Updated le 6/08/2011

Merci à Coralie91, pour son travail, qui est devenue en quelque sorte ma bêta ! Encore merci !

Auteur : Nadège

Disclaimer : Doctor Who appartient au vénérable Russel T. Davies ainsi qu'à la BBC. Je ne tire aucun profit de cette fanfiction

Résumé : Le Docteur, fatigué, vidé, hanté par le souvenir de celle que ses cœurs ne cessent de réclamer, se rend chez un de ses amis pour pouvoir faire une pause. C'est alors qu'une étrange jeune femme blonde rencontrée dans la rue retient son attention et le trouble plus qu'il ne veux l'admettre.

Note : Les saisons 1, 2 et 3 jusqu'à l'épisode « Voyage of the Damned ». Et ce malgré une saison 4 exceptionnelle ! En fait, j'ai commencée à écrire cette histoire alors que la saison 4 démarrait. Cette fanfiction n'est que la première partie d'une histoire qui se découpe en deux actes. Cependant, elle est complète et donc à un dénouement, dont l'histoire se poursuivra dans la deuxième partie qui est déjà en cours d'écriture.

S'il y a des questions, n'hésitez pas ! Je me ferais un plaisir d'y répondre.

Bonne lecture !


Prologue

Londres, année 1898

L'aube, en ce matin de printemps, avait grand peine à se lever. Une brume dense envahissait les rues de Londres tel un spectre venant hanter d'une sueur froide les personnes qui osaient s'aventurer hors de la chaleur de son foyer. Les Londoniens s'agitaient déjà, se préparant pour une longue, pénible et harassante journée de travail. Soudain, la brume se dispersa au passage d'une légère brise douce et chaude qui réchaufferait n'importe quel cœur de glace. Elle commença à tourner sur place pour se transformer en un tourbillon. Dans la journée, les habitants en parleront comme d'un orage, une onde de choc fit trembler les fondations de la ville. Le tourbillon éclata en un milliard de particules dorés, éblouissant la ville d'un éclair de lumière. Sur le sol humide et crasseux apparaissait un corps humain en position fœtale duquel il émanait une lumière ambrée.

Il fallut plusieurs minutes pour que ce corps bouge. Une de plus pour qu'il se lève avec effort. C'était une jeune femme, avec de longs cheveux blonds et de grands yeux chocolats vides de toute expression, étrangement habillée pour l'époque.

Elle se frotta les yeux, perdue. Elle commença à paniquer. Elle ne savait rien. Ni le lieu où elle se trouvait. Ni qui elle était. Elle n'était qu'une simple coquille vide. Elle fit quelques pas en titubant, scrutant de son regard apeuré les lieux qui l'entouraient. Elle frissonna. Elle avait froid. Les vêtements qui la couvraient ne la protégeaient pas assez de la brume dont les morsures se faisaient de glace. Elle resserra ses bras autour d'elle et commença à marcher sans but.

La jeune femme avait bien du mal à réfléchir. Elle cherchait en vain dans sa mémoire un souvenir, de la moindre chose qui pourrait lui indiquer qui elle était. Mais, elle ne trouvait rien. Elle était prête à fondre en larme mais un murmure au fond d'elle la poussait à avancer sans s'arrêter. Elle saurait bientôt ce qu'elle devrait faire. Oui, elle avait quelque chose à accomplir en temps voulu.

Elle entendit du bruit derrière elle résonner dans la rue. D'instinct, elle accéléra la cadence de ses pas, puis jeta un coup d'œil par dessus son épaule. Il y avait un homme qui la suivait. Il réglait ses pas sur les siens. L'homme avait grande peine à se maîtriser. La jeune femme était une proie facile, tel un animal blessé, désorienté qui savait que sa fin était proche. Avant tout, il voulait jouer avec elle, l'affolée, sentir l'odeur de la peur suinter de sa peau. Là, il passerait à l'attaque.

