Titre: May Angels watch me through the night…

En bref : Castiel a toujours veillé sur Dean, même si celui-ci a oublié…Suit les pensées de Castiel et de Dean après leurs retrouvailles. Dean/Castiel

NdA : Ce chapitre n'est pas slash, mais les suivants le seront

Disclaimer: Je n'écris que pour mon plaisir et aucun des personnages ne m'appartient, pas plus que l'univers. Heureusement d'ailleurs, je suis pas sûre que ce serait une bonne affaire pour Misha et Jansen…

Prologue : L'enfant et l'ange


La chambre est pleine de soupires et de doux mots murmurés. Parfois quelques rires détendent l'atmosphère. Les draps bruissent au grès des mouvements tendres des deux amants. La passion les emporte toujours plus haut. Ils sont beaux, ainsi enlacés, se dit l'ange qui a cheminé jusqu'à leur chambre. Alors que l'homme pousse un grognement plus fort que les autres tandis que sa femme le sert dans ses bras, tendrement, l'ange se penche un instant sur le lit. Il contemple le visage pur et doux de Mary qui ne peut le voir en retour, avant de la bénir et d'accomplir la mission qui lui a été confié. De l'âme jusqu'à la chair…De la conception vers l'enfantement…


C'est une Mary rayonnante qui sort de chez le médecin, le cœur en fête. Elle est enceinte. A coté d'elle, John n'a jamais eu l'air aussi fier. Et depuis les branches du plus ancien chêne du parc, l'ange les contemple, avec mélancolie. Si tous les humains pouvaient être aussi heureux… Son attention se porte sur un sans-abri dont la force vitale diminue chaque instant. L'ange se sent déchirer par ce spectacle. Pourquoi les hommes refusent de comprendre et de prendre soin de l'immense cadeau qui leur a été fait ? C'est l'avenir de l'humanité que la jeune femme porte en elle…Si tenté que les hommes ne se détruisent pas eux-mêmes avant…Même s'il sait que ça ne sera pas le cas, du moins pas tout de suite, le cœur de l'ange saigne pour tous ceux qui souffrent sur cette Terre…


Mary se dépêche le long du trottoir. Elle ne peut pas exactement courir dans son état, avec son joli ventre arrondi. Elle s'est attardé après la messe pour parler avec le prêtre et elle est en retard pour préparer le déjeuner. Elle a invité un quelques amis pour fêter l'anniversaire de John et le repas doit être prêt pour le retour de celui-ci. Elle traverse le parc en regardant sa montre et ne voit pas la pierre qui dépasse du chemin. Le choc du sol contre son dos lui coupe la respiration. Une violente douleur lui envahit le ventre et le dos. Elle ne peut plus bouger, ne peut que crier d'une voix étrangler par sa peur et par ses larmes et contempler le ciel. Elle espère que quelqu'un la trouvera. Mary ferme les yeux et prie de toute son âme. Elle ne veut pas perdre son enfant. L'ange se laisse glisser prêt d'elle et effleure son ventre, apaisant la douleur, cherchant à la réconforter. Un jogger qui longe le chemin l'a aperçu, déjà il crie à des promeneurs d'appeler à l'aide. L'ange s'écarte, laisse l'homme prendre la main de Mary en lui disant de tenir bon. La jeune femme a cessé de pleurer. Elle sourit.


Dans une des salles d'accouchement de l'hôpital, Mary serre les dents pour ne pas crier, tout en serrant la main de l'infirmière. Elle a l'impression que son ventre se déchire, que son corps entier est enflammé…Elle prie de toutes ses forces pour que son enfant vienne au monde. Il y a eu des complications suite à sa chute. L'ange se glisse près d'elle et se penche pour poser un baiser sur son front. La jeune femme éprouve une sensation de calme et de bien-être. Son corps se relâche doucement. Un cri raisonne dans la salle et Mary songe que c'est le plus beau son qui lui ait été donné d'entendre. L'ange caresse la tête de l'enfant et celui-ci ouvrant les yeux pour la première fois semble lui sourire. John est introduit dans la salle et les parents ne se lassent pas de contempler leur œuvre.

-Dean, souffle Mary, un sourire lumineux sur les lèvres, se souvenant de sa mère…

-Dean, approuve John, d'une vois emplie d'émotion.

« Dean » murmure l'ange avec quiétude.


Dean joue avec sa peluche préféré, quand l'ange se penche sur son lit. A sa vue, le bébé gazouille de plaisir et tend sa petite main vers la forme diffuse et lumineuse. L'ange l'accepte et pose un baiser sur la paume.


Dean est un enfant éveillé. Il est remuant et touche-à-tout, curieux de la moindre chose. Il fait la fierté de son père. Mary est toujours émue quand elle regarde John chanter des chansons à leur fils, ou lui raconter des histoires merveilleuses que rend plus intenses encore le baryton de la voix de John. La jeune femme prie et remercie tous les jours pour ce petit miracle qui éclaire leur vie. L'ange ne se lasse pas non plus d'observer l'enfant.


