Disclaimer : Love sur K.A. Applegate.
Pairing : DavidApril.
Note : C'est pas sans spoilers... (Livre 11 , je pense.)


Tu n'es plus là.

David avait disparu. Plus personne n'avait de ses nouvelles, que ce soit en cours ou chez lui. Un beau matin, on ne l'avait plus vu et depuis plus rien.
La police avait appelé chez nous. Senna était son ancienne petite copine et elle aussi avait disparu. Donc, peut-être que je savais quelque chose. Nous étions dans le même lycée après tout...
Christopher et Jalil ne pouvaient pas m'en dire plus. Je m'en faisais beaucoup. Était-il mort ? L'avait-on enlevé ? Que faisait-il ?
Et qu'en était-il, sur EverWorld ?
Impossible de me concentrer sur mon devoir de chimie. Je branchai la radio. Elle diffusait un vieux tube de Dire Straits. Cela m'apaisa, mais pas suffisamment.
Je m'asseyais sur mon lit quand je me retrouvais face à Etain.
EverWorld.
Bien.
– Oh ! Excuse-moi, April ! Tu dormais.
Le temps de me reconnecter à la réalité (je fronçai le nez en songeant au terme que je venais d'employer), et je secouai la tête.
– Ce n'est rien, ne t'en fais pas. Etain, s'il te plait… Est-ce que David est occupé ? Est-ce qu'il est là ?
– Bien sûr, sourit la princesse. Je vais aller te le chercher.
– Ce n'est pas la peine, tu sais !
Mais Etain avait déjà quitté la pièce.
Bon, au moins David était-il vivant. Je me levai et m'habillai en vitesse pour finir par bêtement me rasseoir sur mon lit. David entra à cet instant. Il me salua d'un signe de tête.
– Tu voulais me voir ?
– Tu n'es plus là.
La réponse s'était échappée de ma bouche sans me laisser plus le temps de réfléchir. Le regard que me lança David me fit penser qu'il me prenait pour une folle. Je me pinçai les lèvres et m'agitai nerveusement. Je me repris :
– C'est la pagaille, là-bas. Tu n'es plus là, David. Tu n'es plus là…
Il haussa simplement les épaules.
– Je suis ici.
Je ne comprenais pas.
– Je suis ici, répéta-t-il. Je suis ici, en face de toi, April.
– Je ne veux pas que tu t'en ailles.
C'était peut-être très égoïste et mes paroles étaient sans doute très ambiguë. Mais il ne pouvait pas partir. Il ne pouvait pas laisser l'Ancien Monde derrière lui.
Parce que ça signifiait qu'il avait choisi.
Et moi, je ne voulais pas avoir à choisir.

Fin.