Titre : Tribulation d'un capitaine maudit, de son larbin imprévisible, d'une naine avec un parapluie à tête de citrouille et de son Bull noir à rayure violettes. (c'est le vrai titre, mais il rentrait pas T.T)

Chapitre 07 : Toboggan à eau !

Genre : General

NA: Tout les personnages de cette fic, excepté Hikari Nekoka, Road Kamelot et Jonas, appartiennent à Eiichirô Oda, l'auteur de One Piece. Hikari Nekoka m'appartient ainsi que l'idée originale de cette fic. Quand à Road Kamelot et Jonas ils appartiennent respectivement à Edichou et Vivi (deux amies à moi à qui j'ai demandé avant de leur emprunter les perso).

Toboggan à eau !

Outrées, choquées, vexées, les deux filles auraient pu bouder longtemps, malheureusement il ne restait personne pour profiter de la scène, et il n'y avait donc pas grand intérêt de se comporter comme des gamines. Ainsi, au lieu de bouder, elles se mirent à chercher le bouton qui leur permettrait d'expérimenter elles aussi le piège qui avait happé le reste de l'équipée. Ce ne fut guère long. Après tout, l'une comme l'autre étaient spécialisées en déclanchement de mécanismes cachés. Alors, trouver comment activer un piège que le nez d'un menteur avait réussit à faire fonctionner, rien de plus simple !

Un « clic » plus tard, nos deux acolytes passèrent à leur tour par l'ouverture empruntée tantôt par leur ami et les Mugiwara. La fête pouvait commencer ! Road atterrit sur le dos de son aînée qui se transforma aussitôt en tigre avant même de toucher l'eau située en-dessous. Un bruit d'éclaboussure retentit dans l'immense cavité où serpentait un toboggan à eau géant. Le tout était accompagné de cris de panique, résonnant par échos dans tout l'espace.

En effet plus loin, le trio de froussard était en pleine crise de ce-toboggan-est-dangereux-on-va-tous-mourir. Chopper et Usopp, serrés l'un contre l'autre, hurlaient à plein poumon, tandis que Nami, recroquevillée dans une position qui se voulait défensive, bouche grande ouverte s'époumonait sans pour autant émettre le moindre son. Normal pour une muette U.U Derrière eux, les trois hommes arc-en-ciel semblaient délirer de plus belle. Luffy était allongé sur le ventre, bouche grande ouverte, et avalait toute l'eau, remplissant peu à peu son ventre. Sur lui, corde oblige, Brook et Franky avaient une conversation des plus philosophique sur l'imperfection des roches autour d'eux. A croire que, malgré l'hallucinogène, les yeux du cyborg et les orbites du squelette pouvaient encore y voir clair… A moins que cela ne soit dut au rapprochement avec cette surface, lui-même dut au gonflement de leur coussin caoutchouteux. A la suite des trois zigotos se trouvait un sabreur changeant progressivement d'expression. Voir son capitaine grossir comme un ballon de baudruche ne le rassurait aucunement.

Encore une fois, seule Robin était parfaitement calme, ne s'inquiétant guère de la suite des événements. Elle gardait cependant un oeil sur la suite du parcourt, sait-on jamais. Le reste de l'équipage ne semblait pas être au meilleur de sa forme… D'ailleurs la brune était étonnée de ne pas voir Sanji accourir vers elle ou Nami dans une telle situation. Mais le cuisto ne semblait pas comprendre la situation et regardait dans tous les sens en vain.

- Mais qu'est-ce qu'on fiche sur un toboggan à la fin ? Marimo, je suis sûr que c'est encore ta faute ! Avait-il fini par crier, exaspéré par la perte de sa vision.

Au moins il avait remarqué sur quoi ils se trouvaient.

Un peu plus haut, on retrouvait Jonas qui tentait de remonter la pente, bien décidé à ne pas se laisser porter par le courant. Il avait bien trop d'expérience concernant les pièges pour se laisser bien docilement descendre comme les autres. En plus, il avait l'impression que cette descente, pour le moment tranquille, n'allait pas tarder à se transformer en cauchemar … Alors hors de question de rester ici ! Malheureusement pour notre archer, il ne put remonter que sur quelques mètres avant d'entendre le glas qui sonnait l'arrêt de mort de la promenade de santé… Deux voix qu'il ne connaissait que trop bien.

