Chapitre 12. La délivrance

Hermione ne dormit pas de la nuit. Elle guetta le retour de Drago et chaque minute qui passait sans le voir revenir la plongeait dans une angoisse dévorante. Mais Drago ne réapparut pas. Au petit-déjeuner, elle joua nerveusement avec sa nourriture sans rien toucher. La gouvernante lui jeta des regards désemparés et Hermione baissa le nez dans son assiette. Nul doute que Mme Thinard avait entendu la dispute. Au mieux, elle avait juste cru à une petite dispute entre mari et femme au pire, elle avait dû les prendre pour des fous à parler de rupture et de fausse-couche alors qu'elle était enceinte jusqu'aux yeux.

La petite-fille de sa vie incarnée, en revanche, était d'une humeur excellente et babillait avec plaisir. Hermione entendit vaguement une histoire de goûter et elle fut sortie de ses rêveries par la voix de la gouvernante qui l'appelait.

- Milady ?

- Oh excusez-moi, Mme Thinard, je suis désolée. J'étais perdue dans mes pensées. Vous disiez ?

- J'ai fait envoyer les invitations de la petite pour le goûter de cet après-midi. Le frère de Milord viendra, accompagné de ses enfants, ainsi que la plupart de nos voisins.

- Bien, très bien.

- Souhaitez-vous passer en revue le menu ?

Hermione lui lança un regard tellement désespérée que Mme Thinard esquissa un petit sourire bienveillant tout en débarrassant l'assiette encore pleine de sa maîtresse.

- Je peux le faire à votre place si vous le souhaitez ? Vous avez l'air épuisé. Vous devriez aller vous reposer. Je vous ferai porter une collation dans la matinée afin que vous ayez quand même quelque chose dans le ventre.

- Je vous en remercie, répondit Hermione en tentant de se lever de la façon la plus gracieuse possible.

Elle embrassa sa fille et se dirigea vers sa chambre. Arrivée devant la porte de la salle à manger, elle s'arrêta brusquement.

- Mme Thinard ? Si jamais mon mari revient, pouvez-vous lui demander de venir me voir au plus vite ?

La gouvernante hocha la tête et Hermione se dépêcha de retourner dans le sanctuaire de calme qu'était devenue sa chambre. Elle se sentait extrêmement lasse. Des douleurs dans le dos étaient apparues et elle avait l'impression de se trainer littéralement quand elle marchait.

Elle n'avait aucune envie de dormir mais elle savait la douleur que l'on pouvait éprouver à perdre un bébé et elle ne voulait pas mettre en péril la vie de l'enfant que sa vie réincarnée portait à cause de ses problèmes personnels. Aussi décida-t-elle de s'installer le plus confortablement possible dans le fauteuil qui trônait à côté de son lit, une couverture sur les genoux – étrangement elle était frigorifiée alors qu'il devait bien faire une vingtaine de degrés à l'extérieur – et un livre entre les mains.

Elle avait toujours adoré la lecture mais aujourd'hui, elle n'arrivait pas à se concentrer sur son roman. Les mots dansaient devant ses yeux sans parvenir faire sens et à un moment, elle décida de reposer son livre et se laissa aller dans le fauteuil. Elle ferma les yeux et ce fut la gouvernante qui la réveilla plusieurs heures plus tard.

- Milady ? C'est l'heure du déjeuner.

Hermione sursauta vivement et cligna plusieurs fois des paupières afin de reprendre ses esprits. Mme Thinard poursuivit :

- Vous avez dormi toute la matinée. Je n'ai pas osé vous réveiller avant mais là, je pense que vous devriez vous sustenter un peu. Je vous ai apporté un plateau.

- Est-ce que Drago…enfin mon époux est rentré ?

- Pas encore Milady. Mais il ne devrait pas tarder. Je sais bien qu'il ne manquerait pas la fête de sa fille.

- Oui sûrement…

Hermione avait des doutes. Drago pouvait se montrer particulièrement têtu. Elle en avait fait l'amère expérience. Après le choc qu'il avait subi, qui sait où il avait pu aller. Et dans son état, Hermione ne pouvait décemment pas se lancer à sa poursuite.

