« Jackie Jackie Jackie Jackie » Bobby chantait « nous voulons que tu reviennes, reviennes, reviennes, reviennes »

Jack était affalé dans le canapé. Il avait quitté St Patrick depuis plus d'un mois et il n'était pas encore revenu à son état normal.

« Ooooh Jackie » Bobby chantait « cesse d'être si farfelu, arrête d'être mou, reviiiiens » il froissa son visage comme une rock star qui allait monter sur scène, même si il était affalé à côté de Jack, regardant bêtement la télévision.

C'était la thérapie des Mercer. Jack ne serait pas renvoyé ni drogué, il était simplement parmi sa famille, totalement plongé dans sa famille jusqu'à ce qu'il aille mieux.

Les Mercer savaient certaines choses, et l'une d'elle était que si vous veniez d'une famille aimante, qui prend soin de vous peu importe la situation, alors c'était la meilleure chose pour vous. Si vous avez des problèmes, être avec eux, être parmi eux. Et même si cela impliquait simplement d'être assis dans le canapé à regarder la télévision avec ton frère. Ca avait été la routine depuis que Jack s'était sentit assez bien pour quitter sa chambre, sa famille l'entourant et se comportant comme il le ferait normalement, espérant que la familiarité le ramènerait.

Angel entra dans la pièce portant une assiette remplie de façon précaire de nourriture, un sandwich, parmi tant d'autres choses.

Il se laissa tomber sur le bras du divan en face du canapé et bailla largement, grognant de satisfaction en le faisant.

« Ce sont de mauvaises manières » Bobby roula des yeux « j'ai honte de toi Angel, j'essayais de chanter une petite chanson à Jack et tu viens la perturber avec ton énorme bouche et ton haleine, dis lui Jack » Bobby fronça des sourcils comme si il attendait que le garçon participe à la plaisanterie et crie sur son frère.

Mais Jack restait simplement assis, fixant le vide, marmonnant presque silencieusement pour lui-même. Bobby le regarda, fronçant plus profondément des sourcils. « Allez Jack » Dit il « Arrête ça et reviens avec nous »

« Il ne peut pas t'entendre » Dit Angel la bouche pleine de nourriture « Il est ailleurs » il secoua la tête tristement.

« Tu parle comme si tu avais abandonné ? » Demanda Bobby.

« Je n'ai pas abandonné, je suis simplement sensible » répondit Angel « Nous devons accepter le fait que le Jackie que nous connaissons n'est plus… Nous devons juste apprendre à nous occuper de lui, faire de la maison un endroit sûre sans couteau et autre connerie du genre » Dit carrément Angel.

« Ne parle pas de lui comme si il n'était pas là » Dit Bobby.

« Sur le plan pratique, il ne l'est pas » remarqua Angel.

« Il peut entendre chaque mot que nous disons » déclara Bobby.

« Il peut entendre mais il ne comprend pas » Dit tristement Angel.

« Tu ne le sais pas, non de dieu tu n'en sais rien » Bobby se mit en colère, mais essayait de se contrôler.

« Je sais que notre petit frère à perdu les pédales et il n'y a rien que nous puissions faire pour ça, alors resté assis là et prétendre des choses comme si de rien n'était ne vont pas l'aider » déclara Angel.

Bobby regardait toujours Jack, attendant que son frère réagisse d'une manière, mais Jack était juste Jack, perdu dans son monde.

« Jack » répéta Bobby.

Jack inclina la tête d'un côté, marmonnant sous son souffle.

« Jack » répéta Bobby.

Il n'y eut pas de réponse.

« Jack ! » Hurla finalement Bobby « Jack, regarde moi non de dieu ! »

Jack, qui avait l'habitude de tressaillir quand l'un de ses frères lui criait dessus, inclina juste sa tête de l'autre côté.

« Jack ! » Cria encore Bobby, se penchant sur lui en lui écrasant la jambe.

Jack cessa de marmonner un bref instant et tourna la tête de quelques centimètres vers Bobby.