- JOOJOOOOO ! S'écrièrent les deux filles en voyant leur ami, un immense sourire placardé sur le visage.

- Hiiiiiiiiiiiii …. Gémit le pauvre homme avant d'être fauché par son capitaine.

Cette dernière se transforma en lionne au contact du matelot. Il sembla à Oc'Onelle que l'animal avait tout fait pour lui rentrer dedans et ferait tout pour rendre la descente « agréable ». Par pur réflexe Jonas tenta de stopper le cortège en s'accrochant au bord, mais sa maladresse légendaire lui fit poser la main sur ce qui semblait être un levier. Il s'y accrocha malgré tout, mais le mécanisme se déclencha et le levier se brisa, ôtant toute chance de salut au blond. Un bruit sinistre retentit dans toute la cavité et tous purent comprendre, ou pas, que la suite des événements n'allait pas forcément leur plaire.

Le groupe arc-en-ciel, trop occupé dans une course sans le moindre intérêt – être étroitement attaché les uns aux autres ne permet pas d'échappée spectaculaire – ne remarquèrent pas le changement de disposition des voies. Ce qui ne fut pas le cas de nos trois amis froussard. Leur premier réflexe fut de vouloir remonter la pente, mais la chose fut rendu impossible par la ferveur que mettaient les trois multicolores à aller le plus vite possible. Quoique … Nami eu la présence d'esprit de tenter un saut de haie par-dessus le groupe d'idiots. Chose qu'elle n'avait pas prévu, c'est qu'une certaine algue verte se trouverait juste derrière, à l'endroit même ou elle devait atterrir. Ainsi la navigatrice écrasa le pauvre bretteur qui se retrouva dans les choux l'espace d'un instant. La structure du toboggan avait totalement changé, aussi bien devant que derrière, et nos héros commencèrent à se séparer. Certains, comme notre trio de glisseurs fous, furent immédiatement séparés du reste de la troupe, empruntant un chemin qui tombait à pic. D'autre, comme Robin et Sanji, furent dirigés sur un chemin totalement différent du reste du groupe. Le long nez et le nez bleu restèrent ensemble envers et contre tout, même quant leurs chemins s'étaient séparés et qu'une stalactite avait tenté de leur faire lâcher prise. Le pauvre pique n'avait encore jamais vu la technique secrète du duo, qui consistait à lâcher une main, la reprendre tout de suite après l'obstacle, et réitérer l'opération avec l'autre. Quant aux deux derniers, personne ne sera étonné de savoir qu'après en avoir eut marre d'être le coussin de la rouquine, le Marimo se retrouva seul devant un cul de sac… Comment avait-il fait ? Lui seul le sait ! Et encore, rien n'est moins sûr… Ainsi une nouvelle fois l'équipage de Mugiwara se retrouva totalement éclaté.

En ce qui concerne le trio à l'arrière, il avait été convenu entre le capitaine et la petite chipie qu'elles iraient dans des directions différentes. Jonas fut obligé de rester avec la petite, après avoir eut droit à un argument frappant de la part de la lionne.

- M'enfin, réfléchit un peu Jojo ! On est s'r un toboggan, la logique voudrait donc qu'son extrémité on y trouve un bassin ! Or, c'mme nous ignorons l'profondeur de c'dit bassin, si nous laissons Road toute seule elle risque d's'y noyer ! C'qui est pas envisageable compt'nu d'son jeune âge. Et comme t'es la cause d'se changement d'structure sur l'toboggan, il est d'ton devoir d' l'accompagner ! En plus t'es d'jà sur un autre chemin qu'moi !

Et ce fut une fois de plus la séparation de l'équipage du Sekushi Neko.

Quelques secondes après sa séparation avec son matelot, Hikari put reprendre son apparence humaine dans un « POP » sonore. Elle se rhabilla tant bien que mal – ses vêtements étaient trempés – et observa son environnement. Pas un levier en vu, ni d'interrupteur ou de protubérance pouvant faire penser à un déclencheur de piège … rien pour le moment. La demoiselle se laissa donc glisser tranquillement, bifurquant au hasard sur un chemin ou un autre. Mais, laissons là notre énergumène et allons voir comment se débrouille les Mugiwara.