Elle se força à manger un peu même si elle n'avait aucun appétit. Des douleurs dans le ventre commençaient à réapparaitre et elle avait peur pour l'enfant. Malheureusement, elle doutait de pouvoir aller se faire faire un check-up à l'hôpital le plus proche. De plus, elle présumait qu'elle ne pourrait même pas accoucher avec l'aide d'un docteur et cela la rendait encore plus anxieuse. La nausée débarqua à la moitié de son repas et elle décida de déclara forfait et se contenter de sa tasse de thé comme dessert. Elle se rassit dans le fauteuil pendant encore une petite heure avant qu'une autre domestique ne vienne l'aider à passer de nouveaux vêtements afin de recevoir leurs invités.

Une fois habillée et coiffée, Annabelle déboula dans sa chambre pour l'emmener dans le jardin où deux très belles tables avaient été dressées. L'une pour les enfants et l'autre pour les parents. Hermione remercia les domestiques pour leur travail et alla se poster devant la porte du jardin afin de recevoir les invités de sa fille.

Quelques instants plus tard, des visages familiers entrèrent dans le jardin et le premier sourire de la journée apparut sur les lèvres d'Hermione.

- Harry ! s'écria-t-elle en s'avançant vers lui pour le serrer dans ses bras. Que je suis heureuse de te voir.

- Moi aussi Hermione. Où est donc mon coquin de frère ? Il devrait être avec sa femme à l'heure qu'il est !

Hermione le regarda d'un air perplexe et Mme Thinard s'avança légèrement.

- Le mari de Milady est absent pour le moment Monsieur. Mais il ne devrait plus tarder.

La jeune femme mit un moment à réaliser que la gouvernante parlait de Drago. Elle ne put s'empêcher de glousser. C'était une première ça ! Drago et Harry frères ? Ouh, elle en connaissait plus d'un qui n'allaient pas du tout apprécier quand ils seraient au courant.

Ron et Luna, mariés l'un à l'autre – une autre surprise – arrivèrent sur ces entrefaites avec leurs enfants et Hermione entreprit de paraître la plus enjouée possible aux vues des circonstances. Cependant, quand elle entendit la petite Annabelle criait le nom de son père et se précipiter dans ses bras, son cœur manqua un battement.

Drago était là. Juste devant elle. Livide et fatigué. Mais dès qu'il vit la petite troupe attablée, il se força à plaquer un sourire de convenance sur ses lèvres et salua tout le monde avec politesse. Hermione sentit son cœur se serrer. Elle aurait tellement voulu pouvoir s'éclipser avec lui afin de lui parler mais elle ne voulait pas mettre ses invités et sa fille mal-à-l'aise, aussi choisit-elle de rester calmement sur son siège.

Elle eut beaucoup de mal à rester concentrée sur les conversations avoisinantes. Son estomac la faisait souffrir et elle avait de plus en plus de soucis à cacher ses douleurs. Elle grimaça et vit Drago se contracter. Il évitait consciencieusement de croiser son regard mais elle savait qu'il l'observait. Il était plaçé à l'autre bout de la table et parlait avec Harry. Quand Hermione tourna le visage pour cacher à tout le monde un nouveau spasme, Drago se leva brusquement et vint se placer à côté d'elle.

- Hermione, est-ce que tout va bien ? demanda-t-il anxieusement.

- Je ne me sens pas très bien mais ce n'est pas grave. Ça va sûrement passer.

Drago afficha un regard soucieux et pinça les lèvres. Elle connaissait cette moue. Il n'allait pas en rester là.

- Je préfèrerais que tu ailles te reposer. Tu as l'air vraiment mal.

- Tout va bien, je t'assure.

A l'instant où elle dit ces mots, elle sentit un liquide poisseux couler entre ses jambes. Elle poussa un cri et se releva brusquement.

- Oh mon dieu Hermione ! Qu'est-ce qui se passe ?

- Je crois que j'ai perdu les eaux, s'écria Hermione d'une voix affolée.

