Bonjour à toutes et à tous. Je reviens ce soir pour la dernière fois pour cette histoire. Sans plus attendre, je vous laisse à votre lecture...


Épilogue

1er septembre 1991

Dans une belle maison maison nacrée au toit aussi rouge que le sang, une effervescence toute particulière régnait en maître, en ce lundi 1er septembre.

- Maman ! Hurla une voix aiguë et féminine en haut des escaliers. Orion m'a encore piqué ma place à la salle de bains.

- Sale menteuse ! Ce n'est pas TA place ! Répliqua une autre voix, cette fois-ci masculine. Et puis, si j'avais pas pris Ta place, je ne serais toujours pas prêt, grogna un jeune homme roux aux yeux bleus en descendant l'escalier menant aux chambres.

- Vous avez fini de vous battre les mioches ! hurla Ayla les cheveux en désordre en sortant de sa chambre.

- T'es pas encore prête toi ? Demanda son frère jumeau qui était assis sur un canapé en train de lire un livre.

- Va te faire cuire une bouse de dragon Max, marmonna la rousse en claquant la porte, énervée.

- Moi aussi je t'aime ptite sœur, sourit le brun en rangeant son livre avant de descendre prendre son petit déjeuner.

Ce matin commençait presque comme les autres si ce n'est qu'à 11h précise, le Poudlard Express partirait et donc les enfants devraient être à bord comme tous leurs condisciples.

Max passa devant le bureau de son père et vit que celui-ci était assis à son bureau en train de regarder ce qui semblait être une photo. Il adorait le bureau de son père avec son tableau géant de Poudlard, sa bibliothèque bien remplie ainsi que le double arbre généalogique de sa famille. De plus, ce sentiment de sécurité qui s'emparait de vous était rassurant.

- Bonjour papa ! Lança Max en allant embrasser son père et en regardant la photo. C'est la photo qu'on a faite hier ? Pourquoi elle semble si vieille ? Demanda-t-il intrigué.

- Bonjour Max, répondit son père en lui ébouriffant les cheveux qu'il avait aussi indiscipliné que les siens. Ce n'est pas vraiment celle d'hier, expliqua-t-il en souriant les yeux brillants. Elle date de beaucoup plus longtemps, mais ça jeune homme, c'est une autre histoire . Thomas est déjà en train d'aider ta mère à la cuisine.

- Quel gourmand celui-là, rit le jeune homme.

- A qui le dis-tu, soupira son père en riant. Je parie que les autres sont levés vu le bazar qu'il y a là-haut.

- Ils tiennent la forme, confirma Max en levant les yeux au ciel. Ayla est à la bourre comme d'habitude et les jumeaux se battent encore pour la salle de bains.

- Et bien ! Je serai ravi de voir leur tête tout à l'heure quand vous partirez, dit Harry en regardant son fils. Va rejoindre ta mère et ton frère, je vais aller les booster un peu.

- A tout de suite alors, fit Max avec un clin d'oeil à son père avant de descendre sur la rambarde, le grand escalier menant au rez-de-chaussée.

Il termina par un saut périlleux avant et se précipita dans la cuisine pour rejoindre sa mère et son frère.

Thomas n'était pas vraiment son frère, mais pour lui c'était tout comme. Son père et sa mère l'avait sauvé de fanatiques de l'ancien temps lors de vacances en France et il l'avait adopté. Il s'en était fallu d'un cheveu pour que Thomas n'y passe aussi, mais Harry l'avait sauvé et lui avait offert un toit, mais avant tout une famille. Bien qu'ayant un an de plus que lui, Max avait quelques centimètres de moins que son frère adoptif, mais il était bien plus fort que lui car il avait du sang elfique dans les veines.

- Bonjour la compagnie, lança-t-il de bonne humeur en entrant dans la cuisine.

- Salut Max, fit Thomas en commençant à servir le petit déjeuner.

- Bonjour mon chéri, répondit sa mère en allant l'embrasser. Comment vas-tu ?

- Je me sens prêt à combattre un Magyar à pointes, répondit le jeune homme en souriant.

- Rigole pas avec ça Max, le prévint son frère, tu sais que papa y a eu droit, lui !

- Et s'il n'y avait pas eu tatie Hermione, il aurait eu chaud aux fesses, lâcha Max avant de partir en fou rire avec son frère en imaginant son père avec les fesses enflammées.

- Tu ferais mieux de garder tes forces pour ce soir quand tu passeras sous le Choixpeau Max, fit sa mère en lui servant une grande assiette de bacon.