Concernant le capitaine et ses deux acolytes colorés …. Rien de nouveau. Certes, ils avaient cessé leur course absurde après une petite frayeur due à leur chute rapide et brutale, mais cela ne les avait pas « dessaoulés » pour autant. A présent ils tentaient de jouer à colin-maillard … Encore une vaine tentative … Premièrement, ce n'était ni le lieu, ni le moment de jouer, mais c'était surtout impossible de se cacher ! Pour ce qui est de trouver les autres… Seul Luffy avait réussit cette étape grâce à son corps en caoutchouc. Bref ! Rien de bien intéressant ici.

Plus profondément dans la grotte, tout semblait se passer merveilleusement bien pour notre archéologue et notre cuistot. Robin avait manœuvré de sorte à ne pas être séparée du blond devenu aveugle. Pour cela, elle lui avait attrapé le bras, ce qui avait mit le joli cœur dans un état second. A présent ils étaient sur une grande ligne droite qui ne semblait pas en finir. Peut-être allaient-ils arriver les premiers. Ou peut-être pas …

En amont, deux assassins des tympans faisaient leur office. Enfin, il serait plus juste de remarquer qu'un seul d'entre eux continuait son office, Usopp s'étant fait sonné par les hurlements du petit renne qui ne s'entendait manifestement pas crier. Ceci n'arrangea en rien la situation, étant donné que l'animal paniqua de plus belle en voyant son compagnon dans les vapes. Quoi de plus terrifiant en effet pour le pauvre Chopper que de voir son héros perdre connaissance dans une situation aussi périlleuse. Après tout ce n'était pas tout les jours qu'un piège se montrait aussi peu dangereux … A n'en pas douter il y avait quelque chose de caché derrière cette lente et apaisante glissade !

Malheureusement pour le reste des explorateurs, tout n'était pas aussi tranquille, en particulier pour un certain matelot maladroit accompagné d'une gamine espiègle. Alors que l'un tentait par tous les moyens d'éviter de déclencher d'autres mécanismes, la seconde s'en donnait à cœur joie et dénichait le moindre levier et interrupteur permettant de pimenter leur périple. Ainsi, le duo eut droit à un looping agrémenté de flèches, une augmentation du débit d'eau, une attaque kamikaze d'une chauve sourie multicolore, sans oublier la disparition non programmé de l'infrastructure … Le plus étrange étant que, malgré l'absence de rampe pour glisser, le parcours ne fut en rien modifié et continua sans aucune chute.

- Hooooooo ! Regarde Jojo ! On vole *-* ! S'extasia la demoiselle devant le phénomène.

- Mais où est-ce qu'on est encore tombé … Que Hikari ait fait exprès de débarquer ici, ça m'étonnerait guère … Marmonna l'homme ignorant royalement la petite brune.

Un autre explorateur se trouvait en difficulté. Zoro, de son petit nom Marimo, était bien embêter … Il devait avoir remonté une bonne dizaine de fois le courant, mais rien n'y faisait, il se retrouvait à chaque fois dans un cul de sac ! Il avait bien l'impression que c'était le même à chaque fois… pourtant il avait fait en sorte de ne prendre que des chemins différents. Avait-il oublié que dans son cas, tout les chemins menait à une impasse et non à Rome ?

Quant à la dernière de la liste, notre très chère sorci… navigatrice, alors qu'elle pensait que son voyage se passerait pour le mieux, sans aucun ennuis à l'horizon, lors d'une bifurcation elle eut le plaisir de voir arriver une touffe de cheveux noirs et blancs. Bien entendu, elle protesta énergiquement, mais son mutisme rendit la scène plus comique qu'autre chose. Hikari, qui se trouvait juste devant elle, penchée en arrière pour la regarder, eut un petit rire amusé.

- Z'êtes vraiment marrant dans c't équipage, j'me d'mande si j'vais pas rester un peu 'vec vous :3

- … ! Rétorqua la rouquine d'un air horrifié.