« Je n'aurais pas ce comportement » grinça-t-il.

C'était les premiers mots qu'il avait dit en plus d'un mois.

Bobby lança un regard à Angel et résista à l'énorme envie qu'il avait d'exploser de joie car Jack avait parlé, de peur qu'il redevienne silencieux. C'était une chose qu'Evelyn leur avait apprise.

« Pourquoi pas ? » Demanda Bobby avec précaution.

Jack gigotait avec ses mains, balançant sa tête d'un côté à l'autre.

« Parceque j'ai une longue queue » murmura Jack.

« C'est vrai » Angel déposa son assiette, « mais à propos de nous, Jack ? Que penses tu de nous ? » Demanda-t-il doucement.

« Tout le temps » Dit Jack presque silencieusement, relevant ses yeux dans la pièce pour la première fois.

Ils étaient bordés de rouge et remplis de larmes, on y lisait du désespoir, un terrible désespoir. Bobby et Angel réalisèrent sans un mot que Jack tentait de revenir parmi eux, essayant de passer à travers le mur derrière lequel son esprit s'était caché.

Si ils commettaient une erreur, ils pouvaient le perdre à nouveau.

« Tout le temps comme ce week-end ou comme, pour toujours ? » Demanda Bobby, pas vraiment sûre de ce qu'il devait dire, travaillant simplement avec ce que Jack lui donnait.

Il se figurait que Jack était suffisamment conscient de ce qu'il était en train de dire, pour Jack ça avait un peu de sens, un peu de cohérence quand il y pensait. Alors Bobby et Angel devait interpréter leur signification, utiliser ce que donnait Jack pour le guider, le faire revenir.

« Et au-delà » Jack prit une grande inspiration, semblant proche de la panique.

« Buzz l'éclair » Angel sourit car Bobby fronçait des sourcils, n'ayant pas la référence « nous pouvons le regarder plus tard, nous l'avons en vidéo » dit-il, « sacré bon film » admit-il « vers l'infini et au-delà, tu nous aimes comme ça ? »

« Mon pote, c'est un peu gay » se moqua Bobby.

« Vivre et apprendre » Dit Jack un peu plus fort.

« Tu dis que tu as appris à être gay de moi ? » Bobby réagit à l'insulte « Ce n'est pas juste… »

« Fée clochette » marmonna Jack.

« Monsieur Mouche » Bobby se rappela soudainement de la nuit d'il y a cinq ans, lorsque Jack avait été traumatisé de façon similaire à l'hôpital, et à un moment, en l'insultant, il l'avait fait revenir à lui.

« Wendy » Jack donna l'impression de sourire. Il se balançait légèrement, tremblant.

« Pourquoi parler de Peter Pan, juste parceque vous vous rappeler du nom des crétins de ce livre, laissez moi hors de ça » bougonna Angel.

« Même pas un pirate » Jack rencontra le regard de Bobby une fraction de seconde, partageant la plaisanterie.

« Arrête avec ça ! » Se plaignit Angel « je suis mieux qu'un pirate, je suis un soldat, je pourrais botter le cul d'un pirate comme si c'était une pute »

« Jackie, tu as besoin de laver tes cheveux » Bobby changea de tactique, donnant à Jack une autre direction à saisir, espérant qu'il le ferait.

« Narcisse » Jack secoua la tête « toujours sur l'apparence »

« Je ne te parle pas de look Cracker Jack, je suis en train de te parler de ton odeur » déclara Bobby.

« Il y a une certaine odeur de camembert venant de toi frangin, ce n'est pas agréable » Angel fit un haussement d'épaule.

« Ne me demanda pas ça, mec » Jack fit une sorte de soupir de lassitude comme si ce n'était pas la première fois qu'on lui demandait cette requête et que ce ne serait pas la dernière.

« Arrête d'être si stupide alors » Bobby haussa des épaules.

Jack leva des yeux sur Bobby, croisant son regard et le maintenant « mon pote, tu es plus pâle que moi » déclara-t-il.

