Disclaimer : Je ne possède ni NCIS ni Cold Case, et je n'écris que pour divertir les gens et dans un but non lucratif.


Me voila de retour avec une nouvelle fic... Il s'agit d'un cross over entre les séries NCIS et Cold Case. Idéalement, cette histoire constitue la suite directe de mes deux séries de fics ( Confiance et trahison, Ensemble et Au nom du père pour NCIS et Solitaire pour Cold Case). Certaines références y seront donc inévitablement faites, donc je vous conseille de les lire... mais comme il y en a quand même quelques chapitres, j'ai essayé de faire en sorte que cette fic soit assez explicite en elle même...

En espérant que cette histoire vous plaira...


Quartiers Ouest de Philadelphie, deux heures du matin

Evans étouffa un bâillement et cligna plusieurs fois des yeux, essayant de rester éveillé. La portière passager de la voiture de patrouille s'ouvrit et son coéquipier monta en resserrant le col de son manteau.

- Tu en as mis du temps, lui reprocha Evans.

- On caille dehors… tiens.

Evans prit le café que lui tendait son coéquipier et resserra ses mains sur le gobelet, appréciant la chaleur qui se diffusait de ce dernier. Au même instant, la radio de la voiture prit vie. Evans jura et posa le gobelet sur le tableau de bord avant de répondre.

- Central, ici W-17.

- W-17, on nous signale des comportements suspects au croisement de la 2ième et la 5ième avenue.

- Quel genre de comportements? demanda Evans en mettant le contact.

- Pas plus de précisions, soyez prudents.

- Bien, on y va.

- Et c'est reparti, conclu son coéquipier.

La voiture démarra rapidement et Evans conduisit jusqu'au lieu indiqué. Y arrivant, ils ne remarquèrent rien d'anormal. Ralentissant, il passa une première fois, scrutant à la lumière faible de l'éclairage extérieure les allées. Mais visiblement aucune trace de quoi que ce soit. Faisant demi-tour, Evans soupira.

Il gara la voiture et les deux officiers de police en sortir. Evans mit immédiatement sa casquette pour se protéger du froid. Du coin de l'œil, il pu voir que son coéquipier avait posé la main sur son arme.

- Hé, s'exclama Evans, du calme Johnny…

- Il y a un truc de pas net là, répondit ce dernier en pointant une ruelle d'un signe de tête.

Prudemment, en s'aidant de leurs lampes, les deux policiers progressèrent dans l'allée. Soudain, sans prévenir, un individu jaillit d'un renfoncement et partit en courant dans la direction opposée. Immédiatement, ils comprirent qu'ils venaient probablement de déranger un dealer dans son trafic.

Ils se mirent à courir à sa poursuite. L'individu courrait plus vite qu'eux et la fatigue de la journée commençait à se faire sentir, aussi lorsque son coéquipier se prit les pieds dans quelques chose et chuta au sol, Evans abandonna la poursuite.

- Johnny, ça va?

- Ouais, maugréa ce dernier.

En même temps, il donna un coup de pied rageur dans l'amas de déchets qui l'avait fait tomber. Il rattrapa sa lampe, mais le faisceau de lumière éclaira un instant un recoin de la ruelle non loin et un éclat brillant se fit voir. Sans trop savoir pourquoi, Johnny continua de pointer sa lampe torche dans cette direction, et se relevant, il suivit l'éclat. Lorsqu'enfin il arriva à portée de vue de l'objet, il retint une exclamation.

- Evans, viens voir ça!

- Quoi, demanda ce dernier en se rapprochant malgré tout.

- Regarde ! s'exclama son coéquipier.

A contre cœur, Evans se rapprocha et ce qu'il fit le figea sur place. Au milieu de déchets et de débris divers reposait un corps. A en juger par l'aspect dans lequel il se trouvait, il devait être là depuis plusieurs années. Lorsque ses yeux quittèrent enfin le cadavre, il remarqua l'éclat, qui se révéla être un bijou qu'il portait autour du cou. En y regardant de plus prêt, il vit qu'il se trompait, il ne s'agissait pas d'un bijou mais de plaques militaires.

Maintenant sa torche fixée sur le cadavre, il attrapa sa radio de sa main libre.