Déjà qu'il y avait des cas sur le navire, mais si en plus cette fille venait aussi avec eux …. Ça serait encore plus le foutoir ! Et c'était bien le genre de personne que Luffy voudrait absolument dans son équipage, la jeune femme en était sûre. Mais pour le moment elle appréhendait la suite des événements … Jusqu'à maintenant l'étrange demoiselle n'avait pas bougé le petit doigt pour les aider, ne les avait jamais avertit du danger ou réagit dans les situations dangereuse. Alors allait-elle rester passive et la descente serait tranquille - si aucun obstacle ne se présentait, bien sûr – ou, au contraire, était-elle du même genre que l'idiot en caoutchouc et ferait tout pour transformer ça en descente aux enfers.

Nous voilà donc avec un total de six groupes… Ce qui est beaucoup trop pour moi, pauvre narrateur innocent ! On ne pourrait pas en réunir quelque uns s'il vous plait ? Non parce que gérer autant de groupes différents c'est super compliqué, il faut ne pas en oublier un seul …. Enfin même si pour l'un d'entre eux on n'a pas besoin de dire ce qui lui arrive pour le savoir …. Avouez qu'une algue livrée à elle-même ça peut pas donner grand-chose d'autre qu'une série d'égarement à répétition, en revenant toujours au même endroit, hein ! Donc réunification des autres petits personnages dispatchés ? Non …. Pas tout de suite ? Ha … bon d'accord … Mais c'est prévu au moins ? Ouf, ça me rassure.

Revenons à présent à nos joyeux colorés. Ils ne semblaient guère plus lucides qu'il y a quelques lignes. On pouvait même dire qu'ils avaient sombré un peu plus dans la démence. Preuve en est qu'ils s'étaient mis à chanter, séparément, plusieurs chansons toutes aussi étranges que bizarre… Ecoutez plutôt.

- Oa-a-a ! Dansa med oss ! Klappa era händer ! Gör som vi gör ! Ta några steg åt vänster ! Lyssna och lär ! Missa inte chansen ! Nu är vi här med ! Caramelldansen ! O-o-oa-oa... ! O-o-oa-oa... ! O-o-oa-oa... ! O-o-oa-oa... ! Chantonnait le capitaine

- Capirinha! Capirinha! Woho! Yaha! Moboï ho, moboï ho! Huuuum ! Tchiki po tchiki po! Capirinha! Capirinha! Woho! Yaha! Moboï ho, moboï ho! Tshika, tshika, tshika ! Tshika, tshika, tshika ! Répétait à tue-tête le cyborg.

- Popipo, pipo ! Popipo, pipo ! Popipo, pipo ! Popipo, pipo ! Ne cessait de scander l'afro.

Pas très constructif tout ça. D'ailleurs, tout en chantant, les trois fous, puisqu'ils ont perdu la tête, tentaient de danser sur leurs airs endiablés, tournant comme des girouettes et tanguant dangereusement à chaque virage. Du coup ces idiots ne cessaient de déclencher piège sur piège. Mais dans leur maladresse ils avaient de la chance, car il semblait que les mécanismes ne soient pas faits pour fonctionner tous en même temps. Pour chaque piège activé, le suivant l'annulait et ainsi de suite. Mais, à force de flèche, de haches et d'autres ustensiles coupants les frôlant, les liens qui tenaient étroitement les trois animaux entre eux finirent par rompre. A peine quelques secondes après leur libération, la route se sépara en trois. Luffy alla sur la portion de droite, Brook celle du milieu et Franky celle de gauche. Et nous voici à présent avec non pas six groupe mais huit … Ce qui fait encore plus de travail pour votre dévoué narrateur ! L'auteur pense-t-il parfois à moi T-T

- Yaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! Au secourrrrrrr ! JE VEUX PAS MOURIR !

C'est cris résonnaient depuis deux bonnes minutes dans ce qui semblais être une forêt tropicale sous-terraine. Le long nez, ayant reprit connaissance, et son ami et admirateur le renne étaient dans un état de panique plus élevé qu'à l'accoutumé, étant donné qu'il n'y avait pas l'ombre d'un sauveteur en vue. Ni de Luffy –de toute manière, dans cette situation il n'aurait pas amélioré les choses – ni de Zoro, ni de Sanji et pas même un Mitch Buchannon à l'horizon… Rien ni personne pour les sortir de là ! Ainsi, pour se donner du courage, ils criaient à s'en décoller les cordes vocales. Et il y avait de quoi. Entre les loopings et les tonneaux qu'effectuait le parcours, les murs qui les obligeaient à se coucher pour ne pas s'assommer, sans oublier l'imposante faune et flore qui surgissait de nul part, toute personne normalement constitué - psychologiquement parlant - aurait un moment de panique.