- T'inquiète maman, je gère, répondit-il en enfournant une tranche entière dans sa bouche.

- Tu aurais pu attendre les autres avant de commencer quand même, le gourmanda Lúthien en lui donnant un coup de spatule sur le crâne.

- Ouch ! Cha fait mal, grogna-t-il en se massant l'arrière de la tête.

- Et on ne parle pas la bouche pleine, rajouta-t-elle en donnant un nouveau coup sous le regard hilare de Thomas qui ne se retenait qu'à grand peine de ne pas exploser de rire. Et les trois autres, ils arrivent ou quoi ? Marmonna l'elfe, ses beaux yeux bleus électriques lançant des éclairs.

SPLASH ! Trois personnes atterrirent sur les chaises de la cuisine dans de grandes éclaboussures qui n'arrosèrent pourtant aucunes des autres personnes présentent dans la cuisine.

- Je te hais papa ! hurla Ayla en balançant ses cheveux en arrière, qu'elle avait devant ses yeux.

- C'est pas juste ! S'exclama Orion en croisant les bras et en faisant la moue.

- J'avais rien fait ! S'insurgea Emma de sa voix haut perchée.

- Je vous avais prévenu que je voulais que tout le monde soit en bas à 9h pour le petit-déjeuner, répliqua Harry en entrant à son tour dans la cuisine.

- La, c'est sûr que l'on va être à l'heure, grogna Ayla en faisant la moue.

- Attention à ton langage jeune fille, claqua la voix de sa mère derrière elle.

- Mange sans faire d'histoire et tu te rendras compte à quel point je suis passé maître dans l'art d'être prêt à l'heure, fit Harry en allant l'embrasser. Quand à vous les jumeaux, si seulement vous pouviez ne pas vouloir les mêmes choses au même moment, lâcha fatalement Harry en les embrassant également avant de s'asseoir à son tour à la table de la cuisine. Merci Lúthien, fit-il avec un sourire radieux quand sa femme lui amena son café. Demain c'est moi qui t'amène ton petit-déjeuner au lit.

- Ça me va mon chéri, lui dit-elle en lui rendant son sourire.

- Pas à table s'il vous plaît, firent les quatre enfants en faisant semblant de vomir.

- Bande de jaloux, marmonna Harry en souriant malgré lui de l'attitude de ses enfants. On verra si vous direz la même chose dans quelques années.

- J'en suis sûre moi ! Lança Emma en plantant sa fourchette dans un morceau de lard.

- On en reparlera Emma, sourit sa mère en attrapant un croissant au milieu de la table.

- Dépéchez-vous de finir votre petit déjeuner, lança Harry en se levant. J'aimerais arriver un peu en avance pour que l'on puisse saluer tout le monde avant d'être oppressé par la foule.

- Dis surtout que tu ne veux pas être le point de mire de tout le monde Harry, lança sa femme en riant.

- Ce n'est pas du tout ça voyons ! Fit Harry en levant les yeux au ciel sous les rires de sa famille.

- Papa ? Fit une petite voix.

- Oui Ayla. Qu'y a-t-il ?

- Tu peux m'arranger ça s'il te plaît ? Demanda-t-elle en baissant les yeux.

- Bien sûr ! Et voilà ! Fit-il en claquant des doigts tandis que ses trois enfants retrouvaient un aspect propre et soigné.

- Merci papa ! S'exclamèrent-ils tous ensemble tandis qu'Ayla lui sautait dans les bras. Tu sais papa, ce que j'ai dit tout à l'heure, je ne le pensais pas, fit-elle un peu honteuse.

- De quoi tu parles ? Demanda son père. Je n'ai rien entendu moi, fit-il avec un clin d'oeil.

- Tu sais que tu es le meilleur des papas ?

- Je sais mais j'aime bien quand c'est toi qui me le dit gamine, sourit son père. Allez finir d'emballer vos dernières affaires. On se retrouve en bas dans un quart d'heure et ne soyez pas en retard, leur cria-t-il tandis qu'ils remontaient dans leur chambre en courant et qu'il se dirigeait vers le péron en souriant.

Dix ans que son calvaire était terminé. Dix ans qu'il mordait la vie à pleine dents. Après la naissance des jumeaux Ayla et Max, Harry avait pensé qu'ils attendraient un peu avant d'avoir d'autres enfants mais très vite il avait sauvé Thomas d'une mort certaine comme cela était prévu et l'arrivée de Orion et Emma n'avait gâché en rien son bonheur.

