Quand Crivey enquête

Disclaimer : L'univers d'Harry Potter ne m'appartient pas et c'est bien dommage!

Résumé : D'étranges tragédies s'abattent sur les anciens membres de l'Armée de Dumbledore. Les drames se succèdent trop rapidement pour qu'il s'agisse de simples coïncidences. Les Survivants seront forcés de se réunir pour la première fois depuis 19 ans et ensemble ils affronteront leur nouvel ennemi.

Note de l'auteur : Cette histoire est entièrement dédiée à ma petite sœur adorée. C'est elle qui a été ma source d'inspiration, parce qu'elle n'aime pas le couple HG/RW et qu'elle n'aime pas le personnage de Ginny. Et puis vous seriez bien gentils d'être indulgents puisque c'est ma première fanfiction à point de vue multiple. Enfin, on verra bien ce que ça va donner!

Mise en situation : Cette histoire vient à la suite du septième tome et remplace l'épilogue qui a lieu 19 ans plus tard.

POV Hermione Granger Weasley - Le 1er septembre 2017

La voiture familiale était arrêtée à un feu rouge. Ils allaient arriver à la gare de King's Cross dans quelques minutes à peine. Hugo et Rose se chamaillaient sur la banquette arrière de la voiture magique. Hermione les réprimanda gentiment. L'auto redémarra, plus que quelques kilomètres à franchir avant d'arriver à destination. Hermione sourit tendrement à son mari. Ron lui rendit son sourire, mais cette douce distraction l'empêcha de voir le camion lourd qui venait de brûler la lumière rouge. Cependant, il entendit très clairement le bruit de la ferraille froissée, accompagné par les hurlements terrorisés des enfants assis à l'arrière du véhicule. La seconde suivante, tout était silence. Les gens s'arrêtèrent et s'approchèrent précautionneusement. Un moldu composa le numéro des urgences sur son téléphone cellulaire. Lorsque les secours arrivèrent, il était déjà trop tard pour les occupants de la voiture des Weasley et le chauffeur du camion lourd avait disparu. À treize heures très exactement, le train de la plate-forme neuf et trois quarts s'ébranla.

POV Ginevra Weasley Potter - Le 1er octobre 2017

Trente jours plus tard, Ginevra Potter reçut une lettre apportée par un grand-duc fort imposant. Ginny décacheta l'enveloppe et y découvrit une lettre plutôt inattendue.

Madame Ginevra Weasley, suite à vos états de service au sein de l'Armée de Dumbledore, nous désirons vivement avoir recourt à vos services. Le Mal, Madame, ne dort jamais bien longtemps en Angleterre et encore moins dans le monde de la magique comme vous avez dû le constater en de si nombreuses occasions. Nous vous saurions gré de vous détacher de la masse et de laisser aux autres les rêveries pacifistes qui leur sont chères. De votre côté, cependant, nous vous invitons à vous joindre à nous pour combattre le Mal à nouveau. Nous serions ravis de vous convier pour l'heure du thé mercredi le 4 de ce mois. Nous vous accueillerons avec plaisir à la Cabane Hurlante, de là nous nous rendrons au café le Chat D'eau, qui est un endroit sûr de notre connaissance. Venez seule et assurez-vous de n'être point suivie. Le Mal rôde à nouveau, ne l'oubliez pas.

Bien à vous,

La Confrérie du Chagrie

Ginny relut la lettre trois fois, sa curiosité avait été piquée au vif. Les jours qui suivirent lui semblèrent longs et pénibles. Ginevra se sentait bien seule avec son secret car, elle n'osait pas parler de la lettre à Harry. Elle craignait que son mari ne fasse des embarras et qu'il lui interdise de se rendre à ce mystérieux rendez-vous. Ginny jugea qu'elle avait attendu trop longtemps que l'heure sonne où elle serait replongée au cœur de l'action. Ce moment, elle l'avait attendu patiemment durant dix-neuf longues années et elle y avait presque renoncé, mais à présent cette lettre changeait tout.

Mercredi le 4 du mois d'octobre, Ginevra Potter quitta son domicile seule comme convenu. Ce fut la dernière fois qu'elle fut aperçue vivante, car Ginny ne rentra jamais chez elle. On retrouva son corps sans vie le lendemain après-midi au Chaudron Baveur.

POV Dennis Crivey - Le 6 octobre 2017

Hannah Londubat certifiait formellement que la chambre numéro vingt-cinq devait être inoccupée. Crivey, qui ne savait plus quoi penser, abordait un air consterné très près du désespoir absolu. Personne au Chaudron Baveur, ni même sur le chemin de Traverse, n'avait vu Ginevra Potter le jour du meurtre. Les clients du Chaudron cette nuit-là étaient tous des habitués, des gens forts respectables. Quant aux clients du pub, c'était impossible de les interroger tous. Parmi ceux qu'on avait questionnés, personne n'avait vu de sorcier à l'air louche rôder dans les parages. Crivey était plus que perplexe, madame Potter avait disparu près de vingt-quatre heures avant d'être retrouvée assassinée dans une chambre qui était censée être vide. Évidemment, personne n'avait vu ou entendu quoique ce soit de suspect. Pire encore, la mort remontait à la veille, le médico-mage avait été catégorique sur ce point. L'expert avait aussi ajouté que le meurtre n'avait pas eu lieu sur place. «On ne se ballade pas avec un cadavre sur l'épaule sans risquer de se faire remarquer! se dit Crivey. La seule autre explication possible, c'est qu'on ait transplaner directement dans la chambre numéro vingt-cinq avec le cadavre, mais comment est-ce que l'assassin pouvait être certain de trouver la chambre déserte?» Le mystère était encore intact et aucune piste ne se profilait à l'horizon. Dennis Crivey, chargé de l'enquête, était bien embarrassé. Pour ajouter au désastre, les journalistes, envoyés expressément par la Gazette du Sorcier, se faisaient de plus en plus insistants et avares d'informations. Tous voulaient connaître les détails de cet odieux crime, mais la vérité c'était que le pauvre Crivey ne savait rien de rien. Il congédia madame Londubat d'un geste impatient. Celle-ci se leva vivement et lui dit au revoir assez sèchement. Crivey ferma les yeux un moment et réfléchit encore, cherchant en vain un détail qui lui aurait échappé. Ses méditations furent interrompues par l'arrivée inopinée de son subordonné, le jeune Abercrombie.

— Monsieur, fit Euan visiblement essoufflé. Monsieur Potter vient tout juste de nous faire parvenir cette lettre. Il l'a retrouvé ce matin dans les affaires de sa femme.

Crivey se redressa et arracha littéralement la feuille de papier des mains de son assistant. Il la parcourut rapidement et un sourire illumina son visage.

— Abercrombie, je crois que nous tenons quelque chose.

L'interpellé était visiblement ravi d'avoir retenu l'attention de son supérieur.

— Envoyer Baddock et Peakes sur les lieux immédiatement. Si madame Potter s'est rendue à ce rendez-vous, je veux le savoir!

Allez, je sais bien que vous mourrez d'envie de me laissez une petite review! Voyons, je ne vous mangerai pas! Positif ou négatif, votre avis m'intéresse. Et puis si une suite vous intéresse, quelques reviews pourraient bien accélérer mon rythme de publication. ;)