Mme Thinard se précipita sur sa maîtresse.

- Je vais vous conduire à votre chambre milady. Je vais faire appeler l'accoucheuse. Milord, vous pourrez attendre dans le boudoir.

- Non, s'il te plait Drago. Reste avec moi encore un peu.

Le visage des invités exprimèrent la surprise devant cette demande peu orthodoxe mais aucun ne pipa mot. Ils prirent tous congés et Drago accompagna Hermione dans sa chambre. Cette dernière était absolument tétanisée. Drago l'aida à se changer et à s'allonger dans le lit. Pour le moment, elle n'avait pas réellement de contractions mais elle savait que cela ne durerait pas. Et qu'elle n'aurait aucun moyen – médical ou magique – d'atténuer la douleur.

Une bonne entra dans la pièce, chargée d'une grande bassine d'eau et la posa à côté du lit. Elle quitta la chambre peu après et Drago entreprit d'arranger les coussins autour de sa femme, tout en évitant toujours soigneusement de la regarder dans les yeux.

- Où étais-tu cette nuit ?

Drago garda le silence et Hermione poussa un soupir où l'exaspération se sentait.

- Écoute, je sais que tu dois m'en vouloir terriblement mais sache que je me suis vraiment inquiétée.

- Attends une minute ! Qu'est-ce que tu viens de dire ?

- Que je m'étais inquiétée idiot ! Tu crois quoi ? On se retrouve parachutés dans des univers que l'on ne connait pas, dans des corps, qui, même s'ils ressemblent aux nôtres ne le sont pas, et où l'on n'a même pas de pouvoirs magiques alors oui j'étais morte de trouille qu'il te soit arrivé quelque chose.

- Non, non pas ça. Qu'est-ce que tu as dit avant ça ?

- Oh…Que tu devais sûrement m'en vouloir.

- Tu penses vraiment ça ? Que je t'en veux ?

Hermione haussa les épaules.

- Bien sûr que oui.

Drago explosa d'un rire sans joie et s'assit à côté d'Hermione. Il planta son regard dans le sien.

- Hermione, ma chérie. La seule personne envers qui je suis encore plus en colère, c'est moi, d'accord ? Je ne pensais pas que j'arriverai à me dégouter encore plus mais visiblement, c'est le cas.

- Mais enfin, pourquoi est-ce que tu dis ça ? C'est moi qui t'aie caché ma grossesse !

- Uniquement parce que j'ai fuis comme un lâche…Et je suis sûr que tu as perdu le bébé à cause de ça.

Hermione vit Drago baissa la tête et elle eut peur un instant qu'il ne se mette à pleurer. Elle prit sa main dans la sienne.

- Drago, je n'ai appris ma grossesse que trois semaines après ton départ. J'allais t'envoyer un hibou…Je…Je pensais que tu avais le droit de savoir que nous allions avoir un bébé. Et puis, un matin, j'ai eu des douleurs fulgurantes dans le bas ventre et quand je suis arrivée à l'hôpital, c'était trop tard. Le médecin a dit que parfois ça arrivait pour des premières grossesses…que c'était la Nature…

La mâchoire de Drago se crispa.

- Ce n'était pas ta faute Drago. Ni la mienne. Ça serait arrivé même si tu avais été là.

- Mais je n'étais pas là Hermione. C'est bien cela le problème…Tu avais raison hier quand tu m'as dit que je t'avais abandonné…J'aurais dû être là.

- Hier j'étais en colère et clairement complétement perdue. Je ne voulais pas dire ces atrocités. Je ne voulais même pas que tu saches pour le bébé…Je ne voulais pas que tu ressentes cette douleur. Crois-moi Drago, je ne t'en ai jamais voulu pour ça.

Hermione leva son autre main et caressa la joue du jeune homme. Drago se pencha en avant, hésita un instant puis déposa un baiser aussi léger qu'une plume sur les lèvres d'Hermione. Elle ferma les yeux l'espace d'un instant et quand elle les rouvrit, bouleversée, elle croisa le regard de glace de Drago, ce même regard qui l'avait fait fondre des années auparavant.