Ce n'était pas désordonné, une phrase absurde, un murmure incohérent. C'était une franche déclaration, un avis avec d sens.

« Jack ? » Demanda Angel.

« As-tu été renvoyé car tu étais trop femmelette ou as-tu pleurer pour avoir des congé ? » Demanda Jack à son vieux frère.

Angel et Bobby bougèrent en même temps, attrapant leur petit frère pour le serrer dans une étreinte. Il poussa un cri, les poussant, tenant ses mains relevées comme pour leur rappeler qu'il ne voulait pas être touché et ils reculèrent, le regardant attentivement.

« Tu es de retour » demanda Bobby.

Jack gratta sa tête délibérément, roulant des yeux, « Je parle simplement » bredouilla-t-il, Bobby et Angel comprirent que l'apparent rétablissement de Jack n'était peut être pas totalement réglé. C'était un pas, une étape, dans la bonne direction, mais ils ne pouvaient pas le précipiter.

« Tu nous as fait peur » marmonna Angel.

« Je vous ai fait peur ? Vous m'avez expédié dans une maison de fou » Jack releva ses sourcils étonné, mais il ne semblait pas totalement sérieux.

« Euh, Jack, tu agissais comme un fou » Lui rappela Bobby, souriant gentiment.

« J'avais des raisons » Dit Jack calmement.

« Pourquoi tu te droguais ? » demanda tristement Angel « Pourquoi as-tu fait tous ça, tu pouvais venir nous en parler »

« Non, je ne pouvais pas. Jerry fonde une famille. Bobby était en prison, et Angel tu étais à l'étranger. Je ne vous blâme pas mais vous n'étiez pas là ; vous avez votre vie » Jack haussa des épaules.

« Jack, rien ne passe avant la famille, même nos conneries, si tu as un problème tu viens nous voir » Dit fermement Bobby « et si nous ne sommes pas en mesure de t'aider, si on n'est pas dans le coin, maman est là »

« Je ne voulais pas lui parler de mes conneries, je ne voulais pas la mêler à ça, je voulais oublier » déclara Jack « c'est pourquoi c'est aller si loin » bredouilla-t-il.

« Pourquoi les hommes ? » demanda calmement Bobby.

« Putain, ai-je jamais fait autre chose dans ma vie à quoi j'étais assez bon pour gagner de l'argent ? » Demanda-t-il, sa voix épaissie par l'émotion.

Bobby ferma les yeux de colère « Jackie, tu ne peux pas penser comme ça »

« Pourquoi pas ? » Murmura Jack « Que faire sinon ? » Demanda-t-il.

« Jack, tu as ta musique, tu as tes dessins… tu es talentueux… Toi et Jerry, vous êtes les plus malins de cette famille, ne le nie pas… Ne dis pas que tu es bon à une seule chose car c'est carrément une connerie » déclara Angel.

Jack le regarda « Alors pourquoi c'est la seule chose que je semble savoir faire ? » Il était en train de pleurer à présent, les larmes glissant de ses joues, « Pourquoi est ce que ça arrive ? »

« Oh, bébé » Angel passa un bras autour des épaules de Jack, le tirant dans une étreinte « tu es génial, et tu vaux mieux que tout ça, je te le promets, c'est juste… Tu as simplement plus de malchance je pense » déclara-t-il honnêtement.

Jack rigola audiblement puis il y eut le bruit de la cafetière qui tombait en provenance de la cuisine. Tous les garçons sursautèrent et Evelyn apparut dans l'entrée, fixant Jack.

« Chéri ? » Haleta-t-elle, pressant une main sur sa bouche.

« Maman… » Jack commença à pleurer une fois encore, pour de bon, des sanglots fracassant sa poitrine « Maman, j'ai déconné, j'ai vraiment déconné, je suis désolé, je ne voulais pas te donner de l'inquiétude, je n'ai rien contre toi ! » Dit il rapidement, « Rien de ce que j'ai fait était à cause de toi, s'il te plait ne sois pas en colère contre moi ! »

Evelyn marcha sans un mot dans la pièce, Bobby et Angel s'éloignèrent de lui. Evelyn s'assit à côté de Jack et le dévisagea. Elle prit une de ses mains, faisant glisser une manche de son sweat vers le haut, montrant les cicatrices sur ses poignets.