- Central, on a un problème ici…


Quartiers généraux de la section homicide de la police de Philadelphie, six heures plus tard

L'inspecteur Scotty Valens poussa la porte vitrée donnant sur l'intérieur du bâtiment. Il emprunta l'ascenseur pour se rendre jusqu'à la section homicide. Là où il travaillait depuis maintenant trois ans. Il déposa son arme dans son casier et pénétra dans l'open space. D'un coup d'œil, il vit que ses coéquipiers étaient déjà tous présents. Un peu à l'écart, Will Jeffries lisait un dossier. Nick Vera lui tapait sur son clavier, probablement le rapport de la dernière affaire. Son patron, le lieutenant Stillman était dans son bureau. A travers les parois de verre, il pouvait voir qu'il était au téléphone.

Et puis Lilly était là aussi.

Rien qu'en voyant la jeune femme, il ne put empêcher un sourire de naitre sur ses lèvres. C'étai son équipe qu'il avait rejoint il y a trois ans. Il avait tout de suite été frappé par le charisme de la jeune femme. Passionnée et dévouée à son travail, et était également à ses yeux incroyablement attirante. De la où il était, il pouvait presque imaginer passer sa main dans sa chevelure d'un blond pur.

Depuis plusieurs mois, il avait tenté de lui dissimuler ce qu'il ressentait pour elle, mais après une affaire difficile, il avait craqué. Prenant le risque de perdre son estime, il lui avait déclaré sa flamme… et c'est ainsi que la veille ils avaient échangé leur premier baiser.

Dès qu'elle le vit, un sourire vint éclaire le visage de la jeune femme. Vite dissimulé. Il ne s'en formalisa pas. Ils avaient tous les deux convenus que leur relation naissante devrait être laissée en dehors de leur travail. Il aurait tellement voulu pouvoir le dire à tous le monde, mais il savait qu'ils n'étaient pas prêts.

Il marcha jusqu'à son bureau, saluant Vera et Will au passage, et du coin de l'œil, vit que Stillman venait de rapprocher. Sans doute viendrait-il leur annoncer une nouvelle affaire dans quelques secondes.

Il déposa son manteau et se tourna vers Lilly.

- Hey, la salua-t-il simplement.

- Hey, répondit-elle tout aussi simplement.

Ils se sourirent, comprenant tous les deux que chacun aurait aimé saluer l'autre d'une manière différente. Jetant un discret coup d'œil aux alentours, Lilly se pencha vers lui et lui demanda à voix basse.

- Pas de regret concernant les chats?

- Aucun, répondit-il immédiatement avec un sourire.

Avant que la conversation n'ait pu aller plus loin, la porte du bureau du lieutenant s'ouvrit et il sortit. Les quatre inspecteurs se regroupant autour de lui.

- J'espère que personne n'avait de projet pour cette semaine, commença-t-il, on a deux affaires urgentes. Nick, Will, vous travaillerez sur la première, on vient de retrouver le corps d'un adolescent dans un immeuble qui devait être détruit… Le meurtre remonterait à une dizaine d'années…

- On s'y met tout de suite, répondit Vera.

- Lilly, Scotty, il y a une autre affaire dont on doit s'occuper… Un corps a été retrouvé ce matin, il s'agirait d'un lieutenant de marine…

- … ce n'est pas notre juridiction, répondit aussitôt Lilly, étonnée.

- C'est vrai, concéda Stillman, néanmoins, le département ne veux pas laisser passer l'affaire, ils ne veulent pas que les fédéraux s'en mêlent… Il faut donc qu'on trouve une solution pour garder l'enquête…

- Oh, intervint Scotty, je connais quelqu'un qui pourrait aider…

Lilly se retourna avec un sourire entendu vers Scotty. Elle ne cessait de s'étonner du nombre de personne qu'il «connaissait» où qui lui devait un «service»…

- Bien, conclu Stillman, je vous fais confiance, réglez ça…

Il les quitta et retourna dans son bureau. Lilly suivit Scotty jusqu'à son bureau où il décrocha son téléphone et commença à composer un numéro.

- Alors qui est cette connaissance? demanda-t-elle.

- Hum, Scotty se demanda un instant si ce n'était pas de la jalousie qu'il venait de lire dans les yeux de Lilly, mon ancien coéquipier quand j'étais encore affecté aux quartiers Ouest de Philly.

- Ah, répondit-elle, visiblement rassurée qu'il ne s'agisse pas d'une femme.

- Il travaille au NCIS.

- NCIS? répéta Lilly, demandant implicitement une explication.

- C'est le service d'investigation de la marine.

- Des fédéraux? demanda Lilly, je croyais…

- Ne t'inquiètes pas, il pourra arranger les choses, et nous laisser l'enquête.