- C'est un véritable cauchemar ! On aurait dut rester surveiller le bateauuuuu ! Se plaignait le long nez.

- Haaaaaaaaaaaaa ! J'aurai dut rester sur le bateauuuuu ! Hurlait son compagnon d'infortune.

- C'est ce que je viens de dire !

- Là bas au moins on aurait put se reposer ! J'aurai put faire des médicaments ! Ha ! Tiens une plante médicinal *-*. S'émerveilla l'animal en voyant une branche dépasser de l'épaisse forêt.

- NE CHANGE PAS DE SUJET AUSSI FACILEMENT ! O.O S'énerva le sniper.

- Hooooooooooooo ! Et là encore une ! *o*

- MAIS IL M'ECOUTE MÊME PAS !

Usopp avait apparemment du mal à assimiler le fait que son petit compagnon poilu, à l'ouïe si affutée habituellement, soit devenu sourd comme un pot. Et ceci fut confirmer quand soudain :

- Y A PLUS DE TOBOGGAN ! ON VA MOURIR ! Hurla le bouclé en voyant que la rampe sur laquelle ils se trouvaient s'arrêtait brusquement.

- Y A PLUS DE TOBOGGAN ! ON VA MOURIR ! Répéta avec la même frayeur le renne au nez bleu.

- MAIS C'EST EXACTEMENT CE QUE JE VIENS DE DIRE !

- USOPP AU SECOURS ! S'écria l'animal en se jetant au visage de son ami.

- Yaaaaaaaaaaa ! JE NE VOIS PLUS RIEN !

Et ils firent le plus long saut de toute leur vie ! Espérons juste pour eux que ce ne soit pas le dernier.

Dans un autre tronçon de la grotte …

- Youhouuuuuuuuu !

- … !

Notre rouquine préférée commençait à penser que son capitaine était mille fois préférable à l'espèce de folle qu'elle avait pour partenaire de glisse. Si encore cette femme était juste folle, elle pourrait encore la supporter, mais celle-ci faisait absolument tout pour activer les pièges présents sur le parcours. Nami n'avait que deux solutions : soit elle évitait un quelconque piège mortel, soit elle sautait sur l'énergumène avec l'espoir vain qu'elle l'empêcherait de tirer sur un levier. Etrangement, la seconde solution la mettait plus souvent en danger qu'autre chose : elle avait faillit tomber dans le vide alors que la folle esquivait son assaut. Mais, actuellement -et heureusement pour Nami- ça devait faire bien vingt mètre qu'il n'y avait plus de levier à tirer permettant à la navigatrice de se reposer un peu. Enfin c'est ce qu'elle pensait, car c'était mal connaitre sa compagne de glissade.

- Huuuuum … Y a plus rien d'marrant à faire …. J'au'ai p'être du sauter sur l'bord pour aller voir l'truc tout brillant q'j'ai vu t'à l'heure … Marmonnait la demoiselle, les bras croisés.

- … ! S'écria Nami.

- D'ailleurs c'fait un moment q'j'en vois d'ces machins … ça s'trouve c'est d'pierres précieuses. Dommage q'les parois soient si loin… Y a bien d'moments où on peut les atteindre d'toboggan mais faudrait r'monter au moins d'dix mètres …. Enfin maintenant quinze ou vingt…

En entendant les propos d'Hikari, la chasseuse de trésor se mit en tête de remonter la pente. Problème, le courant était plutôt fort à cet endroit, le dénivelé étant important. Du coup la rouquine ne pouvait que glisser. De plus, elle était devant l'énergumène qui ne cessait de faire des hypothèses plus alléchantes les une que les autres sur ce que pourrait être ses objets brillants.

- Enfin l'hypothèse des pierres précieuse est p'être pas l'bonne, ça s'rait plutôt des bijoux ou d'l'or vu l'endroit … doit bien avoir plusieurs explorateur qui sont v'nues ici et en mourant à cause d'pièges ils ont perdu leurs affaires … enfin p'être, c'pas sûre …. Et si c'était l'cas c'est rien q'des squelettes maint'nant – le mot ébranla un instant la motivation de Nami qui reprit ses esprits en se concentrant sur la récompense – C'bête qu'on puisse pas r'monter …. Continuait Hikari sur un ton songeur.