Il essaya d'éloigner ses bras mais elle les agrippa. « Pourquoi ? » Demanda-t-elle, tenant ses bras de façon à ce que ses poignets soient visibles de tout le monde.

Jack pencha la tête, mâchant ses lèvres « Maman, je ne… » Commença-t-il à dire.

« Pourquoi Jackie ? » Répéta-t-elle « J'ai besoin de savoir pourquoi ? »

« Je… Je voulais dégager toute cette saleté » Murmura-t-il.

« Qu'est ce que ça veut dire ? » Demanda Evelyn gentiment.

« Toutes ces choses qui sont arrivées… C'était dans mon sang comme… comme une maladie…et je voulais le faire sortir… Je ne pensais pas aller si profondément cette nuit là…mais après ce que cet homme m'avait fait, c'était trop…de saleté…j'y suis allé plus profondément pour que ça s'en aille » il était en train de pleurer.

« Bébé… Oh, chéri » Evelyn ne pouvait plus contenir ses larmes.

Elle tira ses bras en avant pour qu'il puisse les mettre autour d'elle, sa tête était sur son épaule. Tandis qu'elle l'étreignait, il se figea, pas sûre de ce qu'il devait faire. Evelyn le serra, le tenant aussi fort qu'elle le pouvait, le câlinant malgré le fait qu'il semblait vouloir s'éloigner d'elle.

« Il n'y a pas e saleté en toi. Il n'y a rien de mauvais en toi, ça ne se peut pas, je t'ai regardé dans les yeux et je l'aurais vu, tu es une bonne personne, tu n'as pas besoin de te faire du mal, tu es né bon » murmura-t-elle.

« J'ai empiré les choses » dit-il, sa voix étouffée contre son épaule « En allant avec ces mecs, j'ai fait pire, j'ai tout empiré » sa voix était élevée par l'émotion.

« Non, non, tu étais confus, tu souffrais des terribles choses que tu as vécu et tu ne comprenais pas » dit Evelyn.

Jack recula « je l'ai fait maman, je savais ce que je faisais et je le faisais de toute façon » la coupa-t-il.

Evelyn le dévisagea « Et bien, tu sais quoi ? Je m'en moque. Tu es mon fils, et tu es fragile mais dieu m'aidera, tu nous as tous ! » Elle lui sourit « Non de dieu, tu ne serait pas vraiment un Mercer si tu ne déconnais pas ! »

Jack mâchouilla sa lèvre à nouveau « Tu n'es pas fâchée ? » Il semblait totalement confus.

« Pourquoi serais je fâchée ? Que se passera-t-il si il t'arrive quelque chose, tu es un enfant, une victime d'horribles crimes. Je ne peux pas être fâchée parceque tu n'as rien fait ! » Dit-elle sèchement.

Jack ferma les yeux, semblant soudain très, très fatigué. Il posa sa tête sur l'épaule d'Evelyn, ne pleurant plus, ne faisant plus un bruit, simplement être près de sa mère.

Elle le serra encore, sentant finalement qu'il se détendait contre elle.

Angel et Bobby quittèrent la pièce tandis qu'Evelyn commençait à se balancer d'avant en arrière, fredonnant gentiment à son fils, cette simple action était plus qu'assez pour le réconforter, le guérir, plus que le temps d'une thérapie pouvait le faire.

OOO

« Jack ? » Une voix l'appelait de l'escalier et avec un grognement, Jack Mercer, âgé de 19 ans, descendit les escaliers.

« Quoi ? » Demanda-t-il, portant seulement un jeans.

Ses cheveux étaient désordonnés, son corps était tonique et décoré de tatouage et de cicatrices.

Meredith mordit sa lèvre en détaillant son corps, ne se souciant pas de cacher qu'elle appréciait la vue.

