Titre : Jalousie

Auteur : Otisïana Malfoy

Date : 22/04/2008

Genre : Romance

Rating : M (yaoi, shônen ai, slash, déconseillés aux homophobes et interdit aux moins de 16 ans pour cause de lime)

Disclaimer : les personnages et leur univers appartiennent à Russell T. Davies, à la BBC etc. Seule l'histoire est à moi (et Trent Marshall, et Ryan Hetfield).

Pairing : Jack Harkness x Ianto Jones

Non, non, vous ne rêvez pas, il s'agit bien là du second chapitre ! Je sais que j'ai mis longtemps avant d'écrire la suite… Et surtout, je ne pensais pas que ma fic plairait autant lol Si j'avais su je l'aurais écrite en entier avant de vous poster le premier chapitre huhuhu. Bref, j'ai profité de mes rares moments de liberté pour vous présenter cette humble suite :) J'espère que vous aimerez, bonne lecture ! Merci à tous !

oOoOoOo

Jalousie – chapitre 2
oOoOoOo

Une fois rentré à son appartement, Ianto se précipita sous la douche. Il ne disposait pas de beaucoup de temps avant son rendez-vous avec Trent et s'il y avait bien une chose qui l'irritait, c'était d'arriver en retard.

Tout en se savonnant énergiquement, Ianto pestait intérieurement contre Jack. Il avait beau réfléchir, il ne comprenait pas la raison qui avait poussé son capitaine à se montrer si cruel… Lui rappeler Lisa alors qu'il s'apprêtait enfin à rencontrer quelqu'un d'autre était sans conteste un terrible manque de savoir-vivre !

Le Gallois finit par sortir de la douche et se vêtit rapidement d'un simple costume noir, d'une chemise de coton blanc et d'une cravate gris foncé. Rien de bien extravagant, mais après tout, il ne s'agissait que d'un dîner… Il s'approcha du miroir et s'observa quelques instants, songeur. Et si en fait Jack ne supportait pas l'idée que Trent ait préféré le sous-fifre au grand chef ?

Ianto réajusta sa cravate et sourit à sa propre bêtise : le capitaine Harkness se fichait bien de la vie sexuelle de ses amants ! Tout ce qui semblait l'intéresser était de les voir succomber à son charme ravageur. Après, ils pouvaient bien faire ce qu'ils voulaient de leurs corps…

Le brun soupira, se surprenant lui-même en flagrant délit d'obsession envers Jack. Il focalisa son esprit de force sur le visage angélique du jeune Marshall et sortit de son appartement, le cœur presque léger. Ce soir, il allait s'amuser pour une fois !

Ianto prit un taxi et ne tarda pas à arriver devant le fameux restaurant. En descendant de la voiture, il eut l'agréable surprise de voir Trent accourir vers lui, un grand sourire aux lèvres.

« - Je suis en retard ? », s'enquit poliment le Gallois en sachant pertinemment que ce n'était pas le cas.

« - Pas du tout ! », s'empressa de répondre Trent. « J'arrive toujours un siècle à l'avance ! »

Avant que le brun n'ait pu esquisser le moindre geste, le jeune Marshall lui agrippa le bras et l'attira à l'intérieur.

« - Vous êtes toujours aussi classe ! », remarqua Trent en prenant place à leur table. « Vous n'aimez pas les tenues un peu plus… décontractées ? »

Ianto coula un regard vers son interlocuteur et nota que, contrairement à lui, le blond portait un simple t-shirt blanc qui moulait admirablement ses pectoraux et un pantalon en jean noir encerclé d'une large ceinture de cuir.

« - Je… J'avoue que je n'ai pas trop réfléchi… », avoua-t-il.

« - Bah, ça vous va très bien en tout cas ! », lui assura Trent.

Le Gallois sourit à demi et les deux jeunes gens continuèrent à échanger des banalités, jusqu'à l'arrivée du serveur. Le temps que ce dernier parvienne à leur table, l'ambiance s'était considérablement détendue mais elle sombra brusquement lorsque Trent leva les yeux vers la voix hésitante qui leur demandait s'ils avaient choisi.

« - Ryan ?! », s'exclama-t-il, mi choqué, mi éberlué.

Le susnommé était un jeune homme d'à peu près l'âge du jeune Marshall, assez grand, mince, la peau à peine plus pâle que celle de Trent. Les traits de son visage paraissaient tirés, et ses beaux yeux mordorés souffraient de la présence de lourds cernes nettement dessinés.

