Titre : Jalousie

Auteur : Otisïana Malfoy

Date : 05/03/08

Genre : Romance

Rating : M (yaoi, shônen ai, slash, déconseillés aux homophobes et interdit aux moins de 16 ans pour cause de léger lime dans les chapitres à suivre)

Disclaimer : les personnages et leur univers appartiennent à Russell T. Davies, à la BBC etc. Seule l'histoire est à moi (et Trent Marshall).

Pairing : Jack Harkness x Ianto Jones

Petite fic qui sera très courte probablement, sans prétention, dans le seul but de coller Jack et Ianto ensemble une bonne fois pour toute ;) Spoilers sur les épisodes 1,4, 12 et 13 (euh et peut-être d'autres mais bon je ne sais pas encore, j'écris au fil de la plume lol) mais avec quelques petites modifications de mon crû…Les personnages seront sûrement un peu OOC, j'ai du mal à respecter les caractères, snif…

L'histoire se situe… euh quelque part entre la saison un et deux, voire plus dans le courant de la deuxième saison…

En gros, je pense que les puristes ne vont pas aimer… Mais j'assume :)

Cette fic est pour Claddagh ! Ma meilleure amie depuis plus d'une décennie :)

oOoOoOo

Jalousie – chapitre 1

oOoOoOo

Jack n'était pas un homme jaloux. Il ne l'avait jamais été. Il collectionnait les conquêtes et les aventures, mais jamais personne ne put se vanter d'avoir réussi à s'attirer autre chose qu'une éphémère faveur sexuelle de la part du capitaine Harkness. En tout cas en apparence… Après tout, personne ne pouvait jurer qu'il était dépourvu de sentiments ; Toshiko pouvant d'ailleurs en témoigner après leur voyage en 1941…

Un jour, Ianto lui avait durement asséné qu'il était un monstre, tout en lui demandant s'il avait jamais aimé quelqu'un, aimé vraiment. Gwen en fut troublée, mais force lui fut de constater que le responsable de la sécurité n'avait peut-être pas tort… Il ressentait sûrement une certaine affection envers ses partenaires épisodiques, mais était-ce pour autant de l'amour ?

Ainsi, lorsque Ianto et Jack commencèrent à se fréquenter pour des raisons beaucoup moins « conventionnelles » que la chasse aux aliens, les intéressés eux-mêmes n'imaginaient pas qu'il puisse s'agir d'une exception, d'une entorse dans le sacro-saint comportement libertin du si séduisant capitaine.

Ianto Jones ne savait pas vraiment s'il pourrait se contenter éternellement de ces étreintes fugaces et ces baisers volés au détour d'une ruelle sombre ou sur un bureau du Hub encombré de dossiers divers. Ce dont il était sûr, par contre, c'était qu'il ne fallait pas espérer davantage. En effet, il ne pouvait en résulter qu'une profonde souffrance et une horrible déception.

Bref, qu'il était difficile de percevoir ce qui pouvait bien se passer derrière le front lisse et le sourire captivant de Jack Harkness…

Perdu dans ce genre de considérations, Ianto Jones n'entendit pas son patron arriver jusque derrière lui et se figea en sentant une main se poser sur son épaule.

« - Monsieur ? », s'enquit-il dans un souffle.

Bien que Jack lui ait demandé de laisser tomber le « monsieur », il n'arrivait toujours pas à s'y faire.

« - Ianto, ils sont déjà tous partis. », annonça simplement le capitaine.

Un coup d'œil circulaire confirma ses dires mais le responsable de la sécurité haussa les épaules.

« - Il faut bien finir le travail. »

Jack arqua un sourcil et son visage se fendit d'un sourire enjôleur.

« - Sans doute, mais à présent il n'y a plus personne. », dit-il en insistant sur le dernier mot. « Si ce n'est toi et moi… »

« - Et le ptérodactyle. Et le Weevil. », répondit Ianto, le visage impénétrable.