Quartier généraux du NCIS, même instant.

Ziva s'adossa sur sa chaise en croisant les mains derrière sa tête en attendant la prochaine réplique de McGee avec un sourire.

- Non, s'exclama McGee, je ne te parlerais pas de ma soirée d'hier.

- Allez le bleu, je ne le répèterais à personne, tenta Tony.

- Non!

Tony allait ajouter quelque chose lorsque la sonnerie de son téléphone l'en empêcha. S'asseyant de nouveau dans son fauteuil, il décrocha.

- Agent DiNozzo.

- Tony? demanda la voix à l'autre bout du fil.

Scotty? répondit Tony sur le même ton.

- Oui.

- Hey, qu'est-ce que je peux faire pour toi? demanda Tony

- J'ai un problème de juridiction ici… j'aimerais que tu me files un coup de main…

- Ok, dis-moi ça, répondit Tony en attrapant un bout de papier et un stylo.

Une minute plus tard, il raccrochait et se levait de son bureau. Ziva le regard immédiatement, abandonnant McGee qu'elle avait continué à embêter pendant que Tony parlait au téléphone. Tony se contenta de hausser les épaules.

- Il faut que je voie Gibbs, juste un petit problème à régler.

- Rien de grave? demanda Ziva soudain inquiète.

- Non, la rassura Tony immédiatement.

Il prit le chemin du centre de communication, le MTAC et monta les escaliers. Il pouvait sentir le regard de Ziva posé sur lui et se retourna pour lui adressé un sourire. La jeune femme parut enfin se détendre à nouveau. Et quelques secondes plus tard, Tony pu entendre McGee protester à nouveau.

Depuis quelques jours, Ziva se montrait soucieuse. Tony en connaissait la raison, depuis qu'elle avait annoncé à son père qu'elle avait une relation avec Tony, elle semblait inquiète. Evidemment, la réaction de son père jouait pour beaucoup, et pour être honnête, savoir que le directeur du Mossad était au courant pour lui et sa fille ne mettait pas non plus Tony particulièrement à l'aise.

Pourtant, il se faisait un devoir de rassurer Ziva. Il ne voulait pas prêt à l'abandonner, pour rien au monde. Pénétrant dans le MTAC, il avisa Gibbs, assit sur l'un des fauteuils. Un café à la main, il observait l'écran géant de la salle, sur lequel des images satellites défilaient.

- Patron?

- Tony? demanda ce dernier sans quitter l'écran des yeux.

- J'ai reçu un appel de la police de Philadelphie, ils viennent de trouver un cadavre, apparemment un lieutenant de la marine. Le meurtre remonterait à deux ans… ils ont des spécialistes là-bas et ils voudraient conserver l'affaire sous leur juri…

- Emmène Ziva, l'interrompit Gibbs.

- Heu… Quoi? demanda Tony pas sûr d'avoir bien entendu ce que venait de dire Gibbs.

- J'ai dit emmène Ziva. Vous allez là-bas, vous coopérez et vous vérifiez que le travail est fait correctement.

- Heu… très bien patron.

Tony se leva et quitta rapidement le MTAC, incertain quant à ce qui venait de se dérouler. D'abord, il était rare que Gibbs cède face à un problème de juridiction… mais le plus étrange était qu'il envoie Tony et Ziva… ensemble et surtout seuls sur une mission à l'extérieur…

Depuis qu'il était au courant de leur relation, il avait tendance à toujours les garder à proximité pour être sûr que leur travail n'en serait pas affecté. Et là, alors qu'il s'attendait à essuyer un refus direct, Gibbs venait de les laisser partir…

En y repensant, Ducky avait raison, Gibbs était un homme qui apportait plus de questions que de réponses.

Une fois Tony sortit du MTAC, Gibbs décrocha son téléphone. Il composa le numéro de Jenny et dès qu'elle décrocha, il annonça.

- Je viens d'envoyer Tony et Ziva à Philadelphie.

- Comment…

- … Ce n'est pas ce que tu me conseillais directrice? demanda Gibbs légèrement énervé de se voir forcer la main comme cela.

- Si Jethro, assure-toi qu'ils y resteront la durée du procès…

- Bien sûr, je leur ai dit de prendre des vacances s'ils résolvaient l'affaire trop vite, répondit Gibbs du tac au tac avant de raccrocher.


Le premier chapitre s'achève ici.

Pour finir et plus que jamais, je vous sollicite pour me laisser une petite review pour me dire ce que vous avez pensé de ce début pour le cross over...