Salut à tous ! C'est ma troisième fic sur « City Hunter » qui est une réponse du défi de Nicky. J'espère qu'elle vous plaira comme les deux premières. Bonne lecture !

Chapitre 1 : Une rencontre inattendue

Ce matin-là, Kaori se leva de bonne humeur. Elle fit ce qu'elle avait l'habitude de faire en neuf ans depuis qu'elle vivait avec Ryo Saeba suite au décès d'Hideyuki, tué par l'union Teope. Après avoir préparé le petit déjeuner, elle alla réveiller son partenaire en douceur. Ce dernier était déjà éveillé mais il fit semblant de dormir tout en serrant son oreiller. Il entendit son ange entrer dans sa chambre et s'approcher du lit. Il sentit le souffle de sa partenaire sur son visage près de son oreille.

Kaori, d'une voix douce : Ryo… Réveille-toi…

Malheureusement ce dernier fit encore une fois de plus l'autruche en prononçant le nom de Saeko ou de Reika ou d'une autre femme ce qui mettait la jeune femme brune en colère. Kaori sortit sa masure de cent tonnes intitulée « Profond débile » et l'abattit sur la tête de son imbécile partenaire. Ce fut la première masure de la journée.

Kaori : DEBOUT PARESSEUX ! TU AS DE QUOI TE NOURRIR À LA CUISINE !

Sur ce, Kaori quitta la chambre furieuse et quitta aussi l'appartement en claquant violemment la porte d'entrée. Ryo sortit de sous la masure et remit ses articulations en place.

Ryo : Pardonne-moi, Kaori, mais c'est le seul moyen pour te résister.

Le nettoyeur avait le cœur serré chaque fois qu'il la rabaissait en critiquant sa façon de s'habiller ou son corps ou son comportement ou sa cuisine car il n'avait jamais pensé un seul mot de ce qu'il disait. Comme c'était un gros timide, il n'avait pas l'habitude d'ouvrir son cœur car les sentiments n'existaient pas et étaient une faiblesse quand il était un guérillo en Amérique du sud. Il n'en connaissait aucun puisqu'il était une machine à tuer avant de rencontrer Hideyuki et même Kaori. C'était cette dernière qui l'avait sorti des ténèbres où il était plongé. Il était pourtant très attaché à elle mais il voulait qu'elle le quitte en même temps car il refusait de la laisser entrer dans son monde de terreur sans grand succès. D'une part il savait qu'elle était sa raison de vivre, son attache à la vie et sa rédemption mais d'autre part il refusait de le reconnaître. Allait-il prendre pleinement conscience sans crainte qu'il ne pourrait jamais laisser Kaori le quitter ?

OoO

Kaori fulminait car sa matinée venait d'être gâchée par son goujat de partenaire. Bien qu'elle ne le montre pas, elle était profondément blessée par l'attitude de l'étalon de Shinjuku. Elle alla à la gare pour voir s'il y avait un travail mais il n'y avait pas de XYZ. Déçue, Kaori décida d'aller au Cat's eyes voir son amie Miki.

Alors qu'elle allait entrer dans le café, une voix retentit soudainement…

Voix : C'EST PAS VRAI ! KAORI ! QUELLE SURPRISE !

Kaori, étonnée : KYO ! ÇA ALORS ! JE RÊVE ?

Kyo : Non c'est bien moi. Ça fait longtemps.

Kaori : C'est vrai.

Kyo : Tu allais dans ce café ?

Kaori : Oui pourquoi ?

Kyo : J'ai entendu dire qu'il y avait un géant ici qui fait fuir la clientèle.

Kaori rit : Je le connais.

Kyo : Ah bon ?

Kaori : Il est très imposant mais il n'est pas méchant. Viens, allons boire un café ensemble.

Kyo : D'accord.

Ils entrèrent dans le café de Miki qui fut surprise de voir Kaori avec un autre homme que Ryo.

Kaori : Bonjour Miki, bonjour Umibozu.

Miki : Bonjour Kaori.

Umibozu : Humpf !

Kaori s'installa à une table suivie de Kyo qui était mal à l'aise en voyant un homme de plus de deux mètres d'hauteur.

Kaori : Détends-toi Kyo. Il ne te fera aucun mal.

Kyo : Mais Kaori…

Kaori : C'est mon ami et le mari de ma meilleure amie Miki alors ne craint rien.

Kyo : Ok. Qu'est ce que tu deviens ? Tu as longtemps disparu de la circulation qu'on ne t'entend plus parler ? Et ton frère ? Comment va ton frère ?

Kaori : Mon frère Hideyuki est mort il y a neuf ans de cela. Je vis avec son associé en tant que détective privé.

Miki : Ouf ! Heureusement que Kaori n'est pas bête de dire la vérité à ce Kyo.

Kyo : Ah bon… Tu travailles avec un détective privé mais est ce que je le connais ?

Kaori : Je ne pense pas…

Kyo : Mais comment se fait-il qu'on ne t'entend plus parler ?

Kaori : J'ai disparu à la mort de mon frère.

La jeune femme ne lui disait pas vraiment la vérité car elle tenait à garder l'anonymat de son partenaire et du sien aux yeux de tous.

Kyo : J'espère que le métier n'est pas trop dangereux pour toi.

Kaori ne lui répondit pas tandis que Miki et Umibozu eurent quelques libellules qui tombaient sur leurs têtes.

Soudain la porte du Cat's eyes s'ouvrit faisant sonner la petite clochette et Mick Angel entra. Quand il vit Kaori, il fit un vol plané pour lui sauter dessus. Cette dernière sortit alors de nulle part une grosse masure de cent tonnes intitulée « Punition divine anti-pervers ». Elle l'abattit sur la tête de Mick. Ce fut la seconde masure de la journée.

Kaori : Arrête ton cinéma, Mick !

Kyo, surpris : Kaori ! Depuis quand tu utilises des masures ?

Kaori : Depuis toujours, Kyo.

Kyo : Mais ça fait mal.

Kaori : Ce n'est rien. Mick est un pervers comme mon partenaire et il a l'habitude de recevoir des masures.

Kyo : Ah bon. Drôle d'amis que tu as.

Kaori : Oh ils sont bien particuliers.

Mick sortait de sous la masure et remit ses articulations en place. Il regarda l'homme qui se trouvait en face de Kaori et il fronça les sourcils. Il ne l'aimait guère.

Mick : Qu'est ce que tu as encore fait, Ryo Saeba ? Tu es vraiment un imbécile de laisser Kaori avec d'autres hommes car tu finiras par la perdre un jour et pour toujours !