Jack émit un petit rire et se rapprocha très près de son subalterne, tout en glissant un bras volontaire autour de sa taille.

« - Ils ne sont pas autorisés à sortir d'ici. Tu connais le règlement. », susurra-t-il contre son oreille.

Le souffle chaud et l'odeur corporelle du capitaine envahirent les sens de Ianto, telles de puissantes phéromones. Il savait avoir du mal à y résister.

« - C'est du harcèlement », ironisa-t-il en sentant une main fureteuse se glisser sous son costume impeccablement repassé.

« - Intente moi un procès », rétorqua Jack en s'emparant de ses lèvres.

Finalement peu désireux de poursuivre l'argumentation, le Gallois accepta avec plaisir les baisers brûlants de son capitaine et prit même l'initiative de l'attirer vers le bureau le plus proche. Positivement enchanté, Jack se fit un devoir de lui montrer qu'il savait reconnaître les qualités de ses subordonnés à leur juste valeur…

oOoOoOo

Driiiiiing !

Une sonnerie retentit dans la petite pièce d'accueil de Torchwood, suivi d'un bruit de porte qui s'ouvre et se referme. Comme à l'accoutumée, Ianto Jones arriva prestement pour accueillir le visiteur.

« - Bonjour, vous désirez ? »

Le Gallois lâcha une infime exclamation de surprise en découvrant la silhouette d'un livreur de pizza, complètement trempé, qui tentait vainement de prendre le moins de place possible pour éviter de trop mouiller le sol.

« - Je suppose qu'il pleut dehors ? », dit-il calmement.

Le jeune homme leva les yeux vers lui et esquissa un sourire timide.

« - Voilà vos pizzas… Deux avec champignons, une sans oignons et deux spéciales du chef… »

Ianto le débarrassa et posa les cartons sur le bureau avant de s'éclipser.

« - Je reviens tout de suite… », dit-il.

Il réapparut d'ailleurs à peine quelques secondes plus tard et lui tendit une grande serviette de bain blanche.

« - Oh merci ! », s'exclama le livreur en se séchant. « Mais vous savez, je vais devoir y retourner et il pleut toujours alors je ne crois pas que ce sera très utile. »

« - Vous pouvez rester ici quelques minutes », offrit Ianto en déposant de la monnaie sur le bureau. « Je vous propose un café ? »

« - Avec plaisir, merci », répondit le livreur en souriant largement.

Le responsable de la sécurité ne put s'empêcher de sourire en retour. Il détailla sommairement le jeune homme, admirant ses grands yeux d'un bleu profond et son doux visage encadré d'une masse de cheveux blonds mi-longs, ébouriffés par la serviette de bain. Il se dégageait de lui une impression d'honnêteté et de gentillesse qui émut le Gallois.

« - Je m'appelle Trent. », dit-il en acceptant le café du brun. « Trent Marshall. »

« - Ianto Jones », répondit machinalement le susnommé.

« - C'est rare que je discute avec les clients d'habitude », expliqua nerveusement le livreur pour éviter un silence embarrassant. « Vous savez ce que c'est : on arrive, on leur donne leur pizza, ils nous paient et on repart. C'est assez routinier finalement. »

« - Et vous devez même affronter les pires intempéries pour mener à bien votre mission », répondit Ianto avec un demi-sourire narquois.

Le blond haussa les épaules.

« - Tant qu'on arrive dans les temps… »

Soudain une porte s'ouvrit à la volée, faisant sursauter les deux hommes.

« - Ianto ! Ils ont cinq minutes de retard ! Ils vont dev… »

La voix du capitaine Jack Harkness mourut dans sa gorge.

« - Ah… Ils ne sont pas en retard… »

« - Et non, pas de pénalité pour cette fois, monsieur… ? », s'enquit Trent avec un sourire engageant.

« - Pfff, j'avais parié avec Gwen qu'ils seraient en retard à cause de la pluie… », ronchonna Jack, ignorant totalement le livreur.