Et après un moment de silence.

- Ha tiens, en v'là justement un, d'objet brillant, en plus on peut l'attraper

- …. ! S'exclama la rousse en se jetant sur l'objet, manquant de tomber dans le vide.

Heureusement Hikari, dans sa grandeur d'âme, la rattrapa et la remit sur le toboggan.

- …. ! T^T Hurla de tristesse Nami en identifiant l'objet qui n'était rien d'autre qu'une pointe de flèche.

- Huuuum … c'est bien c'que je me disais …. En faite c'tait rien q'des bouts d'armes …. En même temps c'est logique avec tous les pièges disséminer dans c'temple ! Ne faut jamais s'faire hypothèse trop poussé avant d'avoir bien examiné l'lieux ! Pis c'est logique on est m'me pas arrivé au cœur d' temple ! Un trésor en cour d'route c'pas drôle.

- ….. ! Ragea la navigatrice.

- C'est vraiment pratique c'tte porte en faite ! Faudrait qu'fasse passer Jonas d'ssous pour voir ! Nota la corsaire en profitant des hurlements muets de son interlocutrice.

Certes, l'handicap de Nami présentait des avantages pour son entourage, mais ce n'était pas le cas avec celui de notre cuistot. En effet Robin avait été dans l'obligation de le tenir par le bras durant tout leur périple. Grâce à son pouvoir du fruit Hana Hana, l'archéologue avait pu garder le blond sur la même route qu'elle. Heureusement à par les bifurcations et les quelques bosses rencontrées en route, rien n'avait nécessité d'intervention de la part de la belle brune. Sanji avait bien évidement apprécié chaque contact avec la belle et s'était lancé dans des discours chevaleresques, sans vraiment comprendre la situation. Du coup, maintenant qu'ils glissaient tranquillement l'un derrière l'autre sur le toboggan, le blond s'imaginait les scénarios les plus fous. Il voulait en effet remercier sa « sauveuse » et élaborait depuis quelques minutes déjà un plan pour pouvoir l'embrasser dans sa manœuvre. D'abord l'enlacer – il était certain qu'elle était devant lui, il pouvait sentir son doux parfum – ensuite lui susurrer des mots d'amour et enfin pencher la tête pour l'embrasser. Après une répétition mentale, Sanji prit son courage a deux mains et se lança.

- Je sais que ça va te paraître étrange, mais je ne peux plus me taire. Je dois laisser mon cœur s'exprimer, cela fait trop longtemps que je garde tout cela pour moi ... Je t'en prie, ne dit rien et laisse-moi parler jusqu'au bout ! Depuis que je t'ai rencontré et que je navigue à tes côtés, j'ai été éblouit par ta beauté et ta force de caractère ! Tu es une personne douce et gentille qui n'hésite pas à venir en aide aux personnes qui comptent pour toi ! Je l'ai compris bien avant cette traversée avec toi ! Je n'avais pas besoin de ça pour m'en rendre compte ! Il est vrai que je devrais être celui qui te protège et non l'inverse ! J'ai honte de moi ... En tant que gentleman je ne me suis pas montré à la hauteur aujourd'hui ! Mais je te promets de me rattraper ! Plus que tout je voudrais que tu réalise ton rêve ! Et je t'y aiderai ! Je sais que tu en es parfaitement capable ! Car... car... car je t'aime plus que tout au monde ! ... et maintenant tu sais tout.

- Ha … merci c'est gentil ! Moi aussi je t'aime bien ! Kishishishi ! Répondit la voix reconnaissable du capitaine de notre Don Juan.

- Wouaaaaaaa ! Qu'est-ce que vous parlez bien monsieur ! En plus je n'avais jamais rencontré d'homme qui en aime un autre … Jojo ça s'appelle comment déjà ? Demanda la voix fluette de la petite Road.

- Des homosexuels … Mais je crois que ce n'est pas vraiment son cas … Maugréa l'archer en regardant la scène d'un air perplexe.

