Pas si disciplinée que çà finallement.

Chapitre 1 : une laisse ?

Le capitaine de la 6ème division et son lieutenant se trouvaient sur Terre à combattre deux Menos Grande, ou plutôt, Renji s'était jeté dessus, Zanpakutôt libéré à la main, et Byakuya assistait à la scène d'un air impassible. Il se désintéressa du combat qui se déroulait à quelques dizaines de mètres de lui pour observer deux humains qui se disputaient en retenant chacun leur molosse par une courte laisse pour empêcher un carnage.

Les deux bêtes se provoquaient, aboyaient, montraient leurs crocs aiguisés mais ne pouvaient s'approcher. Il regarda alors son lieutenant : lui aussi provoquait souvent les autres, aboyait dès qu'il s'énervait et montrait les dents face à ses adversaires, que ce soit en entrainement ou en véritable combat. Il remit toute son attention pour voir ce que faisaient les maîtres et leurs chiens. Ils les avaient attrapés par le collier et les forçaient à reculer pour ensuite les tirer avec ces laisses pour les éloigner. Une fois que les chiens avaient oublié la présence de leur rival, ils reprenaient leur balade, guidés par ce même objet qui les avait retenus précédemment.

« Intéressant. Pensa Byakuya. Je me demande si çà fonctionnerait avec mon lieutenant. »

Il découvrit aussi qu'une laisse empêchait l'animal de s'éloigner de son maître et aussi de le laisser attaché à un endroit sans crainte qu'il se sauve. Il continua son observation durant tout le combat de son subordonné face aux Menos.

Plus tard, Renji retournait sur le toit où il avait laissé son capitaine. Fatigué par cette bataille, il n'avait plus qu'une envie : se coucher. Pourtant, quelque chose attira son attention à propos de son supérieur :

« Capitaine. Qu'est ce que vous tenez dans votre main ?

-Je te répondrai lorsqu'on sera au Soul Society. »

En effet, une fois là-bas, il put distinguer le contenu exact de la main du noble : une longue et fine laisse en chaine avec une poignée en cuir.

« Capitaine Kuchiki ? Pourquoi une telle chose ?

-Je pense que c'est la meilleure façon de t'avoir sous contrôle permanent. Viens ici Renji. »

N'écoutant que sa fierté et oubliant sa fatigue de la journée, le shinigami aux cheveux rouges préféra s'enfuir à toute vitesse. Finir attaché, et puis quoi encore ?!

« Et bien, Byakuya, on peut dire que tu as fait fort. Il n'est pas près de revenir.

-Juyshiro (çà s'écrit comme çà ?). Quel plaisir de vous voir en bonne santé.

-Tu compte mettre ton lieutenant à l'attache ? Pas très gentille comme méthode. N'est ce pas Shunsui ? »



L'interpellé hocha la tête en souriant.

« Et comment vais-je faire pour qu'il revienne ? Reprit Byakuya. Je ne vais quand même pas courir après toute la nuit.

-Essaye de siffler, répondit le capitaine avec sa cape à fleurs, on verra bien si çà marchera. »