacréfiés pour un idéal dont ils ignoraient tout. Tout n'était pas compté dans les livres d'histoire. Tout n'était pas expliqué aux plus jeunes. Et plusieurs fois, ils s'étaient battu pour que cela change. C'était comme cela qu'on répétait les erreurs du passé. C'était d'ailleurs pour cela que Drago était devenu professeur d'histoire de la magie. Parce qu'il voulait que la vértié soit expliqué au plus jeune. Il voulait qu'ils sachent tous l'identité réel du monstre qui avait térrifié leurs grand-parent, il voulait qu'ils comprennent comment les fils de mangemort étaient élevé, il voulait qu'ils se souviennent d'un homme brisé qui avait donné sa vie pour leur monde.

Ils quittèrent enfin le château et avançérent encore dans le parc. Harry savait où ils allaient. Le monument avait été dressé à la limite de la fôret interdite. Harry sourit quand il repera Elena dans la foule, au bras de Neville. La petite Lena avait bien grandi, elle ressemblait beaucoup à sa mère dans son tempérament et était considérée comme un joyau par son père. Elena et lui, cela avait été une longue histoire. Ils avaient cru être fait l'un pour l'autre. Ils s'étaient trompé mais leur amitié n'en avait pas pâti. Heureusement.

Enfin, ils arrivèrent devant une grande sculpture. Un lion en marbre blanc se dressait majestueusement, sa crinière était touffue et un ecrin noir avait été gravé sur son front. A côté de lui, s'étalait de tout son long un serpent du même marbre blanc. Derrière eux s'élevait un mur en béton où s'étendait des ronces et des roses entrelaçées et il ne fallait pas être Merlin pour comprendre que tout les noms qui y figurait été les morts au champ d'honneur. Harry trouvait cette appelation grotesque. Parce qu'il n'y avait aucun honneur à tuer ou à mourir dans d'atroce souffrance. Il y avait juste le devoir et une détermination farouche. La guerre était loin de la conception romanesque que l'on pouvait s'en faire. L'héroïsme était loin de la chose fantasque que la plupart des gens se plaisait à penser. Les héros était des gens seuls, tristes et ravagés. Brisés, les héros n'avaient plus de raison de vivre. Sans mal, il n'y a plus bien. Sans tyran, il n'y a plus de héro. Le tyran était mort, le héro aussi. Et Harry pouvait encore se souvenir du vide qu'il avait ressenti. Il avait su du haut de ses 4 ans à l'époque que Gabriel n'avait pas survécu...Non, jamais. Il ne voulait certainement pas être un héro.

Cela n'était pas passez loin d'après ses parents. Il lui avait bien sur expliquer la vérité sur Gabriel dés qu'il avait eu l'âge de comrpednre la complexité du phénomène. Il avait compris. Il avait tellement compris...Gabriel avait sacréfié ce qui lui restait pour lui. Pour eux. Et un peu pour lui-même aussi. Heureusement.

Harry ferma ses yeux. Il n'avait pas besoin de se concentrer pour revoir Gabriel. Et son visage souriait toujours dans ses souvenirs. Harry. Tu as confiance en moi ?! - Je te fais la promesse Harry que ni tes parents, ni tes oncles ne mourront….J'y veillerais personnellement, d'accord Harry ?-...Tu es un grand garçon très courageux...- Hey…Bonhomme, n'ai pas peur, ok ? Tout va bien aller….-C'est normal d'avoir peur. Sans peur, le courage n'existe pas.

Harry soupira de nouveau. Il sentit une main se glisser dans la sienne et reconnu pesque instentanément Ginny. Il rencontra ses yeux bleu étincellant de douceur et caressa ses long cheveux de feu. Elle lui sourit, doucement. Harry savait que dans un autre monde, il avait été privé de la femme de sa vie. Il savait que Gabriel n'avait pas pu profiter de l'amour de Ginny. Et Merlin sait si celui-ci était grand. Harry savait que son insousciance avait coûté cher. Leur insousciance. Parfois il se demandait si cela avait valu le prix. Si grand. Si lourd. Si injuste. Et parfois, quand il regardait Andy et Murtagh rigoler, Kiara et Lorena glousser joyeusement, quand il voyait Elena regarder avec amour Neville, il se demandait si l'innocence avait un prix...

D'un certain côté il se sentait coupable d'être innocente. D'être en vie alors que d'autre était mort. De vivre heureux alors que des gens avaient souffert, et à priori, pour lui, pour sa génération. Mais il se rappelait alors que c'était justement pour qu'il puisse ressentir cette légereté, cette joie de vivre qu'il s'était sacréfié. Et se souvenait de la promesse muette qu'il s'était faîte, la première fois où il avait vu la large sépulture tout en sachant la vérité. Je vivrai, Gabriel, je vivrai bien.

Albus prononça son discour et cita les noms gravés sur la pierre. Là encore, on avait innové. En effet, sur les dalles remplies d'inscription s'étendait non seulement les noms des aurors et des membres de l'Ordre tombé durant la guerre mais aussi le nom des mangemorts tombés aussi pendant celle-ci. Parce qu'un homme reste un homme quoiqu'il ait commit. Parce que la mort égalise les gens. Et parce que tout le monde à le droit de ne pas être oublié. Gabriel défendait la vie de tout un chacun. Harry défendait le souvenir de ces mêmes personnes. Parce que les corps sur le champs de bataille sont tous également tâchés de sang.

Alastor « Fol-oeil » Maugrey, Hestia Jones, Andromeda Black Tonks, Peter Mcbrice, Simon Lowie, Fenrir Greyback, Bartémius Croupton Junior, Salem Mulciber, Antonin Dolohov, Dedalus Diggles, Gabriel Evan James n'étaient que quelque noms parmis les listes interminables. Aucun nom ne manquait allant de Bellatrix en passant par Régulus. Remontant jusqu'à Drocas Meadows et les frères Preweet. Sans oublier Tom Elvis Jedusor.

Albus acheva son discours et les gens commençèrent à se répendre dans le parc. Deux enfant roux d'une dizaine d'année passèrent à côté d'eux en le saluant au passage. C'était Anthony et Mathias Weasley, les enfants de Fred.

Quelqu'un d'autre l'interpella en lui posant une main sur l'épaule et il retrouva devant Gabriel qui arborait une mine gênée.

-Je vais vous laisser... Je crois Mi' m'appelle...Marmonna Ginny.

-Traîtresse. Répliqua-t-il avant qu'elle ne lui passe la langue.

-Donc...Souffla Gabriel.

-Vas-y Gab ...Parles-moi donc de ton problème de coeur number 1: Malicia Nott...


Donc voilà... C bel et bien fini cette fois... Attendez, je me tire une balle et je reviens...

Voila...Ca fait presque pas mal... Don't worry ce n'est qu'un moment de folie comme un autre...

Donc, comme ecrire cette histoire m'a vraiment plut... Et ben je vais surement en écrir une seconde. Pas une suite. Mais une dans le même ton. Son antagoniste en fait parce qu'elle traîtera sûrment d'un bond dans le futur pour nos maraudeurs adultes (je précise) dans un monde en pleine guerre. Donc oui, vraiment l'antagoniste de celle-ci. Ce sera évidement avec les memes perso, ( ca je peux pas les changer) mais je pourrai en insérer de nouveau. Mais je le répète, elle n'aura rien avoir avec celle-ci. C'est juste le contexte qui sera à peu près similaire... Enfin je vois au je veux en venir et de toute façon, je vais prendre le temps de souffler... C que la troisième BSI c du boulot!

MERCI A TOUS et a très bientot!