« - Je lui ai proposé d'attendre la fin de l'averse ici monsieur, j'espère ne pas avoir outrepassé mes droits ? »

« - Hmm hmm », marmonna le chef de l'équipe sans vraiment y prêter attention.

Il s'empara simplement des pizzas et se dirigea vers la porte.

« - Monsieur ? », appela Ianto.

Jack se retourna à demi.

« - Oui ? »

« - Vous emportez ma pizza… »

« - Et alors ? Tu ne manges pas avec nous ? »

« - Pas cette fois je pense », répondit le Gallois. « Comme je vous ai dit, monsieur Marshall va rester ici quelques minutes et je comptais lui tenir compagnie. »

Jack haussa un sourcil, surpris et posa enfin son regard sur le jeune homme en question qui triturait nerveusement une serviette de bain. Ses yeux se firent scrutateurs au fur et à mesure qu'il détaillait la plastique de l'intéressé, et ce qu'il voyait lui convenait sans aucun doute si on en croyait son petit sourire satisfait qui s'élargissait de seconde en seconde.

Ianto observait son patron et son comportement le mettait de plus en plus mal à l'aise, en plus de lui occasionner un léger pincement au cœur.

« - Quel âge as-tu jeune homme ? », s'enquit Jack à brûle-pourpoint.

« - Euh, vingt-deux ans monsieur. », répondit Trent.

« - Vingt-deux ans… Un âge parfait… », murmura le capitaine Harkness d'une voix exagérément suave. « Il faudra revenir nous voir, par exemple pour la prochaine livraison de pizza ? »

Le blond s'empourpra violemment et sa coloration subite ne s'arrangea pas devant le clin d'œil aguicheur dont le gratifia sans complexe son interlocuteur. Sur ce dernier échange, Jack posa une pizza sur le bureau et emporta les autres vers leurs quartiers.

Ianto ouvrit le carton et le tendit vers le livreur qui n'avait toujours pas bougé, comme s'il s'était soudainement statufié. Le charisme de Jack provoquait souvent ce genre de réaction, surtout chez les jeunes… Ianto leva les yeux au ciel et toussota pour faire sortir le jeune Marshall de son hébétude :

« - Prenez donc une part et asseyez vous ? »

Trent décolla enfin ses yeux de la porte et répondit :

« - Oh non, je n'oserais pas… »

« - Mais si », insista Ianto. « Puisque je vous le propose ! Je vais appeler votre patron et lui dire que je vous invite à manger pour vous remercier de votre excellent travail… »

Un nouveau sourire franc étira les lèvres du blond, et le Gallois se sentit de nouveau touché. 'C'est tellement rare d'exhaler un tel parfum de sincérité', songea-t-il en décrochant le combiné téléphonique.'On lui donnerait le Bon Dieu sans confession…'

De son côté, Trent n'en revenait pas de la gentillesse de ce client. De sa gentillesse, et de son charme aussi ! Certes, il imaginait aisément que personne ne pouvait rester indifférent envers le patron de ce dernier, surtout avec l'aperçu dont il venait de bénéficier, mais Trent trouvait Ianto étrangement plus… hypnotique ! Il ne pouvait s'empêcher d'admirer ses iris céruléens et de se laisser porter par son accent gallois tandis qu'il l'entendait s'arranger avec le pizzaïolo. Ianto raccrocha et lui tendit à nouveau le carton à pizza.

« - Eh bien euh… Merci monsieur… Jones, c'est bien ça ? »

« - Vous pouvez m'appeler Ianto, si vous voulez. »

« - Uniquement si vous m'appelez Trent ! »

Le brun ébaucha un fin sourire et les deux hommes s'installèrent pour partager la pizza, tout en bavardant de tout et de rien…

oOoOoOo

« - Ianto ne vient pas ? », s'enquit Gwen Cooper en voyant le capitaine Harkness revenir seul avec leur déjeuner.

« - Il fait sa B.A. en nourrissant le livreur ! », ricana Jack en se laissant tomber sur une chaise.