Ledit Ryan chassa une mèche rousse de devant ses yeux et balbutia d'une petite voix :

« - Je… Je travaille ici jusqu'à la fin de la semaine… Trent écoute, je… »

« - Je ne veux pas le savoir ! », siffla le blond. Il se tourna vers Ianto et ajouta : « Ca vous dérange si on mange ailleurs finalement ? »

Le roux semblait au bord des larmes :

« - Non, je t'en prie, ne te donne pas cette peine ! Je… Je vais demander à un autre serveur de s'occuper de vous ! »

« - Parfait ! », rétorqua Trent d'une voix glaciale. « Et je ne veux plus t'avoir dans mon champs de vision ! »

« - Mais… »

« - Va-t-en ! »

Ianto suivit l'échange, abasourdi. Il semblait irradier une telle colère sous les traits pourtant encore angéliques du blond quelques minutes auparavant. Une colère certes, mais également une profonde tristesse, comme l'existence d'une souffrance qui n'avait jamais vraiment cicatrisé…

Une fois Ryan parti, Trent leva timidement les yeux vers le Gallois.

« - Je suis désolé de vous avoir imposé ça… », s'excusa-t-il.

« - Ne vous en faîtes pas pour moi », assura Ianto. « C'était… Votre ancien petit-ami ? »

Le jeune Marshall hocha la tête négativement, un pli amer s'infiltrant sur ses lèvres.

« - Ryan est mon ancien colocataire… C'était aussi mon meilleur ami… »

Ianto haussa un sourcil mais ne fit aucun commentaire, peu désireux de mettre mal à l'aise le jeune homme. Pourtant, ce fut Trent lui-même qui ébaucha un semblant d'explication, le regard dans le vague :

« - Il se prétendait hétéro et je l'ai surpris dans les bras de mon ex. En plus il a eu l'outrecuidance de clamer qu'il voulait me prouver que ce mec n'en valait pas la peine ! »

« - C'était peut-être vrai… », hasarda Ianto.

« - Pardon ?? », faillit s'étouffer le blond.

Sans se départir de son calme, le Gallois lui prit doucement la main et répondit en le regardant droit dans les yeux :

« - Ainsi vous avez pu constater l'absence de fidélité de votre compagnon. Vous savez, parfois ce sont les personnes les plus proches de nous qui ont le plus de mal à nous communiquer ce qu'elles pensent. Et ce sont ces mêmes personnes qui peuvent s'avérer maladroites dans l'espoir de nous protéger… »

Le brun repoussa l'image mentale de son équipe en train de tuer Lisa et s'efforça de rester concentré sur son interlocuteur.

« - Mouais, votre raisonnement est un peu bancal, vous ne trouvez pas ? Car s'il voulait me protéger, il aurait au moins pu m'en parler avant non ? », s'enquit celui-ci. « D'habitude c'est ce qu'il fait ! C'est… Enfin c'était mon meilleur ami ! »

Ianto sourit et répliqua :

« - Ce n'est pas évident... Après tout, chaque personne est différente. »

Le serveur fit son apparition, leur permettant de changer de sujet et de passer à quelque chose de peut-être plus superficiel mais qui avait au moins le mérite de préserver une ambiance joviale et sans anicroche. De temps à autre, Ianto surprenait cependant un regard furtif de Trent en direction de Ryan, et percevait nettement la souffrance inhérente aux deux hommes au travers de leurs regards.

Au bout d'un moment, las de ce petit jeu, Ianto se fit nettement plus direct :

« - Vous l'aimez. »

« - Quoi ?! Qui ? Ryan ?? Bien sûr que non ! », s'emporta Trent.

« - Ce n'était pas une question… », objecta le Gallois. « Je vois bien la façon dont vous le regardez… Ca ne peut vouloir dire que deux choses : soit vous lui lancer ce regard larmoyant dans l'espoir qu'il vienne s'excuser de ce comportement, soit vous l'aimez mais vous n'osez pas le lui dire. Et étant donné la manière dont vous l'avez rejeté tout à l'heure, j'ai dans l'idée que ce ne sont pas ses excuses qui vous intéressent. »

Le regard de Trent se durcit notablement.

