Blabla inutile : Suite et fin, par un petit ficlet mielleux au possible, mais j'en avais envie. Gwen, encore une fois, joyeux anniversaire. Tu sais déjà tout. Merci d'être toi, simplement.

Warning of doom : TRC ne m'appartient toujours pas, c'est bête hm ?


3) Le Phénix

Le Château de Nihon se décidait enfin à fêter dignement l'arrivée précipitée de ses invités au travers de festivités, toutes plus insolites les unes que les autres. Ces dernières battaient leur plein, tous les invités étaient émerveillés par toute cette magie, et toutes ces étoiles splendides qui capturaient si souvent leurs grands yeux rêveurs.

Tomoyo avait fait tout son possible pour animer les choses, ainsi que pour apporter un semblant de poésie dans ce monde où une brume âpre progressait rapidement dans les coeurs.

Kurogané serra davatange Fye contre lui et soupira légèrement. Ce foutu magicien était une horrible tête de mule quand il le voulait. Par-dessus le marché, c'était un vampire terriblement agaçant qui n'avait aucun scrupule à blesser les autres. Pourtant, il avait réussi à l'aimer, malgré ses défauts, malgré les cicatrices que le blond avait volontairement laissé dans sa chair.

«-Kuro-chan ! Regarde !

Le ninja tourna son regard vers son blondinet.

-Eh ben quoi ? grommela-t-il.

-Là-haut, lui répondit-il simplement, le doigt levé vers le ciel.

Au dessus de leurs têtes se répandait une merveilleuse pluie de couleurs éphémères -bleu, rouge, vert, jaune, orange ... - qui captiva Fye un long moment. Des goutelettes de couleurs se posèrent au sol, et s'éteignirent non loin d'eux.

-C'est beau, hein ?, murmura le mage, la tête posée contre l'épaule de Kurogané.

-Hmm, ouais, c'est ... sympa.

Le blond laissa échapper un petit rire avant de s'approcher du visage du brun.

-Toujours autant de répartie, mon Kuro-tan ...

-Je t'embête, saleté de magicien.

Et là, Fye éclata franchement de rire. Il y avait de quoi, il faut dire : le ninja abordait une moue boudeuse et un regard blasé absolument hilarants.

Kurogané l'attrapa par les bras et le ramena contre lui, histoire de l'avoir bien en face de lui.

-Oooh, Kuro-chan, quel air possessif ! siffla Fye en riant de plus belle.

-Mais ferme-là, mage stupide !

Le dit-mage stupide lui sourit et l'embrassa tendrement, puis cala sa tête dans le creux de l'épaule du ninja. Ses mèches blondes chatouillèrent la peau halée du brun, qui ne broncha pas et qui se contenta juste de passer ses bras autour de la taille du magicien.

Celui-ci ronronna doucement et enroula à son tour ses longs bras autour du cou de Kurogané ; le contraste créé entre la peau colorée et la peau blanche était amusant.

-Je t'aime, Kuro-chan.

La petite voix mieilleuse et glucosée au possible de Fye aurait fait fondre toute personne normalement constituée ; toutefois, ce n'était pas le cas du ninja, qui soupira avant d'ajouter :

-Bien que j'aie horreur de cette voix, et que ce soit Kurogané, je t'aime aussi, crétin. Et arrêté de mordiller ma jugulaire, j'ai l'insupportable impression d'être un simple bout de viande pour vampire affamé, là.

Fye sourit à nouveau, ferma ses grands yeux dorés, et les rouvrit, la pupille de chaque oeil en amande.

Le ninja lui donna un léger coup au niveau du front.

-Mon dieu, Fye, tu sais très bien que j'ai horreur de ton côté vampire ! Et par pitié, arrête ton cirque, ça suffit avec mon cou !

-C'est bon, c'est bon, j'ai compris, susurra le blond, mordillant une dernière fois le délicieux cou de son compagnon.

Il releva la tête et déposa un léger baiser sur sa joue.

-Je t'aime, Kurogané, c'est mieux ?

Un début de sourire s'esquissa au coin des lèvres du ninja.

-Mouais, ça sonne mieux. Allez, viens là.

Il tira légèrement Fye à lui et prit ses lèvres délicatement acidulées dans un long baiser.

Une gracieuse petite pluie d'étincelle, semblable à de la poudre d'étoile, se mit à tomber, aérienne, et se déposa sans bruit au sol, entourant de ses bras incandescents et lumineux Fye et Kurogané.