« - Blonde à forte poitrine ce 'livreur' ? », demanda Owen, ironique, avant de se jeter sur son repas.

« - Non, mais un corps de jeune éphèbe appétissant à souhait », rétorqua le capitaine rêveusement.

Toshiko et Gwen se jetèrent un regard entendu, tandis qu'Owen haussait les épaules, plus vraiment intéressé.

« - Vous croyez qu'il arrête définitivement les filles ? », tenta la japonaise.

« - Après son histoire avec Miss Je-Vais-Robotiser-Les-Humains, ce ne serait pas surprenant. », approuva Gwen. « Il y a de quoi faire changer de bord le plus macho des mâles de Cardiff ! »

« - Hey, vous parlez de Ianto là ! », les interrompit Jack d'un air suffisant. « Il n'est pas intéressé par les hommes ! »

Un grand silence s'imposa dans l'équipe. Tous avaient les yeux rivés sur lui.

« - Par les autres hommes… », rectifia-t-il en reprenant négligemment une part de pizza.

Les trois autres membres de Torchwood se concertèrent du regard mais n'ajoutèrent rien et se remirent à manger en changeant totalement de sujet.

oOoOoOo

L'heure de pause obtenue grâce à Ianto Jones parut bien courte aux yeux du jeune livreur. Ils n'avaient pourtant rien fait de particulier, se contentant de discourir sur des sujets neutres tels que la météo ou la géographie du Royaume-Uni, mais Trent avait bu les paroles de son interlocuteur comme si elles étaient paroles d'Evangile.

Le jeune Marshall était homosexuel et ne s'en cachait pas, arborant même un tatouage représentant deux symboles de Mars entrelacés à la base du cou, en dessous de son oreille droite. Cela lui avait d'ailleurs valu quelques problèmes de la part des homophobes rétrogrades de Cardiff, néanmoins il refusait de se laisser intimidé, même si sa bravoure signifiait deux ou trois séjours à l'hôpital du coin…

Bref, il s'assumait pleinement, et à présent un seul problème s'imposait à lui : y avait-il une chance que le bel employé qui lui faisait face partageât ses préférences ?

Trent termina son verre d'eau et le posa sur le bureau tout en regardant intensément le Gallois, comme s'il essayait de percevoir quelque chose en lui, un signe peut-être… Ianto nota l'attitude de son invité et tenta de ne pas s'y focaliser, mais les perles azur de ce dernier semblait l'attirer dans leurs lagons enchanteurs, lui promettant délices et merveilles. Ses yeux étaient si expressifs qu'ils en étaient presque effrayants.

« - Vous désirez… autre chose ? », demanda mécaniquement le brun, troublé.

Trent secoua négativement la tête et s'approcha encore plus près de Ianto. Il s'empara de sa main d'un geste vif pour ne pas lui laisser le temps d'analyser la situation et se jeta à l'eau dans un sourire chaleureux quoique légèrement stressé :

« - Ianto… J'ai été ravi de déjeuner avec vous aujourd'hui ! »

« - … Moi aussi… », répondit l'employé à la sécurité, peu certain du comportement à adopter.

« - S'il vous plait Ianto… Je… Je voulais vous dire… Enfin si vous voulez, nous pourrions peut-être… Manger ensemble une autre fois ! Je vous invite cette fois ! Ce serait juste un dîner bien sûr, histoire peut-être de faire connaissance ? »

Un peu mal à l'aise, le Gallois retira doucement sa main de celles de Trent et se releva pour faire quelques pas.

« - Vous savez… Enfin, j'ai beaucoup de travail ici et… »

Le sourire du blond s'affaissa et Ianto se sentit coupable. Après tout, pourquoi refuser cette invitation ? Cela ne l'engageait à rien sur le principe ! Et ce n'était pas comme si il devait fidélité à quelqu'un… Le charisme écrasant de Jack fit irruption dans son esprit mais le Gallois chassa ses images de ses pensées. Mieux encore, il songea que passer du temps avec quelqu'un d'autre lui permettrait peut-être d'oublier cet horrible sentiment à sens unique qu'il commençait à éprouver pour son capitaine.