« - Vous ne savez rien de moi Ianto ! Vous vous permettez de juger alors que vous ne me connaissez même pas ! »

« - Telle n'a jamais été mon intention, je vous prie de m'excuser si je vous ai offensé de quelque manière que ce soit… », s'excusa le brun.

Il sentait bien que ce sujet était très sensible pour le jeune livreur, mais il aurait aimé pouvoir l'aider. Cet homme lui semblait très sympathique même si normalement ce dîner devait leur servir à mieux se connaître, et que Trent semblait nourrir certains espoirs à son encontre.

Ce dernier parut d'ailleurs se calmer. Il baissa les yeux et soupira profondément.

« - C'est moi qui devrait m'excuser Ianto… Je vous invite à dîner et voilà que ça tourne au règlement de compte ! Nous aurions du changer de restaurant. »

« - Ne vous en faites pas pour moi Trent, j'ai été heureux de dîner en votre compagnie. Honnêtement, ça faisait un moment que je ne m'étais pas changé les idées… »

Le jeune Marshall sourit timidement et demanda l'addition.

« - Je suis content d'avoir fait votre connaissance. », murmura-t-il chaleureusement. « Je sais que nous avions clairement convenu que cette soirée n'engageait à rien, seulement je voulais que vous sachiez que j'apprécie votre compagnie… »

« - Oui, il m'arrive de ranger mon couteau de chasse et de ne pas découper les gens certains soirs de la semaine… », répondit nonchalamment Ianto.

Et les deux hommes se mirent à rire…

oOoOoOo

Lorsque Ianto Jones entra dans le Hub très tôt le matin, il se sentait assez mal à l'aise. Certes, la soirée de la veille lui avait permis de se changer les idées, mais à présent qu'il allait se retrouver seul devant son Capitaine avant que les autres n'arrivent, le Gallois se sentait de plus en plus fébrile.

En un sens, il estimait n'avoir rien à se reprocher… Après tout, c'était Jack qui avait remis le sujet Lisa sur le tapis ! Est-ce que lui s'amusait à lui reparler de… De qui d'abord ? Estelle ? Gray ? Le Docteur ? Le Capitaine John Hart ? Quel était son plus douloureux souvenir ? Un immortel pouvait en collectionner une infinité après tout… Surtout avec une vie aussi mouvementée que celle de Jack Harkness.

Au lieu de permettre à Ianto de relativiser, cette réflexion lui serra un peu plus le cœur. Oui, le Capitaine avait vécu un grand nombre de choses avant lui, et il en connaîtra encore davantage après lui… Le fait de n'être qu'un numéro parmi tant d'autres s'infiltra de nouveau dans l'esprit du Gallois, vrillant son âme douloureusement.

Cependant, le brun ne put poursuivre ses réflexions mentales car l'intéressé fit justement son apparition, dardant un regard perçant sur son employé. Les deux hommes s'observèrent en silence, tels deux gladiateurs jaugeant leur adversaire avant un combat…

« - Ianto… », finit par murmurer Jack.

« - Monsieur ? »

« - Hem… Comment vas-tu ? »

« - Très bien, je vous remercie. »

La banalité de cette conversation ne calma pas pour autant le malaise entre les deux hommes et Jack parut le ressentir car il soupira bruyamment avant de s'asseoir sur une table.

« - Je suppose que tu étais avec le livreur hier soir… », dit-il de but en blanc.

« - En effet », répondit Ianto en se crispant imperceptiblement. « J'étais avec Trent, nous avons dîné ensemble. »

Jack hocha la tête, le regard dans le vide.

« - Vous avez passé une bonne soirée ? »

« - Oui, excellente. »

« - … Parfait… »

Le Capitaine Harkness sembla hésiter quelques secondes puis, sans crier gare, il prit Ianto dans ses bras et le serra contre lui. Surpris de prime abord, le Gallois finit par se laisser aller à la tendre étreinte, acceptant silencieusement les excuses que son chef lui transmettait ainsi. Ils restèrent ainsi étroitement enlacés pendant quelques secondes, qui se transformèrent en minutes… Aucun des deux n'amorça de mouvement pour se dégager, et chacun s'enivrait doucement du contact de l'autre, de son odeur envoûtante…

Ianto remonta lentement ses mains le long du dos de Jack, l'attirant encore plus près de lui si c'était possible. Finalement, c'était comme s'il tentait lui aussi de faire passer un message, quelque chose dont il ne connaissait pas le contenu exact, mais qui était à l'évidence très profond.