Les deux grossesses de Lúthien s'étaient passées sans souci et rien n'aurait pu le rendre plus heureux. Marion avait fini ses études à Poudlard avec des résultats plus qu'honorables et suivaient maintenant des études en métamorphose avancée ce qui revenait à dire qu'elle suivait les pas de Dumbledore et de McGonagall. Une annonce qui ne l'avait surpris qu'à moitié était son installation dans l'appartement de Severus. Certes ! Il y avait eu quelques signes qu'elle l'aimait bien, mais de là à ce qu'ils habitent ensemble, il y avait un fossé. Mais une chose était sûre. Severus était quelqu'un de bien qui pourrait veiller sur elle au besoin et la garderait les deux pieds sur terre. Severus avait remplacé le professeur Crookes qui avait été renvoyé suite à l'une de ses erreurs caractérielles. Il avait piégé un adolescent avec une potion comme il l'avait fait pour Harry mais malheureusement, cet élève avait fait une réaction allergique et sans une réaction extrêmement rapide d'un autre élève qui était venu en courant le chercher, cet élève serait mort. Suite à ça, il n'avait pas été le seul à demander son renvoi de Poudlard et c'est Severus, fraîchement sortit de l'Académie de Potions de Moscou qui avait obtenu le poste.

Il avait bien changé depuis Poudlard. Le jeune homme plein de sarcasmes et rempli d'amertume s'était transformé en homme intègre et sûr de lui. Certes l'amitié de Harry et des autres lui avait bien profité mais ce qui l'avait complètement transformé, c'était la présence de Marion. Il s'était très vite attaché à la gamine que Harry avait pris sous son aile. Quand il était parti en Russie suivre sa formation de potionniste, elle n'avait pas arrêté de lui écrire. Elle lui racontait ce qu'il se passait à Poudlard et lui donnait des nouvelles des autres bien que Harry prenait le temps de le contacter ou d'aller le voir. Au début, il ne lui avait répondu que brièvement, mais la petite n'avait pas abandonné et il s'était pris à apprécier leur conversation et à attendre ses lettres. Elle était pleine d'humour et très intelligente. Il y a quelques mois, il lui avait demandé de sortir avec lui et depuis qu'il était de retour au pays, il lui avait donné les clés de son appartement à Londres.

Harry sourit en repensant à la réaction de Marion quand elle était venue lui annoncer que Severus voulait vivre avec elle. Elle lui avait sauté au cou, les yeux brillants en souriant de toutes ses dents et on avait pas pu lui retirer son sourire pendant deux semaines.

- On est prêt papa ! Firent les jumeaux en arrivant suivis de Max, Ayla, Thomas et Lúthien et les bagages des aînés.

- Alors il est temps d'y aller pour retrouver nos amis, sourit Harry. Je reviens te chercher tout à l'heure, fit-il à Kendra en lui grattant le dessus de la tête.

Elle avait bien récupéré de son combat à la bataille de Poudlard mais malheureusement toutes les tentatives de Harry au fil des années n'avaient pu lui redonner sa patte sectionnée. Depuis, elle suivait Harry où qu'il aille et se baladait dans Poudlard sur trois pattes faisant le travail de Miss Teigne. Et, la chatte de Rusard ne pouvait rien faire face à une femelle anitigre et elle avait dû se contenter du second rôle. Aucun élève n'osait mal se comporter quand la tigresse se baladait dans les couloirs du château.

- Squall ! Appela Harry mentalement.

- J'arrive mon vieux ! Répondit le diaphénix.

Une sphère de feu bleue apparut au loin et fonça sur la petite famille à une vitesse folle avant de brusquement s'arrêter et Squall fit son apparition. Au fil des années, il avait perdu les plumes rouges qu'il avait, pour les remplacer par de magnifiques plumes couleur de glace.

- Pile à l'heure Squall, lâcha Harry en riant.

- Qu'est-ce que tu crois ? Rétorqua le diaphénix. Je ne suis pas un hibou moi. Je suis toujours là quand on a besoin de moi.

- C'est bien vrai mon cher, répondit Harry.

- Quand vous aurez fini de discuter tous les deux, on pourra peut être y aller, non ? Fit Ayla en souriant.

- Désolé chérie, dit Harry en se passant une main dans les cheveux.

Allons-y Squall. Tenez-vous par la main, ordonna Harry. Et dans une gerbe de flammes bleues, la famille Strife disparut...

….Pour réapparaître dans une ruelle de Londres à côté de King's Cross. La petite famille se dirigea tout naturellement vers l'emplacement des chariots à l'extérieur de la gare invisible aux Moldus. Après avoir déposé leurs affaires dedans, il allèrent tranquillement vers le hall de départ des trains. Une fois entre les quais des voies 9 et 10, ils s'appuyèrent contre la paroi et se retrouvèrent presque immédiatement sur le quai de la voie 9 ¾.

