Résumé : J'ai découvert "Ashes to Ashes" il y a quelques semaines et j'ai tout de suite eu un vrai coup de coeur pour le duo Gene/Alex. En voyant qu'il n'existait aucune fiction en français sur la série, j'ai décidé de me lancer, mais je dois vous dire que c'est une première pour moi alors n'hésitez surtout pas à me donner votre avis ou des conseils.

Disclaimer : L'univers de "Ashes to Ashes" et ses personnages ne sont pas à moi. De plus, les marques citées dans cette fiction appartiennent à leurs propriétaires respectifs.

***********************************************************

Noël approchait à grands pas et les rues de Londres se faisaient de plus en plus froides. Le thermomètre ne semblait pas vouloir s'arrêter de descendre et les premiers flocons de neige ne tarderaient probablement pas à arriver. Blottie bien au chaud dans son lit, Alex chercha des raisons de se lever, de continuer d'avancer. Ses parents étaient morts sous ses yeux depuis six semaines et la scène se répétait en boucle dans sa tête. Arthur Layton, l'explosion, le regard de son père… Dire qu'elle avait eu la vie sauve grâce à un ballon. Même si elle avait enfin découvert la vérité, elle avait échoué lamentablement et ne retournerait probablement jamais chez elle. Elle ne reverrait jamais sa fille. Molly. Chaque parcelle de son visage était imprimé dans sa tête, elle avait tellement peur de l'oublier. Sa vie en 1981 était si différente de celle de 2008 qu'elle se reconnaissait à peine. Elle buvait, beaucoup, se battait sans cesse dans un monde de machos et devait faire attention de ne pas évoquer le futur, sans parler du fait qu'elle s'était à plusieurs reprises habillée comme une prostituée. Et puis il y avait Gene, son patron rustre et bourru avec lequel elle avait toujours l'impression de livrer un bras de fer. Cet homme avait le don de la faire sortir hors de ses gonds. Et pourtant, une étrange impression l'envahissait dès qu'elle était en sa présence. Elle se sentait protégée. Mais, incapable d'être honnête avec elle-même à ce sujet, elle préféra se lever pour chasser ces idées de sa tête.

***********************************************************

Quand elle arriva au commissariat ce matin là, elle vit le même spectacle que la veille, l'avant-veille et l'avant avant-veille : Shaz écoutait son walkman, Chris dormait à moitié sur son bureau et Ray feuilletait le dernier numéro de Jupons fripons. Quand à Gene, il tournait en rond dans son bureau. Le Lion de Manchester se serait bien fait les griffes sur des petits malfrats, mais même eux semblaient souffrir du froid et préféraient rester terrer chez eux. Personne ne l'avait remarqué alors elle s'installa derrière son bureau et reprit le dossier qu'elle avait commencé à rédiger la veille. La pièce était plongée dans le calme le plus total et seul le bruit de son stylo à bille sur le papier se faisait entendre. Puis, soudain, tout devint noir autour d'elle et, au bout de quelques secondes, un visage apparut devant ses yeux : le clown, son père. Elle n'avait pas eu ce genre de vision depuis six semaines et avait sincèrement cru s'en être débarrassée. Mais il était bien là, plus menaçant que jamais.

Le clown/Tim : Il va mourir Alex.

Ce furent les seuls mots qu'il prononça avant d'éclater de rire. Son sang se glaça. Qui allait mourir ? Qui ? N'avait-elle pas déjà suffisamment perdu de proches récemment ? La dernière fois qu'elle avait eu ce genre de flash, Shaz était morte pendant quelques minutes. Heureusement elle avait réussi à la réanimer, mais une chance pareille ça n'arrivait qu'une fois.

Alex : Qui ?

Elle avait prononcé ces mots à haute voix sans s'en rendre compte.

Gene : Qui quoi Rothschild ?

Gene se tenait debout devant son bureau, la regardant comme si elle était folle. Avant même qu'elle ne s'en rende compte, les battements de son coeur s'accélérèrent subitement, et elle savait que ce n'était pas dû à son cauchemar. Elle secoua la tête en balbutiant.

Alex : C'est rien, juste un mauvais rêve.

Gene : Ouais bah c'est pas pour ça qu'on vous paye. Si je ne vous dérange pas trop, on vient de nous signaler un braquage.

Tout le monde buvait maintenant les paroles du patron.

Alex : Des victimes ?

Gene : Un des caissiers a voulu déclencher l'alarme, il s'est pris un pruneau. Pas des rigolos ces enfoirés.

Alex, toujours perturbée par sa vision, ne bougea pas. Quand à Ray et Chris, ils étaient toujours un peu longs à la détente.

Gene (irrité) : Faut vous envoyer des invitations ou quoi ?

Aussitôt, tout le monde se leva, prit sa veste et suivit le patron dans son Audi Quattro rutilante qu'il fit partir, comme toujours, sur les chapeaux de roues.

***********************************************************

Reviews please !