Encouragé par l'abandon du Gallois, Jack fit légèrement glisser ses lèvres le long de sa joue, suivant l'os de la mâchoire pour aller se perdre dans son cou. Il constata avec plaisir que Ianto était toujours aussi réceptif à ses caresses et entreprit d'embrasser de manière plus appuyée une peau frissonnante de désir tout en glissant ses mains sous sa chemise. Cet insidieux traitement ne tarda pas à enflammer les sens de l'employé à la sécurité, allumant les flammes de la passion qui couraient le long de ses veines.

« - Ca… Capitaine… », geignit doucement le brun, se sentant une nouvelle fois irrémédiablement happé par le charme dévastateur de son supérieur.

« - C'est Jack ! », corrigea machinalement l'intéressé avant de se jeter voracement sur la délicate bouche offerte. « Hmm Ianto… Qu'est-ce que j'aime t'embrasser… », ajouta-t-il en se léchant les lèvres.

« - Alors… N'arrêtez pas… », articula péniblement le Gallois entre deux soupirs de bien être.

Jack ne se fit pas prier et poussa Ianto contre un bureau afin de le faire se pencher plus en arrière et de pouvoir ainsi dévorer sa bouche et son cou, s'abreuvant de ses gémissements si sensuels. Les mains du capitaine Harkness ne restèrent bien évidemment pas inactives ; elles migrèrent rapidement vers la cravate du brun pour la desserrer, puis s'attaquèrent aux boutons de la chemise.

« - Jack… », murmura Ianto.

Le ton si tendre que venait d'employer le Gallois en prononçant son prénom sembla frapper le capitaine Harkness car il se redressa à demi et plongea un regard douloureux dans les iris azur de son amant. Il émit un petit rire désabusé avant de s'écarter et d'arranger ses vêtements.

« - Monsieur ? Qu'est-ce qui… »

« - Rien ! », l'interrompit Jack en passant nerveusement une main dans ses cheveux. « Je suis désolé Ianto, on ne devrait pas, je ne dois pas… »

L'employé à la sécurité rattacha sa chemise et remis sa cravate, un peu déboussolé mais surtout profondément blessé. Si à présent son supérieur lui refusait même une éphémère étreinte, c'était qu'il avait finalement trouvé quelqu'un d'autre envers qui il se sentait coupable d'infidélité. En tout cas, ce fut la seule explication que Ianto vit dans cette attitude et ce ton hésitant. Songer que Jack avait décidé d'offrir son cœur à quelqu'un, probablement à Gwen, lui faisait encore plus mal qu'il ne voulait l'admettre… Pourtant, il garda une attitude détachée et enfouit sa souffrance au plus profond de lui-même.

« - Donc… Cela n'arrivera plus ? », s'enquit-il d'une voix neutre.

Jack garda les yeux rivés sur l'écran de surveillance qui n'indiquait absolument rien et répondit dans un souffle :

« - Non… Cela n'arrivera plus… »

« Bien… »

Ianto serra les poings mais ne fit aucun commentaire et s'en fut directement en direction de la petite salle d'accueil, prétextant du courrier à récupérer. Dans sa précipitation, il ne vit pas l'ébauche de douleur s'inscrire sur le visage de son capitaine, tout comme il n'entendit pas ses derniers mots lâchés comme une sentence :

« - Je n'en ai pas le droit… »

oOoOoOo

A l'autre bout de la ville, quelques heures plus tard, des coups frappés avec insistance contre la porte d'entrée parvinrent à sortir le jeune Trent Marshall de son lourd sommeil. Un peu hagard, la bouche légèrement pâteuse et les cheveux dans un désordre totalement inesthétique, le livreur de pizza s'extirpa péniblement de l'enchevêtrement de ses draps et alla ouvrir la porte tout en se frottant les yeux dans l'espoir de se réveiller un peu plus.

La vue d'un visage familier encadré d'une chevelure rousse acheva ce travail d'une manière radicale.

« - Ryan ?! Qu'est-ce que tu veux ? T'as encore oublié un truc ? », grogna Trent.

« - Il faut qu'on parle », répliqua l'intéressé calmement.