Peu de familles étaient déjà présentent sur le quai, mais la locomotive du Poudlard Express était déjà en train de fumer, puisque c'est ce que Harry avait voulu pour pouvoir saluer ses amis tranquillement. Quand ils les virent James, Lily suivit du petit Harry ainsi que de Remus et Sirius accompagné de la princesse Elenwë se précipitèrent vers eux. Le petit Potter se précipita vers Harry et lui sauta au cou.

- Oncle Harry ! S'écria-t-il en le serrant dans ses bras.

- Comment vas-tu jeune homme ? Demanda Harry en le déposant au sol.

- Très bien oncle Harry, répondit le garçon en souriant.

-Et nous, on compte pour du beurre ? demanda Lúthien en croisant les bras l'air menaçante.

- Bien sûr que non tante Lúthien, rétorqua le petit en se précipitant vers elle en riant.

Les retrouvailles furent très belles. Les jeunes se racontaient la fin de leurs vacances. Le petit Arcano, fils de Sirius et Elenwë, tout juste âgé de 10 ans discutaient avec Thomas qui lui racontait les dernières péripéties de ses frères et sœurs. Quand aux adultes, ils discutaient de tout et de rien et de « choses de grand » comme disaient les jeunes.

- Tu as vu oncle Harry comme j'ai bien pris soin de ma baguette, fit-il en la lui montrant.

- C'est bien Harry, répondit le vieux en l'examinant attentivement. Ollivander a bien fait de te la vendre.

- C'est la baguette qui choisit son sorcier, dit philosophiquement le jeune Harry en regardant son oncle en souriant.

- Et tu as tout à fait raison mon chéri, dit Lily en souriant.

Harry se souvenait très bien de ce moment. Comme il l'avait promis des années auparavant, il avait emmené le jeune Harry acheter sa baguette auprès du marchand de baguettes à qui il avait raconté son histoire. Quand il était entré avec le jeune, Ollivander avait été ravi et il était devenu extatique quand la baguette identique au vieux Harry avait accepté le jeune homme comme partenaire. Ses yeux avaient brillé pendant tout l'entretien.

- Harry ? Fit une petite voix féminine.

Une petite jeune fille brune aux cheveux broussailleux et aux extraordinaires yeux chocolats le regardait en souriant.

- Hermione ! S'exclama Harry en attrapant la gamine sous les bras et en la faisant tourner dans les airs sous ses éclats de rire.

En effet c'était bien Hermione Granger qu'il faisait virevolter dans les airs. Quand sa Hermione, celle de son époque lui avait raconté que pendant son enfance elle avait toujours été seule et que seuls les livres lui tenaient compagnie, il avait pris une décision : s'il pouvait éviter cela à quelqu'un, il le ferait. Et c'est ce qu'il avait fait.

Grâce à ses contacts chez les Aurors et dans les différents services du Ministère, il avait réussi à trouver l'adresse des Granger. Pendant six mois, il était allé balader ses enfants dans le même parc qu'eux pour lier connaissance avec eux et avec leur fille Hermione. Cela s'était fait progressivement et, quand il sut qu'il ne risquait rien à leur révéler la vérité, il leur raconta tout.

Bien qu'ils aient eu un peu de mal à accepter au début, quelques tours de magie avaient fait fondre leurs doutes. A partir de ce jour-la, ils devinrent des amis et la petite Hermione ne fut plus jamais seule.

- Comment vas-tu mademoiselle ? Demanda Harry en regardant son beau sourire.

- Je vais très bien, répondit la gamine avant de se précipiter vers Max, Ayla et Harry.

- Elle va enfin découvrir votre monde, fit Mme Granger en s'approchant d'eux.

- Et je suis sûr qu'elle y fera des merveilles, sourit Harry en les saluant.

- Et elle s'y épanouira grâce à vous et à vos enfants, dit chaleureusement le père de la jeune femme.

- Elle s'y serait épanouie toute seule je vous rassure, rétorqua une voix féminine d'où émanait une confiance absolue.

Harry se retourna pour prendre dans ses bras « sa » Mione. Son amie d'enfance était mariée à Ron sous le nom de John et ensemble, ils avaient eu un petit Pollux qui rentrait à Poudlard l'année prochaine. Nina/Hermione était devenue une femme influente du Ministère de la Magie où elle travaillait au bureau de la Coopération magique Internationale. Quand à John/Ron, il s'était fait une place dans le quidditch professionnel et était maintenant gardien titulaire pour les Pie de Montrose, premiers du championnat.