- Je t'aime Hermione, murmura-t-il.

Hermione ouvrit la bouche et s'apprêta à lui répondre lorsqu'une contraction lui vrilla le ventre de douleur et qu'elle se mit à pousser un cri bientôt suivi par un hurlement de Drago, qui venait de se faire broyer la main.

- Oh par Merlin ! s'écria Hermione. Je ne vais pas y arriver. La douleur est trop intense.

- Mais si ma chérie. Tout va bien se passer. Il suffit juste que…euh…tu respires doucement.

Hermione lui lança un regard mauvais et essaya de trouver une position où les douleurs seraient un peu apaisées. Sans succès. Au bout de quelques heures, les contractions s'étaient accélérées de façon très intenses et Hermione, pantelante et ruisselante de sueur, avait l'impression que l'on essayer de déchirer son ventre à mains nues afin d'y extraire le bébé. L'accoucheuse arriva quelques minutes plus tard. La première chose qu'elle fit fut d'essayer de mettre Drago dehors.

- Il est hors de question que je quitte ma femme, déclara-t-il.

- Milord, la tradition veut que…

- Je me fiche de la tradition. Ma femme va mal et j'exige de rester avec elle.

- Il ne va nulle part, renchérit Hermione en s'accrochant à Drago comme à une bouée de sauvetage.

- Mais ce n'est pas correct. Milord, la convenance…

- Sauf votre respect, madame, à moins que vous n'ayez la prétention d'essayer de me mettre dehors par la force, je resterai ici.

L'accoucheuse bougonna pendant quelques instants avant de commencer à examiner Hermione. Elle jetait des regards outrés à Drago qui passait un linge frais et humide sur le front d'Hermione.

- Milady, il va bientôt falloir…pousser, dit-elle d'une petite voix.

Hermione poussa un terrible soupir et Drago crut qu'elle allait fondre en larmes.

- Tout va bien mon amour. Tu te débrouilles très bien. Inspire et expire doucement. Voilà, comme ça !

- Oh veux-tu bien te taire ? C'est ta faute tout ça ! C'est toi qui m'as mise dans cet état-là ! rétorqua Hermione.

- Techniquement parlant, ce n'était pas vraiment…

Hermione lui lança un regard tellement menaçant qu'il choisit de ne pas continuer sa phrase. Les douleurs d'Hermione continuèrent à augmenter pendant une heure environ avant que l'accoucheuse ne lui dise qu'elle pouvait enfin pousser. Hermione se releva légèrement et Drago la prit courageusement dans ses bras.

- Je te déteste, lui cria-t-elle en commençant à pousser de toutes ses forces.

- Mais non, tu m'aimes ma chérie, renchérit-il en la serrant fort. Tu vas y arriver Hermione.

Hermione, encouragée par l'accoucheuse et Drago, réussit à réunir assez de forces pour pousser une dernière fois. Elle s'écroula, vidée de toute énergie contre Drago. Alors, dans le silence profond qui emplissait la pièce, s'éleva le cri d'un nouveau-né. Hermione laissa couler ses larmes et elle soupçonnait Drago de pleurer également.

- Félicitations Milord, c'est un garçon, annonça l'accoucheuse en préparant l'enfant pour le donner à ses parents.

Elle coupa le cordon et enroula le petit-être dans une couverture. Puis elle s'approcha d'Hermione et lui déposa le petit paquet entre les bras. L'accoucheuse retourna examiner Hermione puis sortit de la pièce.

- Il est magnifique, murmura Hermione en passant sa main sur les petits doigts du bébé.

Drago, visiblement trop ému pour émettre un son, se pencha en avant et déposa un baiser sur le front d'Hermione et sur celui du nouveau-né.

L'accoucheuse revint quelques minutes plus tard, suivi de la gouvernante. Mme Thinard s'approcha du couple et se pencha en avant pour prendre l'enfant. Hermione lança un regard terrifié à Drago.

- Attendez ! Où est-ce que vous l'emmenez ? demanda-t-il d'une voix angoissée.