« Tu dois nous aider pour sortir les bouteilles » Bredouilla Meredith un peu essoufflée « Ne te soucie pas de porter…une chemise ou autre… Je veux dire qu'il neige dehors mais… » Elle secoua la tête, souriant honteusement tandis qu'il se retournait dans son petit appartement au dessus du bar 'McGarvies'.

Il réapparut portant des tongs et un t-shirt, mettant un bras sur les épaules de Meredith tandis qu'ils marchaient.

« Quand m'inviteras-tu à manger un soir Jack ? » Demanda-t-elle tandis qu'il prenait une cigarette du paquet dans sa poche d'une pichenette, cherchant le briquet dans l'autre poche. Il alluma la cigarette.

« Je ne sors pas avec les filles Mer, tu le sais, je fréquente les putes du coin, je les baise et les quitte, c'est mon truc » sourit-il.

« Alors tu ne m'aimeras jamais » Meredith, le visage fantomatique, ses cheveux anormalement noir, mordait ses lèvres.

« Tu es spécial » Lui dit-il en traversant le bar et sortir dans la ruelle arrière, « tu es comme…ma meilleure amie, tu le sais ? Je ne pourrais jamais te faire ça » rigola-t-il.

« Je ne pensais pas à ça ! » Meredith tapa ses côtes « Tu es trop hot » déclara-t-elle.

« Non Meredith, je te respecte trop pour ça » Lui dit Jack alors que Roy leur fit un signe de tête.

« Oh, s'il te plait » se moqua-t-elle.

Roy, Jack et Meredith commencèrent à charger les caisses d'alcool pour les transporter à l'intérieur du bar, les disposant sur le sol dans un premier temps.

Une fois qu'ils eurent vidé le camion, Roy disparut dans son bureau laissant Meredith et Jack décharger les caisses et les placer plus loin.

« Il est parti assez vite pour un vieux gros » plaisanta Meredith « il parvient toujours à partir avant de faire le vrai boulot » soupira-t-elle.

Elle prit quelques caisses de l'autre côté du bar, déchargeant les bières dans le frigo.

« Tu as encore des nouvelles de Bobby ? » Demanda-t-elle en déplaçant les bouteilles.

« Non pas encore, il peut être difficile à trouver si il est hors de la ville tu sais ? Il pense que c'est plus facile pour les flics de l'attraper ici » rigola Jack.

« Et Angel ? » Demanda-t-elle.

« Comme d'hab, injoignable sans aucune raison » sourit-il puis il passa sa langue percée à Meredith.

Elle soupira encore et plaça ses mains sur ses hanches, le regardant tandis qu'il commençait à soulever de lourdes caisses, les muscles de ses bras se mouvant.

Il remarqua son regard « Mer » dit-il pour l'avertir.

« Quoi, je ne peux pas apprécier ton physique ? » Elle releva un sourcil.

« Non, avec ce regard dans les yeux, tu ne peux pas » sourit-il « hey, tu pense que Roy me laisserait jouer avec les gars ce soir ? » demanda-t-il.

« Je ne vois pas pourquoi, les gens aiment quand tes gars sont là » Meredith le fixait toujours.

Elle prit une profonde inspiration et marcha, se dirigeant directement en face de lui « je t'aime et tu m'aime, tu ne voudrais pas 'm'aimer et me quitter'… tu pourrais rester avec moi, j'en suis sûre » dit-elle calmement.

Il baissa son regard sur elle « c'est un peu prétentieux » lui dit-il.

« Ne pouvons nous pas essayer ? » demanda-t-elle.

« Tu ne voudrais pas t'impliquer avec moi. Je ne suis pas simplement bien endommagé, c'est bien plus que ça, je suis un tas de saloperie » il secoua la tête.

Meredith prit son bras et déposa une main sur les cicatrices de son poignet « je maquille mon visage en blanc et je teint souvent mes cheveux en noir, je passe plus de temps sur mon maquillage que les bimbos d'Hollywood, et je flirte avec la boulimie de façon régulière » elle lui sourit bizarrement « ce n'est pas comme tu pouvais me désorienter d'avantage » lui dit-elle.