Bon, évidemment, il ne pensait pas que ce serait auprès d'un représentant du sexe masculin qu'il irait se changer les idées… Toutefois, il ne pouvait prétendre que le jeune Trent lui était indifférent ! Son physique de jeune surfeur innocent perdu dans la campagne anglaise avait un charme indéniable !

« - Ecoutez… », dit-il d'une voix calme. « J'accepte votre invitation. Cependant, je ne veux pas que vous vous fassiez des idées d'accord ? Je vous trouve très sympathique mais finalement nous nous connaissons à peine, vous comprenez ? »

Le cœur de Trent fit un bond dans sa poitrine. En définitive, malgré ses objections certainement dictées par la prudence, le Gallois ne semblait pas réfractaire à l'idée. De plus, Ianto nota son numéro de portable et le lui tendit.

« - Super, merci ! », claironna le blond en s'emparant du bout de papier.

Sans crier gare, il se précipita vers lui et l'enlaça prestement tout en déposant un rapide baiser sur sa joue.

Tout aussi rapidement, Trent prit l'argent des pizzas et se dirigea vers la sortie.

« - En plus il ne pleut plus ! », remarqua-t-il avec joie. « A bientôt Ianto, je vous appelle demain ! »

Puis il sortit et enfourcha sa moto en direction de la pizzeria. Une fois seul, le brun soupira et se rendit compte que les battements de son cœur avaient sensiblement accéléré, comme ceux des jeunes filles à leur premier rendez-vous. Amusé, il secoua la tête et se laissa retomber sur un siège. Il étendit le bras, ramassa la serviette blanche et la caressa distraitement, les yeux dans le vague.

Perdu dans ses pensées, Ianto ne sentit pas la présence d'un autre homme dans l'embrasure de la porte. Pourtant, il lui suffirait de tourner la tête, et il aurait certainement la surprise de croiser le regard du capitaine Jack Harkness ; un regard étonnamment songeur voire même emprunt d'une infime et quasiment imperceptible goutte de tristesse…

oOoOoOo

Le lendemain, l'équipe de Torchwood se retrouva dans une ambiance étrange, légèrement tendue malgré le calme apparent de ses membres et les ponctuelles plaisanteries de Jack, d'ailleurs un tantinet plus cyniques que d'ordinaire. Sans le savoir, chacun contribuait à cette curieuse atmosphère : Owen avec ses coups d'œil furtifs en direction de Ianto, Toshiko en observant tour à tour Jack, Ianto et Gwen, le capitaine Harkness en broyant du noir pour une mystérieuse raison et Gwen qui se sentait inconsciemment poussée à coller Jack beaucoup plus qu'à son habitude.

Ianto, quant à lui, paraissait tout à fait semblable aux autres jours et préparait du thé ou du café à mille lieues d'imaginer les tourments surréalistes qui hantaient les agents de Torchwood. Seul Jack s'obstinait silencieusement à percevoir un éclat un peu plus rêveur dans ses yeux ou un geste un peu moins concentré dans le comportement de son employé à la sécurité.

A la fin de la journée, toute l'équipe à l'exception de Ianto et peut-être de Jack semblaient littéralement épuisée, alors qu'il n'y avait eu aucun évènement notable susceptible d'avoir provoquer une montée d'adrénaline. Si le Gallois finit par s'en rendre compte, bien que n'en comprenant pas du tout la cause, il n'en fit part à personne mais souhaita vivement une bonne nuit de sommeil à chacun d'entre eux. Une fois encore, Jack chercha, l'air de rien, une raison à cet au revoir trop enthousiaste pour être honnête…

Ainsi, une fois les autres partis, Ianto souhaita une bonne soirée à son supérieur et voulut prendre congé à son tour. Cependant, le capitaine Harkness lui prit le bras et plongea un regard inquisiteur dans les yeux à peine interrogateurs du brun.