- Votre femme aura besoin de toutes ses forces pour continuer le travail. Mme Thinard s'occupera du bébé pendant que je m'occupe de faire sortir le deuxième.

- Le quoi ? s'écrièrent Drago et Hermione.

- Le deuxième bébé, répondit l'accoucheuse en les regardant d'un air hébétée. Milady, vous vous souvenez que la dernière fois que vous avez vu le docteur, il a entendu deux cœurs.

Hermione tourna son visage vers Drago. Elle était décomposée.

- Je ne sais pas combien de temps ça prendra, mais je te jure que je vais te le faire payer.

- Tout ce que tu voudras Hermione chérie, répondit le jeune homme en la serrant dans ses bras.

Fort heureusement pour Hermione, le deuxième bébé vint plus facilement que le premier. Après quelques poussées, elle put enfin se laisser aller complétement contre Drago.

- C'est une fille, annonça l'accoucheuse en déposant le bébé dans les bras de Drago.

- Elle est tellement belle Hermione, regarde !

Malgré la fatigue, la jeune femme parvint à sourire puis se tourna vers l'accoucheuse.

- Vous êtes certaine qu'il n'y en a pas d'autre ? demanda-t-elle.

La femme esquissa son premier sourire de la soirée.

- Certaine. En revanche Milord, je vais vraiment devoir vous demander de quitter la pièce. Madame a besoin de soin et je pense que vous pourriez aller dans la nurserie avec vos enfants.

Drago jeta un coup d'œil anxieux à Hermione qui lui indiqua d'un hochement de tête qu'il pouvait y aller. Hermione resta plusieurs heures avec l'accoucheuse et finit par s'assoupir quelques heures après avoir reçus les premiers soins locaux et avoir donné la première tété aux jumeaux dans un état second. Lorsqu'elle se réveilla le lendemain matin, le soleil était déjà haut dans le ciel. On frappa à la porte et quelques secondes après, Drago apparaissait dans la chambre suivi de la gouvernante. Ils portaient chacun un bébé et Mme Thinard déposa le petit garçon dans les bras d'Hermione.

- Les gens vont commencer à vouloir exprimer leurs félicitations Milord, dit la gouvernante. Il faudra penser à envoyer les faire-part. Avez-vous déjà choisi les prénoms ?

- Hum…euh…nous allons y réfléchir. Je vous remercie Mme Thinard. Vous pouvez nous laisser.

Hermione et Drago se retrouvèrent seuls – ou tout du moins entre adultes – pour la première fois depuis la naissance des enfants et chacun avait un peu de mal à savoir quoi dire à l'autre. Hermione s'extasia sur les bébés quelques minutes. Drago l'observa un instant puis lui dit d'un air triste :

- Ça aurait dû être nous. On aurait dû avoir tout ça, ensemble, pour de vrai.

- Drago, arrête de te torturer d'accord ?

- Je ne laisserai pas passer ma chance Hermione. La prochaine fois que tu tombes enceinte, je serai là du début à la fin.

La jeune femme ne répondit pas et se concentra sur le petit garçon qu'elle tenait entre ses bras.

- Ah, ah ! s'exclama Drago. Tu n'as dis pas non ! Tu vois qu'il y a encore de l'espoir pour nous deux.

Hermione leva les yeux au ciel et regarda Drago se poster devant la fenêtre tout en berçant le bébé.

- Au fait Drago, tu ne m'as toujours pas dit où tu avais disparu lorsque tu as découché avant-hier ?

- Oh ça…

- Drago…Qu'est-ce que tu me caches ?

Le jeune homme observa un instant Hermione et le bébé qu'elle tenait dans ses bras et se demanda s'il devait lui dire la vérité. Il secoua la tête. Bien sûr qu'il devait le faire…

- J'ai trouvé un moyen de rentrer chez nous…lui dit-il en souriant tristement.


Note de l'auteur : Merci à tous chers lecteurs de continuer à lire cette fanfiction, de continuer de la commenter et de m'encourager à l'écrire. Sachez que je travaille actuellement à la terminer et j'espère vous livrer le prochain chapitre des aventures de Drago et Hermione d'ici une à deux semaines.