Jack la prit dans une étreinte « mais si je le pouvais » dit-il.

« Et bien, nous ne le saurons que si nous essayons » sourit-elle « écoute, si ça ne mène nulle part, je te promets que si ça devient étrange, on arrêtera pour rester ami » elle le serra.

Jack la regarda et l'embrassa gentiment.

Elle lui sourit et se leva sur la pointe des pieds, l'embrassant sur ses lèvres. Il hésita un instant, ensuite se détendit durant le baiser, la tenant plus près de lui.

« Jack, le téléphone pour toi ! » Roy était en train d'hurler du haut des escaliers, « et dis à Meredith de revenir ici pour ouvrir, c'est l'heure de l'ouverture et il y a des gens dehors ! »

Jack sourit à Meredith qui rougissait sous son fond de teint « Oups » ricana-t-elle.

Jack s'assit, cherchant son jeans, souriant à Meredith « peut être que nous pourrions sortir pour fêter ça » dit il calmement.

Meredith sourit largement et elle s'assit dans le lit puis observa Jack s'habiller « vraiment ? » demanda-t-elle.

« Ouais… Je pense que j'aimerais peut être ça » dit-il, chipotant à son t-shirt d'un air enjoué.

« Et bien oui… Je vais aller ouvrir » elle hocha la tête pour elle-même, « alors… ouais… nous en parlons plus tard » elle était en train de sourire.

Jack se pencha et l'embrasse à nouveau, la laissant s'habiller pendant qu'il descendait les escaliers. Il sourit encore en pensant où il emmènerait Meredith, il ferait quelque chose de normal pour une fois. Il souriait toujours quand il entra dans le bureau.

Roy était debout, en train de tenir le téléphone. Il fit à Jack un drôle de regard tandis qu'il entrait.

« Qu'est ce qu'il y a ? » Jack fronça des sourcils.

« Tu devrais t'asseoir » Dit Roy sombre, « prends le téléphone et assieds toi »

Jack sentit la peur s'engluer dans son estomac et il essaya de deviner ce que pouvait être l'appel. Il saisit le téléphone de la main de Roy, le pressant sur son oreille.

« Ouais ? » Demanda-t-il sans souffle.

« Jack ? » La voix de Jerry était rauque comme si il avait pleuré.

« Que se passe-t-il ? » Jack criait dans le téléphone.

« Jackie… Seigneur, Jack c'est maman, quelque est arrivé à maman » Jerry était proche de l'hystérie, Jack pouvait le dire.

« Quoi ? Jerry, qu'est ce que c'et, non de dieu que s'est-il passé ? » Hurla Jack.

« Elle était à l'épicerie… Il y a eut… Oh mon dieu, Jack elle est morte » Jerry était en train de sangloter « Quelqu'un l'a tuée, maman est morte Jackie »

Jack devint conscient du sang qui pulsait dans sa tête tandis que ses genoux disparaissaient sous lui, le laissant s'asseoir lourdement au sol. « Jerry, non, Jerry c'est pas possible… Tu dois te tromper » dit-il calmement.

« Non Jackie, on lui a tiré dessus… Ces connards ont tirés sur elle… Maman est morte Jack » Lui dit Jerry.

Jackie déposa le téléphone et se releva, sortant du bureau étourdit par le choc.

Meredith le vit et accourut près de lui, son sourire s'effaça de son visage. « Jack, qu'est qui ne va pas, qu'est ce qu'il s'est passé ? » Demanda-t-elle.

« Ma mère » Dit Jack, sa voix épaissie par l'émotion « Mon frère vient de me dire qu'elle est morte, mais ça ne peut pas être vrai… Il dit qu'elle a été assassinée… Je dois y aller » Il se dirigea vers les escaliers.

Meredith le suivit, le regardant remplir à la hâte un sac « Jack, je ne sais pas quoi dire » lui dit-elle « Je suis désolée… Si il y a quoi que ce soit que je peux faire pour t'aider ? » Demanda-t-elle.