« - Je ne crois pas que ce soit nécessaire, monsieur l'hétéro-qui-se-tape-des-hommes ! »

« - Moi je crois que si au contraire ! », rétorqua Ryan en plaçant un bras dans l'encadrement de la porte pour empêcher son ancien colocataire de la lui claquer au visage. « Trent, s'il te plait… »

De mauvaise grâce, le blond ouvrit plus largement la porte et retourna vers l'intérieur. Tout en le suivant, Ryan ne pouvait s'empêcher de laisser glisser son regard sur le dos nu de son ami, en particulier sur la cambrure délicate de ses reins ceints d'un vieux pantalon de pyjama gris-perle. Lorsque le jeune Marshall se retourna avant de s'asseoir sur le sofa du salon, Ryan Hetfield se força à se ressaisir et s'installa sans attendre sur le fauteuil d'en face.

« - Si tu veux, je peux nous faire un café », proposa gentiment le roux en contemplant le visage fatigué de Trent.

« - Techniquement tu n'habites plus ici », rétorqua ce dernier. « Ce serait donc plutôt à moi de proposer… »

Sur ces paroles, Trent se releva et se dirigea vers la cuisine attenante. Resté assis, Ryan prit une profonde inspiration, ne sachant pas vraiment commencer. Depuis la cuisine, la voix de son ami s'éleva doucement :

« - Alors ? Que voulais-tu me dire de si important ? En tout cas suffisamment pour me tirer du lit aussi tôt… »

« - Il est onze heures et demi… »

« - Peu importe, je dormais ! »

Ryan soupira et attendit que Trent revienne se réinstaller sur le sofa avec le café. Puis il prit son courage à deux mains et le regarda droit dans les yeux.

« - Je suis désolé Trent, je te jure que je ne voulais pas te blesser ! »

« - Et nous y revoilà… », grommela le blond en levant les yeux au ciel. « Ne me dis pas que tu es venu pour me ressortir tes excuses bidons ?! »

« - Elles ne sont pas bidons ! J'avais trop bu ce soir là, tu le sais très bien ! C'est même toi qui m'as fait remarqué que j'avais vidé tout ton stock de Scotch ! »

« - L'alcool ne fait pas changer de sexualité. », siffla Trent en lui jetant un regard noir. « Tu as couché avec Josh ! Ne me dis pas que tu étais trop bourré pour te rendre compte qu'il avait une queue ! »

Le roux se prit la tête dans les mains.

« - A ce stade, il aurait pu se transformer en table que je n'aurais pas été beaucoup plus perturbé… Enfin Trent, ça faisait des mois qu'il me draguait, je te l'avais bien dit ! C'était pas un type bien ! D'accord je n'aurais pas du boire autant, mais il est aussi coupable que moi alors pourquoi tu ne lui en veux pas à lui ?! »

« - Je ne lui en veux pas ?? Je l'ai plaqué sur-le-champ ! »

« - Mais tu continues à lui parler normalement quand il vient à la pizzeria ! Ne dis pas le contraire, je vous ai vus ! »

« - Ah parce que tu nous espionnes maintenant ? De mieux en mieux… »

Excédé, Ryan se leva brutalement et se mit à marché de long en large.

« - Je ne vous espionnais pas ! Enfin, je veux dire… Je voulais t'approcher, te parler… Mais tu me repousses sans arrêt ! Tu as visiblement pardonné à Josh alors pourquoi pas à moi ?! Je croyais être ton ami ! »

« - Mon meilleur ami ! », cracha Trent. « C'est bien ça le problème ! Tu étais mon meilleur ami ! J'avais confiance en toi, et tu m'as toujours menti ! Tu m'as trahi ! »

« - C'était un accident ! », implora Ryan. « Et puis tu l'as déjà oublié puisque tu as déjà commencé à voir quelqu'un d'autre… », ajouta-t-il d'un ton légèrement amer, mais qui passa inaperçu pour Trent qui ne décolérait pas.

« - On ne change pas de bord par accident ! »

Le jeune Hetfield s'arrêta net et fixa longuement le blond qui gardait les yeux rivés sur sa tasse de café, la mâchoire serré.

« - En fait… C'est ça qui te dérange ? », s'enquit-il d'une voix étranglée.