Le pauvre Sanji était à présent figé sur place. Enlaçant toujours Luffy dans ses bras, il avait du mal à réaliser la situation. Etant aveugle, le pauvre bougre n'avait bien évidement pas vu arriver son capitaine lors d'un croisement, et il n'avait pas non plus remarqué qu'il s'était inséré entre lui et l'archéologue. Il ne voyait d'ailleurs pas plus les deux autres gâcheurs d'ambiance, mais il les devinait parfaitement à sa droite.

- J'ai …. J'ai …. ! S'époumona le cuisinier une fois qu'il eut réalisé la situation.

Devant, la brune était tiraillée entre l'envie de rire et celle de compatir avec son compagnon. Finalement en voyant la détresse du blond, sa coupe de cheveux et la couleur de l'homme élastique, le rire l'emporta, mais ce fut discret, comme toujours.

Du côté du cyborg …

- SUPEEEEEEEER !

… c'était devenu de vraie montagne russe. Looping, pente vertigineuse, tonneau à répétions, colimaçon, j'en passe et des meilleurs ! Au moins Franky ne s'ennuyait pas. Il était debout sur la rampe et prenais des poses à chaque nouvelle figure du toboggan. La situation ne semblait le déranger en rien, pas même le fait qu'il soit seul dans ce grand toboggan fait de boucles et de tire-bouchons.

~OoOoO~

Dix bonnes minutes plus tard, le groupe était enfin réunit ou presque ! Zoro manquait à l'appel, sans grand étonnement pour la plupart, mais à la grande déception d'une petite brunette. Le bretteur, de son côté, en était encore à chercher un chemin qui ne le mènerait pas à un cul de sac, mais toujours sans succès. Arrivera-t-il à trouver une solution ? Rien était moins sûr …

À suivre …

Les minis aventures de Kuroï ! Sauvé par le gong !

L'animal toujours dans les vapes, était à présent bien installé dans une bassine d'eau et dorloté par des infirmiers de la Marine. Tout cela il ne le devait pas aux arguments et au courage du sous-lieutenant Tashigi, mais bien à l'arrivée sur une île où on dénotait la présence d'un bateau battant pavillon noir. Et pas n'importe quel pavillon noir ! Celui du chapeau de paille ! Le navire de la Marine avait donc accosté un peu plus loin que le vaisseau pirate et Smoker avait ordonné à plusieurs de ses hommes de fouiller les environs.

- Mugiwara et sa bande sont ici ! Trouvez-les moi ! Ils ne doivent pas être loin !

Tout l'équipage s'activa pour obéir du mieux possible à leur supérieur. Le Commodore était certes quelqu'un de juste, mais quand il était en colère mieux valais ne pas faire de bourde. Ce pendant personne n'avait encore remarqué le petit trimaran qui mouillait juste derrière le Suny Go. Il faut dire que le Sekushi était d'une rare discrétion avec sa taille comparable à une barque … Au moins notre Bulle avait retrouver le chemin de la maison … aider certes, mais c'était déjà ça !

À suivre …

Petit théâtre de l'auteur.

Auteur : Et voilààààààààààààà ! Chapitre 7 bouclé !

Hika : C'pas marrant ! J'pas eut droit à un parcours amusant ! Remboursé !

Road : Moi je voulais être avec le monsieur aux cheveux verts ! Jojo il est pas marrant, il esquive tout !

Jonas : Non mais ho ! Tu ne voulais tout de même pas que je me prenne tout les pièges en pleine face ! *mi-énervé, mi-inquiet*

Road : Ben si *sincère*

Jones : *tombe*

Hika : C'justement ça qu'est marrant Jojo ! *n'a pas l'air de comprendre le problème*

Jonas : *se relève en colère* Vous voulez vraiment ma mort toutes les deux !

Road et Hika : Mais non, si tu meurs on aura plus personne à persécuter ! *prennent un air embêté*

Jonas : Je démissionne de cette fic !

Auteur : Hors de question ! T'as un rôle important pour la suite de l'histoire ! Et arrête un peu de râler ! T'es pas à plaindre U.U

Robin : C'est sur qu'il y a pire ^^

Zoro : *grommelle grommelle* Tant qu'on est dans les plaintes …. Pourquoi je suis le seul à être paumé !