Jack secoua la tête, proche des larmes « Euh… Dit le à la bande pour moi, dit aux gars que je serais à la maison pour un temps… » Il était en train de lutter pour garder son calme « Peux tu me remplacer jusqu'à… Euh… » Il s'arrêta « Merde » Il toussa, essayant de masquer le fait qu'il pleurait.

Meredith s'approcha et le prit dans une étreinte, les larmes dans ses yeux car il était abattu dans ses bras.

Il pleura pour ce qui lui sembla l'éternité, avant de se reprendre et de se redresser, attrapant son sac.

« Euh… à la prochaine ? » Il mâchouilla ses lèvres en la regardant.

« Bien sûre » Meredith hocha de la tête « Juste… Appel nous si tu as besoin de quelque chose, ok ? Prend soin de toi » Elle savait qu'il était un Mercer, et ce que pourrait impliquer le fait que sa mère ait été assassinée.

Il s'éloigna d'elle et l'embrassa rapidement sur les lèvres, sortant rapidement de la pièce pour descendre les escaliers.

OOO

Plus de deux semaines s'étaient écoulés quand elle prit le téléphone pour appeler Jerry Mercer.

« Salut Jerry » dit elle gentiment, « Je suis navrée de ce qu'il s'est passé… Comment ça se passe, comment va Jack ? » Demanda-t-elle.

Roy entra dans le bureau et lui fit un signe de tête car elle écoutait au téléphone.

« Quoi ? » Son froncement de sourcil sympathique s'approfondit en quelque chose proche de la confusion et elle secoua la tête « Jerry, je ne comprends pas » déclara-t-elle.

Roy se rapprocha d'elle, comme si il essayait d'entendre ce qu'il se disait au téléphone.

« Oh mon dieu » dit elle le souffle coupé « Je… Je suis désolée » Elle essayait visiblement de dominer son envie de pleurer car elle parlait, mais sa voix était chevrotante « Que lui est-il arrivé ? » Demanda-t-elle.

Roy était en train d'osciller la tête en réalisant ce qu'il se tramait, gesticulant pour le téléphone. « Avez-vous eu celui qui a fait ça ? Et celui qui a tué votre mère ? » Elle était en train de mordre ses lèvre tandis que les larmes tâchaient ses joues de maquillage noir.

Elle était proche des larmes et ça semblait la perturber, elle inspira profondément « Jerry, je suis désolée… Je voudrais pouvoir dire quelque chose… » Murmura-t-elle « Si il y a quelque chose que nous pouvons faire ? » Elle hocha la tête à ce que disait Jerry « D'accord, bien, euh… Tu… Prends soin de tous le monde » Elle raccrocha le téléphone.

« Mer qu'est qu'il y a ? S'il te plait, dis moi qu'il n'est pas mort chérie, il ne peut être parti » Lui demanda Roy.

« On lui a tiré dessus… dans la rue de leur maison, par ceux qui ont tué leur mère, ils ont aussi tué Jack » Meredith pressa sa main sur sa bouche et commença à sangloter « Roy, il est mort, oh merde ! Ils l'ont tué » Haleta-t-elle.

Roy la serra, la faisant taire alors elle commença à pleurer de façon incontrôlable.

Zack, l'un des barmen, un autre membre du personnel entra dans le bureau, le visage préoccupé quand il vit comment Meredith était bouleversé.

« Roy ? Qu'est ce qu'il se passe mec ? » Demanda-t-il.

« Jack Mercer… Il euh… » Roy s'interrompit et prit une inspiration pour se calmer « Jack Mercer est mort… Il est mort par balles »

Zack eut le souffle coupé et secoua la tête « Merde » soupira-t-il.

« Va sur la scène, et coupa la lumière… Nous fermerons plus tôt ce sir » Dit Roy calmement « Si quelqu'un demande ce qu'il se passe, tu leur dira que Jack Mercer est mort »

OOO

FIN