Au baptême de Dean, alors que l'eau glisse sur le front du nouveau né, l'ange murmure à l'oreille du prêtre. Les paroles qui s'écoulent de la bouche du religieux sont les siennes.


Avant même maman ou papa, le premier mot que Dean a dit a été « Castiel ».


-Now I lay me down to sleep

I pray the Lord my soul to keep

May Angels watch me through the night

And keep me safe till morning light.

Mary sert doucement la main de John alors qu'ils couvent du regard leur fils, qui termine sa prière du soir. Tous deux remercient le Seigneur silencieusement.

-Bonne nuit, chéri, que les anges veillent sur toi. Murmure sa mère en le bordant et en l'embrassant sur le front.

-Bonne nuit, Dean. Son père caresse ses cheveux avec tendresse.

-Bonne nuit, Papa, bonne nuit, Maman, répond l'enfant avec un sourire heureux.

Puis il tourne la tête vers l'autre coté de son lit, qui donne sur la fenêtre.

-Bonne nuit, Castiel.

John et Mary sourient avec indulgence. Depuis que Dean sait parler, il prétend qu'il peut voir un ange près de lui. Sa mère est contente. Beaucoup d'enfants ont des amis imaginaires, et il est vrai que les anges veillent sur Dean, alors où est le mal ? Les parents embrassent une dernière fois leur enfant avant de quitter la chambre en silence.

-Bonne nuit, Dean, murmure l'ange, en souriant à l'enfant qui s'endort.


Dean a peur d'aller à l'école. Il ne veut pas quitter sa mère. Mary lui a dit que c'était important, qu'il était un grand garçon et qu'il allait rencontrer plein d'autres enfants. Mais la veille de la rentrée, dans son lit, Dean pleure.

- Je veux pas y aller, Castiel.

Castiel caresse son front.

-Tout ira bien, Dean, murmure-t-il doucement.

Dean s'essuie vaillamment les yeux.

-Tu promets ?

-Je promets.

Lorsque Dean rentre à la maison le lendemain avec John, il a plein de choses à raconter à sa mère. Celle-ci à fait du chocolat chaud. Elle l'écoute jusqu'au bout, puis lui annonce qu'il va avoir un petit frère. Dean est heureux.


Lorsque John met Sam sur les genoux de Dean pour la première fois, celui-ci est émerveillé. Son frère est si petit. Il ne sait pas encore trop ce qu'il doit penser. Mais Sammy ouvre les yeux et tend sa petite main vers Dean et son frère ainé ne peut pas résister. L'ange sourit, mais son sourire est amer. Ainsi, voici venu au monde l'élu d'Azazel…


Dean serre Sammy dans ses bras, les larmes au fond des yeux, observant la maison de son enfance dévorée par les flammes. Le brasier éclaire son visage, et le bruit des pompiers, les cris des gens couvrent les sanglots qu'il laisse échapper. Le chérubin entre ses bras ne pleure même pas, confiant. John se tient debout à ses cotés. Il a l'air perdu. Dean n'a jamais vu son père comme ça. Son père est un héros. Il ne pleure jamais. Pourtant ce soir il pleure. Et l'enfant sait confusément pourquoi. Sa mère n'est pas sortie de la maison…Dean cherche désespérément Castiel des yeux. Pourquoi l'ange ne va-t-il pas sauver sa mère ?

Par delà l'espace et le temps, au-delà de la nuit et des nuages noirs, dans un monde de lumière et de paix, l'ange contemple la scène, son cœur emplit de tourment. Il n'a pas été autorisé à se rendre sur terre pour cette nuit fatidique…


Dean a réclamé Castiel une fois de trop et John l'a giflé très fort. C'est la première fois que son père le frappe.

-Castiel n'existe pas Dean ! Les anges n'existent pas ! Tu comprends ça ! Va t'occuper de ton frère !

Dean pleure en berçant Sammy. Castiel n'existe pas…C'est comme s'il avait perdu deux personnes cette année. Son père a dit que Castiel n'existe pas, que Dean doit cesser de faire l'enfant et prendre soin de Sammy. Alors quand il voit la forme lumineuse, il ferme violement les yeux. L'ange essaye de lui parler, mais Dean pose Sammy dans son berceau et se bouche les oreilles.


L'odeur de l'alcool a envahit l'haleine de son père, qui, assis à l'écart, regarde une photo de Mary. Sammy pleure et Dean essaye en vain de le calmer, en le berçant. Il veut le lait maternel. Dean n'arrive pas à l'habituer au biberon, comme lui a demandé son père. Une colère sourde a remplacé la tristesse dans son cœur. Il a décidé qu'il ne croirait plus en rien, tout ce qu'il croyait n'est que mensonge. Les anges n'ont jamais existé, ni veillé sur lui.

L'ange contemple Dean, mais lorsque celui-ci tourne les yeux vers lui, il ne voit plus que la fenêtre et le ciel orageux.


Dean a perdu le don de voir les anges. Mais Castiel n'a jamais cessé de le regarder.