Quelques minutes plus tard arrivèrent les Weasley accompagnés de Gabrielle/Ginny et d'Alexandre. Ces deux-la s'étaient mariés quelques années auparavant et Gabrielle tenait à la main une magnifique petite rousse nommée Jane qui rentrerait à Poudlard en même temps que Thomas, Pollux et la petite Ginny. Elayne poussait une poussette avec le petit Enzo dedans qui babillait autant qu'il le pouvait. Peter avait bien réussi en tant que Zoomage et était maintenant responsable du grand zoo magique de Londres quand à Elayne, elle était responsable de la section sport à la Gazette du Sorcier.

Ils avaient à peine eu le temps de se saluer et de prendre des nouvelles les uns des autres, qu'il fut le temps pour les enfants d'embarquer. Ils faisaient certes tous les fiers, mais les parents pouvaient dire qu'ils ne faisaient pas les fiers. Certes ils connaissaient le monde magique, mais les parents avaient décidé de ne rien leur dire quand à la cérémonie de la Répartition. Ils avaient eu beau supplier et pleurer, rien n'avait fonctionné.

- A tout à l'heure papa, crièrent Max et Ayla avant d'embrasser leur mère et de monter dans le train suivi de Ron, Hermione et Harry.

- Pas de bêtises, les prévint Harry en souriant avant de monter dans le train à son tour.

- Que fais-tu Harry ? Demanda Nina/Hermione en regardant Harry monter à bord du Poudlard Express.

- Cela fait depuis que j'ai quitté Poudlard en tant qu'élève que je rêve de remonter dans ce train, expliqua Harry. Vous savez tous ce qu'il représente pour moi, expliqua Harry en ayant le regard lointain. De plus, Dumbledore cherchait un moyen d'assurer la sécurité des élèves suite aux récents événements.

- C'est ça, cherche-toi des excuses Harry, sourit John/Ron. Allez ferme vite les portes. Le train va partir !

- Surveille-les Harry, fit Lúthien en lui lançant un de ces regard dont elle avait le secret.

- Compte sur moi ma chérie, répondit Harry en souriant avant de claquer la porte du wagon. En route pour une nouvelle année, murmura-t-il les yeux brillants d'excitation et de bonheur en s'installant dans le tout dernier wagon du Poudlard Express.

Loin et plus tard, dans la plus haute tour d'un très vieux château, un très vieil homme attendait la nouvelle génération qui ne tarderait pas à se révéler à lui et quand il relu les noms qui fourniraient cette Répartition, il se demanda une fois de plus si la retraite ne serait pas la meilleure solution.

- Vous venez Albus ? Demanda une voix masculine qui venait d'entrer dans le bureau directorial.

- Je vous suis Harry. Un bonbon au citron avant de descendre ?

- Avec plaisir, sourit le jeune homme en attrapant le bonbon que lui lançait le vieil homme.

- Place aux Héritiers ! Chanta le Choixpeau de sa petite voix.


Et voila, c'est la fin de cette histoire commencée il y a cinq ans et 3 mois si mes souvenirs sont exacts.

Je tiens à remercie plusieurs personnes.

Tout d'abord ma correctrice Mistycal qui m'a suivi depuis la publication du chapitre 4 et qui ne m'a jamais fais défauts

Ensuite à une personne que certains liseurs de reviews reconnaitront par son style et ses délires inimitables. C'est elle qui m'a fait la liste des personnages auxquels vous avez eus droit et c'est aussi à elle que vous avez eus droit au personnage de Dalriada, vampire végétarienne plus cinglé que Dumbledore.

Et enfin, je voudrai vous remercier vous, chers lecteurs qui à chaque chapitre avez été assez patients pour attendre le suivant et le commenter. Sans vous, je n'aurai pas eus le courage de terminer ni la motivation. Merci à tous de m'avoir suivi. certains depuis le début de l'aventure, d'autres qui sont arrivés en cours de voyage.

Ceci est la fin d'une aventure mais elle a appelé une seconde histoire complètement différente de celle-ci.

Harry sera toujours le personnage principal et l'histoire se passera toujours après la cinquième année mais Harry restera dans sa propre époque.

Le prologue est déjà écrit et corrigé mais je vais attendre un peu avant de commencer à publier

Je vous le redis encore une fois, MERCI à vous tous de m'avoir suivi et j'espère que vous serez toujours aussi nombreux pour ma prochaine histoire...