Comme Trent ne répondait pas, il poursuivit :

« - En réalité, tu t'en fiches de Josh. La seule chose qui t'embête c'est que j'ai couché avec un homme ! »

« - Evidemment ! », s'écria le jeune Marshall. « On était censés n'avoir aucun secret l'un pour l'autre ! Tu savais que j'étais homo, mais toi tu m'as menti en te prétendant strictement hétéro ! »

« - Mais c'était ce que je croyais ! Jusqu'à ce que… »

« - Jusqu'à ce que tu te jettes sur Josh, hein ? Tu t'es dit 'tiens, si je me tapais le mec de Trent pour voir si ça me branche…' »

« - Tu sais bien que c'est faux… », soupira Ryan.

« - Non justement, je ne sais rien ! », s'exclama le blond. « Je ne sais rien de toi, alors que je te croyais mon meilleur ami ! »

« - Il y a des choses qui sont difficiles à dire… Et maintenant que j'y suis, puisque tu ne sembles absolument pas désireux de me pardonner, il y a une dernière chose que je dois t'avouer… »

Trent leva les yeux vers lui, surpris. Encore une chose à avouer ? Mais que pouvait-il lui cacher de plus ?

Ryan posa sa tasse de café sur la table basse, puis vrilla son regard mordoré aux iris azur qui lui faisait face.

« - Josh fut la réponse à mes interrogations. En fait, je savais depuis un bon moment maintenant qu'il était possible que je ne sois pas purement et simplement hétérosexuel. A vrai dire, je suis tombé amoureux d'un homme… Même si lui l'ignore… Et effectivement, je ne te l'ai pas dit, parce que c'était déjà tellement difficile de me l'avouer à moi-même que je ne voyais vraiment pas comment aborder le sujet… Il ne t'ait jamais venu à l'idée qu'il y avait une raison au fait que je me mette à boire autant ? Tu crois que c'était facile pour moi alors que je me voyais marié, avec deux enfants et un chien… Tu crois que c'est simple lorsqu'on a des parents qui appellent tous les deux jours pour s'assurer que 'mon colocataire gay ne m'a pas perverti ?!'…»

Trent était littéralement abasourdi par la révélation de Ryan. Incrédule, il se demanda comment il avait pu passer à côté du mal être de son ancien colocataire.

« - Ryan… », murmura-t-il, sous le choc. « Enfin, tu aurais du venir m'en parler ! Tu te doutes bien que je ne t'aurais pas jugé ! J'étais quand même le mieux placé pour… »

« - M'aider ? », l'interrompit le roux avec un petit rire désabusé. « Non, je ne crois pas. Parfois les personnes les plus proches ne sont pas les meilleures conseillères… »

Trent crut entendre Ianto parler… Ironiquement, il songea que peut-être Ryan aurait eu plus de chance s'il avait pu être aussi clairvoyant que le Gallois semblait l'être…

« - Ryan, je… »

« - Laisse tomber Trent… Je ne cherche pas à retourner la situation ou à te faire culpabiliser. Je sais que c'est moi le fautif dans l'histoire, c'est moi qui ai couché avec ton copain. Seulement, je voulais que tu connaisses mes motivations ; alors peut-être qu'un jour, tu pourras me pardonner ? Ou y réfléchir ? Pas tout de suite évidemment, je ne me fais pas d'illusions. Mais je veux que tu saches que tu comptes beaucoup à mes yeux et que je n'ai aucune envie de te perdre. »

Après sa longue diatribe, Ryan déposa une carte sur la table basse. Trent ne dit rien. Il n'arrivait pas à assimiler tout ce que son ami lui avait avoué.

« - Voici donc mon adresse et mon numéro de téléphone. », lui dit le jeune Hetfield. « La balle est dans ton camp maintenant, sache que j'attendrais le temps qu'il faudra… »

Puis il prit congé et sortit de l'appartement. Il était toujours aussi malheureux d'avoir si stupidement brisé une si belle amitié, mais à présent une lueur d'espoir venait de naître au fond de lui.

oOoOoOo

à suivre
oOoOoOo

Voilà, voilà :) Je sais… Vous vous dites, à quoi ça sert ce chapitre tout pourri ? On voit à peine Jack ! Mais bon voilà, cette partie était nécessaire pour les évolutions futures héhé… Bref, peu importe, j'espère que ce second chapitre vous a quand même plu. Cela dit, soyez patients pour le troisième et peut-être dernier chapitre car je ne l'ai pas encore commencé et j'ai vraiment beaucoup de travail en ce moment.

Gros bisous à tous ceux qui me lisent, je vous adore :)

A bientôt !

Otisïana