« - Monsieur ? », s'enquit Ianto calmement.

« - Tu pars déjà ? », murmura Jack d'une voix étrange.

« - Eh bien oui. Je n'ai plus rien à faire ce soir et je me suis suffisamment avancé dans la semaine pour pouvoir partir à l'heure. Vous savez bien que jamais je ne me permettrais de partir en laissant une tâche à moitié réalisée. »

« - Je sais… », soupira Jack. « Mais je me disais que tu pourrais peut-être rester un peu plus longtemps ce soir… »

Désireux d'illustrer ses dires, le capitaine entreprit de se coller à son subordonné, frottant légèrement mais explicitement une jambe contre sa cuisse.

« - Monsieur, je… », tenta Ianto en reculant.

« - Arrête avec ça, appelle moi Jack », rétorqua l'intéressé en l'agrippant davantage et en dévorant son cou de baisers enfiévrés.

Le Gallois sentait ses résistances faiblir inéluctablement et commençait même à répondre du bout des doigts aux caresses de son capitaine lorsque la sonnerie de son portable le tira brusquement de sa torpeur.

« - Laisse sonner ! », grogna Jack qui n'avait aucune peine à deviner de qui pouvait bien provenir l'appel, la scène de la veille restant comme imprimée derrière ses rétines.

« - Monsieur, non… », murmura faiblement Ianto en essayant de le repousser.

Le capitaine Harkness insista en bloquant fortement les bras de son subalterne mais provoqua de ce fait un effet totalement opposé. Ianto se raidit, surpris par la soudaine violence de son supérieur et se dégagea d'un coup sec.

« - Je vais répondre monsieur ! », assena le brun d'un ton aigre à un Jack à son tour frappé d'étonnement d'avoir été ainsi rejeté.

Il décrocha et discuta quelques secondes avec Trent qui l'invitait à dîner le soir même dans un restaurant chinois. Ianto accepta avec plaisir, un doux sourire aux lèvres, puis raccrocha et se tourna vers son supérieur.

« - Je suis navré monsieur, mais j'ai des projets pour ce soir… »

Jack darda sur lui un regard indéchiffrable et sourit de toutes ses dents.

« - Le livreur de pizza est donc un meilleur coup que moi ? Il faudra que je fasse sa connaissance dans ce cas… », ironisa-t-il.

Ianto écarquilla les yeux. Il savait que Jack avait tendance à flirter à droite et à gauche, mais jamais encore il n'avait parlé de la sorte ! En tout cas, il ne parlait jamais de ses autres amants ou amantes devant lui !

« - Comment saviez-vous que c'était lui ? », rétorqua-t-il froidement. « De plus, je croyais avoir le droit de disposer de ma vie privée comme je l'entendais ! »

« - Ah oui ? Et grâce à qui crois-tu que tu es encore là après ta grande lubie avec Lisa ?! »

Ianto recula d'un pas, comme si quelqu'un l'avait frappé au visage. Jack se rendit immédiatement compte de sa bévue. Il passa nerveusement une main dans ses cheveux et tenta de s'excuser :

« - Non, j'ai pas voulu dire ça… Ianto… »

« - Si vous n'avez plus besoin de mes services, je vais y aller », annonça le brun dans un souffle en tentant de reprendre contenance.

« - Ianto écoute, je suis désolé, vraiment… »

« - Bonne soirée monsieur. », le coupa le susnommé avant de tourner les talons et de sortir, sans un regard en arrière.

Se retrouvant seul, Jack se laissa tomber sur une chaise, abasourdi par la stupidité de son propre comportement. Il ne comprenait pas ce qu'il lui avait pris, pourquoi il s'était montré aussi cruel envers celui qui avait toute sa confiance et son estime, allant même jusqu'à lui rappeler un des évènements les plus horribles de sa vie.

oOoOoOo

à suivre

oOoOoOo

Un jour… Vous aurez la suite :) Enfin, ceux que ça intéresse :)

Merci d'avoir lu !

Otisïana