Auteur : *une main en avant en signe de rejet* Plainte rejetée ! Si tu as des réclamations pour ton sens de l'orientation défectueux, il faut en parler à Oda-sama !

Zoro : *énervé* Qui a un sens de l'orientation défectueux ?

Hika : Faut avouer qu'même que s'paumé et rev'nir toujours au même endroit, c'fort !

Zoro : *se jette sur Hikari, katana dégainés*

Hika : *esquive et le laisse se vautrer contre le mur* Enfin c'pas l'plus à plaindre …. Moi j'ai du trouver toute seule comment m'distraire !

Nami : *toujours muette* … !

Jonas : …. T'as jamais eu de mal pour ce genre de chose tu ne vas pas te plaindre ! Enfin moi celui que je trouve le plus à plaindre c'est lui *se tourne vers un coin sombre de la pièce*

Tous : *imitent Jonas*

Sanji : *recroquevillé dans le coin sombre, déprime*

Zoro : Bah c'est bien fait pour lui…

Road : Bah il était pas amoureux du drôle de garçon ?

Mirty : *qui arrive avec un livre douteux* Mais bien sûr ! *mode yaoi on * C'est évident qu'ils s'aiment, mais ils n'osent pas le montrer. Oda-sensei leur a demandé d'être discrets sur leur relation pour ne pas choquer les p'tits enfants…

Chopper : QUOI ? *se tourne vers Luffy* Mais, pourquoi vous ne nous l'avez pas dit ?

Luffy : bah, je l'aime bien Sanji. C'est pas un secret ! En plus, il cuisine bien ! ^^

Zoro : *las* mais tu ne l'aimes pas de cette manière…

Luffy : hein ?

Zoro : …laisse tomber.

Jonas : *se penche vers Sanji* franchement, avoir une folle perverse qui veut te mettre en couple avec un abruti… je te plains vraiment, mon pauvre

Sanji : *gémissement plaintif*

Usopp : Mais, Chopper et moi on est également à plaindre ! C'est quoi ce scénario ? *stressé*

Chopper : c'est vrai !

Auteur : C'est fini oui ! C'est pas le bureau des plaintes ici ! *air sévère* En plus pour une fois que l'autre grand dadais me dit rien, vous n'allez pas vous y mettre !

Smoker : *semble plutôt satisfait pour une fois*

Mirty : oui, mais la grande folle, elle, elle n'est pas satisfaite ! *choppe l'auteur et la secoue* Il est où mon Ace ? Hein, il est où ?

Auteur : *pensive* c'est bizarre, à force de me faire secouer tous les chapitres, ça ne me fait plus rien. C'est beau l'adaptation du corps humain !

Mirty : *sourire sadique* je peux passer au niveau supérieur, si tu veux…

Auteur : *soudain inquiète* euh… non merci, sans façon !

Hika : dommage, j'aurais bien aimé. Ca aurait été marrant ! ^^

Auteur : merci pour ton soutien Hika… sinon, euh… mirty… pour ton problème… euh… je suis désolé, mais… comment dire… *très vite* acen''enpasserpourlemoment.

Mirty : QUOI ?

Auteur : mais, ne t'inquiète pas ! Pour patienter, je t'offre un Président tout neuf, torturable à volonté ! Les chaînes, le collier et le fouet sont même offerts.

Le Président : quoi ? Mais, qu'est-ce que je fais là d'abord !

Mirty : hum… ok, ça me va pour cette fois.

Hika : c'est qui celui-là ?

Auteur : un sacrifice humain.

Luffy : oh, cool ! Tu veux devenir mon nakama ?

Nami : *cri silencieusement, et tape Luffy*

Le Président : c'est gentil, mais non. Moi, je veux juste partir d'ici !

Mirty : *le choppe et le traîne derrière elle* ok, je t'accompagne.

Le Président : !

Auteur : ouf, j'ai réussit à la calmer !

Hika : mouais, j'vais p'être aller voir le spectacle.

Road : je prends du pop-corn et je t'accompagne.

Robin : au fait, qui était-ce ?

Auteur : un délire, il ne faut pas chercher ! ^^ En attendant, cher lecteurs, j'attends vos reviews ! En espérant que je mette moins de temps pour le chapitre 8.