L'instinct de la jeune femme lui ordonna de courir, il fallait fuir. Cependant, l'homme fut plus rapide qu'elle. En un éclair, il fondit sur elle et lui attrapa un poignet brutalement. Il profita de sa confusion pour la plaquer avec violence contre le mur. La jeune femme rencontra son regard dans lequel s'illuminait une lueur de folie et de lubricité. Sa respiration se faisait de plus en plus saccadée dû par son excitation. Il se pressa contre elle. Elle eut un haut le cœur. Il puait une odeur de crasse. Elle tenta de crier mais la main de l'homme se plaqua sur sa bouche. Il lui chuchota de se laisser faire, que si elle était gentille avec lui, il saurait la récompenser.

Avec dégoût, elle sentit sa main sur son corps, son haleine sur sa joue, ses lèvres se presser sur sa peau.

Une lumière se mit à briller sur sa poitrine. L'homme la lâcha et recula incrédule sous cette lumière éblouissante qui commençait à envelopper d'une bulle ambrée la jeune femme. Pour la première fois, un sourire éblouit son visage. Elle retira de son cou une chaîne où pendait une clef. C'était elle qui rayonnait tel un astre brillant de mille feux dans la voûte stellaire. Quelqu'un lui chuchotait quelque chose au creux de son oreille : « Le Méchant Loup doit retrouver ta place ».

Peu à peu la lumière se dispersa. La jeune femme se redressa, droite, digne. Ses yeux n'étaient plus vide. Ils étaient habités d'une lueur flamboyante, majestueuse et presque sauvage. L'homme tituba en arrière et glissa terrifié devant ce regard. Il tomba lourdement sur le sol. Elle avança. Non, elle semblait flotter vers lui. Il se mit à ramper afin de garder ses distances avec elle. Elle tendit le bras, la paume vers le ciel où se tenait en son creux la clef. La jeune femme se mit à fredonner, une mélodie envoûtante, voluptueuse, qu'elle était la seule à entendre. La clef se remit à luire. L'homme ne put s'empêcher de hurler, horrifié de cette chose qui flottait vers lui. La lumière le toucha et il sentit ses entrailles brûler. Il se releva avec précipitation en glissant une nouvelle fois avant de s'enfuir. Elle n'esquissa aucun geste pour le retenir. Elle l'observa prendre la fuite tel un gosse qui venait de voir le Grand Méchant Loup. Ce qui n'était pas tout à fait éloigné de la vérité.

La jeune femme, toujours auréolée de cette lueur se mit à scruter les alentours. Soudain, un gémissement s'échappa de ses lèvres. Elle se prit la tête entre les mains. Sa tête lui faisait mal. Elle brûlait. La jeune femme haleta. Elle s'appuya sur le mur pour ne pas s'effondrer au sol. Elle leva une de ses mains à hauteur de ses yeux. Celle-ci était quasiment transparente. Elle se consumait. Il fallait qu'elle se mette en sommeil pour le moment. Car, elle savait dorénavant ce qu'elle devait faire. Le Méchant Loup devait retrouver sa place, ce pour quoi elle est apparue.

La jeune femme ferma les yeux et prit une profonde respiration. Des milliers de particules s'échappèrent de son corps et furent irrémédiablement attirées vers la clef,au contact de laquelle, elles disparurent. Elle se laissa tomber le long du mur, épuisée, alors que la dernière particule doré s'évaporait en touchant la clef. Elle remit le collier autour de son cou. La mélodie revint envahir sa tête et l'apaisa. Ses paupières se soulevèrent découvrant un regard qui avait retrouvé sa couleur chocolat.

Elle se releva avec difficulté, se mit à marcher et commença ainsi son périple. Elle devait aller en France. Une voix la guiderait.

Le voyage en bateau fut long. La jeune femme y travailla comme bonne durant de pénibles journées de labeur éreintantes. Elle débarqua à Nantes, et se paya un billet de train avec le peu d'argent qu'elle avait réussi, avec beaucoup de peine, à gagner. Elle devait rejoindre une ville côtière, c'est ce que la voix lui soufflait. Elle arriva à destination en finissant son périple à pied, affamée, assoiffée, et prise de fièvre. Elle errait dans les rues, dans un état second, depuis plusieurs jours lorsqu'elle tomba inconsciente devant un groupe de femmes. Et là, elle sut qu'elle était enfin arrivée. Il ne restait plus qu'à attendre.

Le Méchant Loup ne tarderait plus à retrouver le Docteur...